Archives par mot-clé : Breton André

Tenir voix en faisant relation (repartant de Julien Gracq)

Ci-dessous les citations qui permettront de suivre ma communication à la journée d’études organisée par Olivier Mouginot à l’Université de Besançon : Journée d’étude du 24 septembre 2021 (9h-15h) UFR SLHS, campus Mégevand, Besançon : Phrase, phrasé, rythme en enseignement et en recherche : penser/expérimenter le continu du discours. Pour participer en présentiel : Salle H21, 2ème étage, 47 rue Mégevand, Besançon. Ou à distance : https://meet.google.com/obx-ibsr-qjf

 

Résumé : Dans un essai remarquable de 1948, Julien Gracq offre « quelques aspects de l’écrivain » André Breton et y parle d’« une certaine manière de poser la voix » en proposant une forte réflexion sur la phrase. J’aimerais reprendre l’heuristique de cette réflexion, laquelle ouvre au phrasé et au rythme, pour la rattacher à une orientation vocale, à l’oralité de l’écriture (Henri Meschonnic, 1982), puisque chez Breton « une ligne de vie parcourt la phrase » (Gracq, 1989 : 486). Je tenterai d’apercevoir les implications d’un tel continu jusque dans la classe de langage, de la maternelle à l’université, où il y aurait un grand intérêt à enseigner en vue de « rendre à l’écriture la haute valeur mimétique, le très riche registre d’intonations et de gestes, le trésor d’inflexions, la force communicative électrisante du langage de « celui qui parle » » (Gracq, 1989 : 500). Bref, chercher à enseigner pour que chacun.e tienne voix en faisant relation !

Serge Martin est professeur émérite (Université Sorbonne nouvelle ; DILTEC, EA 2288 et THALIM, UMR 7172) après avoir été facteur, instituteur et formateur d’enseignants. Il a publié plusieurs essais visant une poétique des voix : L’Harmattan, 2005, 2015 ; Marie Delarbre, 2017 ; Classiques Garnier, 2019 ; Otrante, 2020. Il écrit également sous le nom de Serge Ritman : Tarabuste.

  1. Henri Meschonnic, « Historicité de Saint-John Perse », Critique du rythme, 1982, p. 389 :

Si le rythme est organisation du langage, il est aussi organisation du sens, système du sujet, non plus du sens limité au signifié du dualisme, mais d’un qui est compris comme une activité d’un sujet dans une histoire, suscitant la recherche de sa rationalité. Système qui implique à la fois une théorie du langage et une théorie du sujet – une poétique et une politique du discours. Le poème en est le révélateur. Il ne laisse pas dormir la théorie du signe. Aussi la langue a-t-elle le pouvoir pour que le discours ne dorme pas.

Des poètes se sont mis dans la langue, c’est-à-dire du côté du pouvoir.

De ce point de vue, tragiquement, par rapport à la vie, ou à son intelligence politique, et contre son propre discours sur la poésie, Saint-John Perse aura été la bonne conscience de son temps.

  1. Julien Gracq, « D’une certaine manière de « poser la voix » » dans « André Breton, Quelques aspects de l’écrivain » (1948) dans Œuvres complètes, tome 1, La Pléiade, Paris, Gallimard, 1989, 397-515 :

Rien ne remplace, et c’est bien connu, la prise immédiate que trouve sur le lecteur une phrase dont on s’assure à je ne sais quelle « saute de vent » qui soulève soudain avec un claquement de voile le cours égal d’une prose bien gouvernée – qu’elle s’est présentée au scripteur à l’improviste, vraiment « au tournant », qu’il s’est senti soudain avec elle face à face dans la brusquerie de l’éblouissement. (477)

Une double et neuve exigence – sans s’y substituer – prend le pas sur l’ancienne : réussir, par un traitement inédit du langage, à capter les « courants sensibles » dont il sait pour les privilégiés se faire détecteur – ce courant une fois capté, parvenir, plutôt qu’à en transmettre le « sens », à en véhiculer l’ébranlement. (478)

se « fier[…] presque aveuglément […] à un certain cheminement de la phrase, aussi intimement signalétique que brusquement le roulis familier des épaules de quelqu’un qui marche devant nous dans la rue » (479)

des états contagieux de la pensée où le seul passage d’un souffle impalpable sème en éclair d’un être à l’autre la floraison incendiaire d’un climat d’orage. (475-476)

« une ductulité anormale tout à coup » qui « s’avise de ployer l’armature si rigide et ordinairement si monotone de la phrase française » (479)

« le privilège de la syntaxe est d’être elle-même en mouvement, et qu’à la chute qui étrangle chaque phrase répond corrélativement l’élan irremplaçable, le bondissement qui lui permet de commencer » (483)

« aussi fondamentaux qu’irréductibles l’un à l’autre », « le type de la phrase conclusive » et celui « de la phrase déferlante » (484-485)

« Une autre comparaison s’offre qui permettra peut-être de communiquer d’une manière différente une impression difficile à préciser autrement que par des exemples » (487)

Jusqu’au dernier moment sinueuse, méandreuse, en éveil, toute en courbes qui sont autant qu’amorces tendues à l’arabesque qui voudrait s’y greffer, oscillante comme l’aiguille de la boussole, et attirant à elle comme un aimant tout ce qui flotte aux alentours de plus subtilement magnétisé, la phrase de Breton prolonge son appel indéfini à la chance et à la rencontre, reste ouverte, disponible, prête à battre tous les buissons et à déserter les sentiers de l’école pour le chemin des écoliers. Insoucieuse de tout ce qui ressemble à la somnolence d’une route, fuyant comme la mort tout ce qui pourrait la coaguler trop vite, dénouée, déliée, et n’aimant rien tant que de se laisser soulever de bout en bout au passage des grands trains d’ondes qui viennent d’on ne sait quel ailleurs, chacune de ces phrases aux souples et prenants mouvements se jette à l’eau comme aucune autre. (486)

« laisser à la phrase toute la disponibilité dont elle est capable, toute sa souplesse à capter tout entière le moindre coup de vent qui vient soudain à la traverse » (489), « à lui ménager des rebondissements indéfinis » (490). De même, la prédilection de Breton pour « l’affirmation indirecte » permet à Gracq de reconnaître, derrière ces « tours », « quelque chose comme le timbre de sa voix écrite » (491)

elle est « tout entière bonne conductrice » (493)

le « murmure auditif » (ibid.) ou « le courant d’eau vive dans l’écriture » (499)

« la pensée est quelque chose qui agit par un éveil de sympathie » (500)

« rendre à l’écriture la haute valeur mimétique, le très riche registre d’intonations et de gestes, le trésor d’inflexions, la force communicative électrisante du langage de « celui qui parle » » (ibid.)

un tel « ton de voix »,

« Breton ne s’est jamais arrêté à la solution la plus simple, comme aussi la plus décevante, qui était l’adoption du style parlé » (ibid.)

(« Voici Jacques Vaché, le ton de voix », cité en 500) : « phrase « ton de voix » » (503)

« de faire participer autant que possible le lecteur à la genèse même de la phrase » (506)

la forte valeur de « l’italique chez Breton » qui en tant que « point focal » permet d’épouser « le sentiment même d’éclosion » (ibid.)

l’apport de Breton « à la phrase française classique » à laquelle il aurait « transfusé » « ce dynamisme explosif du mot qui constitue (avec les recherches de Baudelaire, Rimbaud, Mallarmé, Valéry) l’apport positif du dernier siècle de la poésie française » (508)

« instrument d’équilibre au sein du vertige » (509)

un « déni lucide de la pesanteur » (509).

« ce balancier dont la mystérieuse oscillation de vague parle indissolublement à la fois de la hantise de l’abîme et de la solidité du fil conducteur » (509)

Conclusion :

les trois inflexions qui permettraient d’engager des tenir voix qui font relation : (1) Ne plus viser une formule logique de la phrase, du phrasé, du rythme mais ouvrir à autant de réénonciations que la voix qui les porte engagent à rebondissements ; (2) Penser le langage avec la/les voix pour, « inconsciemment d’abord et de façon hésitante, puis infaillible à partir du moment où le coup de théâtre de la trouvaille intervient », atteindre un « point focal autour duquel la pensée a gravité »  (506) ; (3) La grammaire de la phrase, du phrasé, du rythme n’est alors qu’une résultante historique, située et singulière d’une telle écoute, toujours à rejouer dans et par la pluralité des expériences, des rencontres, des surprises et qu’il doit être possible d’écrire comme traces d’un parcours d’écoute.

En fin de compte, tout chercheur et tout enseignant devrait faire sienne cette déclaration du poète Ghérasim Luca dans L’Inventeur de l’amour : « Comme le funambule / suspendu à son ombrelle // je m’accroche / à mon propre déséquilibre » (Corti, 1994 : 8)

(Sens du langage 3) : Enoncer/réénoncer – vers des points de voix

J’aimerais partir de la reprise par Henri Meschonnic (Célébration de la poésie, Verdier, 2001, p. 250) de la formule de Mallarmé, « le poème, énonciateur » (Œuvres complètes, La pléiade, 1945, p. 365), pour tenter de penser les discours par ce que l’on pourrait appeler des points de voix qui offrent autant de leviers nécessaires à l’attention aux énonciations (et peut-être encore plus aux réénonciations) dès que les œuvres font œuvre – en situation d’enseignement ou d’expérience artistique. J’évoquerai à ce propos une proposition ancienne (« Faire œuvre avec les œuvres » (Le Français aujourd’hui n° 149, 2005, p. 67-73 – article en ligne sur cairn et repris dans Poétique de la voix en littérature jeunesse, L’Harmattan, 2015) pour non seulement la renouveler au plus près d’une didactique des réénonciations ou voix continuées mais également pour penser une démocratie des voix dans les études littéraires comme en didactique des littératures, dans les expériences artistiques comme en situations de transmission-reprise. J’aimerais évoquer, avant de me lancer dans cette exploration, les remarques récentes de la romancière Léonora Miano (L’impératif transgressif, L’arche, 2016) pour « décoloniser » la recherche et la création et y augmenter l’écoute des « sans-voix », du moins des minorisés, marginalisés ou intempestifs… sans compter l’écoute de ce qui n’a pas encore de voix dans nos vies, ou de ce qu’on ne sait pas qui fait voix. Peut-être que c’est dans ces insatisfactions que réside l’envie de chercher des points de voix. La recherche que j’aimerais partager ici commencera par un document peu connu d’Henri Meschonnic, passera rapidement sur la situation de la voix chez les linguistes et les littéraires, se ressourcera à Benveniste pour examiner de près quelques travaux en anthropologie et en praxématique, pour ne pas conclure par une lecture d’un « roman » de Bernard Noël qu’un poème d’André Breton complétera en vue de dessiner une constellation de points de voix qui résonneront avec la critique de la notion de point de vue à peine engagée ici.

 1. Henri Meschonnic et le point de vue : vers une pensée du point de voix Continuer la lecture de (Sens du langage 3) : Enoncer/réénoncer – vers des points de voix