Apprendre, avec l’archéologie et la théorie du langage

Je viens de rendre compte d’un ouvrage passionnant qui montre à l’envi combien penser la transmission, l’apprentissage, l’enseignement, c’est-à-dire les processus du connaître, nécessite de ne jamais oublier la théorie du langage voire de l’élargir.  Je veux dire par là qu’il semble à beaucoup comme naturel d’oublier celle-ci dès lors que les traces (écrites, enregistrées, etc.) ne sont pas disponibles et qu’il faut se contenter de ce qu’on appelle les « cultures matérielles ». Il me semble alors qu’on effectue la même sortie du langage, la même opération de rebroussement théorique, que lorsqu’on exclut du langage le silence, le para-verbal, etc. Par conséquent, cet ouvrage serait l’occasion de penser à nouveaux frais une théorie du langage intégrant les « cultures matérielles » tout comme elle se doit d’intégrer les gestes, les corps, la société, l’histoire. A lire donc…

https://journals.openedition.org/lectures/46022

 

Intempestivité de la lecture, avec Henri Meschonnic et Shungo Morita

Intervention pour la thèse de doctorat en littérature française et comparée de Shungo Morita le 5 décembre à l’Université Sorbonne nouvelle, « Meschonnic, lecteur. La poétique de l’écoute dans les critiques littéraires de Henri Meschonnic (1957-2009) », par Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle), directeur.

 

Shungo et Kasumi Morita au château de Caen (photo: SM) 

Continuer la lecture de Intempestivité de la lecture, avec Henri Meschonnic et Shungo Morita