« Les éclaboussures d’encre de ma voix ». Écouter encore et encore Christian Dotremont

Ce qui suit a été publié dans la revue Europe n° 1079, mars 2019. Voir le sommaire avec ce lien : https://www.europe-revue.net/produit/n-1079-christian-dotremont-mars-2019/

Oui ! pourquoi et comment écouter encore et encore Christian Dotremont. Car il s’agirait avec cette œuvre-vie d’une question d’écoute – comme on dit une question de vie (ou de mort !). Parce que, chez Dotremont, la demande d’écoute est au principe de tout : écoute les éclaboussures d’encre de ma voix, les éclats de rire de mon écriture à se tordre (Logogramme, 1972[1]). 

Logogramme de 1972: Ecoute les éclaboussures d’encre de ma voix, les éclats de rire de mon écriture à se tordre. Catalogue pour la XXXVIe Biennale de Venise.
Continuer la lecture de « Les éclaboussures d’encre de ma voix ». Écouter encore et encore Christian Dotremont

Une certaine voix : Albert Camus ou le poème dans et par la voix

Ce qui suit a été prononcé à Arc-et-Senans à l’occasion du colloque « Albert Camus et la poésie » des 28 et 29 septembre 2018. On peut également lire une autre intervention lors d’une table ronde de « poètes » ici : http://martinritman.blogspot.com/2019/02/camus-en-haute-mer.html. Une émission sur France Culture, diffusée le 22 février 2019, dans laquelle sont convoqués Camus et Jean Sénac, est audible avec le podcast en ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/poesie-et-ainsi-de-suite/senac-camus-une-histoire-algerienne.

1. Un poème de l’essayer (de) dire

Continuer la lecture de Une certaine voix : Albert Camus ou le poème dans et par la voix

UN PETIT CAILLOU DANS LA CHAUSSURE DIDACTIQUE : LE POÈME

Le travail qui suit est paru dans la revue Pratiques n° 179-180 (« Poésie et langue: aspects théoriques et didactiques »), 2018 (https://journals.openedition.org/pratiques/4710). Je pense avoir rédigé là ma dernière contribution concernant l’enseignement de la poésie de la maternelle à l’université ! Très heureux que cela s'(in)achève avec Desnos !


Il semble important de situer le mieux possible le défi que fait la poésie à l’enseignement, de la maternelle à l’université. On pourrait dire dans un premier temps que cela dépend du moment, du lieu, du niveau, etc. Certes les contextes, auxquels on réduit souvent les situations (voir Zask, 2008), constituent des données incontournables mais, avec la poésie, il semble assez indifférent de proposer tel poème en maternelle ou à l’université, le matin ou le soir, etc., sauf à rappeler ce qu’un enseignant peut vite apprendre à penser : qu’il est de sa responsabilité de proposer à ses élèves une programmation, c’est-à-dire tel texte, avec toute l’expérience qu’il appelle dans une pluralité situationnelle, après et avant tel autre, en regard d’une programmation élargie dans toutes les disciplines ou dans toute l’organisation pédagogique. Plus qu’une progression qui pose une maitrise avant toute expérience partagée, cette programmation devient une manière d’inciter chacun·e à construire des parcours qui montrent le continu des activités, des rencontres et des expériences. Par conséquent, les enseignants ont plus à penser les situations, comme rapport d’expériences, qu’à « gérer » les contextes (programmes, progressions, compétences…) surtout en poésie – ce que nous allons observer. Tout cela peut paraitre hypothétique et demande de commencer par reconsidérer la situation d’ensemble faite à la poésie dans l’enseignement puis de penser ce que seul fait un poème, l’écoute de l’écoute, jusque dans la moindre situation scolaire obligeant justement à penser situation et langage ensemble, et enfin de situer, dans cet engagement du poème, l’enjeu didactique, à vrai dire politique et éthique, de la poésie : tenir voix quand trop souvent les pertes de voix (individuelles ou collectives) ouvrent à des désubjectivations, sous les formes variées des stigmatisations (ou ce qui revient au même des identitarismes), des neutralisations ou des censures, qui réduisent l’enseignement à l’impasse des manipulations et autres impositions bien loin des inventions de savoirs et d’expériences partagés pour faire sociétéet vivre langage.

Continuer la lecture de UN PETIT CAILLOU DANS LA CHAUSSURE DIDACTIQUE : LE POÈME

Rapides digressions sur un étrange pays : la parole de et avec Michel Chaillou

Communication prononcée lors du colloque « Michel Chaillou à l’écoute de l’obscur » à la Sorbonne nouvelle le 8 février 2019.

Stéphane Mallarmé orientait son écriture vers « quelque chose d’occulte au fond de tous » tout en visant « la possibilité d’autre chose[1] ». Ils ne sont pas si nombreux ceux qui engagent de telles tentatives car il faut tenir ensemble le plus personnel en visant l’impersonnel, trouver les constellations d’une nuit toujours active et parfois terrible. Je me contente dans ce qui suit de quelques digressions pour approcher ce qui fait l’étrangeté de la vie de langage que Michel Chaillou partage avec son lecteur. Elle constitue sa spécificité que « cette déclaration » d’un autre Michel, le « génial Montaigne au livre III de ses Essais » que cite le premier dans son Éloge du démodé[2], viendrait comme situer précisément: « Pour ce mien dessein, il me vient à propos d’escrire chez moi, en pays sauvage où personne ne m’aide, ny me relève… ». Cette articulation d’un « chez moi » et d’un « pays sauvage » constitue un travail d’invention qui défait toutes les illusions souvent confortables de ceux qui oublient que les cartes et donc les histoires qu’on se raconte, les raisonnements qu’on construit voire les légendes qu’on aime croire, sont toujours des discours situés. Un inventeur comme Chaillou ne cesse de travailler sa situation non pour rendre adéquat le lieu et l’espace voire le temps mais pour explorer des extravagances comme conclut Bertrand Westphal dans son ouvrage Le Monde plausible Espace, lieu, carte, avec Clément Rosset : « L’extra-vagance fait […] virtuellement de tout individu, un être pantoporos, « capable d’emprunter tous les chemins, y compris les voies interdites ». Ce faisant, il brave la monotonie du réel et les restrictions du lieu. Il s’ouvre un chemin dans l’espace et rouvre un espace que de toute façon rien ne saurait entraver. […] L’attitude pantoporosconsacre l’approximation et l’approche relative au détriment de la permanence de la station absolue[3]. » Quelques digressions donc pour un Chaillou pantoporos.

Continuer la lecture de Rapides digressions sur un étrange pays : la parole de et avec Michel Chaillou