Archives de catégorie : 2. Sujet, subjectivation

Une « soupe d’air » avec Antoine Emaz

Ci-dessous ma communication faite au colloque “L’air des livres” organisé par Thierry Roger et François Vanhoosthuyse à l’Université de Rouen les 30 septembre et 1er octobre 2021.

Avec Antoine Emaz (1955-2019), la sémantique de l’air semble organisatrice de son écriture jusqu’à, peut-être, concevoir également une prosodie continue à cette sémantique. Je me contente ici de relire De l’air publié au Dé bleu en 2006 et repris dans l’anthologie De peu (Tarabuste, 2014). Dans la guerre des souffles, y compris au cœur même de l’écriture, il y a une guerre sociale et intime, une épopée de voix, un combat au fil des jours dont les dates accompagnent le poème. Ce qu’on peut appeler une épopée comme un long brassage d’air (p. 262) qu’il s’agirait de prolonger jusque dans les lectures faites et à venir d’une telle œuvre, son corps-langage, son air de peu. D’autant que même si, lisant, on a dû dormir // reste l’impression / d’avoir été près / de saisir on ne sait quoi / qui importait une clé / de vivre (p. 246). Je le ferai en 6 points certainement insuffisant mais que chacune et chacun prolongera en allant à ce grand livre, de l’air.

Continuer la lecture de Une « soupe d’air » avec Antoine Emaz

Tenir voix en faisant relation (repartant de Julien Gracq)

Ci-dessous  ma communication à la journée d’études du 24 septembre 2021 (9h-15h) UFR SLHS, campus Mégevand, Besançon : Phrase, phrasé, rythme en enseignement et en recherche : penser/expérimenter le continu du discours. 

Résumé : Dans un essai remarquable de 1948, Julien Gracq offre « quelques aspects de l’écrivain » André Breton et y parle d’« une certaine manière de poser la voix » en proposant une forte réflexion sur la phrase. J’aimerais reprendre l’heuristique de cette réflexion, laquelle ouvre au phrasé et au rythme, pour la rattacher à une orientation vocale, à l’oralité de l’écriture (Henri Meschonnic, 1982), puisque chez Breton « une ligne de vie parcourt la phrase » (Gracq, 1989 : 486). Je tenterai d’apercevoir les implications d’un tel continu jusque dans la classe de langage, de la maternelle à l’université, où il y aurait un grand intérêt à enseigner en vue de « rendre à l’écriture la haute valeur mimétique, le très riche registre d’intonations et de gestes, le trésor d’inflexions, la force communicative électrisante du langage de “celui qui parle” » (Gracq, 1989 : 500). Bref, chercher à enseigner pour que chacun.e tienne voix en faisant relation !

Carte postale d’André Breton à Julien Gracq (6 mai 1966)

 

Continuer la lecture de Tenir voix en faisant relation (repartant de Julien Gracq)

Un critique doublé d’un rêveur

Dans le cadre de la troisième conférence de l’International Network of the Lyric (INSL), je reproduis ci-dessous ma courte intervention au début de cette table ronde qui a eu lieu par zoom le 16 juin 2021 : Inside Out/Outside In (Poètes et dispositifs poétiques dans les réseaux d’éducation) 4 position papers – in French. Moderator: Antonio Rodriguez (U. Lausanne) 

Denise BRASSARD (UQAM-CA)
Serge MARTIN & Serge RITMAN (U. Sorbonne-Nouvelle, Paris 3)
Magali NACHTERGAEL (U. Bordeaux 3)
Jean-Claude PINSON (U. Nantes)

Continuer la lecture de Un critique doublé d’un rêveur

De Péguy à Pennequin : quel peuple de voix ?

                                                                       « à grandes rafales de vie »

                                                                                   Christian Dotremont

Tout part ici d’un étonnement double : la lecture de la contribution de Charles Pennequin dans le dossier consacré à Charles Péguy par la revue Europe en 2014. Ce dossier dirigé par mon ami Jérôme Roger[1] auquel j’avais fait part de ma lecture de Pennequin ne serait-ce qu’en ayant publié une chronique concernant celui-ci dans la revue Le Français aujourd’hui en 2007[2], revue à laquelle nous collaborions de concert. Aussi ma surprise fut forte de voir la contribution de Pennequin en tête de ce dossier auquel mon ami ne m’avait pas invité à mon grand désespoir ; mais j’étais comblé car ce texte disait tout haut ce que j’essayais de penser dans mon coin, avec cette revue que j’avais créée avec deux amis en 2007, Résonance générale, dont le titre venait explicitement de la notion de « Sonorité générale » de Péguy[3]. Continuer la lecture de De Péguy à Pennequin : quel peuple de voix ?

Réception critique de Rythmes amoureux

Rythmes amoureux, Corps, langage, poème, Otrante, 2020.

  1. Tanguy Grannis, « Serge Martin, Rythmes amoureux. Corps, langage, poème », Lectures[En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47799 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47799
  2. Olivier Mouginot, « Écrire & lire des poèmes amoureux : toujours pour la première fois », Acta fabula, vol. 22, n° 3, Notes de lecture, Mars 2021, URL :https://www.fabula.org/revue/document13485.php.
  3. Richard Guedj, recension dans Europe n° 1105, mai 2021, p. 416-418.

(http://martin-ritman-biblio.blogspot.com/search/label/recensions%20de%20Rythmes%20amoureux)

Pour jean-Pierre Sintive (1955-2021)

Je viens d’apprendre la mort de Jean-Pierre Sintive qui a fondé les éditions Unes. Ci-dessous un texte consacré à un de ses livres assez secret et que j’ai beaucoup aimé. Ce texte est extrait de Rythmes amoureux (Ed. Otrante, 2020) et a été écrit il y a presque vingt-cinq ans juste après avoir lu son livre … Terrible nouvelle mais Jean-Pierre Sintive nous a laissé sa vie : une oeuvre magnifique !

Jean-Pierre Sintive ou la relation en correspondance

Un livre paru en 1995 présente une énigme et surtout un problème.

Continuer la lecture de Pour jean-Pierre Sintive (1955-2021)

Vivre langage : faire société

Ce qui suit a été publié dans Magali Jeannin et Anne Schneider, Littérature de l’altérité, altérités de la littérature : moi, nous, les autres, le monde (Actes des 18e rencontres en didactique de la littérature, Caen, 2018), Namur, coll. « Dyptique », Presses Universitaires de de Namur, 2020, p. 23-34.

 

Identités, altérités : des relations de voix en littérature pour vivre langage et faire société

             La Parole est moitié à celuy qui parle et moitié à celui qui écoute (Michel de Montaigne, Les Essais, III, 13, « De l’expérience »)

Il faudrait commencer par ce qui peut orienter décisivement toute la pensée des pratiques scolaires, y compris littéraires à quelque niveau qu’on s’arrête de la maternelle à l’université. L’orientation décisive consisterait à associer les pratiques langagières et les pratiques sociales et donc à ne jamais les dissocier comme on a malheureusement bien souvent l’habitude de le faire, soit en instrumentalisant les unes au service des autres, soit en les essentialisant et en les isolant les unes des autres. Associer ne veut pas dire penser le discontinu mais, au contraire, œuvrer au continu, et des pratiques et des théories. C’est pourquoi il s’agira de placer d’emblée toute la réflexion qui suit dans la lignée double d’un « vivre langage » et d’un « faire société », expressions fortes que l’on peut forger à partir des travaux d’Émile Benveniste (1966 et 1974) et de John Dewey (2010). Il semble depuis longtemps que cette double lignée engage une pensée de la relation où identités et altérités sont également engrenées et non séparées comme on le voit généralement aujourd’hui avec des politiques identitaristes qu’un altruisme de bon ton vient sauver in extremis sur la base d’un dualisme réitéré entre individu et société. En son temps, Benveniste (1966 : 260) avait dénoncé un tel dualisme après avoir posé que, « dans le langage », « la polarité des personnes » était « la condition fondamentale » où « je/tu » sont et « complémentaires » et « réversibles » – on peut prendre cette forte critique de Benveniste pour une réfutation forte des thèses traditionnelles de l’anthropologie philosophique toujours réitérée comme celle de Paul Ricœur (1990) :

Continuer la lecture de Vivre langage : faire société

La voix fait relation : Critique du rythme, aujourd’hui

Ce qui suit a été prononcé à Hildesheim (Allemagne) le 2 octobre 2019 pour le colloque https://www.uni-hildesheim.de/fb3/institute/institut-fuer-uebersetzungswiss-fachkommunikation/forschung/forschungsprojekte/rhythmuskonzepte-in-der-translation-und-translationswissenschaft/. Une publication en allemand est prévue.

Continuer la lecture de La voix fait relation : Critique du rythme, aujourd’hui

Lire Dominique Rabaté à l’occasion d’Une journée autour de l’impératif de la voix

Le 7 juin 2019, une journée d’études autour de L’Impératif de la voix (Classiques Garnier) a eu lieu avec pour thème et programme ce qui suit. Je publie ensuite ma communication à cette journée, qui est principalement consacrée au dernier ouvrage de Dominique Rabaté, La Passion de l’impossible Une histoire du récit au XXe siècle (Corti, 2019). 

 

Continuer la lecture de Lire Dominique Rabaté à l’occasion d’Une journée autour de l’impératif de la voix

Mallarmé et quatre poètes après 1945 : la thèse de Laurent Mourey

Membre du jury et rapporteur de la thèse de Laurent Mourey (soutenue le 29 mars 2019 à l’Université de Strasbourg) , je rends compte ci-dessous de ma lecture de ce travail de recherche important pour les études concernant Mallarmé et sa réception et pour la poétique de la lecture et de la voix continuée. Titre de la thèse : “Tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change” Présence et réception de Mallarmé dans la poésie française après 1945 – autour de Bonnefoy, Deguy, Maulpoix, Meschonnic.

Membres du jury:
Mme FINCK Michèle, directrice, Professeur, université de Strasbourg
M. MARCHAL Bertrand   Professeur, université Sorbonne – Paris IV, rapporteur
M. MARTIN Serge, Professeur émérite, université Sorbonne Nouvelle – Paris III, rapporteur
M. RABATE Dominique, Professeur, université Paris Diderot – Paris VII, président
M. WERLY Patrick, Maître de conférence HDR, université de Strasbourg.

Continuer la lecture de Mallarmé et quatre poètes après 1945 : la thèse de Laurent Mourey

Henri Meschonnic qui toujours recommence

La revue Apulée n° 4 propose un dossier “Henri Meschonnic” que j’ai coordonné. Il comprend un inédit d’Henri Meschonnic (“Le poème commence quand on ne peut plus parler”), des interventions de Pascal Lefranc (“Ecrire Meschonnic”), de Philippe Païni (“Le poème sur le bout de la langue”) et de Marko Pajevic (“Traduire Meschonnic en anglais”) ainsi qu’un entretien inédit d’Henri Meschonnic avec Michel Le Bris (“L’oublié du signe”). On peut compléter ce dossier en lisant un très beau travail de Shungo Morita à partir de lectures d’Adonis par Meschonnic autour de la notion d’Orient : https://mescho.hypotheses.org/625. Ci-dessous mon introduction et ma contribution. Il faut bien évidemment acheter ce très beau et gros numéro de la revue animée par Hubert Haddad: http://www.zulma.fr/livre-apulee-4-traduire-le-monde-572177.html

. Ci-dessous mon introduction et ma contribution. Il faut bien évidemment acheter ce très beau et gros numéro de la revue animée par Hubert Haddad: http://www.zulma.fr/livre-apulee-4-traduire-le-monde-572177.html

Continuer la lecture de Henri Meschonnic qui toujours recommence

“Les éclaboussures d’encre de ma voix”. Écouter encore et encore Christian Dotremont

Ce qui suit a été publié dans la revue Europe n° 1079, mars 2019. Voir le sommaire avec ce lien : https://www.europe-revue.net/produit/n-1079-christian-dotremont-mars-2019/

Oui ! pourquoi et comment écouter encore et encore Christian Dotremont. Car il s’agirait avec cette œuvre-vie d’une question d’écoute – comme on dit une question de vie (ou de mort !). Parce que, chez Dotremont, la demande d’écoute est au principe de tout : écoute les éclaboussures d’encre de ma voix, les éclats de rire de mon écriture à se tordre (Logogramme, 1972[1]). 

Logogramme de 1972: Ecoute les éclaboussures d’encre de ma voix, les éclats de rire de mon écriture à se tordre. Catalogue pour la XXXVIe Biennale de Venise.
Continuer la lecture de “Les éclaboussures d’encre de ma voix”. Écouter encore et encore Christian Dotremont

UN PETIT CAILLOU DANS LA CHAUSSURE DIDACTIQUE : LE POÈME

Le travail qui suit est paru dans la revue Pratiques n° 179-180 (“Poésie et langue: aspects théoriques et didactiques”), 2018 (https://journals.openedition.org/pratiques/4710). Je pense avoir rédigé là ma dernière contribution concernant l’enseignement de la poésie de la maternelle à l’université ! Très heureux que cela s'(in)achève avec Desnos !


Il semble important de situer le mieux possible le défi que fait la poésie à l’enseignement, de la maternelle à l’université. On pourrait dire dans un premier temps que cela dépend du moment, du lieu, du niveau, etc. Certes les contextes, auxquels on réduit souvent les situations (voir Zask, 2008), constituent des données incontournables mais, avec la poésie, il semble assez indifférent de proposer tel poème en maternelle ou à l’université, le matin ou le soir, etc., sauf à rappeler ce qu’un enseignant peut vite apprendre à penser : qu’il est de sa responsabilité de proposer à ses élèves une programmation, c’est-à-dire tel texte, avec toute l’expérience qu’il appelle dans une pluralité situationnelle, après et avant tel autre, en regard d’une programmation élargie dans toutes les disciplines ou dans toute l’organisation pédagogique. Plus qu’une progression qui pose une maitrise avant toute expérience partagée, cette programmation devient une manière d’inciter chacun·e à construire des parcours qui montrent le continu des activités, des rencontres et des expériences. Par conséquent, les enseignants ont plus à penser les situations, comme rapport d’expériences, qu’à « gérer » les contextes (programmes, progressions, compétences…) surtout en poésie – ce que nous allons observer. Tout cela peut paraitre hypothétique et demande de commencer par reconsidérer la situation d’ensemble faite à la poésie dans l’enseignement puis de penser ce que seul fait un poème, l’écoute de l’écoute, jusque dans la moindre situation scolaire obligeant justement à penser situation et langage ensemble, et enfin de situer, dans cet engagement du poème, l’enjeu didactique, à vrai dire politique et éthique, de la poésie : tenir voix quand trop souvent les pertes de voix (individuelles ou collectives) ouvrent à des désubjectivations, sous les formes variées des stigmatisations (ou ce qui revient au même des identitarismes), des neutralisations ou des censures, qui réduisent l’enseignement à l’impasse des manipulations et autres impositions bien loin des inventions de savoirs et d’expériences partagés pour faire sociétéet vivre langage.

Continuer la lecture de UN PETIT CAILLOU DANS LA CHAUSSURE DIDACTIQUE : LE POÈME

Rapides digressions sur un étrange pays : la parole de et avec Michel Chaillou

Communication prononcée lors du colloque “Michel Chaillou à l’écoute de l’obscur” à la Sorbonne nouvelle le 8 février 2019.

Stéphane Mallarmé orientait son écriture vers « quelque chose d’occulte au fond de tous » tout en visant « la possibilité d’autre chose[1] ». Ils ne sont pas si nombreux ceux qui engagent de telles tentatives car il faut tenir ensemble le plus personnel en visant l’impersonnel, trouver les constellations d’une nuit toujours active et parfois terrible. Je me contente dans ce qui suit de quelques digressions pour approcher ce qui fait l’étrangeté de la vie de langage que Michel Chaillou partage avec son lecteur. Elle constitue sa spécificité que « cette déclaration » d’un autre Michel, le « génial Montaigne au livre III de ses Essais » que cite le premier dans son Éloge du démodé[2], viendrait comme situer précisément: « Pour ce mien dessein, il me vient à propos d’escrire chez moi, en pays sauvage où personne ne m’aide, ny me relève… ». Cette articulation d’un « chez moi » et d’un « pays sauvage » constitue un travail d’invention qui défait toutes les illusions souvent confortables de ceux qui oublient que les cartes et donc les histoires qu’on se raconte, les raisonnements qu’on construit voire les légendes qu’on aime croire, sont toujours des discours situés. Un inventeur comme Chaillou ne cesse de travailler sa situation non pour rendre adéquat le lieu et l’espace voire le temps mais pour explorer des extravagances comme conclut Bertrand Westphal dans son ouvrage Le Monde plausible Espace, lieu, carte, avec Clément Rosset : « L’extra-vagance fait […] virtuellement de tout individu, un être pantoporos, “capable d’emprunter tous les chemins, y compris les voies interdites”. Ce faisant, il brave la monotonie du réel et les restrictions du lieu. Il s’ouvre un chemin dans l’espace et rouvre un espace que de toute façon rien ne saurait entraver. […] L’attitude pantoporosconsacre l’approximation et l’approche relative au détriment de la permanence de la station absolue[3]. » Quelques digressions donc pour un Chaillou pantoporos.

Continuer la lecture de Rapides digressions sur un étrange pays : la parole de et avec Michel Chaillou