Archives de catégorie : 3. Banquet des voix

Bernard Noël (1930-2021) : la vie, la voix vive

L’ami, le grand écrivain, Bernard Noël nous a laissé sa vie le 13 avril 2021.  Un signe de vie vers lui ic sous forme de onzains (les onze lettres du nom qui a signé une oeuvre considérable) : https://martinritman.blogspot.com/2021/04/bernard-noel-enfin-ta-voix.html.

Suit une liste (incomplète) des écrits, expos, lectures avec les oeuvres de Bernard Noël dont je donne quelques-uns en entier par la suite :

  1. « Bernard Noël. 1 » Le Français Aujourd’hui n° 100 (« École, langue et culture »), décembre 1992, p. 126-129 [Repris dans la Poésie à plusieurs voix, Armand Colin, 2010].
  2. « tu vois/voix tue (extraits de lectures) » pour la réédition du Château de Cène de Bernard Noël, n° 20, janvier 1993, p. 83-90.
  3. « Bernard Noël. 2 », Le Français Aujourd’hui n° 101 (« Normes et pratiques de l’oral »), mars 1993, p. 123-127 [Repris dans la Poésie à plusieurs voix, Armand Colin, 2010].
  4. Reportage avec Gilbert Desmée pour la revue Sapriphage pour « Tarn en poésie 93 » autour de Bernard Noël les 13-21 avril 1993 à Albi et Carmaux.
  5. Bernard Noël, L’Ombre du double (POL), Sapriphage n° 20, hiver 1994, p. 91-92.
  6. (Avec Cécile Oger) « Écrire pour voir, voir pour écrire, dessins et manuscrits de Bernard Noël » (Bibliothèque d’agglomération) du 7 au 30 mai 1994, CIPVO (Centre d’initiatives poétiques en Val d’Oise) et San Cergy-Pontoise. Exposition reprise à la Bibliothèque municipale Guy de Maupassant de Saint-Quentin (Aisne) du 7 octobre au 5 novembre 1994.
  7. (Avec Cécile Oger, catalogue d’exposition) Bernard Noël Écrire pour voir, lavis & manuscrits, Bibliothèque d’agglomération, Cergy, du 7 au 30 mai 1994, Empreintes 95, 1994.
  8. Lecture-débat avec Bernard Noël (Université de Cergy) le 6 mai 1994 ; lecture, rencontre avec Bernard Noël (Bibliothèque d’agglomération) le 7 mai 1994 dans le cadre de l’exposition « Écrire pour voir/Voir pour écrire Lavis et manuscrits de Bernard Noël ».
  9. Bernard Noël, Le Syndrome de Gramsci dans Sapriphage n° 22, été/automne 1994, p. 122-123.
  10. Bernard Noël, L’Ombre du double, Sapriphage n° 20, hiver 1994, p. 92.
  11. « A l’écoute de l’œil » (Bernard Noël, Kveta Pakovska, Le Seuil), L’Humanité, 17 février 1995, p. 20.
  12. Les Poésies, l’école, préface de Bernard Noël, Grand Prix national de poésie 1994, coll. « L’éducateur », Paris, Presses Universitaires de France, 1997, 224 p.
  13. Bernard Noël, Romans d’un regard (P.O.L, 2003), Europe n° 895-896, novembre-décembre 2003, p. 351-352.
  14. Introduction au volume Avec Bernard Noël toute rencontre est l’énigme, La Rochelle : Himeros/Rumeur des âges, 2004, 158 p.
  15. Coaraze (Alpes-maritimes), 4 et 5 juin 2005. Fête des amis de l’Amourier. Présentation de Bernard Noël le samedi 4 de 15 à 16h
  16. Communication au colloque de Cerisy-la-Salle (11-18 juillet 2005) : « Engagés, les poèmes-relations de Bernard Noël » dans Fabio Scotto (dir.), Le Corps du verbe, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle,  Paris, ENS éditions, coll. « Signes », 2008 p. 69-82.
  17. Bernard Noël, Le Roman d’un être et Le Livre de l’oubli, POL, 2012, Résonance générale n° 6, automne 2013, p. 119-125.
  18. Extraits de la conclusion de Fragments amoureux (Artois Presses Université, 2004, dernières pages) et du chapitre 5 de Rythmes amoureux Corps, langage, poème (éd. Otrante, 2020), p. 293-301 – voir aussi p. 111 à 121.

Continuer la lecture de Bernard Noël (1930-2021) : la vie, la voix vive

Jean-Louis Chiss AVEC Henri Meschonnic

http://www.lambert-lucas.com/livre/le-francais-et-les-langues-histoire-linguistique-didactique/

Jean-Louis Chiss avec Henri Meschonnic : un maximum de sens du langage

Je me suis toujours senti concerné, dans mes identités professionnelles de linguiste, d’historien de la linguistique et de didacticien, par cette idée qu’il fallait enseigner quelque chose qui n’existe pas et qui a pourtant force de nécessité – une utopie en quelque sorte – à savoir la théorie du langage.

(Chiss, 2018 : 65)

Continuer la lecture de Jean-Louis Chiss AVEC Henri Meschonnic

Vivre langage : faire société

Ce qui suit a été publié dans Magali Jeannin et Anne Schneider, Littérature de l’altérité, altérités de la littérature : moi, nous, les autres, le monde (Actes des 18e rencontres en didactique de la littérature, Caen, 2018), Namur, coll. « Dyptique », Presses Universitaires de de Namur, 2020, p. 23-34.

 

Identités, altérités : des relations de voix en littérature pour vivre langage et faire société

             La Parole est moitié à celuy qui parle et moitié à celui qui écoute (Michel de Montaigne, Les Essais, III, 13, « De l’expérience »)

Il faudrait commencer par ce qui peut orienter décisivement toute la pensée des pratiques scolaires, y compris littéraires à quelque niveau qu’on s’arrête de la maternelle à l’université. L’orientation décisive consisterait à associer les pratiques langagières et les pratiques sociales et donc à ne jamais les dissocier comme on a malheureusement bien souvent l’habitude de le faire, soit en instrumentalisant les unes au service des autres, soit en les essentialisant et en les isolant les unes des autres. Associer ne veut pas dire penser le discontinu mais, au contraire, œuvrer au continu, et des pratiques et des théories. C’est pourquoi il s’agira de placer d’emblée toute la réflexion qui suit dans la lignée double d’un « vivre langage » et d’un « faire société », expressions fortes que l’on peut forger à partir des travaux d’Émile Benveniste (1966 et 1974) et de John Dewey (2010). Il semble depuis longtemps que cette double lignée engage une pensée de la relation où identités et altérités sont également engrenées et non séparées comme on le voit généralement aujourd’hui avec des politiques identitaristes qu’un altruisme de bon ton vient sauver in extremis sur la base d’un dualisme réitéré entre individu et société. En son temps, Benveniste (1966 : 260) avait dénoncé un tel dualisme après avoir posé que, « dans le langage », « la polarité des personnes » était « la condition fondamentale » où « je/tu » sont et « complémentaires » et « réversibles » – on peut prendre cette forte critique de Benveniste pour une réfutation forte des thèses traditionnelles de l’anthropologie philosophique toujours réitérée comme celle de Paul Ricœur (1990) :

Continuer la lecture de Vivre langage : faire société

Jude Stefan (1930-2020) : jubiler et donc revivre

J’ai appris comme beaucoup la mort de Jude Stéfan ce 11 novembre 2020. Je l’ai croisé plusieurs fois sans l’aborder. je l’ai écouté lors d’une lecture au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris puis lu beaucoup, y compris ses contributions à la fameuse revue de Georges Lambrichs, Les Cahiers du Chemin (voir https://www.honorechampion.com/fr/champion/8200-book-08532632-9782745326324.html). Et j’ai écrit une seule fois – décisive dans mon parcours – à partir d’un de ses livres, Elégiades : c’est dans Rythmes amoureux enfin publié par un excellent éditeur (http://otrante.fr/rythmes.html)  qui habite non loin d’Orbec, la ville de Stéfan (https://www.ouest-france.fr/normandie/lisieux-14100/orbec-le-poete-jude-stefan-a-quitte-sa-vie-d-ombre-s-7050860). Ci-dessous quelques passages le concernant issues de ce livre que vous pouvez bien évidemment commander à l’éditeur pour en saisir le contexte (http://otrante.fr/rythmes.html) . Elles sont ici en hommage ému au poète de Laures que l’on peut écouter dans cette vidéo de Pascale Bouhénic de 1995 :

Continuer la lecture de Jude Stefan (1930-2020) : jubiler et donc revivre

Quels lecteurs pour quelle société ? une thèse de Carla Campos CAScales

Je publie ci-dessous la présentation de thèse de Carla Campos Cascales et auparavant  mon intervention (à la troisième personne comme on doit le faire dans les rapports de soutenance) en tant que directeur lors de la soutenance de la thèse de doctorat en didactique des langues et des cultures, le 16 novembre à l’Université Sorbonne nouvelle en visio-conférence malheureusement :

L’enseignement de la littérature en Europe : quels lecteurs forme-t-on pour quelle société ? (Enquête sur les prescriptions et les pratiques dans quatre lycées français et espagnols à l’étranger)

Thèse dirigée par Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle) et Anne Barrère (Université Paris-Descartes). Le jury était composé également de Nathalie Denizot (INSPE, Sorbonne Université), Jean-Louis Dufays (Université Catholique de Louvain), Emmanuel Fraisse (Université Sorbonne nouvelle), Nathalie Rannou (Université Rennes 2)

Une réunion de doctorants et une sortie à Palafrugell avec Carla Campos Cascales à droite puis à gauche…

Continuer la lecture de Quels lecteurs pour quelle société ? une thèse de Carla Campos CAScales

La voix fait relation : Critique du rythme, aujourd’hui

Ce qui suit a été prononcé à Hildesheim (Allemagne) le 2 octobre 2019 pour le colloque https://www.uni-hildesheim.de/fb3/institute/institut-fuer-uebersetzungswiss-fachkommunikation/forschung/forschungsprojekte/rhythmuskonzepte-in-der-translation-und-translationswissenschaft/. Une publication en allemand est prévue.

Continuer la lecture de La voix fait relation : Critique du rythme, aujourd’hui

Lire Dominique Rabaté à l’occasion d’Une journée autour de l’impératif de la voix

Le 7 juin 2019, une journée d’études autour de L’Impératif de la voix (Classiques Garnier) a eu lieu avec pour thème et programme ce qui suit. Je publie ensuite ma communication à cette journée, qui est principalement consacrée au dernier ouvrage de Dominique Rabaté, La Passion de l’impossible Une histoire du récit au XXe siècle (Corti, 2019). 

 

Continuer la lecture de Lire Dominique Rabaté à l’occasion d’Une journée autour de l’impératif de la voix

Jean Sénac : le poème qui fait le plein de corps

La note de lecture qui suit a été publiée dans la revue Triages n° 31, juin 2019, p. 182-184. On peut écouter René de Ceccatty évoquer cette édition des poèmes de Jean Sénac dans l’émission de Manou Farine sur France Culture : « Sénac-Camus : une histoire algérienne », France Culture, « La compagnie des poètes », 22 février 2019,  https://www.franceculture.fr/emissions/poesie-et-ainsi-de-suite/senac-camus-une-histoire-algerienne

Jean Sénac, Œuvres poétiques, Préface de René de Ceccatty, Postface de Hamid Nacer-Khodja, Actes Sud, 2019, 836 p., 29 €.

« peut-être demain le poème… » (poème de Jean Sénac « à J.E. Bencheikh[1] », le « 21 novembre 1966 »)

L’édition de 1999 était épuisée et les éditions Actes Sud ont vraiment eu raison de proposer aux lecteurs cette reprise de l’œuvre poétique de Jean Sénac (1926-1973), avec la préface de René de Ceccatty qui souligne une parenté certaine avec Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Aussi, faut-il reprendre à nouveaux frais une lecture de Sénac surtout quand on considère sa place marginale[2]tant en France qu’en Algérie même s’il garde de fidèles et nombreux lecteurs. J’aimerais tout de suite affirmer son intempestivité qui continue jusqu’à aujourd’hui en France et en Algérie tout particulièrement, au moment où l’un et l’autre pays voient des soubresauts populaires et démocratiques venir heurter les langues de bois tant intellectuelles que communicationnelles des pouvoirs oppressifs ! Une telle intempestivité n’est pas réductible à quelque thématique et encore moins à quelque forme rhétorique : Sénac met le poème à hauteur d’un continu éthique, politique et érotique qu’effectivement l’on peut ressentir puissamment chez un Pasolini aujourd’hui, également en France comme en Italie, après la déferlante néo-libérale de plus en plus autoritaire. 

Continuer la lecture de Jean Sénac : le poème qui fait le plein de corps

Mallarmé et quatre poètes après 1945 : la thèse de Laurent Mourey

Membre du jury et rapporteur de la thèse de Laurent Mourey (soutenue le 29 mars 2019 à l’Université de Strasbourg) , je rends compte ci-dessous de ma lecture de ce travail de recherche important pour les études concernant Mallarmé et sa réception et pour la poétique de la lecture et de la voix continuée. Titre de la thèse : « Tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change » Présence et réception de Mallarmé dans la poésie française après 1945 – autour de Bonnefoy, Deguy, Maulpoix, Meschonnic.

Membres du jury:
Mme FINCK Michèle, directrice, Professeur, université de Strasbourg
M. MARCHAL Bertrand   Professeur, université Sorbonne – Paris IV, rapporteur
M. MARTIN Serge, Professeur émérite, université Sorbonne Nouvelle – Paris III, rapporteur
M. RABATE Dominique, Professeur, université Paris Diderot – Paris VII, président
M. WERLY Patrick, Maître de conférence HDR, université de Strasbourg.

Continuer la lecture de Mallarmé et quatre poètes après 1945 : la thèse de Laurent Mourey

Henri Meschonnic qui toujours recommence

La revue Apulée n° 4 propose un dossier « Henri Meschonnic » que j’ai coordonné. Il comprend un inédit d’Henri Meschonnic (« Le poème commence quand on ne peut plus parler »), des interventions de Pascal Lefranc (« Ecrire Meschonnic »), de Philippe Païni (« Le poème sur le bout de la langue ») et de Marko Pajevic (« Traduire Meschonnic en anglais ») ainsi qu’un entretien inédit d’Henri Meschonnic avec Michel Le Bris (« L’oublié du signe »). On peut compléter ce dossier en lisant un très beau travail de Shungo Morita à partir de lectures d’Adonis par Meschonnic autour de la notion d’Orient : https://mescho.hypotheses.org/625. Ci-dessous mon introduction et ma contribution. Il faut bien évidemment acheter ce très beau et gros numéro de la revue animée par Hubert Haddad: http://www.zulma.fr/livre-apulee-4-traduire-le-monde-572177.html

. Ci-dessous mon introduction et ma contribution. Il faut bien évidemment acheter ce très beau et gros numéro de la revue animée par Hubert Haddad: http://www.zulma.fr/livre-apulee-4-traduire-le-monde-572177.html

Continuer la lecture de Henri Meschonnic qui toujours recommence

Une certaine voix : Albert Camus ou le poème dans et par la voix

Ce qui suit a été prononcé à Arc-et-Senans à l’occasion du colloque « Albert Camus et la poésie » des 28 et 29 septembre 2018. On peut également lire une autre intervention lors d’une table ronde de « poètes » ici : http://martinritman.blogspot.com/2019/02/camus-en-haute-mer.html. Une émission sur France Culture, diffusée le 22 février 2019, dans laquelle sont convoqués Camus et Jean Sénac, est audible avec le podcast en ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/poesie-et-ainsi-de-suite/senac-camus-une-histoire-algerienne.

1. Un poème de l’essayer (de) dire

Continuer la lecture de Une certaine voix : Albert Camus ou le poème dans et par la voix

Rapides digressions sur un étrange pays : la parole de et avec Michel Chaillou

Communication prononcée lors du colloque « Michel Chaillou à l’écoute de l’obscur » à la Sorbonne nouvelle le 8 février 2019.

Stéphane Mallarmé orientait son écriture vers « quelque chose d’occulte au fond de tous » tout en visant « la possibilité d’autre chose[1] ». Ils ne sont pas si nombreux ceux qui engagent de telles tentatives car il faut tenir ensemble le plus personnel en visant l’impersonnel, trouver les constellations d’une nuit toujours active et parfois terrible. Je me contente dans ce qui suit de quelques digressions pour approcher ce qui fait l’étrangeté de la vie de langage que Michel Chaillou partage avec son lecteur. Elle constitue sa spécificité que « cette déclaration » d’un autre Michel, le « génial Montaigne au livre III de ses Essais » que cite le premier dans son Éloge du démodé[2], viendrait comme situer précisément: « Pour ce mien dessein, il me vient à propos d’escrire chez moi, en pays sauvage où personne ne m’aide, ny me relève… ». Cette articulation d’un « chez moi » et d’un « pays sauvage » constitue un travail d’invention qui défait toutes les illusions souvent confortables de ceux qui oublient que les cartes et donc les histoires qu’on se raconte, les raisonnements qu’on construit voire les légendes qu’on aime croire, sont toujours des discours situés. Un inventeur comme Chaillou ne cesse de travailler sa situation non pour rendre adéquat le lieu et l’espace voire le temps mais pour explorer des extravagances comme conclut Bertrand Westphal dans son ouvrage Le Monde plausible Espace, lieu, carte, avec Clément Rosset : « L’extra-vagance fait […] virtuellement de tout individu, un être pantoporos, « capable d’emprunter tous les chemins, y compris les voies interdites ». Ce faisant, il brave la monotonie du réel et les restrictions du lieu. Il s’ouvre un chemin dans l’espace et rouvre un espace que de toute façon rien ne saurait entraver. […] L’attitude pantoporosconsacre l’approximation et l’approche relative au détriment de la permanence de la station absolue[3]. » Quelques digressions donc pour un Chaillou pantoporos.

Continuer la lecture de Rapides digressions sur un étrange pays : la parole de et avec Michel Chaillou