Archives par mot-clé : corps-langage

Jean Sénac : le poème qui fait le plein de corps

La note de lecture qui suit a été publiée dans la revue Triages n° 31, juin 2019, p. 182-184. On peut écouter René de Ceccatty évoquer cette édition des poèmes de Jean Sénac dans l’émission de Manou Farine sur France Culture : « Sénac-Camus : une histoire algérienne », France Culture, « La compagnie des poètes », 22 février 2019,  https://www.franceculture.fr/emissions/poesie-et-ainsi-de-suite/senac-camus-une-histoire-algerienne

Jean Sénac, Œuvres poétiques, Préface de René de Ceccatty, Postface de Hamid Nacer-Khodja, Actes Sud, 2019, 836 p., 29 €.

« peut-être demain le poème… » (poème de Jean Sénac « à J.E. Bencheikh[1] », le « 21 novembre 1966 »)

L’édition de 1999 était épuisée et les éditions Actes Sud ont vraiment eu raison de proposer aux lecteurs cette reprise de l’œuvre poétique de Jean Sénac (1926-1973), avec la préface de René de Ceccatty qui souligne une parenté certaine avec Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Aussi, faut-il reprendre à nouveaux frais une lecture de Sénac surtout quand on considère sa place marginale[2]tant en France qu’en Algérie même s’il garde de fidèles et nombreux lecteurs. J’aimerais tout de suite affirmer son intempestivité qui continue jusqu’à aujourd’hui en France et en Algérie tout particulièrement, au moment où l’un et l’autre pays voient des soubresauts populaires et démocratiques venir heurter les langues de bois tant intellectuelles que communicationnelles des pouvoirs oppressifs ! Une telle intempestivité n’est pas réductible à quelque thématique et encore moins à quelque forme rhétorique : Sénac met le poème à hauteur d’un continu éthique, politique et érotique qu’effectivement l’on peut ressentir puissamment chez un Pasolini aujourd’hui, également en France comme en Italie, après la déferlante néo-libérale de plus en plus autoritaire. 

Continuer la lecture de Jean Sénac : le poème qui fait le plein de corps

Engagement organique du racontage des « paroles » de Jacques Prévert

                                                       […] cette manière d’être – aussi loin de la philosophie que                       l’oiseau du papier (je louche à l’instant sur mes propres pages)
                                                        Georges Bataille, « De l’âge de pierre à Jacques Prévert » (1947), Œuvres complètes, tome XI, Gallimard, 1988, p. 93.

 

Il faudrait commencer par rappeler des évidences. Se souvenir, par exemple, que c’est Henri Michaux, son exact contemporain (né en 1899 comme Ponge) qui « après des mois d’effort », a pu « arracher » quelques textes à Jacques Prévert à la demande de Jean Paulhan pour la revue Mesures, mais ce dernier hésitant est rappelé à l’ordre par Michaux qui explique au directeur de la NRF que « Prévert écrit comme il parle sans se donner aucun mal, aucune excitation », ajoutant : « Ce ne serait pas son genre[1] ». Ajouter que le même Michaux aurait convaincu René Bertelé de publier Paroles[2]. Il faut donc d’abord rappeler combien Prévert est à considérer dans la Continuer la lecture de Engagement organique du racontage des « paroles » de Jacques Prévert