Lire Dominique Rabaté à l’occasion d’Une journée autour de l’impératif de la voix

Le 7 juin 2019, une journée d’études autour de L’Impératif de la voix (Classiques Garnier) a eu lieu avec pour thème et programme ce qui suit. Je publie ensuite ma communication à cette journée, qui est principalement consacrée au dernier ouvrage de Dominique Rabaté, La Passion de l’impossible Une histoire du récit au XXe siècle (Corti, 2019). 

 

Continuer la lecture de Lire Dominique Rabaté à l’occasion d’Une journée autour de l’impératif de la voix

Résonance : “une sociologie de la relation au monde” ne fait pas une poétique ni une politique de la relation (à propos d’HarTmut Rosa)



Comme un peuple de langages, comme un concert de voix qui souvent concertent et quelques fois dissonent, qui résonnent toujours. Et qui n’existent et ne méritent que comme donnant une résonance[1] .

[1]C. Péguy, Œuvres en proseII, Paris, La pléiade, Gallimard, p. 659 et 663.

Continuer la lecture de Résonance : “une sociologie de la relation au monde” ne fait pas une poétique ni une politique de la relation (à propos d’HarTmut Rosa)

Jean Sénac : le poème qui fait le plein de corps

La note de lecture qui suit a été publiée dans la revue Triages n° 31, juin 2019, p. 182-184. On peut écouter René de Ceccatty évoquer cette édition des poèmes de Jean Sénac dans l’émission de Manou Farine sur France Culture : « Sénac-Camus : une histoire algérienne », France Culture, « La compagnie des poètes », 22 février 2019,  https://www.franceculture.fr/emissions/poesie-et-ainsi-de-suite/senac-camus-une-histoire-algerienne

Jean Sénac, Œuvres poétiques, Préface de René de Ceccatty, Postface de Hamid Nacer-Khodja, Actes Sud, 2019, 836 p., 29 €.

« peut-être demain le poème… » (poème de Jean Sénac « à J.E. Bencheikh[1] », le « 21 novembre 1966 »)

L’édition de 1999 était épuisée et les éditions Actes Sud ont vraiment eu raison de proposer aux lecteurs cette reprise de l’œuvre poétique de Jean Sénac (1926-1973), avec la préface de René de Ceccatty qui souligne une parenté certaine avec Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Aussi, faut-il reprendre à nouveaux frais une lecture de Sénac surtout quand on considère sa place marginale[2]tant en France qu’en Algérie même s’il garde de fidèles et nombreux lecteurs. J’aimerais tout de suite affirmer son intempestivité qui continue jusqu’à aujourd’hui en France et en Algérie tout particulièrement, au moment où l’un et l’autre pays voient des soubresauts populaires et démocratiques venir heurter les langues de bois tant intellectuelles que communicationnelles des pouvoirs oppressifs ! Une telle intempestivité n’est pas réductible à quelque thématique et encore moins à quelque forme rhétorique : Sénac met le poème à hauteur d’un continu éthique, politique et érotique qu’effectivement l’on peut ressentir puissamment chez un Pasolini aujourd’hui, également en France comme en Italie, après la déferlante néo-libérale de plus en plus autoritaire. 

Continuer la lecture de Jean Sénac : le poème qui fait le plein de corps

Mallarmé et quatre poètes après 1945 : la thèse de Laurent Mourey

Membre du jury et rapporteur de la thèse de Laurent Mourey (soutenue le 29 mars 2019 à l’Université de Strasbourg) , je rends compte ci-dessous de ma lecture de ce travail de recherche important pour les études concernant Mallarmé et sa réception et pour la poétique de la lecture et de la voix continuée. Titre de la thèse : “Tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change” Présence et réception de Mallarmé dans la poésie française après 1945 – autour de Bonnefoy, Deguy, Maulpoix, Meschonnic.

Membres du jury:
Mme FINCK Michèle, directrice, Professeur, université de Strasbourg
M. MARCHAL Bertrand   Professeur, université Sorbonne – Paris IV, rapporteur
M. MARTIN Serge, Professeur émérite, université Sorbonne Nouvelle – Paris III, rapporteur
M. RABATE Dominique, Professeur, université Paris Diderot – Paris VII, président
M. WERLY Patrick, Maître de conférence HDR, université de Strasbourg.

Continuer la lecture de Mallarmé et quatre poètes après 1945 : la thèse de Laurent Mourey

Henri Meschonnic qui toujours recommence

La revue Apulée n° 4 propose un dossier “Henri Meschonnic” que j’ai coordonné. Il comprend un inédit d’Henri Meschonnic (“Le poème commence quand on ne peut plus parler”), des interventions de Pascal Lefranc (“Ecrire Meschonnic”), de Philippe Païni (“Le poème sur le bout de la langue”) et de Marko Pajevic (“Traduire Meschonnic en anglais”) ainsi qu’un entretien inédit d’Henri Meschonnic avec Michel Le Bris (“L’oublié du signe”). On peut compléter ce dossier en lisant un très beau travail de Shungo Morita à partir de lectures d’Adonis par Meschonnic autour de la notion d’Orient : https://mescho.hypotheses.org/625. Ci-dessous mon introduction et ma contribution. Il faut bien évidemment acheter ce très beau et gros numéro de la revue animée par Hubert Haddad: http://www.zulma.fr/livre-apulee-4-traduire-le-monde-572177.html

. Ci-dessous mon introduction et ma contribution. Il faut bien évidemment acheter ce très beau et gros numéro de la revue animée par Hubert Haddad: http://www.zulma.fr/livre-apulee-4-traduire-le-monde-572177.html

Continuer la lecture de Henri Meschonnic qui toujours recommence

“Les éclaboussures d’encre de ma voix”. Écouter encore et encore Christian Dotremont

Ce qui suit a été publié dans la revue Europe n° 1079, mars 2019. Voir le sommaire avec ce lien : https://www.europe-revue.net/produit/n-1079-christian-dotremont-mars-2019/

Oui ! pourquoi et comment écouter encore et encore Christian Dotremont. Car il s’agirait avec cette œuvre-vie d’une question d’écoute – comme on dit une question de vie (ou de mort !). Parce que, chez Dotremont, la demande d’écoute est au principe de tout : écoute les éclaboussures d’encre de ma voix, les éclats de rire de mon écriture à se tordre (Logogramme, 1972[1]). 

Logogramme de 1972: Ecoute les éclaboussures d’encre de ma voix, les éclats de rire de mon écriture à se tordre. Catalogue pour la XXXVIe Biennale de Venise.
Continuer la lecture de “Les éclaboussures d’encre de ma voix”. Écouter encore et encore Christian Dotremont

Une certaine voix : Albert Camus ou le poème dans et par la voix

Ce qui suit a été prononcé à Arc-et-Senans à l’occasion du colloque “Albert Camus et la poésie” des 28 et 29 septembre 2018. On peut également lire une autre intervention lors d’une table ronde de “poètes” ici : http://martinritman.blogspot.com/2019/02/camus-en-haute-mer.html. Une émission sur France Culture, diffusée le 22 février 2019, dans laquelle sont convoqués Camus et Jean Sénac, est audible avec le podcast en ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/poesie-et-ainsi-de-suite/senac-camus-une-histoire-algerienne.

1. Un poème de l’essayer (de) dire

Continuer la lecture de Une certaine voix : Albert Camus ou le poème dans et par la voix

UN PETIT CAILLOU DANS LA CHAUSSURE DIDACTIQUE : LE POÈME

Le travail qui suit est paru dans la revue Pratiques n° 179-180 (“Poésie et langue: aspects théoriques et didactiques”), 2018 (https://journals.openedition.org/pratiques/4710). Je pense avoir rédigé là ma dernière contribution concernant l’enseignement de la poésie de la maternelle à l’université ! Très heureux que cela s'(in)achève avec Desnos !


Il semble important de situer le mieux possible le défi que fait la poésie à l’enseignement, de la maternelle à l’université. On pourrait dire dans un premier temps que cela dépend du moment, du lieu, du niveau, etc. Certes les contextes, auxquels on réduit souvent les situations (voir Zask, 2008), constituent des données incontournables mais, avec la poésie, il semble assez indifférent de proposer tel poème en maternelle ou à l’université, le matin ou le soir, etc., sauf à rappeler ce qu’un enseignant peut vite apprendre à penser : qu’il est de sa responsabilité de proposer à ses élèves une programmation, c’est-à-dire tel texte, avec toute l’expérience qu’il appelle dans une pluralité situationnelle, après et avant tel autre, en regard d’une programmation élargie dans toutes les disciplines ou dans toute l’organisation pédagogique. Plus qu’une progression qui pose une maitrise avant toute expérience partagée, cette programmation devient une manière d’inciter chacun·e à construire des parcours qui montrent le continu des activités, des rencontres et des expériences. Par conséquent, les enseignants ont plus à penser les situations, comme rapport d’expériences, qu’à « gérer » les contextes (programmes, progressions, compétences…) surtout en poésie – ce que nous allons observer. Tout cela peut paraitre hypothétique et demande de commencer par reconsidérer la situation d’ensemble faite à la poésie dans l’enseignement puis de penser ce que seul fait un poème, l’écoute de l’écoute, jusque dans la moindre situation scolaire obligeant justement à penser situation et langage ensemble, et enfin de situer, dans cet engagement du poème, l’enjeu didactique, à vrai dire politique et éthique, de la poésie : tenir voix quand trop souvent les pertes de voix (individuelles ou collectives) ouvrent à des désubjectivations, sous les formes variées des stigmatisations (ou ce qui revient au même des identitarismes), des neutralisations ou des censures, qui réduisent l’enseignement à l’impasse des manipulations et autres impositions bien loin des inventions de savoirs et d’expériences partagés pour faire sociétéet vivre langage.

Continuer la lecture de UN PETIT CAILLOU DANS LA CHAUSSURE DIDACTIQUE : LE POÈME

Rapides digressions sur un étrange pays : la parole de et avec Michel Chaillou

Communication prononcée lors du colloque “Michel Chaillou à l’écoute de l’obscur” à la Sorbonne nouvelle le 8 février 2019.

Stéphane Mallarmé orientait son écriture vers « quelque chose d’occulte au fond de tous » tout en visant « la possibilité d’autre chose[1] ». Ils ne sont pas si nombreux ceux qui engagent de telles tentatives car il faut tenir ensemble le plus personnel en visant l’impersonnel, trouver les constellations d’une nuit toujours active et parfois terrible. Je me contente dans ce qui suit de quelques digressions pour approcher ce qui fait l’étrangeté de la vie de langage que Michel Chaillou partage avec son lecteur. Elle constitue sa spécificité que « cette déclaration » d’un autre Michel, le « génial Montaigne au livre III de ses Essais » que cite le premier dans son Éloge du démodé[2], viendrait comme situer précisément: « Pour ce mien dessein, il me vient à propos d’escrire chez moi, en pays sauvage où personne ne m’aide, ny me relève… ». Cette articulation d’un « chez moi » et d’un « pays sauvage » constitue un travail d’invention qui défait toutes les illusions souvent confortables de ceux qui oublient que les cartes et donc les histoires qu’on se raconte, les raisonnements qu’on construit voire les légendes qu’on aime croire, sont toujours des discours situés. Un inventeur comme Chaillou ne cesse de travailler sa situation non pour rendre adéquat le lieu et l’espace voire le temps mais pour explorer des extravagances comme conclut Bertrand Westphal dans son ouvrage Le Monde plausible Espace, lieu, carte, avec Clément Rosset : « L’extra-vagance fait […] virtuellement de tout individu, un être pantoporos, “capable d’emprunter tous les chemins, y compris les voies interdites”. Ce faisant, il brave la monotonie du réel et les restrictions du lieu. Il s’ouvre un chemin dans l’espace et rouvre un espace que de toute façon rien ne saurait entraver. […] L’attitude pantoporosconsacre l’approximation et l’approche relative au détriment de la permanence de la station absolue[3]. » Quelques digressions donc pour un Chaillou pantoporos.

Continuer la lecture de Rapides digressions sur un étrange pays : la parole de et avec Michel Chaillou

Les ateliers du dire : une thèse pour changer de cap en didactique des LANGUES et des littératures

Ci-dessous, ma contribution à la soutenance de thèse d’Olivier Mouginot : http://www.univ-paris3.fr/soutenance-de-these-de-m-olivier-mouginot-521319.kjsp

Voir son carnet de recherche : https://atelit.hypotheses.org/olivier-mouginot

Le directeur de la thèse d’Olivier Mouginot, Serge Martin (S. M.), prend la parole en commençant par remercier ses collègues qui ont accepté de lire et d’évaluer la recherche doctorale d’Olivier Mouginot. Il tient à partager avec eux le plaisir de voir Olivier Mouginot soutenir au moment où il prend sa retraite et ainsi de constater que le relai de la recherche est bel et bien assuré. Son directeur en est convaincu pour au moins trois raisons : 

Continuer la lecture de Les ateliers du dire : une thèse pour changer de cap en didactique des LANGUES et des littératures

Penser main dans la main (discours pour un départ à la Retraite)

Ce discours a été prononcé à la Sorbonne nouvelle le 4 octobre 2018 vers 19h30 après ceux des collègues du département, de Valérie Spaëth (directrice du DILTEC EA2288), d’Emmanuel Fraisse (ancien directeur de l’INRP) et de Jean-Louis Chiss ( directeur de l’UFR Littérature Linguistique Didactique) et avant un buffet amical.

Je suis sans voix. Quand on est sans voix, c’est possiblement que le silence comme privatif vocal peut constituer la seule parole possible : oui, je suis sidéré par le bonheur partagé à cette occasion, un départ comme on dit avec ce que tout départ fait entendre d’adieux certainement nostalgiques mais surtout de passages : transmission ininterrompue, continuée. Et s’agissant de transmission, on sait combien les silences sont actifs parce qu’ils sont des écoutes de l’infime. Les vieux amoureux n’ont rien à se dire mais tout à écouter encore, encore.

Continuer la lecture de Penser main dans la main (discours pour un départ à la Retraite)

Le poème, relation de voix : une activité critique

Ce qui suit a été prononcé au colloque de Grenoble dont on peut lire dorénavant les actes : Christine Boutevin, Nathalie Brillant Rannou, Gersende Plisonneau (dir.), A l’écoute des poèmes Enseigner les lectures créatives, Bruxelles, Peter Lang, coll. « Théocrit », 2018. Voir à cette adresse : https://www.peterlang.com/view/title/62413 

L’enjeu est paradoxalement considérable pour ce qui relève soit d’une sous-discipline, soit d’activités démodées ou marginales voire extra-scolaires, et le plus souvent d’une confusion notionnelle inextricable : la poésie. On devrait alors s’essayer simplement à répondre à la question : à quoi sert un poème en situation scolaire ? Mais aussitôt le déplacement problématique s’engagera et comme cela infiniment : qu’est-ce qu’un poèmeen situation scolaire ? Il semble alors plus judicieux de maintenir à vif le test du poème ou, autrement dit, de considérer le poème comme point de vue sur le langage et donc comme analyseur critique, y compris pour l’élève, sur tout ce que fait l’enseignement quant au langage ne serait-ce qu’en termes de représentations qui parfois passent pour des vérités si ce n’est des savoirs : vers et proses, rythmes et rimes, dictions et fonctions, etc. Aussi, cette contribution tentera-t-elle d’avancer quelques nœuds critiques qui permettraient de ne pas prendre les questions pour des réponses, que bien souvent seul le poème ravive dans l’enseignement non seulement des littératures mais également de ce qu’on peut appeler l’attention au langage qui est l’attention à la relation. L’enjeu est bien celui de ne pas laisser faire séparations, réductions et instrumentalisations, mais de faire du poème et de son écoute un point de voix, comme on dit un point de vue[1], sur le langage, l’apprentissage et l’enseignement. Partant de l’hypothèse forte anthropologiquement et didactiquement que la voix est relation[2]et donc que le poème fait le test de cette activité, je m’attacherai ici à ce qui concourt à une interaction la plus forte possible entre le poème et la relation en situation scolaire : quelle relation engage tel poème et quel poème engage telle relation ? Ce test de la relation de voix peut se formuler simplement : plus (ou moins) il y a de voix, plus (ou moins) il y a de poème et de relation, et l’inverse.

Continuer la lecture de Le poème, relation de voix : une activité critique

Mathieu Depeursinge : une thèse sur les conditions de la lecture en démocratie, qui va compter !

Rapport sur la thèse de Mathieu DEPEURSINGE, L’éducation poétique par l’illisible Enquête sur les conditions de la lecture en démocratie, présentée le 5 décembre 2018 à la Faculté des Lettres de Lausanne pour l’obtention du grade de Docteur ès lettres sous la direction des Professeurs Antonio Rodriguez (dir.) et Noël Cordonnier (co-dir.)

Continuer la lecture de Mathieu Depeursinge : une thèse sur les conditions de la lecture en démocratie, qui va compter !

Une poétique anthropologique avec la littérature contemporaine de langue française