Résonance : « une sociologie de la relation au monde » ne fait pas une poétique de la relation (à propos d’Harmut Rosa)



Comme un peuple de langages, comme un concert de voix qui souvent concertent et quelques fois dissonent, qui résonnent toujours. Et qui n’existent et ne méritent que comme donnant une résonance[1] .

[1]C. Péguy, Œuvres en proseII, Paris, La pléiade, Gallimard, p. 659 et 663.

Plusieurs amis, dont Yann Miralles et Jérôme Roger que je tiens à remercier, m’ont demandé ce que je pensais du dernier livre d’Harmut Rosa : Résonance Une sociologie de la relation au monde, éditions La Découverte, 2018. Je ne suis pas encore au bout des 536 pages de cet ouvrage qui a reçu un accueil étonnant tant en terme de comptes rendus médiatiques (un des 5 essais de la rentrée de France culture et de forts articles dans L’Humanité  du 27 septembre 2018 sans parler du Monde du 6 septembre sous la plume de Nicolas Weill avec un titre à la Libération : « Hartmut Rosa décélère » faisant référence à l’ouvrage précédent de Rosa sur l’accélération de la « modernité tardive ») que de présentations comme celle-ci – passionnante parce qu’elle concerne les milieux dirigeants « éclairés » (Mouvement des cadres chrétiens) qui, comme les recensions médiatiques, y lisent des remèdes à nos maux, et qu’elle est proposée dans plusieurs lieux en France en visio-conférence lors d’une soirée où l’auteur discute en anglais avec un chercheur de la Compagnie de Jésus : https://www.youtube.com/watch?v=d9HZriAczoQ&feature=youtu.be

0. Pourquoi lire Résonance d’Hartmut Rosa ?

Donc ce livre me concerne parce que je travaille avec cette notion depuis pas mal de temps – ne serait-ce que depuis le titre de mon livre-poème, Ta Résonance (Océanes, 2003 avec des lavis de Colette Deblé) repris récemment en grande partie dans un livre qui relance le titre (Ta Résonance, ma retenue, Tarabuste, 2017) mais aussi depuis mes recherches en thèse dans les années 90 autour de la notion plus large de relation (un ouvrage à paraître issue de cette thèse y fait référence). Plus récemment, j’ai repris cette notion lors du séminaire doctoral sur le sens du langage organisé en 2017-2018 avec l’ami Jean-Louis Chiss à la Sorbonne nouvelle (voir, par exemple, ce billet : https://ver.hypotheses.org/wp-admin/post.php?post=2403&action=edit et ici : http://www.univ-paris3.fr/penser-enseigner-le-sens-du-langage-246486.kjsp). Il me faut donc examiner si cet ouvrage participe à une critique de la notion d’autant qu’il est publié dans la collection « théorie critique » et que son auteur se réclame de l’école de Francfort se positionnant d’ailleurs en digne héritier d’Adorno (longuement cité en épigraphe), d’Habermas et d’Axel Honneth même si les références fortes vont plus à Charles Taylor et, par ailleurs peut-être pour une touche plus contemporaine  à Peter Sloterdijk et bien évidemment à Zigmunt Bauman (je reviendrai plus loin sur d’autres références). Je note tout de suite que, si Rosa cite William James autour de la notion d’expérience, il ne mentionne nullement John Dewey. Faut-il ajouter que le livre malheureusement ne possède pas d’index, ce qui semble assez étonnant pour un ouvrage de ce type et rend le travail de lecture critique passablement difficile… alors même que l’auteur veut parfois simplifier la tâche du lecteur en lui offrant des « figures » (par ex. : p. 123 ; p. 131) assez souvent réduites à des axes orthogonaux d’un simplisme confondant, explicitant un dualisme que les « tableaux » à double entrée (p. 123) poursuivent sans compter les « définitions » qui interviennent plus tardivement (p. 200) et semblent certes poser des jalons importants dans la recherche en raidissant toutefois ses contours voire dans une vision par trop schématique (ainsi la première définition s’achève sur cette remarque : « C’est la raison pour laquelle nous pouvons aimer des histoires tristes » où tous les termes ressortissent d’une désénonciation contraire au projet même !) ; dispositif que pourtant l’auteur préfère relativiser – parmi de nombreux exemples : « Or la réalité est plus complexe » (p. 142) ! – mais qui offre bel et bien une épistémologie que, entre autres, la notion de « cartes cognitive-évaluatives » (p. 143) vient sanctionner très rapidement soumettant le projet à des schématismes voire à un utilitarisme que l’auteur pointe lui-même parfois (« Si l’on peut rejeter aujourd’hui l’excès d' »harmonisme » d’une telle conception », p. 156). Rosa pose une épistémologie doublée d’une rhétorique communicationnelles et pseudo-relationnelles que j’aimerais montrer en posant quelques modestes remarques critiques en marge de cet ouvrage. Mais comme la notion me tient à coeur et qu’il  me semble que son enjeu est bien une théorie de la relation articulée à une théorie du langage et à une théorie de la société, cela en vaut la peine, au risque de rester dans l’inachèvement critique. 

1. Le pli dans la substance ou le vers dans le fruit de la relation : discussion sur le mode de conceptualisation 

Une première remarque concernerait la manière dont Rosa conceptualise les notions. Je peux goûter le titre qui semble désubstantialiser la notion en usant d’un déterminant zéro quand, malheureusement, tout au long de l’ouvrage ce sont des essentialismes qui dominent dans la conceptualisation : « relation entre le sujet et le monde » (p. 138 – je souligne) ou, pour bien montrer qu’il s’agit d’un cadre relationnel : « le pôle-sujet » et « le pôle-monde de la relation » (p. 140 – Rosa souligne) où la notion de pôle est un mode de substantialisation certes réciproque mais qui participe à un dualisme radical (positif/négatif; Nord/Sud ; ad libitum). Aussi je commencerais par comparer ce mode de conceptualisation avec celui de John Dewey, par exemple dans L’Art comme expérience (AE). Ce dernier parle d’environnement plus que de monde – ce que fait toujours Rosa : « Expérience du monde et appropriation du monde » titre-t-il, par exemple, p. 141. Surtout Dewey parle plus d’expérience que de sujet, cette dernière notion chez Rosa étant toujours prise dans une philosophie du sujet kantien. et Dewey parle d' »interpénétration » (AE : 101)  quand Rosa s’en tient à la « pénétration » : « Le monde vient à la rencontre du sujet qui l’éprouve – et celui-ci, par son action, pénètre dans le monde » (p. 141). Bref, je ne veux pas aller plus loin dans cette « comparaison » par trop rapide mais je veux simplement signaler combien les conceptualisations sont radicalement différentes : tout Dewey est orienté vers la pensée relationnelle quand tout Rosa penche vers les « pôles » sans que ces derniers ne soient engagés dans « les variations qui fluctuent » (AE : 84) parce que « dans une expérience, il y a mouvement » et même « chatoiement » (AE : 82). Mais la conceptualisation de Rosa s’étend aussi aux catégories temporelles qui finissent dans un certain historicisme (« la modernité tardive ») : « les sujets modernes tardifs (…) se désintéressent d eta rencontre proprement dite » avec les précautions d’usage (en bon sociologue peu enclin à l’enquête toutefois – j’y reviendrai): « mais prudence, là encore : il se peut que l’intérêt pour la rencontre se soit simplement déplacé du centre commercial ou du centre-ville vers d’autres sphères, tels que les réseaux sociaux – monde, il est vrai, d’où le corps étranger est largement absent » (p. 140 – j’ai souligné) !

2. Une herméneutique est-elle le passage obligée d’une poétique de la résonance ? Discussion sur la notion d’interprétation

Première prise sur un livre qui en demande évidemment bien d’autres. Je repartirai alors maintenant d’un passage avec lequel je diverge sur un fond d’accord : « le monde dans lequel les hommes se trouvent placés n’est en aucun cas immédiatement donné: c’est toujours un monde interprété et coconstitué à travers des processus interprétatifs. » (p. 150)

à suivre…

Culture du langage : une question d’attention (avec Jean-Louis Chiss)

Jean-Louis Chiss, La Culture du langage et les idéologies linguistiques, Lambert-Luca, 2018.

Les travaux des chercheurs prennent plus souvent la forme de l’article que du livre et c’est bien dommage car l’article, s’il peut être plus vite lu, ne rend pas compte d’un parcours de recherche et insiste forcément plus sur les résultats – bien souvent maigres – que sur la démarche : les méthodes d’évaluation de la recherche qui sont modélisées par un certain scientisme n’y sont pas pour rien ! Avec Jean-Louis Chiss, le lecteur est souvent mis au défi de lire ses articles qui lui semblent ardus puisque toute sa recherche vise d’abord la démarche, même si c’est souvent le meilleur moyen d’être assuré de résultat consistant. Aussi leur édition en livre dans des versions souvent refondues donne enfin toute leur valeur à la recherche de l’auteur et permet aux lecteurs d’en saisir la force épistémologique par la tenue des notions mises en jeu dans un continu de pensée trop souvent difficile à concevoir à la dimension d’un article. Cet ouvrage me semble très important pour justement percevoir l’importance et la spécificité de la démarche de Chiss : regroupant en trois moments dix-neuf articles publiés de 1975 à 2013, soit sur presque 40 ans de recherche, il oriente décisivement ses travaux qui peuvent paraître par trop épars, à celui qui ne le connaît pas comme collègue. Chiss nomme « l’attention au langage » ce qui tient ensemble crise(s), culture(s) et politique(s) du langage. Cette attention qui vise une théorie du langagedont le concept fondateur est le discours, passerait par trois forces concomitantes que seraient la critique toujours à tenir des représentations du langage ou idéologies linguistiques, la critique de la coupure langue/littérature dans le contexte français et, enfin, la critique des politiques du langage souvent inscientes des linguistes et philosophes, des comparatistes et défenseurs des langues dans des situations toujours à historiciser à rebours des notions essentialisantes et d’un dualisme à l’emporte-pièce qu’il s’agit justement de « mettre en crise » (p. 209).

Continuer la lecture de Culture du langage : une question d’attention (avec Jean-Louis Chiss)

Un essai décisif avec l’oeuvre de Jean-Loup Trassard : vers une critique de la phénoménologie littéraire

Florent Hélesbeux, Jean-Loup Trassard ou le paysage empêché, Paris, Classiques Garnier, 2017, 670 p.

Reprenant sa thèse rédigée sous la direction de Didier Alexandre et soutenue en février 2016 (« Le Surplomb impossible, le paysage empêché. L’œuvre de Jean-Loup Trassard lue à la lumière de Merleau-Ponty »), Florent Hélesbeux propose une monographie décisive sur l’œuvre de Trassard. Cette reprise de thèse constitue aussi une intervention forte concernant un pan considérable de la réflexion sur la littérature, depuis au moins le Nouveau Roman, puisqu’à la fois son auteur situe Trassard en regard de nombreuses œuvres (de Giono à Bergougnioux en passant par Ramuz, Gracq, Michon et Millet et bien d’autres, y compris quelques œuvres cinématographiques – je renvoie à l’index fort pratique en fin d’ouvrage) et interroge vivement les habitudes critiques arrimées à une certaine doxaphénoménologique dans les études littéraires et en particulier aux motifs de l’horizonet du paysage. Mais en fin de compte, cette monographie fait ce que devrait engager toute lecture au plus vif des œuvres : une critique où la lecture de l’œuvre en question met tout en mouvement, tant du point de vue des études littéraires et donc des rapports que l’œuvre reconfigure spécifiquement – si ce n’était pas le cas, alors on ne parlerait pas d’œuvre ! – que du point de vue des moyens critiques, disciplinaires ou pas, que l’œuvre exige – et ici c’est exemplairement la phénoménologie de la perception qui est revisitée de fond en comble dans son rapport aux études littéraires et au-delà dans son rapport aux enjeux politiques et éthiques. Tout l’essai tend en effet vers ce que l’auteur appelle le « crépuscule du néolithique » (513), c’est-à-dire la transformation du monde paysan, la destruction même des paysans (à ne pas confondre avec les agriculteurs et autres entrepreneurs[1]), de leur monde, dont l’œuvre de Trassard formulerait à bien des égards un constat précis et terrible mais surtout constituerait l’écriture au présent de ces présences du passé dans les corps, les gestes, les objets, les éléments et bien évidemment le langage, les paroles des paysans et artisans mayennais et l’écriture même : « Le remembrement est bien le fond, même tu, sur lequel l’œuvre de Trassard est écrite » (555).

Continuer la lecture de Un essai décisif avec l’oeuvre de Jean-Loup Trassard : vers une critique de la phénoménologie littéraire

Georges Didi-Huberman : des aperçues comme réénonciations vives

Georges Didi-Huberman, Aperçues, Paris, Minuit, 2018.

Ce qui suit n’est pas une recension, un compte rendu mais seulement une relation de lecture. On lit en effet avec ce que l’on est en train de vivre et l’on vit avec ce que l’on est en train de lire – du moins quand on est un professeur de lecture qui écrit et fait écrire avec des lectures. Mais le voilà perturbé, le professeur de lecture, parce que ce livre n’est pas un essai comme il a l’habitude d’en lire même avec Georges Didi-Huberman. S’il est bien composé en quatre parties, il est à vrai dire constitué de 188 notes toutes datées mais non Continuer la lecture de Georges Didi-Huberman : des aperçues comme réénonciations vives

Les voix de Roland Barthes entre grain poétique et gain rhétorique

Ce travail (en cours) est issu du séminaire informel que je conduis avec mes doctorant.e.s. Une séance était consacrée le 8 février 2018 à « chacun son Roland Barthes ».

1.

Évidemment on ouvre le livre d’entretiens (1962-1980), Le grain de la voix (Seuil, 1981), et on butine dans ces « propos » (« interviews ») en étant assez déçu s’agissant d’une pensée de la voix chez Barthes (plus loin : RB) même si on sait combien le timbre de sa voix a contribué à son succès : pleine de séduction, de gravité intelligente, de rondeur enjouée si ce n’est espiègle… mais ne serait-ce pas une métaphore de l’écriture jusque dans la parole donnée tellement entraînée par la main écrivante ? La transcription des « entretiens » est d’ailleurs immédiatement – puisque tel est l’ordre donné par les éditeurs – Continuer la lecture de Les voix de Roland Barthes entre grain poétique et gain rhétorique

Jean-Louis Déotte (1947-2018)

Jean-Louis Déotte est mort le 17 février 2018 à l’âge de 71 ans. Je voudrais signaler son travail important autour de la notion d’appareil dans la lignée de Lyotard et surtout de Benjamin. Je voudrais dire simplement ma dette à son égard puisqu’il m’a accueilli très généreusement dans sa collection « Esthétiques » pour y publier un de mes premiers essais : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=4605&motExact=0&motcle=&mode=AND

Continuer la lecture de Jean-Louis Déotte (1947-2018)

Ascolto

Roland Barthes, « Ecoute » (en collaboration avec Roland Havas), 1976 pp. 217-230 in L’obvie et l’obtus. Essais critiques III. Collection Points Essais, éditions du Seuil, 1992

“Ascolto”, avec Roland Havas, Enciclopedia, vol. I, Turin : Einaudi, 1976 ; Œuvres Complètes tome V, pp. 340-52.

Ascolto

Introduction :  trois types d’écoute. Une écoute plurielle ou des écoutes ?

L’entrée « Ascolto » de l’encyclopédie Einaudi aura constitué une part non négligeable dans l’établissement du cadre théorique de notre recherche avec l’écoute. La lecture partagée que nous faisons de Roland Barthes ne peut donc l’ignorer. Continuer la lecture de Ascolto

Blanchot, une ontologie négative de la voix

(Ce qui suit vient d’un atelier de lecture théorique que j’ai organisé avec mes doctorants le 25 janvier 2017 et dont on peut retrouver d’autres moments ici : https://redila.hypotheses.org/1520)

Blanchot, une ontologie négative de la voix

Le négatif est une illusion : c’est seulement l’ombre des problèmes.

                            Gilles Deleuze, Différence et répétition, PUF, 1968, p. 261.

Il m’est arrivé de conclure dans un livre récent par une évocation de Maurice Blanchot. Je me permets d’évoquer ce moment de Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Taulignan, Marie Delarbre éd., 2017, p. 317-319) :

Que serait « la loi secrète du récit », se demande Blanchot en ouvrant son Livre à venir ? A son habitude, la « loi » est une fable dont les valeurs se déploient, comme à rebours, par retrait de tout ce qui s’avance trop. Avec Blanchot, du « roman » nous passons au « récit », et des « sirènes » nous voguons vers Moby Dick, à moins que ce ne soit aussi Aurélia qui disparaisse pour « les trois clochers »… Ces « extases temporelles », que nous fait revivre le grand lecteur et critique en autant de métamorphoses d’une pensée mouvante, évitent « la fascination d’une seule image » et nous mettent au cœur d’une poétique où voix et relation se conjoignent merveilleusement dans ce qu’il appelle « le récit », « ce passage même », « la présence d’un chant seulement encore à venir ». « Et qu’a-t-il touché dans le présent ? », se demande-t-il, avant de répondre ainsi :

Non pas l’événement de la rencontre devenue présente, mais l’ouverture de ce mouvement infini qu’est la rencontre elle-même, laquelle est toujours à l’écart du lieu et du moment où elle s’affirme, car elle est cet écart même, cette distance imaginaire où l’absence se réalise et au terme de laquelle l’événement commence seulement à avoir lieu, d’où, en tout cas, voudrait prendre naissance la parole qui la prononce[1]. Continuer la lecture de Blanchot, une ontologie négative de la voix

Quel espace littéraire pour l’écoute?

Maurice Blanchot, L’Espace littéraire, Gallimard, 1955.

Quel à venir pour l’écoute ? Quel espace littéraire pour l’écoute?

Introduction

Au premier chapitre de L’Espace littéraire, « La solitude essentielle » (pp. 9-25), Blanchot titre un fragment « L’interminable, l’incessant » (pp. 16-17), dans lequel il continue de montrer la solitude de l’écrivain pour affirmer que son activité est interminable. On pourrait y voir l’affirmation d’une activité toujours vive, toujours à renouveler, mais le renouvellement chez Blanchot revêt un caractère aporétique. Du postulat que rien ne se termine, se dessine une « autorité [qui est] ce qui parle encore quand tout a été dit, ce qui ne précède pas la parole, car elle l’empêche plutôt d’être parole commençante, comme elle lui retire le droit et le pouvoir de s’interrompre » (p. 16). Plutôt qu’une autorité qui ne finirait pas d’affirmer pour continuer à l’infini l’œuvre, c’est une affirmation qui « n’affirme rien » parce qu’elle ne peut s’affirmer qu’indéfiniment. La différence est ténue, et pourtant, fondamentale pour notre analyse, car s’y opère un véritable tournant à prendre avec l’écoute comme opérateur critique, et pour l’écoute comme levier théorique à définir. L’Espace littéraire met le poème du côté de l’être, de son essence : « le poème – la littérature – semble lié à une parole qui ne peut s’interrompre, car elle ne parle pas, elle est » (p. 29). Il y a une affirmation forte de l’essence de la littérature dont sa manière d’être est d’être. Elle l’est par la contradiction dans laquelle elle est mise par rapport à une parole : elle ne lui est pas antithétique, puisqu’elle est « parole qui ne peut s’interrompre », mais elle agit contre elle puisqu’elle ne peut s’interrompre parce qu’elle ne parle pas. Il y a une double ontologie du poème défini par son essence, et par l’essence d’une parole. L’Espace littéraire semble d’ors et déjà déjouer toute activité du poème : il ne fait pas, il ne parle pas, il n’a donc pas d’activité. Il y aurait schématiquement ceci : un dualisme de la parole et de l’être, où parler va contre être, et où la parole est un contre-l’œuvre, n’étant pas l’essence de l’œuvre. Continuer la lecture de Quel espace littéraire pour l’écoute?

Petit atlas pour marcher avec Ghérasim Luca aujourd’hui

Le texte qui suit faisait partie d’une communication à la journée d’études du 28 mars 2014 organisée par le Centre d’études des avant-gardes, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle « Poésie & performance : enjeux théoriques, historiques et critiques » dont les responsables étaient Olivier Penot-Lacassagne, Gaëlle Théval. Ils viennent de publier l’ouvrage résultant de cette journée (voir ici : http://www.encd.fr/fr/books/posie-performance/555/) mais j’ai dû réduire ma contribution à sa première partie. Voici donc la seconde partie de cette communication.

Continuer la lecture de Petit atlas pour marcher avec Ghérasim Luca aujourd’hui

Tout ouïe avec Voix et relation

Serge Martin, Voix et relation, une poétique de l’art littéraire où tout se rattache, Marie Delarbre éditions, janvier 2017.

Tout ouïe avec Voix et relation

Le titre de cette proposition reprend deux points, de voix chez Serge Martin, d’écoute chez moi, centraux dans l’essai qu’est Voix et relation. Essai, mieux qu’ouvrage, en cette exigence éthique à laquelle il tient, en cette activité d’un « essayer dire » qui est un « essayer écouter » « avec » les poèmes. D’où ce commencement, qui est recommencement du parcours de Voix et relation, pour ajuster mon écoute à ce passage de la voix dans la relation, de la relation dans la voix et de la voix à la relation et vice versa. Recommencement que fait l’écoute pour faire la recherche, ayant bien entendu l’injonction faite dès les premières pages, que « tout y compris la recherche elle-même, doit se mettre au régime du commencement, du recommencement, de l’état naissant » (p. 9). D’où, donc, cette reprise de deux points de voix autour desquels, entre autres, gravitent la recherche en relation : « tout ouïe » proposition poétique et éthique du deuxième chapitre (« Tout ouïe : le moyen de parler », p. 55) de la première partie (Chercher la voix, chercher la relation, p. 23) ; « avec » préposition – aux airs de proposition – résolument relationnelle, pour engager le lecteur dans une activité « avec » les poèmes – préposition toute bien différente d’un « sur » (les poèmes).  Activité, alors, qui déborde le littéraire, ou reconfigure le littéraire de son propre débordement, en quoi le littéraire n’est pas une détermination générique, ni même une surdétermination, car il faudrait toujours prendre garde à ce que de vouloir voir le littéraire comme condition de ce qui le déborde, on ne veuille pas l’étendre : « il ne s’est jamais agi de délimiter voire d’étendre un « domaine » de la voix et de la relation » (p. 127), précise Serge Martin en seconde partie (« Parcours de la voix-relation »).

Continuer la lecture de Tout ouïe avec Voix et relation

Une poétique anthropologique avec la littérature contemporaine de langue française