Archives de catégorie : Livres

Réception critique de Rythmes amoureux

Rythmes amoureux, Corps, langage, poème, Otrante, 2020.

  1. Tanguy Grannis, « Serge Martin, Rythmes amoureux. Corps, langage, poème », Lectures[En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47799 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47799
  2. Olivier Mouginot, « Écrire & lire des poèmes amoureux : toujours pour la première fois », Acta fabula, vol. 22, n° 3, Notes de lecture, Mars 2021, URL :https://www.fabula.org/revue/document13485.php.

L’inconnaisssable avec Olivier Kachler

Olivier Kachler, Poétiques de l’inconnaissable, Essai sur les symbolismes en France et en Russie, Paris, Classiques Garnier, 2020, 555 p.

Recension parue dans Europe n° 1101-1102, janvier-février 2021, p. 387-389.

Ce livre n’est pas un ouvrage de plus sur le symbolisme même s’il permet de reconsidérer ce mouvement littéraire dans deux de ses contextes, français et russe, en observant au plus près quelques-unes de ses œuvres maîtresses – citons seulement celles de Baudelaire, Biély, Blok,

Continuer la lecture de L’inconnaisssable avec Olivier Kachler

Jean-Louis Chiss AVEC Henri Meschonnic

http://www.lambert-lucas.com/livre/le-francais-et-les-langues-histoire-linguistique-didactique/

Jean-Louis Chiss avec Henri Meschonnic : un maximum de sens du langage

Je me suis toujours senti concerné, dans mes identités professionnelles de linguiste, d’historien de la linguistique et de didacticien, par cette idée qu’il fallait enseigner quelque chose qui n’existe pas et qui a pourtant force de nécessité – une utopie en quelque sorte – à savoir la théorie du langage.

(Chiss, 2018 : 65)

Continuer la lecture de Jean-Louis Chiss AVEC Henri Meschonnic

Apprendre, avec l’archéologie et la théorie du langage

Je viens de rendre compte d’un ouvrage passionnant qui montre à l’envi combien penser la transmission, l’apprentissage, l’enseignement, c’est-à-dire les processus du connaître, nécessite de ne jamais oublier la théorie du langage voire de l’élargir.  Je veux dire par là qu’il semble à beaucoup comme naturel d’oublier celle-ci dès lors que les traces (écrites, enregistrées, etc.) ne sont pas disponibles et qu’il faut se contenter de ce qu’on appelle les « cultures matérielles ». Il me semble alors qu’on effectue la même sortie du langage, la même opération de rebroussement théorique, que lorsqu’on exclut du langage le silence, le para-verbal, etc. Par conséquent, cet ouvrage serait l’occasion de penser à nouveaux frais une théorie du langage intégrant les « cultures matérielles » tout comme elle se doit d’intégrer les gestes, les corps, la société, l’histoire. A lire donc…

https://journals.openedition.org/lectures/46022

 

Le bref avec Laurent Mourey : une épopée de voix

Laurent Mourey, Cet Oubli maintenant, Paris, éditions du Cygne, 2020.

Recension parue dans Europe n° 1093, mai 2020, p. 282-283 :

Le livre de Laurent Mourey est court mais il relève d’une brièveté qui devient une épopée de voix par la force d’un phrasé sans cesse au commencement d’une écoute : « la voix ce cri qui n’est que / naître ». Soixante-deux septains en tout, soit quatre-cent-trente-quatre vers, qu’il faut certainement lire comme autant de

Continuer la lecture de Le bref avec Laurent Mourey : une épopée de voix

Faire littérature ?

Le point de vue pragmatique dans les études littéraires n’est pas entièrement neuf mais on a plaisir à découvrir un ouvrage qui pose si fortement, presque comme s’il s’agissait d’un manifeste, cet objectif d’un Faire littérature. Cela nous change bien évidemment des vieux débats ontologiques sur ce qu’est la littérature pour nous obliger à aller y voir : qui en fait ? qu’en font-ils ? que leur fait-elle ? etc.

Continuer la lecture de Faire littérature ?

Lire Dominique Rabaté à l’occasion d’Une journée autour de l’impératif de la voix

Le 7 juin 2019, une journée d’études autour de L’Impératif de la voix (Classiques Garnier) a eu lieu avec pour thème et programme ce qui suit. Je publie ensuite ma communication à cette journée, qui est principalement consacrée au dernier ouvrage de Dominique Rabaté, La Passion de l’impossible Une histoire du récit au XXe siècle (Corti, 2019). 

 

Continuer la lecture de Lire Dominique Rabaté à l’occasion d’Une journée autour de l’impératif de la voix

Résonance : « une sociologie de la relation au monde » ne fait pas une poétique ni une politique de la relation (à propos d’HarTmut Rosa)



Comme un peuple de langages, comme un concert de voix qui souvent concertent et quelques fois dissonent, qui résonnent toujours. Et qui n’existent et ne méritent que comme donnant une résonance[1] .

[1]C. Péguy, Œuvres en proseII, Paris, La pléiade, Gallimard, p. 659 et 663.

Continuer la lecture de Résonance : « une sociologie de la relation au monde » ne fait pas une poétique ni une politique de la relation (à propos d’HarTmut Rosa)

Jean Sénac : le poème qui fait le plein de corps

La note de lecture qui suit a été publiée dans la revue Triages n° 31, juin 2019, p. 182-184. On peut écouter René de Ceccatty évoquer cette édition des poèmes de Jean Sénac dans l’émission de Manou Farine sur France Culture : « Sénac-Camus : une histoire algérienne », France Culture, « La compagnie des poètes », 22 février 2019,  https://www.franceculture.fr/emissions/poesie-et-ainsi-de-suite/senac-camus-une-histoire-algerienne

Jean Sénac, Œuvres poétiques, Préface de René de Ceccatty, Postface de Hamid Nacer-Khodja, Actes Sud, 2019, 836 p., 29 €.

« peut-être demain le poème… » (poème de Jean Sénac « à J.E. Bencheikh[1] », le « 21 novembre 1966 »)

L’édition de 1999 était épuisée et les éditions Actes Sud ont vraiment eu raison de proposer aux lecteurs cette reprise de l’œuvre poétique de Jean Sénac (1926-1973), avec la préface de René de Ceccatty qui souligne une parenté certaine avec Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Aussi, faut-il reprendre à nouveaux frais une lecture de Sénac surtout quand on considère sa place marginale[2]tant en France qu’en Algérie même s’il garde de fidèles et nombreux lecteurs. J’aimerais tout de suite affirmer son intempestivité qui continue jusqu’à aujourd’hui en France et en Algérie tout particulièrement, au moment où l’un et l’autre pays voient des soubresauts populaires et démocratiques venir heurter les langues de bois tant intellectuelles que communicationnelles des pouvoirs oppressifs ! Une telle intempestivité n’est pas réductible à quelque thématique et encore moins à quelque forme rhétorique : Sénac met le poème à hauteur d’un continu éthique, politique et érotique qu’effectivement l’on peut ressentir puissamment chez un Pasolini aujourd’hui, également en France comme en Italie, après la déferlante néo-libérale de plus en plus autoritaire. 

Continuer la lecture de Jean Sénac : le poème qui fait le plein de corps