De l’histoire littéraire à l’expérience des trans-subjectivations (avec Maxime Decout)

Maxime Decout, Qui a peur de l’imitation ?, Paris, Les éditions de Minuit, 2017.

Ce que j’aime dans les essais de Maxime Decout c’est que, s’inscrivant explicitement dans l’histoire littéraire, ils ne cessent d’en saper le bien fondé ! L’épilogue de cet essai qui compte deux parties, la première listant les « malaises dans l’imitation » et la seconde posant cette dernière comme une activité défiant constamment sa propre existence, commence ainsi : « L’histoire littéraire a donc été profondément marquée du sceau de l’imitation et de sa peur ». Mais aussitôt Decout montre in fine combien les « dynamiques complexes » qu’engage l’imitation, défont la « chronologie toujours remaniée » de l’histoire littéraire et surtout rendent très suspectes deux de ses notions clés : l’origine et l’originalité. Au-delà du creusement des paradoxes de l’imitation et de l’extension des débordements qu’elle suscite, paradoxes et débordements qui « rénov[ent] en profondeur notre conception de l’originalité et de la littérature », Decout conclut sur « la convergence de deux statuts » et donc l’inanité du dualisme écriture/lecture ; bref, de quoi défaire bien des habitudes en critique littéraire comme en didactique de la littérature. Et ce livre vaut d’abord pour les anthologies qu’il construit comme celle qui en deux pages accumule des formules fortes de Gide à Valéry en passant par Montaigne, Proust et surtout Flaubert : « Il y a des phrases qui me restent dans la tête et dont je suis obsédé, comme de ces airs qui vous reviennent toujours et qui vous font mal tant on les aime ».
Continuer la lecture de De l’histoire littéraire à l’expérience des trans-subjectivations (avec Maxime Decout)

Pasolini et le pathos ou le poème au plus près

Tout contre le Pasolini de Georges Didi-Huberman

(Le texte qui suit est issu d’une communication à la journée d’études « Sentimentaliser la vie avec Pasolini, expériences poétiques et cinématographiques », Université Sorbonne nouvelle Paris 3, le 8 juin 2017)
Il faudrait vraiment prendre au sérieux Pier Paolo Pasolini (PPP) ! dans nos institutions culturelles et universitaires, partout ! Il faudrait prendre au sérieux de la vie son avertissement sur l’unification de la bourgeoisie et du peuple « pour la volonté de la civilisation de consommation ». C’est dans « la jeunesse malheureuse » (Lettres luthériennes, 1976, trad. par Anne Rocchi Pullberg au Seuil, 2000). Cet avertissement vient après une longue explication sur la faute des pères et des fils que PPP fait remonter au théâtre tragique grec. Voilà ce qu’il Continuer la lecture de Pasolini et le pathos ou le poème au plus près