Un essai décisif avec l’oeuvre de Jean-Loup Trassard : vers une critique de la phénoménologie littéraire

Florent Hélesbeux, Jean-Loup Trassard ou le paysage empêché, Paris, Classiques Garnier, 2017, 670 p.

Reprenant sa thèse rédigée sous la direction de Didier Alexandre et soutenue en février 2016 (« Le Surplomb impossible, le paysage empêché. L’œuvre de Jean-Loup Trassard lue à la lumière de Merleau-Ponty »), Florent Hélesbeux propose une monographie décisive sur l’œuvre de Trassard. Cette reprise de thèse constitue aussi une intervention forte concernant un pan considérable de la réflexion sur la littérature, depuis au moins le Nouveau Roman, puisqu’à la fois son auteur situe Trassard en regard de nombreuses œuvres (de Giono à Bergougnioux en passant par Ramuz, Gracq, Michon et Millet et bien d’autres, y compris quelques œuvres cinématographiques – je renvoie à l’index fort pratique en fin d’ouvrage) et interroge vivement les habitudes critiques arrimées à une certaine doxaphénoménologique dans les études littéraires et en particulier aux motifs de l’horizonet du paysage. Mais en fin de compte, cette monographie fait ce que devrait engager toute lecture au plus vif des œuvres : une critique où la lecture de l’œuvre en question met tout en mouvement, tant du point de vue des études littéraires et donc des rapports que l’œuvre reconfigure spécifiquement – si ce n’était pas le cas, alors on ne parlerait pas d’œuvre ! – que du point de vue des moyens critiques, disciplinaires ou pas, que l’œuvre exige – et ici c’est exemplairement la phénoménologie de la perception qui est revisitée de fond en comble dans son rapport aux études littéraires et au-delà dans son rapport aux enjeux politiques et éthiques. Tout l’essai tend en effet vers ce que l’auteur appelle le « crépuscule du néolithique » (513), c’est-à-dire la transformation du monde paysan, la destruction même des paysans (à ne pas confondre avec les agriculteurs et autres entrepreneurs[1]), de leur monde, dont l’œuvre de Trassard formulerait à bien des égards un constat précis et terrible mais surtout constituerait l’écriture au présent de ces présences du passé dans les corps, les gestes, les objets, les éléments et bien évidemment le langage, les paroles des paysans et artisans mayennais et l’écriture même : « Le remembrement est bien le fond, même tu, sur lequel l’œuvre de Trassard est écrite » (555).

Continuer la lecture de Un essai décisif avec l’oeuvre de Jean-Loup Trassard : vers une critique de la phénoménologie littéraire

Georges Didi-Huberman : des aperçues comme réénonciations vives

Georges Didi-Huberman, Aperçues, Paris, Minuit, 2018.

Ce qui suit n’est pas une recension, un compte rendu mais seulement une relation de lecture. On lit en effet avec ce que l’on est en train de vivre et l’on vit avec ce que l’on est en train de lire – du moins quand on est un professeur de lecture qui écrit et fait écrire avec des lectures. Mais le voilà perturbé, le professeur de lecture, parce que ce livre n’est pas un essai comme il a l’habitude d’en lire même avec Georges Didi-Huberman. S’il est bien composé en quatre parties, il est à vrai dire constitué de 188 notes toutes datées mais non Continuer la lecture de Georges Didi-Huberman : des aperçues comme réénonciations vives

Les voix de Roland Barthes entre grain poétique et gain rhétorique

Ce travail (en cours) est issu du séminaire informel que je conduis avec mes doctorant.e.s. Une séance était consacrée le 8 février 2018 à « chacun son Roland Barthes ».

1.

Évidemment on ouvre le livre d’entretiens (1962-1980), Le grain de la voix (Seuil, 1981), et on butine dans ces « propos » (« interviews ») en étant assez déçu s’agissant d’une pensée de la voix chez Barthes (plus loin : RB) même si on sait combien le timbre de sa voix a contribué à son succès : pleine de séduction, de gravité intelligente, de rondeur enjouée si ce n’est espiègle… mais ne serait-ce pas une métaphore de l’écriture jusque dans la parole donnée tellement entraînée par la main écrivante ? La transcription des « entretiens » est d’ailleurs immédiatement – puisque tel est l’ordre donné par les éditeurs – Continuer la lecture de Les voix de Roland Barthes entre grain poétique et gain rhétorique

Jean-Louis Déotte (1947-2018)

Jean-Louis Déotte est mort le 17 février 2018 à l’âge de 71 ans. Je voudrais signaler son travail important autour de la notion d’appareil dans la lignée de Lyotard et surtout de Benjamin. Je voudrais dire simplement ma dette à son égard puisqu’il m’a accueilli très généreusement dans sa collection « Esthétiques » pour y publier un de mes premiers essais : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=4605&motExact=0&motcle=&mode=AND

Continuer la lecture de Jean-Louis Déotte (1947-2018)

Ascolto

Roland Barthes, « Ecoute » (en collaboration avec Roland Havas), 1976 pp. 217-230 in L’obvie et l’obtus. Essais critiques III. Collection Points Essais, éditions du Seuil, 1992

“Ascolto”, avec Roland Havas, Enciclopedia, vol. I, Turin : Einaudi, 1976 ; Œuvres Complètes tome V, pp. 340-52.

Ascolto

Introduction :  trois types d’écoute. Une écoute plurielle ou des écoutes ?

L’entrée « Ascolto » de l’encyclopédie Einaudi aura constitué une part non négligeable dans l’établissement du cadre théorique de notre recherche avec l’écoute. La lecture partagée que nous faisons de Roland Barthes ne peut donc l’ignorer. Continuer la lecture de Ascolto

Blanchot, une ontologie négative de la voix

(Ce qui suit vient d’un atelier de lecture théorique que j’ai organisé avec mes doctorants le 25 janvier 2017 et dont on peut retrouver d’autres moments ici : https://redila.hypotheses.org/1520)

Blanchot, une ontologie négative de la voix

Le négatif est une illusion : c’est seulement l’ombre des problèmes.

                            Gilles Deleuze, Différence et répétition, PUF, 1968, p. 261.

Il m’est arrivé de conclure dans un livre récent par une évocation de Maurice Blanchot. Je me permets d’évoquer ce moment de Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Taulignan, Marie Delarbre éd., 2017, p. 317-319) :

Que serait « la loi secrète du récit », se demande Blanchot en ouvrant son Livre à venir ? A son habitude, la « loi » est une fable dont les valeurs se déploient, comme à rebours, par retrait de tout ce qui s’avance trop. Avec Blanchot, du « roman » nous passons au « récit », et des « sirènes » nous voguons vers Moby Dick, à moins que ce ne soit aussi Aurélia qui disparaisse pour « les trois clochers »… Ces « extases temporelles », que nous fait revivre le grand lecteur et critique en autant de métamorphoses d’une pensée mouvante, évitent « la fascination d’une seule image » et nous mettent au cœur d’une poétique où voix et relation se conjoignent merveilleusement dans ce qu’il appelle « le récit », « ce passage même », « la présence d’un chant seulement encore à venir ». « Et qu’a-t-il touché dans le présent ? », se demande-t-il, avant de répondre ainsi :

Non pas l’événement de la rencontre devenue présente, mais l’ouverture de ce mouvement infini qu’est la rencontre elle-même, laquelle est toujours à l’écart du lieu et du moment où elle s’affirme, car elle est cet écart même, cette distance imaginaire où l’absence se réalise et au terme de laquelle l’événement commence seulement à avoir lieu, d’où, en tout cas, voudrait prendre naissance la parole qui la prononce[1]. Continuer la lecture de Blanchot, une ontologie négative de la voix

Quel espace littéraire pour l’écoute?

Maurice Blanchot, L’Espace littéraire, Gallimard, 1955.

Quel à venir pour l’écoute ? Quel espace littéraire pour l’écoute?

Introduction

Au premier chapitre de L’Espace littéraire, « La solitude essentielle » (pp. 9-25), Blanchot titre un fragment « L’interminable, l’incessant » (pp. 16-17), dans lequel il continue de montrer la solitude de l’écrivain pour affirmer que son activité est interminable. On pourrait y voir l’affirmation d’une activité toujours vive, toujours à renouveler, mais le renouvellement chez Blanchot revêt un caractère aporétique. Du postulat que rien ne se termine, se dessine une « autorité [qui est] ce qui parle encore quand tout a été dit, ce qui ne précède pas la parole, car elle l’empêche plutôt d’être parole commençante, comme elle lui retire le droit et le pouvoir de s’interrompre » (p. 16). Plutôt qu’une autorité qui ne finirait pas d’affirmer pour continuer à l’infini l’œuvre, c’est une affirmation qui « n’affirme rien » parce qu’elle ne peut s’affirmer qu’indéfiniment. La différence est ténue, et pourtant, fondamentale pour notre analyse, car s’y opère un véritable tournant à prendre avec l’écoute comme opérateur critique, et pour l’écoute comme levier théorique à définir. L’Espace littéraire met le poème du côté de l’être, de son essence : « le poème – la littérature – semble lié à une parole qui ne peut s’interrompre, car elle ne parle pas, elle est » (p. 29). Il y a une affirmation forte de l’essence de la littérature dont sa manière d’être est d’être. Elle l’est par la contradiction dans laquelle elle est mise par rapport à une parole : elle ne lui est pas antithétique, puisqu’elle est « parole qui ne peut s’interrompre », mais elle agit contre elle puisqu’elle ne peut s’interrompre parce qu’elle ne parle pas. Il y a une double ontologie du poème défini par son essence, et par l’essence d’une parole. L’Espace littéraire semble d’ors et déjà déjouer toute activité du poème : il ne fait pas, il ne parle pas, il n’a donc pas d’activité. Il y aurait schématiquement ceci : un dualisme de la parole et de l’être, où parler va contre être, et où la parole est un contre-l’œuvre, n’étant pas l’essence de l’œuvre. Continuer la lecture de Quel espace littéraire pour l’écoute?

Petit atlas pour marcher avec Ghérasim Luca aujourd’hui

Le texte qui suit faisait partie d’une communication à la journée d’études du 28 mars 2014 organisée par le Centre d’études des avant-gardes, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle « Poésie & performance : enjeux théoriques, historiques et critiques » dont les responsables étaient Olivier Penot-Lacassagne, Gaëlle Théval. Ils viennent de publier l’ouvrage résultant de cette journée (voir ici : http://www.encd.fr/fr/books/posie-performance/555/) mais j’ai dû réduire ma contribution à sa première partie. Voici donc la seconde partie de cette communication.

Continuer la lecture de Petit atlas pour marcher avec Ghérasim Luca aujourd’hui

Tout ouïe avec Voix et relation

Serge Martin, Voix et relation, une poétique de l’art littéraire où tout se rattache, Marie Delarbre éditions, janvier 2017.

Tout ouïe avec Voix et relation

Le titre de cette proposition reprend deux points, de voix chez Serge Martin, d’écoute chez moi, centraux dans l’essai qu’est Voix et relation. Essai, mieux qu’ouvrage, en cette exigence éthique à laquelle il tient, en cette activité d’un « essayer dire » qui est un « essayer écouter » « avec » les poèmes. D’où ce commencement, qui est recommencement du parcours de Voix et relation, pour ajuster mon écoute à ce passage de la voix dans la relation, de la relation dans la voix et de la voix à la relation et vice versa. Recommencement que fait l’écoute pour faire la recherche, ayant bien entendu l’injonction faite dès les premières pages, que « tout y compris la recherche elle-même, doit se mettre au régime du commencement, du recommencement, de l’état naissant » (p. 9). D’où, donc, cette reprise de deux points de voix autour desquels, entre autres, gravitent la recherche en relation : « tout ouïe » proposition poétique et éthique du deuxième chapitre (« Tout ouïe : le moyen de parler », p. 55) de la première partie (Chercher la voix, chercher la relation, p. 23) ; « avec » préposition – aux airs de proposition – résolument relationnelle, pour engager le lecteur dans une activité « avec » les poèmes – préposition toute bien différente d’un « sur » (les poèmes).  Activité, alors, qui déborde le littéraire, ou reconfigure le littéraire de son propre débordement, en quoi le littéraire n’est pas une détermination générique, ni même une surdétermination, car il faudrait toujours prendre garde à ce que de vouloir voir le littéraire comme condition de ce qui le déborde, on ne veuille pas l’étendre : « il ne s’est jamais agi de délimiter voire d’étendre un « domaine » de la voix et de la relation » (p. 127), précise Serge Martin en seconde partie (« Parcours de la voix-relation »).

Continuer la lecture de Tout ouïe avec Voix et relation

Engagement organique du racontage des « paroles » de Jacques Prévert

                                                       […] cette manière d’être – aussi loin de la philosophie que                       l’oiseau du papier (je louche à l’instant sur mes propres pages)
                                                        Georges Bataille, « De l’âge de pierre à Jacques Prévert » (1947), Œuvres complètes, tome XI, Gallimard, 1988, p. 93.

 

Il faudrait commencer par rappeler des évidences. Se souvenir, par exemple, que c’est Henri Michaux, son exact contemporain (né en 1899 comme Ponge) qui « après des mois d’effort », a pu « arracher » quelques textes à Jacques Prévert à la demande de Jean Paulhan pour la revue Mesures, mais ce dernier hésitant est rappelé à l’ordre par Michaux qui explique au directeur de la NRF que « Prévert écrit comme il parle sans se donner aucun mal, aucune excitation », ajoutant : « Ce ne serait pas son genre[1] ». Ajouter que le même Michaux aurait convaincu René Bertelé de publier Paroles[2]. Il faut donc d’abord rappeler combien Prévert est à considérer dans la Continuer la lecture de Engagement organique du racontage des « paroles » de Jacques Prévert

De l’histoire littéraire à l’expérience des trans-subjectivations (avec Maxime Decout)

Maxime Decout, Qui a peur de l’imitation ?, Paris, Les éditions de Minuit, 2017.

Ce que j’aime dans les essais de Maxime Decout c’est que, s’inscrivant explicitement dans l’histoire littéraire, ils ne cessent d’en saper le bien fondé ! L’épilogue de cet essai qui compte deux parties, la première listant les « malaises dans l’imitation » et la seconde posant cette dernière comme une activité défiant constamment sa propre existence, commence ainsi : « L’histoire littéraire a donc été profondément marquée du sceau de l’imitation et de sa peur ». Mais aussitôt Decout montre in fine combien les « dynamiques complexes » qu’engage l’imitation, défont la « chronologie toujours remaniée » de l’histoire littéraire et surtout rendent très suspectes deux de ses notions clés : l’origine et l’originalité. Au-delà du creusement des paradoxes de l’imitation et de l’extension des débordements qu’elle suscite, paradoxes et débordements qui « rénov[ent] en profondeur notre conception de l’originalité et de la littérature », Decout conclut sur « la convergence de deux statuts » et donc l’inanité du dualisme écriture/lecture ; bref, de quoi défaire bien des habitudes en critique littéraire comme en didactique de la littérature. Et ce livre vaut d’abord pour les anthologies qu’il construit comme celle qui en deux pages accumule des formules fortes de Gide à Valéry en passant par Montaigne, Proust et surtout Flaubert : « Il y a des phrases qui me restent dans la tête et dont je suis obsédé, comme de ces airs qui vous reviennent toujours et qui vous font mal tant on les aime ».
Continuer la lecture de De l’histoire littéraire à l’expérience des trans-subjectivations (avec Maxime Decout)

Une poétique anthropologique avec la littérature contemporaine de langue française