Archives de catégorie : Georges Didi-Huberman

Georges Didi-Huberman : des aperçues comme réénonciations vives

Georges Didi-Huberman, Aperçues, Paris, Minuit, 2018.

Ce qui suit n’est pas une recension, un compte rendu mais seulement une relation de lecture. On lit en effet avec ce que l’on est en train de vivre et l’on vit avec ce que l’on est en train de lire – du moins quand on est un professeur de lecture qui écrit et fait écrire avec des lectures. Mais le voilà perturbé, le professeur de lecture, parce que ce livre n’est pas un essai comme il a l’habitude d’en lire même avec Georges Didi-Huberman. S’il est bien composé en quatre parties, il est à vrai dire constitué de 188 notes toutes datées mais non Continuer la lecture de Georges Didi-Huberman : des aperçues comme réénonciations vives

Georges Didi-Huberman : le sens du langage (sept courtes remarques en marge de quelques livres)

Le texte ci-dessous a été rédigé à partir d’une intervention dans le cadre du séminaire « Penser/enseigner le sens du langage » que j’anime lors de la séance du 10 mars 2016 au centre Bièvre de l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3. Il a été prononcé après l’intervention de Melissa Melodias (en thèse sous ma direction sur le rythme dans l’oeuvre de Pasolini) sur un autre livre de Georges Didi-Huberman, Passé cités par JLG (on peut la lire à cette adresse : à venir). Je remercie les participants au séminaire pour la discussion qui a suivi.

N.B. : j’avais déjà publié un billet qui reprenait une communication  autour de La Disparition des lucioles faite le 4 mars 2010 associant Georges Didi-Huberman et Ghérasim Luca : https://ver.hypotheses.org/1152. Continuer la lecture de Georges Didi-Huberman : le sens du langage (sept courtes remarques en marge de quelques livres)

Des lucioles et des bougies : écouter les poèmes avec des images

 Lectures de Georges Didi-Huberman et Ghérasim Luca

Le livre de Georges Didi-Huberman (GDH dorénavant), Survivances des lucioles (Minuit, 2009), vient comme marquer un moment important du parcours de son auteur. A la fois, il se situe en totale continuité avec ses travaux antérieurs et en même temps il pose un nouveau problème sous la forme d’une remise en question ou du moins d’une forte inflexion dans la pensée de GDH. Je tente dans ce qui suit sa lecture en l’associant avec l’œuvre de Ghérasim Luca (GL dorénavant) qui, depuis longtemps, me tient à cœur et dont un ouvrage résonne au plus haut point avec celui de GDH : La voici la voie silanxieuse (Corti, 1997).

Continuer la lecture de Des lucioles et des bougies : écouter les poèmes avec des images