Serge Martin : principaux ouvrages publiés

Cette page est en construction. On peut retrouver plus d’éléments sur ce blog : http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/

1. Ouvrages personnels :

ENFANCE-ET-LANGAGES_GF_MARTIN_POETIQUE-DE-LA-VOIX

Poétique de la voix Le racontage de la maternelle à l’université, L’Harmattan, 2015

recensions à cette adresse : http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2015/01/poetique-de-la-voix-en-litterature-de.html et entretien avec l’auteur :

Les Cahiers du Chemin (1967-1977) de Georges Lambrichs. Poétique d’une revue littéraire, Paris, Champion, « Poétique et esthétique des XXe et XXIe siècles », 2013, 224 pages.

Recensions :

Laurent Mourey pour « Recours au poème » : http://www.recoursaupoeme.fr/essais/la-revue-les-cahiers-du-chemin/laurent-mourey

Yann Miralles pour « Poézibao »: http://poezibao.typepad.com/poezibao/2013/07/note-de-lecture-serge-martin-les-cahiers-du-chemin-1967-1977-de-georges-lambrichs-poétique-dune-revu.html

Patrick Kechichian pour Art Press :

émission d’Alain Veinstein du 04.12.2013 :

du lundi au vendredi de minuit à 0h35
Alain Veinstein reçoit Serge Martin qui publie « Les Cahiers du Chemin (1967-1977) de Georges Lambrichs » (Honoré Champion)

Jacques Munier sur France Culture :

https://www.franceculture.fr/emission-l-essai-et-la-revue-du-jour-les-cahiers-du-chemin-cahiers-artaud-2013-12-16

du lundi au vendredi de 6h38 à 6h45

Les Cahiers du Chemin / Cahiers Artaud

16.12.2013 – 06:38 Ajouter à ma liste de lectureRecevoir l'émission sur mon mobile
Serge Martin : Les Cahiers du Chemin (1967-1977) de Georges Lambrichs. Poétique d’une revue littéraire (Honoré Champion) / Revue Cahiers Artaud (Éditions Les Cahiers)
« Si les revues meurent, elles ne cessent de vivre », nous dit Serge Martin. Et il est vrai que certaines d’entre elles continuent à vivre d’une existence souterraine, à la façon d’un legs, d’un dépôt, le souvenir d’une aventure collective qui tisse entre ceux qui l’ont vécue une sorte de réseau plus ou moins dense qui survit à leur disparition. La Revue blanche, les Cahiers de la QuinzaineLe Mercure de France, avec sa longue histoire, Tel Quel ou L’Éphémère sont de celles-là. Pour avoir explicitement renoncé à « faire école » ou « écurie d’auteurs », ainsi qu’à afficher crédo ou théorie, Les Cahiers du Chemin n’en ont pas moins formé une nébuleuse ramassée, bien visible et identifiable dans le ciel des années 60 et 70, et sa course s’est poursuivie au-delà de son moment d’inertie, peut-être du fait de la légèreté de son dispositif – un déjeuner hebdomadaire entre amis – et de la liberté des liens qui unissaient des écrivains aussi différents que Jude Stéfan, Jacques Réda, Le Clézio, Butor, Meschonnic, Deguy, Jean-Loup Trassard ou Michel Chaillou, et ce n’est là que le premier cercle, la revue ayant publié 147 auteurs dans ses trente livraisons. « Il existe sans doute une complicité profonde, mal décrite encore, qui attache les propos de table à la création », disait Jean Duvignaud en évoquant Georges Lambrichs, le fondateur et animateur des Cahiers du Chemin. « Et le Bordeaux remplissait nos verres et nous parlions » se souvient Henri Thomas. Des affinités électives auront donné corps à ce collectif, illustrant ce que Péguy disait de sa propre revue : « une amitié, et une cité ».
L’homme qui orchestra ces affinités était un transfuge des Éditions de Minuit, d’où il envoyait à son ami Jean Paulhan, chez Gallimard, les manuscrits refusés par la maison de Vercors. Né à Bruxelles et familier des surréalistes belges, il était un homme de revues, et écrivain lui-même il avait un flair infaillible pour repérer les jeunes talents. C’est par exemple sa revue 84 qui révélera Beckett, Duras ou Butor. Lorsqu’il passe chez Gallimard, c’est d’abord une collection qu’il crée – Le Chemin – avant de lancer sa revue. Dans son histoire de la NRF Alban Cerisier suggère que « sa contribution au renouvellement du catalogue de Gallimard n’a pas fini d’être évalué ». C’est aussi la raison pour laquelle l’aventure prend fin après dix ans de coexistence avec la « grande » revue de la maison, toute occupée à renforcer « sa dimension anthologique, rétrospective ». Lorsque Georges Lambrichs prend la tête de la NRF moribonde, c’est la nébuleuse des Cahiers du Chemin qu’il amène avec lui.
Marcel Arland, son prédécesseur, évoquait dans un entretien « toutes ces recherches du genre de Tel Quel » qui, selon lui, n’avaient pas leur place dans la NRF et dont pouvait s’occuper Les Cahiers. Serge Martin analyse leur place dans le paysage intellectuel français de ces années dominées par le structuralisme et la théorie de la littérature. Les relations avec Tel Quel, notamment, furent parfois polémiques. Lorsque Francis Ponge rompt avec le groupe, c’est dans les Cahiers qu’il publie sa virulente diatribe sous le titre « Du vent ! », fustigeant « les verbeux » qui se sentent « sous le vent », enchantés de leurs « grands airs, de cet esprit fort ». « L’esprit, disent-ils, souffle où il veut ! » – A mon cul… » On peut pour adoucir le trait citer un autre habitué des Cahiers, l’excellent Georges Perros en 1970, mais là c’était dans la NRF – changement de ton : « Quand je lis Barthes, j’éprouve du plaisir. Je ne me dis pas qu’il est en train de faire une révolution, de changer le monde et comment le saurais-je ? non, je jubile. Il vous déshabille Racine, et toute chemise enlevée, qui voit-on, Barthes en personne. Voilà ce que j’appelle de la critique. Il est tellement proche d’une œuvre – la sienne – que celle qu’il travaille le change en lui-même. Après quoi on vient me dire que Barthes est structuraliste. C’est très secondaire. »
Jacques Munier

Tristan Hordé dans Europe n° 1017-1018, janvier-février 2014, p. 384-385 :

 

Bernard Baillaud dans La Revue des revues n° 51, Ent’revues, printemps 2014, p. 110-113.

 

 

Isabelle Roussel-Gillet dans Nouvelles études francophones 28-2, p. 249-251.

Martin, Serge. Les Cahiers du Chemin (1967–1977) de Georges Lambrichs: Poétique d’une revue littéraire. Paris: Éditions Honoré Champion, 2013.
isbn 9782745326324. 224 p.
Entreprise de réhabilitation de la revue Les Cahiers du Chemin, l’ouvrage de Serge Martin retrace l’histoire des dix ans de cette revue et de ses trente numéros dans le contexte des années soixante, par trop avide d’avant-gardisme, et au-delà. La préférence est donnée aux lectures-écritures au-delà des frontières qui gèlent souvent la littérature dans les formalismes et académismes. Loin des “-ismes,” Serge Martin suit son propre chemin de critique souhaitant affirmer une relation à des voix: Butor, Le Clézio, Meschonnic, Stéfan, Bourgeade, Macé, Réda, pour ne citer que les plus récurrents parmi les cent quarante-sept auteurs publiés dans la revue. Lire ou écrire, c’est avec eux prendre le risque d’une “force d’inconnu.” Et il est bien inutile de vouloir réduire l’ensemble des contributions de chaque numéro à un dénominateur commun autre que celui-là, sinon peut-être le “sentiment de beauté.” Pour explorer cet inconnu, Lambrichs ne se borne pas à des publications isolées, il stimule la rencontre des auteurs autant que la lecture en échos des textes. Pour preuve la non-ligne éditoriale pour lui préférer la struc- ture en écho propre à chaque numéro et le sommaire rejoué d’un numéro l’autre. Pour suivre l’aventure de Lambrichs, loin des théories et des thèses, plus proche des existentiels que de l’existentialisme, le livre s’ouvre sur un “portrait mobile” de l’animateur de la revue au regard de ses amitiés (Jean Paulhan), ou comme écrivain enchanteur de son roman Chaystre chroniqué par Dhôtel. Ou encore, poursuivant ce portrait kaléidoscopique, Serge Martin donne voix à Blanchot, Fondane, Duvignaud, s’exprimant sur cet homme de littérature, entendez par là soucieux du sens et d’être toujours surpris. Un chapitre du livre est consa- cré à rappeler que Lambrichs a collaboré à d’autres revues—Le Rouge et le noir, Réponse, Le Ciel bleu, Troisième convoi, 84 dont il fut rédacteur en chef—ainsi qu’à ses relations avec Jérôme Lindon. S’appuyant sur des archives déposées à l’IMEC (le séminaire “archives de l’édition” sur Georges Lambrichs et Les Cahiers du Chemin conduit en 2011 par Serge Martin s’est tenu à l’imec), comme sur des entretiens, l’auteur donne aussi force de preuve aux chiffres: deux cent soixante dix-huit ouvrages au catalogue Gallimard publiés par ce défenseur d’une littérature hors des lignes.

Le portrait ne s’écrit qu’en relations. Un numéro de revue, comme le dix, est ainsi lu dans ses “fines attaches” qui articulent Parant, Celan ou Borderie. C’est dire que Serge Martin propose une lecture-relation en actes. L’auteur pense les résonances poursuivant son propre parcours depuis L’Amour en fragments. Poétique de la relation critique (Artois PU, 2003). De cercles en communauté utopique, l’auteur tache d’éviter d’unifier ce qui s’y refuse, aussi opte-t-il pour de nombreuses citations très éclairantes, ainsi de celle-ci (67) empruntée à Gilles Quinsat: “Il faudrait faire davantage des promenades qui ne mènent à rien.”

Quittant cette première partie pour un portait d’homme libre, la seconde fait entendre les voix des auteurs publiés. L’auteur opte pour deux méthodes de lecture: la première consiste à lire l’intégralité du premier et du dernier numéro, la seconde à parcourir les autres de façon flottante. Il est vrai que la lecture exhaustive eut rendu l’ouvrage bien cumulatif et aurait accentué par trop la perte de repères/repaires même si celle-ci est dans l’esprit de la revue. À notre tour d’adopter une lecture flottante pour dégager trois idées fortes: la revue “inclut sa propre réflexivité” (82), de Tam Tam à Roudaut lus en “tête à tête.” Quand Serge Martin s’attarde sur les hapax dans ses traversées, on ne s’étonne pas qu’il choisisse Le Clézio (sa schize lors d’une prise de datura, sa force poétique, son hommage à la “sauvagerie” d’Artaud), très présent dans cette revue, mais il a le goût de choisir aussi les contributions uniques comme celle d’Henri Michaux qu’il lit en la croisant avec celle de Malnuit. La seconde idée forte est la primauté accordée au “récit d’écoute intérieure,” formule de Chaillou (95) tout à fait em- blématique du fonctionnement des Cahiers. La troisième tient à ce qu’il nomme l’inquiétude des Cahiers (147). D’où le choix de citer un texte d’Octavio Paz paru dans la revue pour ce qu’il tente d’approcher l’inconnu en soi.

Le livre explique les débats, la vie intestine des éditions Gallimard, les dis- sonances entre les poètes Deguy et Meschonnic dont Serge Martin apprécie la poétique de la traduction, la critique de l’idéologie d’une poétisation, la rupture avec le structuralisme (l’année 1966!). Nombreuses sont les occasions qui sont nous données de lire des passages de la revue afin de nous faire sentir comment elle fait “tenir le continu d’expériences aussi dissemblables” (127). Autant repré- sentative que singulière, ou représentative par sa singularité même, la dernière contribution de Le Clézio s’intitule “Visages-Nuages”: “Une organique et une érotique y organisent la physique du langage, bien plus qu’une analytique onto- logique [. . .] : elles engagent une anthropologie poétique comme anthropologie du langage dans l’aventure du poème” (137). Serge Martin analyse alors la “mise en page” proche du “rite de composition,” pensé par Mallarmé, à travers ce qui sera publié et réuni sous le titre L’Inconnu sur la terre. Poétique de la relation, de l’inachèvement et de l’inconnu s’y conjuguent. C’est la séquence d’analyse la plus longue, outre celle consacrée aux positions de Meschonnic dans cette histoire d’une revue en quête d’“inconnu personnel.”

Enfin, avant de lister rigoureusement l’ensemble des sommaires des trente livraisons, la dernière et troisième partie situe la revue par rapport à la nrf qui l’a occultée ou par rapport à Tel Quel, dont l’histoire a déjà été écrite par Philippe Forest. Les luttes de pouvoir ou modalités de structuration du champ éditorial sont resituées pour s’en déprendre car Lambrichs sut créer des passerelles d’une revue à l’autre au lieu de cultiver des frontières éditoriales. Lambrichs dirigea par la suite la nrf. Plutôt que d’enchaîner sur cette suite, c’est au roman Les Fines Attaches que Lambrichs publia, avant l’aventure des Cahiers, en 1957, que Serge Martin revient pour déclore encore et prendre la lecture pour promenade: “[. . .] vous lisez en marchant; votre pas s’est peu à peu ralenti jusqu’à ce qu’il se trouve accordé avec le mouvement de votre lecture; cet exercice permet d’être attentif sans courir d’autres dangers que ceux qui grandissent en vous.”

Isabelle Roussel-Gillet, Université de Lille 2

_____________________________________________________________________________

Dédicaces poèmes vers Henri Meschonnic, coll. « Résonance générale >> essais pour la poétique », Mont-de-Laval, L’Atelier du grand tétras, 2012, 152 p.

Une note de lecture d’Alexis Pelletier sur Poezibao:

http://poezibao.typepad.com/poezibao/2012/05/note-de-lecture-dédicaces-poèmes-vers-henri-meschonnic-de-serge-martin-ritman-par-alexis-pelletier.html

Une note de lecture d’Anne Mounic à cette adresse (revue Temporel) :

______________________________________________________________________

La Poésie à plusieurs voix. Rencontres avec trente poètes d’aujourd’hui, préface de Jean-Pierre Siméon, coll. « Le Français aujourd’hui », Paris : Armand Colin, 2010, 264 p.

Sommaire:

Préface de Jean-Pierre Siméon (directeur du Printemps des poètes)
Introduction : Poèmes et poètes, le bonheur des rencontres
1. Jacques Ancet (nº 122), 2. Daniel Biga (nº 124), 3. Béatrice Bonhomme (nº 134), 4. Pascal Boulanger (nº 151), 5. érard Cartier (nº 133), 6. Benoît Conort (nº 135), 7. Ludovic Degroote (nº 150), 8. Ariane Dreyfus (nº 126), 9. Louis Dubost (nº 120), 10. Jean-Pascal Dubost (nº 160), 11. André du Bouchet (nº 109), 12. Antoine Émaz (nº 113), 13. Lorand Gaspar (nº 95 ), 14. Dominique Grandmont (nº 108), 15. Hubert Haddad (nº 117), 16. Bernard Heidsieck (nº 103), 17. Abdelmahjid Kaouah (nº 140), 18. Sophie Loizeau (nº 155), 19. Claire Malroux (nº 136), 20. Henri Meschonnic (nº 137 et nº 138), 21. Sylvie Nève (nº 163), 22. Bernard Noël (nº 100 et nº 101), 23. Jean-Luc Parant (nº 143), 24. Alexis Peletier (nº 156), 25. Charles Pennequin (nº 159), 26. Christian Prigent (nº 112), 27. Valérie Rouzeau (nº 149), 28. James Sacré (nº 161), 29. Esther Tellerman (nº 128), 30. Bernard Vargaftig (nº 115), 31. Jean-Pierre Verheggen (nº 153)
Bibliographie intégrale des chroniques de poésie et des articles sur l’enseignement de la poésie dans Le Français aujourd’hui depuis les origines de la revue
Bibliographie générale (I. La poésie en France, II. La poésie, la critique et l’enseignement)

http://www.armand-colin.com/livre/345171/la-poesie-a-plusieurs-voix.php

_________________________

LDJ? Couv

Quelle littérature pour la jeunesse ?
 Collection « 50 questions », Klincksieck, 2009.

S’appuyant sur une histoire longue, la littérature de jeunesse est un secteur important de l’édition. D’emblée internationale et profondément renouvelée depuis les années 1970, elle conteste les frontières des genres en mêlant traditions et innovations.
Cet ouvrage observe ce que devient la littérature avec la littérature de jeunesse, aujourd’hui plus qu’hier. Se référant aux oeuvres incontournables, il montre la force de l’oralité, en écriture et en lecture, en texte et en image.
Des rêveries aux aventures, des comptines aux contes, des témoignages aux fictions, une  anthropologie poétique se dessine : quelle littérature… de jeunesse ? Celle qui toujours commence !

revue de presse à cette adresse:

http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2009/11/quelle-litterature-pour-la-jeunesse.html

___________________________________

LANGAGE ET RELATION. Poétique de l’amour

Collection Anthropologie du Monde Occidental
Editions L’Harmattan, 2005
ISBN : 2-7475-9543-9 • novembre 2005 • 336 pages

Prix éditeur : 28 € 26,60 € / 174 FF
L’auteur prend appui sur un corpus important de textes poétiques de ces trente dernières années. Cet ouvrage cherche à poser les fondements d’une anthropologie historique du langage afin d’indiquer les conditions d’une pensée de la relation et donc de la relation amoureuse hors de tout psychologisme ou sociologisme.

Commander :

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=20343&razSqlClone=1

Présentation et recensions à cette adresse:

http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2010/01/langage-et-relation-poetique-de-lamour.html

Arnaud Bernadet dans Europe n° 928-929, Paris, septembre 2006, p. 376-377.

Laurent Mourey dans Résonance générale n°2 (« Rien ne se répète avec l’art critique »), éditions l’atelier du grand tétras, hiver 2008, p. 137-146.

___________________________________

L’Amour en fragments. Poétique de la relation critique

Auteur(s) : Serge Martin
Présentation : Broché
Parution : 2004
Dimensions : 16cm x 24cm, 370 pages
Collection : Études littéraires, série “Manières de critiquer”
ISBN : 2-848320-06-0
Prix : 20 €

On peut commander à cette adresse :

http://apu.univ-artois.fr/wp-content/uploads/2009/06/amour-en-fragments-copie2.jpg&imgrefurl=

Les théories relationnelles s’inscrivent très rarement dans la recherche d’une « théorie du langage » inaugurée par Saussure. La dimension voire l’ambition relationnelle de maintes théories obligent à prendre en compte le langage. Malheureusement, ces « tournants linguistiques » s’achèvent généralement hors langage. La critique littéraire, la linguistique, la phénoménologie, l’esthétique, etc., proposent le plus souvent une relation critique aux œuvres de langage sans une critique de la relation dans et par le langage. En cherchant au plus près l’articulation d’une critique de la relation et d’une critique des œuvres qui font le plus la relation – en l’occurrence les poèmes dits d’amour, il semble possible de reconsidérer les meilleures théories relationnelles, du moins de ne pas perdre l’attention que toutes les théories relationnelles disent porter au langage.

Le gain d’une telle approche critique serait double : donner à l’ambition relationnelle des théories critiques soucieuses du langage une perspective anthropologique qui confère au langage comme activité de subjectivation le rôle d’interprétant (Benveniste) qui lui revient ; sortir l’intérêt pour les oeuvres de langage des catégories réductrices et séparatrices traditionnelles (œuvres vs. documents ; lyrisme vs. formalisme; etc.) pour les considérer comme les plus puissants opérateurs de transformation de formes de vie en formes de langage et l’inverse. Avec un peu d’humour, on ne parlera donc plus de « poèmes d’amour » mais de poèmes qui font l’amour – plus qu’ils ne le disent puisqu’ils l’inventent. Au-delà, on observera que tout le langage résonne alors de tels poèmes. À condition qu’on sache les écouter.

Recensions disponibles à cette adresse: http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2009/12/lamour-en-fragments.html):

Henri Meschonnic dans Esprit, n° 10, octobre 2005, p. 184-186.

Laurent Mourey dans Europe, n° 912, avril 2005, p. 374-375.

Gérard Dessons dans Le Français aujourd’hui, n° 153, juin 2006.

____________________________

 

LA POÉSIE DANS LES SOULÈVEMENTS avec Bernard Vargaftig

Collection Esthétiques
Editions L’Harmattan

ISBN : 2-7475-0987-7 • septembre 2001 • 190 pages

Prix éditeur : 16,8 € 15,96 € / 105 FF

La poétique sombre souvent dans une rhétorique ou une stylistique qui se redistribuent généralité ou originalité selon des pouvoirs régionaux quand il faudrait au contraire montrer le continu éthique et politique des poèmes au langage, et des œuvres à la vie . Mais aussi montrer la force du langage dans les poème. Il s’agit ici précisément d’accompagner cette force. Le cas : l’œuvre de Bernard Vargaftig. La méthode une relation critique pour la poétique, relation tenant ensemble l’empirisme d’une écoute et l’utopie d’une théorie. Le pari : que l’œuvre de Vargaftig soulève la poésie.

Présentation et recensions à cette adresse:

http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2010/01/la-poesie-dans-les-soulevement-avec.html

Jérôme Roger dans Europe n° 875 (« L’ardeur du poème »), mars 2002, p. 314-316.

___________________________

(avec Marie-Claire Martin), Les Poèmes à l’écoleUne Anthologie, coll. « Parcours didactiques à l’école », Paris : éd. Bertrand-Lacoste, 1997, 414 p
 La place de la poésie a toujours été considérée comme essentielle par les enseignants du primaire. Les programmes ont proposé des modalités variables de sa prise en charge depuis la récitation jusqu’aux jeux poétiques en passant par la création poétique. Les répertoires se sont constitués au gré des traditions scolaires et des goûts personnels des enseignants.
Cet ouvrage fait le point et propose des activités renouvelées et plurielles en classe. Il offre également à l’enseignant un ouvrage de référence qui lui permet de trouver, à tout moment, de la petite section au CM2, des poèmes pour toutes les occasions. Des poèmes de toutes les époques, de tous les pays, en assez grand nombre pour y faire sa propre anthlogie. Et les élèves ne répèteront pas un répertoire réduit à une peau de chagrin car la poésie est un langage infini.

__________________________

(avec Marie-Claire Martin) Les poésies, l’école, préface de Bernard Noël, Grand Prix national de poésie 1994, coll. « L’éducateur », Paris : Presses Universitaires de France, 1997, 224 p.
Ce livre part du constat que la poésie a une existence plurielle. Dans une première partie, il fait l’histoire critique de l’enseignement de la poésie : des fondateurs de l’école républicaine aux rénovateurs des années soixante-dix en passant par les innovateurs. Réfléchissant sur les apprentissages culturels et instrumentaux, primaires et secondaires, il propose de construire des continuités entre les discours, les actes et les voix des poésies et de l’école. Dans une seconde partie, des activités aux durées variables à l’école primaire et au collège sont envisagées. Lectures, écritures et mises en voix de poèmes s’appuient sur un répertoire renouvelé à la lumière des réflexions les plus récentes sur le rythme, la voix le sujet. Les activités relient toujours les notions à des problématiques et les œuvres à la pratique de la classe. En refusant de soumettre les poésies à une fascination irréfléchie ou à un utilitarisme fonctionnel, cet ouvrage a pour ambition une école où se mêlent la voix et le texte, la proximité et la distance, l’amour et l’étude des poésies.
 ______________________
Les Contes à l’école, coll. « Parcours didactiques à l’école », Paris : éd. Bertrand-Lacoste, 1997, 158 p.Notes sur ce livre:Les Actes de Lecture n°60 décembre 1997

 

2. Ouvrages collectifs dirigés :

(dir.) Paroles rencontres Ouvrir les archives « Henri Meschonnic », coll. « Résonance générale >> essais pour la poétique », Mont-de-Laval, L’Atelier du grand tétras, 2013, 192 p.

HM IMEC sommaire HM IMEC 4e HM IMEC

 

Recensions:

Bruno Thibault dans Nouvelles études francophones, revue du Conseil International d’Etudes francophones, volume 29, n° 2, automne 2014, p. 200-201.

Paroles rencontresParoles rencontres 1

Sandrine Bédouret dans Le Français aujourd’hui

 

Ce sixième volume de la collection d’Essais pour la poétique dirigée par Serge Martin réunit les actes du colloque « Paroles rencontres, ouvrir les archives Henri Meschonnic » qui s’est tenu à l’Abbaye d’Ardenne, près de Caen, en collaboration avec l’IMEC les 28 et 29 mars 2012. Ce recueil porte différents éclairages sur la pensée d’Henri Meschonnic, en s’intéressant aux concepts-clés qui ont marqué à la fois une théorie du rythme qui s’inscrit dans une poétique, son travail de poète, toujours soucieux de vivifier le langage, et son activité de traducteur, activité pratique et théorique puisqu’Henri Meschonnic a renouvelé les théories de la traduction de ces dernières décennies. Le colloque s’est organisé en trois moments forts : d’abord s’est posée la question du politique, là où politique et théorie du langage sont engagées dans la plus forte interaction. Un second moment est consacré au continu entre l’activité poétique et l’activité théoricienne. Enfin le troisième moment ouvre la réflexion sur la question des langues et plus précisément pose la théorie du langage comme une pensée de la traduction. Nous proposons un regroupement des articles en fonction des concepts qui nous paraissent fondateurs de cette pensée.

1)     Une théorie politique du langage pensée par l’historicité et le rythme.

Nous résumons ici les trois premiers articles consacrés à la réflexion politique.

Dans « Théorie du langage et histoire : Meschonnic politique », Jean-Louis Chiss montre que le politique se pense avec les concepts de la poétique comme anthropologie historique du langage : l’historicité, la spécificité, le discours et l’individuation. En ce sens, Meschonnic se situe à l’opposé de Chomsky qui affirme qu’il n’y a aucun lien entre son activité politique et son analyse de l’idéologie. Au nom de la liberté d’expression, Chomsky préface ainsi Faurisson. Henri Meschonnic a le premier proposé une relation entre la théorie et la politique de Chomsky afin de dégager « une politique de la théorie du langage » et « une politique générative ». La théorie chomskyenne du « locuteur auditeur-idéal » dans une communauté linguistique homogène implique des positions politiques qui relèveraient du citoyen confronté à l’État, l’Impérialisme ou le Capitalisme. Chomsky cautionne le glissement de l’acceptabilité linguistique vers un «(in)acceptable » idéologique. Si Meschonnic n’a jamais écrit de livre sur Chomsky, il en a écrit deux sur Heidegger, s’interrogeant sur l’indiscutable fascination qu’exerçait le philosophe, et « son obscure complexité », qui a partie liée avec l’origine, la méditation sur les Présocratiques, qui consonne avec l’aversion pour la modernité. Chez Meschonnic, la mise au jour de l’enchaînement des essentialisations et des comparaisons montre que l’absence du sens du langage est consubstantielle à l’essentialisme négationniste  qui se fait dans et au travers du langage.

Diógenes Céspedes, confronte les concepts de rythme et de hasard dans les œuvres d’Albert Camus et de Henri Meschonnic, dans « Le rythme et le hasard : Henri Meschonnic et Albert Camus ». A. Camus définit hasard non plus comme le « destin », en métaphysique, mais comme l’arbitraire même. Il est inséparable de l’absurde, dans le système poétique de Camus, ce dernier jouant le rôle du signifiant dont hasard serait le signifié. D. Céspedes fait de ces concepts « des discours contraires à ceux de la transcendance et du sacré, qui ont été fabriqués par des sujets historiques dont la finalité orientée est l’invention des mythes destinés à assurer et à justifier aux sujets l’existence d’un Univers créé par une puissance surnaturelle qui va nous juger » (p. 29). Ces concepts rejoignent le concept de rythme de Meschonnic dans le sens où les deux auteurs resémantisent des concepts. Hérité de Benveniste, « rythme » devient nouveau parce qu’ « il est radicalement politique, étant donné les rapports indissociables, pour la poétique de Meschonnic entre les théories du sujet et du langage, du poème et de l’histoire de l’État et du social et de la traduction et de l’individu. »

Dans « Réflexions d’un historien sur la notion de rythme », Jean-Claude Schmitt exprime sa fascination pour le travail interdisciplinaire de Meschonnic, qui a su atteindre à une totalité en croisant linguistique, littérature, psychanalyse et philosophie. Tout s’interpénètre, s’imbrique, selon une caractéristique propre aux rythmes. J.-C. Schmitt propose alors de revenir sur ce concept de son origine qui le différencie de rime, jusqu’aux champs épistémologiques modernes, où rythme est devenu un concept incontournable en sociologie et en ethnologie. L’histoire des rythmes s’ouvre alors à une conception en partie renouvelée des rythmes de l’histoire, là où les sociétés humaines connaissent une échelle des temps diversifiés et non synchrones.

2)     Le sujet poétique : pratiques et théories.

Nous avons regroupé dans cette partie 7 interventions très différentes qui posent la question du sujet soit par l’écriture poétique, soit par l’écriture théorique, les deux interagissant dans la pensée féconde d’Henri Meschonnic.

Daniel Delas, dans « Derniers poèmes », relit les derniers poèmes d’Henri Meschonnic, tout en rappelant qu’ « ils archivent le monde avec la conviction forte que la bonne activité critique tient sa force de l’ouverture au monde, du consentement au monde ». Le sujet se dématérialise dans une diffraction extérieur-intérieur, ouvert-fermé, où le présent est exprimé avec force. Ce « je-ici-maintenant » se lit dans un panrythmisme et le rythme est l’ordre de la vie du monde.

Anne Gourio étudie le motif de la pierre dans « L’inscription, la voix dans Combien de noms ». Ce recueil tend à atténuer le fracas de la modernité en le projetant sur une toile de fond silencieuse qui permet de repenser l’historicité dans son rapport à l’immémorial. Il s’agit de dépasser l’opposition oral / écrit, alors que dans la pierre s’inscrit, se grave la parole. Ainsi Combien de noms dresse un ensemble de stèles funéraires ; la pierre représente à la fois le support figé de la mémoire passée et le support imaginaire d’une mémoire vive, incessamment relancée dans et par le sujet. Les pierres deviennent vivantes. Cette poétique des inscriptions illocutoires se met au service d’une anamnèse. C’est une mémoire ajourée, évidée par l’oubli qui surgit de la pierre et se lève entre les mots. H. Meschonnic a effacé des toponymes, des figures familiales des premiers manuscrits, pour que par le sujet, se creuse le monument anonyme. Ce recueil doit enfin se lire comme une réécriture de l’exode du texte biblique, dont le titre fait écho à la traduction meschonicienne.

Donatienne Woerly revient sur cette question de l’anonymat pour montrer « un sujet poétique en mouvement ». Elle montre ainsi que la continuité je-on a bien lieu dans le sujet pour aboutir à une réalisation individuelle de la langue. L’écriture impersonnelle est identifiable dans Dédicaces Proverbes, où les proverbes, phraséologies et énoncés gnomiques sont une manière d’inscrire le collectif dans le singulier, essentiellement par le pronom tu. Ces éléments tendent, de plus, à créer des matrices rythmiques et à faire entendre des proverbes là où il n’y en a pas. Mais dans les recueils suivants, la recherche du sujet poétique passe par d’autres moyens. Il devient parabole des autres sujets et le poème peut dire cette extension, ce partage infini de la subjectivité qui se dit comme métamorphose continuelle.

Dans « Néologismes et jeux de langage dans les poèmes d’Henri Meschonnic », Marcella Leopizzi souligne la créativité lexicale et discursive d’Henri Meschonnnic. Elle pointe de nombreuses créations liées à la traduction, mais aussi quelques déplacements syntaxiques, notamment dans l’utilisation des pronoms, et les néologismes propres à la conceptualisation du langage. Ainsi la conceptualisation de l’oralité du poème est liée au ta’am hébreu, qui renvoie au goût de ce que l’on a dans la bouche. Cela justifie les néologismes « ta’amiser », « ta’amisation ». Marcella Leopizzi refait un point sur ces termes forts de la pensée meschonicienne, « moderne » par rapport à « contemporain », « historicité » par rapport à « historicisme », « polytope » au-delà de « l’utopie », et certains noms composés. Henri Meschonnic aimait ainsi à pratiquer un type d’écriture insolite et original.

Serge Martin propose alors une relecture de Critique du rythme par le concept de voix : « Voix et relation : la prose en action d’Henri Meschonnic ». Il y étudie les différents titres auxquels le théoricien avait pensé, de manière à ce que les notions de « poème, vers, prose » constituent des catégories à intégrer dans la critique du rythme. H. Meschonnic était fasciné par la prose de Pasternak, qu’il avait traduite, prose par laquelle s’affirme la nécessité de faire passer du vivant. Dans cet ouvrage théorique, H. Meschonnic était avant tout soucieux de composer une prose en action de son écriture, au plus près de l’expérience de pensée. La voix-relation souligne l’importance de l’oralité comme « rapport nécessaire, dans un discours, du primat rythmique et prosodique de son mode de signifier à ce que dit ce discours ». La reprise d’oralité est une reprise d’epos au sens de parole ou de racontage, expérience partagée de bouche en bouche, telle que W. Benjamin l’évoque dans Le Conteur. Cette voix-relation permet l’avènement de la forme-sujet comme passage, comme production toujours « en cours ».

Le concept de « sujet » reste un concept fort de la pensée meschonicienne que Joëlle Zask explore dans « Le sujet c’est le moderne ». Ainsi compare-t-elle l’utilisation de ce concept dans différents domaines des sciences humaines. Contrairement au sujet philosophique, esthétique ou juridique, le « sujet » désigne l’être qui réalise l’histoire d’une subjectivation perpétuelle grâce au fait qu’il entre en relation avec des choses extérieures et d’autres sujets. Le sujet advient dans l’expérience de se confronter aux effets imprévisibles de ses propres activités et de découvrir ainsi de nouvelles formes de subjectivation. Ainsi le sujet n’est-il pas réservé aux œuvres d’art et aux artistes. Le sujet est l’ordinaire, il est historicité. L’organisation d’un sujet et celle de son environnement paraissent relatives l’une à l’autre et en continuité. Le sujet transforme le langage et l’histoire en même temps qu’il est transformé par eux.

Enfin James Underhill traite de la question du sujet dans le cadre d’une anthropologie : « Anthropologie linguistique ou ʺLinguistic Anthropologyʺ : le sujet transformateur de langage ». Il définit ainsi l’anthropologie linguistique « entre » les modes de percevoir. Humboldt a servi d’impulsion à la théorie de Meschonnic. Chez les deux auteurs traducteurs, il y a une célébration de la langue. Ils essayaient de reconstituer des textes et de se faire une idée de ce que sont la langue, un monde, des mondes. Le sujet linguistique n’a de réalité que dans et par la langue et ce qu’il comprend du monde ou ne comprend pas se cristallise dans le partage et le devenir avec l’autre. Le langage est bien perçu comme une construction du monde, donc dans un rapport politique. Le travail sur l’idéologie comme ses traductions font partie du projet politique de résistance du sujet du langage à l’effacement d’un discours et à l’assimilation du texte dans un projet politico-religieux figé. Apprendre une autre langue constitue bien un défi, celui d’entrer dans un autre monde, sans que l’on puisse se départir de ses schèmes de pensée. L’anthropologie linguistique permet de repenser un projet qui devient : comment cerner la manière dont le sens du langage se développe dans chaque langue ? Quel est le mode par lequel le langage s’approprie le monde et ouvre le monde aux locuteurs d’une langue ? L’ethnolinguistique peut ainsi se propulser dans l’avenir à partir d’Humboldt et du « Wechselwirkung », par Sapir et Whorf et le « patterning », par Meschonnic, dont la pensée continue à nous travailler, quand nous l’abordons.

La question du sujet poétique trouve également implications et applications dans une théorie de la traduction.

3)     Une théorie de la traduction ouverte

Cinq articles montrent la richesse de la réflexion meschonicienne dans le domaine de la traduction.

Dans son article « Traduire : pensée du langage, culture et innovation », Marko Pajević se demande : « comment la pensée du langage, la poétique au sens de Meschonnic, éclaire-t-elle les rapports entre la culture et le langage en vue de la traduction, et, en corollaire, quelle part relève de l’innovation dans une traduction ? ». Il distingue la traduction technique de la littérature ; dans l’une, il faut faire passer l’information ; dans l’autre, il faut faire passer autre chose puisque la littérature est par définition ce qui ne communique pas simplement des choses connues, mais qui crée des nouvelles prises de conscience dans le processus de formulation, et par ce processus même. La traduction littéraire devrait faire dans la langue de traduction ce qu’elle fait dans sa langue d’origine. Or, il s’avère bien difficile de prendre en compte l’altérité. Celle-ci s’inscrit dans une culture, processus dynamique qui agit. La traduction serait invention de discours si ce qu’elle traduit l’est. La « domestication » d’un texte étranger indique un manque d’intérêt vis-à-vis de l’autre culture, mais aussi de la littérature et de ce qu’elle fait sur les lecteurs. M. Pajević compare alors le travail de Venuti et celui de Meschonnic et illustre celui-ci par un travail de traduction sur les premières lignes d’Être singulier pluriel de Jean-Luc Nancy.

La traduction de La Bible constitue un moment fort de la mise en pratique de la traduction et Claire Placial revient sur le ta’am, dans « Le goût de La BibleHenri Meschonnic et la traduction des accents rythmiques hébreux ». Les te’amim (accents) ont été introduits entre le VIe et le IXsiècle, pour fixer une longue tradition orale. Conjonctifs ou disjonctifs, ils jouent le rôle dévolu à la ponctuation. C. Placial montre ensuite par des exemples de versets comment la rythmique fonctionne sur une hiérarchie de pauses sensibles à l’oreille. Mais la critique biblique occidentale et surtout chrétienne les a négligés, ce qui est le signe d’une perte du goût juif, les te’amim indiquant la façon tout à fait particulière dont cette prosodie marque l’oralité hébraïque. D’autres traducteurs ont cherché à rendre ces accents mais Henri Meschonnic est le seul à avoir fait des te’amim le fondement d’une poétique de la traduction biblique, et à avoir créé un système qui repose sur des blancs, justifié et expliqué dans la Préface aux Cinq Rouleaux. Ce travail n’a pu qu’influencer les générations suivantes.

Marie Vrinat-Nikolov se demande ce que « l’on traduit quand on traduit ». Elle établit que Meshonnic et sa théorie de la traduction ont su s’imposer dans le champ intellectuel. Quelques principes semblent définitivement acquis : la nécessité d’aller de la théorie vers la pratique et de la pratique vers la théorie. On traduit « le continu corps-langage, c’est alors l’enchaînement des rythmes de position, d’attaque ou de finale, d’inclusion, de conjonction, de rupture, de répétition lexicale, de répétition syntaxique, de série prosodique, c’est donc une sémantique sérielle », il n’y a pas d’opposition entre sourcier et cibliste et la prise en compte de l’altérité et de l’historicité vont de pair.

Patrick Maurus s’interroge sur la même question mais répond en construisant un dialogue entre Claude Duchet et Henri Meschonnic. Il s’appuie sur un exemple donné de traduction chinoise. La poésie chinoise est prétendue intraduisible et Meschonnic a défendu le contraire. Mais les traductions ont tendance à oublier la matérialité du signe chinois. Se pose alors la question de la valeur que la sociocritique jauge autrement, par la socialité, alors que valeur et cohérence rythmique peuvent et doivent se penser ensemble pour atteindre à une intensité.

Enfin, dans son article « La poétique du traduire plus que la littérature : pourquoi et comment ? », Jaeryong Cho nous donne à lire un entretien, à une voix, inachevé avec Henri Meschonnic, « pour continuer à parler avec et à penser avec » lui. L’article brasse une série de questions et remarques sur les différentes théories et pratiques de la traduction. Ainsi J. Cho se demande pourquoi tous les enjeux de la littérature et de la culture se concentrent en particulier sur le traduire. Il se demande si le traduire possède une spécificité qui mène à la révélation de problèmes épistémologiques. Il rappelle alors que la traduction est pensée comme objet propre de la poétique, autrement dit davantage comme recherche de la spécificité d’écriture au sein de la pratique. Il fait alors un état des lieux avec Antoine Berman et son concept de « critique positive », pose un regard critique sur la traduction de Paul Ricœur, sur la position de Derrida, après Benjamin et Heidegger. Il revient sur la sémiotique des années 60 et la position de l’ESIT qui consiste à ne pas déverbaliser le texte de départ mais le décentraliser, et à englober la littérature dans l’application théorique sur l’effet. L’intérêt de la théorie meschonicienne est de s’inscrire dans une réflexion globale sur le langage, comme l’ont fait Saussure, Humboldt, Benveniste, dont on a pu éclairer la pensée grâce à la publication récente des derniers manuscrits.

Ce recueil d’articles montre combien la pensée de Meschonnic est une pensée globale, élaborée sur une anthropologie du langage, qui construit une théorie, en se nourrissant de pratiques d’écriture variées, que ce soit le poème, la traduction, ou des écrits plus universitaires. Les concepts qu’il a polarisés permettent de construire une vision d’ensemble. Cet ouvrage constitue donc un diptyque avec le numéro d’Europe consacré à Henri Meschonnic. Par ailleurs, il privilégie le « work in progress » par des incursions fréquentes dans les manuscrits du poète-traducteur-théoricien. Ce travail de génétique des textes montre combien toutes les activités étaient reliées et combien le lexique se charge – au sens physique d’électricité – de ces réseaux et cheminements de pensée, d’oralité donc d’écriture. Ces actes proposent donc un nouvel éclairage sur une pensée difficile à cerner dans sa complexité, que le morcellement risquerait d’appauvrir, mais que la variété des points de vue tend à mettre en valeur.

_____________________________________________________________________

 

(direction), Ici et ailleurs avec François Place, coll. « Résonance générale >> essais pour la poétique », Mont-de-Laval, L’Atelier du grand tétras, 2012, 168 p.

Recension par Yvannne Chenouf:

AL119_Chenouf sur Place-Martin-p13

__________________________________________________________

Penser le langage Penser l’enseignement Avec Henri Meschonnic, coll. « Résonance générale. Essais pour la poétique », Mont-de-Laval : L’Atelier du grand tétras, 2010, 128 p.

________________________________________________________

(dir.) Émile Benveniste pour vivre langage, coll. « Résonance générale. Essais pour la poétique », Mont-de-Laval, L’Atelier du grand tétras, 2009.

Recension dans Europe n° 971 de mars 2010 par Sandrine Larraburu-Bedouret à cette adresse:

http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2010/01/emile-benveniste-pour-vivre-langage.html

Recension dans Acta fabula par Irène d’Agostino :

http://www.fabula.org/revue/document8159.php

 

______________________________________________________

(avec Pierre Bruno, Max Butlen et Jacques David, coord.), Enseigner la littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin, « Le Français aujourd’hui », 2008.
outre la coordination et la corédaction de la présentation, cet ouvrage comprend les contributions suivantes :
« Des propositions pour l’école en plein dans le mythe », p. 53-63 ;
« Le point de vue dans les albums en maternelle », p. 77-84 ;
« Les mille et un cercles du groupement de textes », p. 97-102 ;
« Tomi Ungerer et les plaisirs dela fable », p. 159-165 ;
« Claude Ponti, de la répétition au rythme », p. 167-177 ;
« Y a-t-il une poésie pour la jeunesse? », p. 211-218.

________________________________________________________

(dir.) Avec Bernard Noël toute rencontre est l’énigme, La Rochelle : Himeros/Rumeur des âges, 2004, 158 p.

_____________________________________________________________

CHERCHER LES PASSAGES AVEC DANIEL DELAS

Textes réunis et présentés par Serge Martin
Collection Sémantiques

Editions l’Harmattan

ISBN : 2-7475-5538-0 • décembre 2003 • 188 pages

Prix éditeur : 16,3 € 15,49 € / 102 FF

Cet ouvrage se veut un hommage à Daniel Delas au « passeur « en poétique, une poétique qui est aussi une éthique de l’amitié, de la solidarité, de la rencontre entre les disciplines, les aires géographiques, les peuples, les époques. Il fut longtemps co-responsable des équipes « Rythme » et « Littératures francophones » de RITM. Il a dirigé la revue Le Français aujourd’hui et dirige aujourd’hui la revue Etudes Littéraires africaines. Il se consacre à la recherche (Université de Cergy Pontoise) et multiplie les travaux de poétique, stylistique, didactique, lexicographie toujours autour des littératures francophones (Afrique, Maghreb, Antilles etc.)

 

___________________________________

3. Numéros de revue dirigés :

73965

Revue Europe.

94e année — N° 1045 / Mai 2016 — EAN13 : 9782351500804

GHÉRASIM LUCA
Serge MARTIN : Ghérasim Luca, sur la corde sans fin ni commencement. (on peut lire cette préface ici: https://www.europe-revue.net/wp-content/uploads/2016/05/Livret-G-LucaR.pdf
Ghérasim LUCA: Le peintre Micheline Catti.
Ghérasim LUCA : Faute d’acquis à qui la faute ?
Pierre DHAINAUT : À gorge dénouée.
Thierry GARREL : Je me souviens de Ghérasim Luca.
Monique YAARI : Les trésors de Luca.
Bernard HEIDSIECK : C’était si neuf !
Bertrand FILLAUDEAU : Une de mes plus grandes fiertés éditoriales.
Charles PENNEQUIN : Pas Pas Pathologiser (s’il vous plaît).
Patrick BEURARD-VALDOYE : Le principe poétique.
Joël GAYRAUD : Portrait suranalogique de Ghérasim Luca.
Sebastian REICHMANN : Ghérasim Luca entre Bucarest et Paris.
Nicole MANUCU : Urmuz, Luca et le surréalisme en Roumanie.
Anne FOUCAULT : L’apport de Ghérasim Luca au mouvement surréaliste.

Ghérasim LUCA : Je m’oralise.
Ghérasim LUCA : Cubomanies.

Jean-Jacques LEBEL : Et voilà.
Iulian TOMA : Multiples visages d’une œuvre singulière.
Vincent TEIXEIRA : Un barbare dans les Lettres françaises.
Dominique CARLAT et Sibylle ORLANDI : Explorer les interstices.
Charlène CLONTS : Comme je dis comme : ravinement et maillage
de l’espace figural chez Ghérasim Luca.
Laurent MOUREY : Écrire-proférer : de Luca à Mallarmé.
Patrick FONTANA : Lectures de bouches.
Alfredo RIPONI : « Éthique phonétique ».
Alice MASSéNAT : De nos anfractuosités…
Serge MARTIN :Repères chronologiques et bibliographiques.

 

Europe n° 995 (« Henri Meschonnic »), mars 2012, p. 3-227.

On peut lire la préface ici :Europe-preface-meschonnic-r

On peut écouter l’enregistrement d’une rencontre autour de ce numéro :

https://www.franceculture.fr/hommage-a-henri-meschonnic

À l’occasion des 80 ans de la naissance d’ Henri Meschonnic (1932-2009), la Revue Europe, qui lui consacre un numéro spécial début mars, et la Mel s’associent pour rendre un commun hommage à ce poète et théoricien du langage.

Avec Jean-Baptiste Para, rédacteur en chef de la revue Europe ; Serge MartinJacques Ancet,Jean-Claude ChevalierGérard Dessons et Laurent Mourey.

Enregistré le 21 avril 2012.

__________________________

(dir.) Le Français aujourd’hui n° 169 (« Enseigner la poésie avec les poèmes »), Paris : Armand Colin, juin 2010.

L’introduction : https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2010-2-page-3.htm

 ________________________
(dir. avec Francis Marcoin, Fabrice Thumerel), Les Cahiers Robinson n° 27 (« A l’école Prévert »), Arras : Artois Presses Université, avril 2010.
____________________________
(direction avec Jérôme Roger),
Le Français aujourd’hui, n° 160 (« La critique pour quoi faire ? »), Armand Colin, mars 2008 (« Introduction », p. 3-9).
____________________
(dir. avec P. Païni), Le Français aujourd’hui n° 150 (« Voix, oralité de l’écriture »), Paris : éd. Armand Colin, septembre 2005.
_____________________
(dir.) Le Français aujourd’hui n° 114 (« Il y a poésie & poésie »), Paris : AFEF, juin 1996.
_______________________
(dir. avec Daniel Delas), Le Français aujourd’hui, n° 94 (« Des dictionnaires »), juin 1991.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une poétique anthropologique avec la littérature contemporaine de langue française