Archives de catégorie : 0. Actualités

Lire Dominique Rabaté à l’occasion d’Une journée autour de l’impératif de la voix

Le 7 juin 2019, une journée d’études autour de L’Impératif de la voix (Classiques Garnier) a eu lieu avec pour thème et programme ce qui suit. Je publie ensuite ma communication à cette journée, qui est principalement consacrée au dernier ouvrage de Dominique Rabaté, La Passion de l’impossible Une histoire du récit au XXe siècle (Corti, 2019). 

 

Continuer la lecture de Lire Dominique Rabaté à l’occasion d’Une journée autour de l’impératif de la voix

Résonance : “une sociologie de la relation au monde” ne fait pas une poétique ni une politique de la relation (à propos d’HarTmut Rosa)



Comme un peuple de langages, comme un concert de voix qui souvent concertent et quelques fois dissonent, qui résonnent toujours. Et qui n’existent et ne méritent que comme donnant une résonance[1] .

[1]C. Péguy, Œuvres en proseII, Paris, La pléiade, Gallimard, p. 659 et 663.

Continuer la lecture de Résonance : “une sociologie de la relation au monde” ne fait pas une poétique ni une politique de la relation (à propos d’HarTmut Rosa)

Jean Sénac : le poème qui fait le plein de corps

La note de lecture qui suit a été publiée dans la revue Triages n° 31, juin 2019, p. 182-184. On peut écouter René de Ceccatty évoquer cette édition des poèmes de Jean Sénac dans l’émission de Manou Farine sur France Culture : « Sénac-Camus : une histoire algérienne », France Culture, « La compagnie des poètes », 22 février 2019,  https://www.franceculture.fr/emissions/poesie-et-ainsi-de-suite/senac-camus-une-histoire-algerienne

Jean Sénac, Œuvres poétiques, Préface de René de Ceccatty, Postface de Hamid Nacer-Khodja, Actes Sud, 2019, 836 p., 29 €.

« peut-être demain le poème… » (poème de Jean Sénac « à J.E. Bencheikh[1] », le « 21 novembre 1966 »)

L’édition de 1999 était épuisée et les éditions Actes Sud ont vraiment eu raison de proposer aux lecteurs cette reprise de l’œuvre poétique de Jean Sénac (1926-1973), avec la préface de René de Ceccatty qui souligne une parenté certaine avec Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Aussi, faut-il reprendre à nouveaux frais une lecture de Sénac surtout quand on considère sa place marginale[2]tant en France qu’en Algérie même s’il garde de fidèles et nombreux lecteurs. J’aimerais tout de suite affirmer son intempestivité qui continue jusqu’à aujourd’hui en France et en Algérie tout particulièrement, au moment où l’un et l’autre pays voient des soubresauts populaires et démocratiques venir heurter les langues de bois tant intellectuelles que communicationnelles des pouvoirs oppressifs ! Une telle intempestivité n’est pas réductible à quelque thématique et encore moins à quelque forme rhétorique : Sénac met le poème à hauteur d’un continu éthique, politique et érotique qu’effectivement l’on peut ressentir puissamment chez un Pasolini aujourd’hui, également en France comme en Italie, après la déferlante néo-libérale de plus en plus autoritaire. 

Continuer la lecture de Jean Sénac : le poème qui fait le plein de corps

Mallarmé et quatre poètes après 1945 : la thèse de Laurent Mourey

Membre du jury et rapporteur de la thèse de Laurent Mourey (soutenue le 29 mars 2019 à l’Université de Strasbourg) , je rends compte ci-dessous de ma lecture de ce travail de recherche important pour les études concernant Mallarmé et sa réception et pour la poétique de la lecture et de la voix continuée. Titre de la thèse : “Tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change” Présence et réception de Mallarmé dans la poésie française après 1945 – autour de Bonnefoy, Deguy, Maulpoix, Meschonnic.

Membres du jury:
Mme FINCK Michèle, directrice, Professeur, université de Strasbourg
M. MARCHAL Bertrand   Professeur, université Sorbonne – Paris IV, rapporteur
M. MARTIN Serge, Professeur émérite, université Sorbonne Nouvelle – Paris III, rapporteur
M. RABATE Dominique, Professeur, université Paris Diderot – Paris VII, président
M. WERLY Patrick, Maître de conférence HDR, université de Strasbourg.

Continuer la lecture de Mallarmé et quatre poètes après 1945 : la thèse de Laurent Mourey

Henri Meschonnic qui toujours recommence

La revue Apulée n° 4 propose un dossier “Henri Meschonnic” que j’ai coordonné. Il comprend un inédit d’Henri Meschonnic (“Le poème commence quand on ne peut plus parler”), des interventions de Pascal Lefranc (“Ecrire Meschonnic”), de Philippe Païni (“Le poème sur le bout de la langue”) et de Marko Pajevic (“Traduire Meschonnic en anglais”) ainsi qu’un entretien inédit d’Henri Meschonnic avec Michel Le Bris (“L’oublié du signe”). On peut compléter ce dossier en lisant un très beau travail de Shungo Morita à partir de lectures d’Adonis par Meschonnic autour de la notion d’Orient : https://mescho.hypotheses.org/625. Ci-dessous mon introduction et ma contribution. Il faut bien évidemment acheter ce très beau et gros numéro de la revue animée par Hubert Haddad: http://www.zulma.fr/livre-apulee-4-traduire-le-monde-572177.html

. Ci-dessous mon introduction et ma contribution. Il faut bien évidemment acheter ce très beau et gros numéro de la revue animée par Hubert Haddad: http://www.zulma.fr/livre-apulee-4-traduire-le-monde-572177.html

Continuer la lecture de Henri Meschonnic qui toujours recommence

Les ateliers du dire : une thèse pour changer de cap en didactique des LANGUES et des littératures

Ci-dessous, ma contribution à la soutenance de thèse d’Olivier Mouginot : http://www.univ-paris3.fr/soutenance-de-these-de-m-olivier-mouginot-521319.kjsp

Voir son carnet de recherche : https://atelit.hypotheses.org/olivier-mouginot

Le directeur de la thèse d’Olivier Mouginot, Serge Martin (S. M.), prend la parole en commençant par remercier ses collègues qui ont accepté de lire et d’évaluer la recherche doctorale d’Olivier Mouginot. Il tient à partager avec eux le plaisir de voir Olivier Mouginot soutenir au moment où il prend sa retraite et ainsi de constater que le relai de la recherche est bel et bien assuré. Son directeur en est convaincu pour au moins trois raisons : 

Continuer la lecture de Les ateliers du dire : une thèse pour changer de cap en didactique des LANGUES et des littératures

Penser main dans la main (discours pour un départ à la Retraite)

Ce discours a été prononcé à la Sorbonne nouvelle le 4 octobre 2018 vers 19h30 après ceux des collègues du département, de Valérie Spaëth (directrice du DILTEC EA2288), d’Emmanuel Fraisse (ancien directeur de l’INRP) et de Jean-Louis Chiss ( directeur de l’UFR Littérature Linguistique Didactique) et avant un buffet amical.

Je suis sans voix. Quand on est sans voix, c’est possiblement que le silence comme privatif vocal peut constituer la seule parole possible : oui, je suis sidéré par le bonheur partagé à cette occasion, un départ comme on dit avec ce que tout départ fait entendre d’adieux certainement nostalgiques mais surtout de passages : transmission ininterrompue, continuée. Et s’agissant de transmission, on sait combien les silences sont actifs parce qu’ils sont des écoutes de l’infime. Les vieux amoureux n’ont rien à se dire mais tout à écouter encore, encore.

Continuer la lecture de Penser main dans la main (discours pour un départ à la Retraite)

Mathieu Depeursinge : une thèse sur les conditions de la lecture en démocratie, qui va compter !

Rapport sur la thèse de Mathieu DEPEURSINGE, L’éducation poétique par l’illisible Enquête sur les conditions de la lecture en démocratie, présentée le 5 décembre 2018 à la Faculté des Lettres de Lausanne pour l’obtention du grade de Docteur ès lettres sous la direction des Professeurs Antonio Rodriguez (dir.) et Noël Cordonnier (co-dir.)

Continuer la lecture de Mathieu Depeursinge : une thèse sur les conditions de la lecture en démocratie, qui va compter !

Culture du langage : une question d’attention (avec Jean-Louis Chiss)

Jean-Louis Chiss, La Culture du langage et les idéologies linguistiques, Lambert-Luca, 2018.

Les travaux des chercheurs prennent plus souvent la forme de l’article que du livre et c’est bien dommage car l’article, s’il peut être plus vite lu, ne rend pas compte d’un parcours de recherche et insiste forcément plus sur les résultats – bien souvent maigres – que sur la démarche : les méthodes d’évaluation de la recherche qui sont modélisées par un certain scientisme n’y sont pas pour rien ! Avec Jean-Louis Chiss, le lecteur est souvent mis au défi de lire ses articles qui lui semblent ardus puisque toute sa recherche vise d’abord la démarche, même si c’est souvent le meilleur moyen d’être assuré de résultat consistant. Aussi leur édition en livre dans des versions souvent refondues donne enfin toute leur valeur à la recherche de l’auteur et permet aux lecteurs d’en saisir la force épistémologique par la tenue des notions mises en jeu dans un continu de pensée trop souvent difficile à concevoir à la dimension d’un article. Cet ouvrage me semble très important pour justement percevoir l’importance et la spécificité de la démarche de Chiss : regroupant en trois moments dix-neuf articles publiés de 1975 à 2013, soit sur presque 40 ans de recherche, il oriente décisivement ses travaux qui peuvent paraître par trop épars, à celui qui ne le connaît pas comme collègue. Chiss nomme « l’attention au langage » ce qui tient ensemble crise(s), culture(s) et politique(s) du langage. Cette attention qui vise une théorie du langagedont le concept fondateur est le discours, passerait par trois forces concomitantes que seraient la critique toujours à tenir des représentations du langage ou idéologies linguistiques, la critique de la coupure langue/littérature dans le contexte français et, enfin, la critique des politiques du langage souvent inscientes des linguistes et philosophes, des comparatistes et défenseurs des langues dans des situations toujours à historiciser à rebours des notions essentialisantes et d’un dualisme à l’emporte-pièce qu’il s’agit justement de « mettre en crise » (p. 209).

Continuer la lecture de Culture du langage : une question d’attention (avec Jean-Louis Chiss)

Un essai décisif avec l’oeuvre de Jean-Loup Trassard : vers une critique de la phénoménologie littéraire

Florent Hélesbeux, Jean-Loup Trassard ou le paysage empêché, Paris, Classiques Garnier, 2017, 670 p.

Reprenant sa thèse rédigée sous la direction de Didier Alexandre et soutenue en février 2016 (« Le Surplomb impossible, le paysage empêché. L’œuvre de Jean-Loup Trassard lue à la lumière de Merleau-Ponty »), Florent Hélesbeux propose une monographie décisive sur l’œuvre de Trassard. Cette reprise de thèse constitue aussi une intervention forte concernant un pan considérable de la réflexion sur la littérature, depuis au moins le Nouveau Roman, puisqu’à la fois son auteur situe Trassard en regard de nombreuses œuvres (de Giono à Bergougnioux en passant par Ramuz, Gracq, Michon et Millet et bien d’autres, y compris quelques œuvres cinématographiques – je renvoie à l’index fort pratique en fin d’ouvrage) et interroge vivement les habitudes critiques arrimées à une certaine doxaphénoménologique dans les études littéraires et en particulier aux motifs de l’horizonet du paysage. Mais en fin de compte, cette monographie fait ce que devrait engager toute lecture au plus vif des œuvres : une critique où la lecture de l’œuvre en question met tout en mouvement, tant du point de vue des études littéraires et donc des rapports que l’œuvre reconfigure spécifiquement – si ce n’était pas le cas, alors on ne parlerait pas d’œuvre ! – que du point de vue des moyens critiques, disciplinaires ou pas, que l’œuvre exige – et ici c’est exemplairement la phénoménologie de la perception qui est revisitée de fond en comble dans son rapport aux études littéraires et au-delà dans son rapport aux enjeux politiques et éthiques. Tout l’essai tend en effet vers ce que l’auteur appelle le « crépuscule du néolithique » (513), c’est-à-dire la transformation du monde paysan, la destruction même des paysans (à ne pas confondre avec les agriculteurs et autres entrepreneurs[1]), de leur monde, dont l’œuvre de Trassard formulerait à bien des égards un constat précis et terrible mais surtout constituerait l’écriture au présent de ces présences du passé dans les corps, les gestes, les objets, les éléments et bien évidemment le langage, les paroles des paysans et artisans mayennais et l’écriture même : « Le remembrement est bien le fond, même tu, sur lequel l’œuvre de Trassard est écrite » (555).

Continuer la lecture de Un essai décisif avec l’oeuvre de Jean-Loup Trassard : vers une critique de la phénoménologie littéraire

Quel espace littéraire pour l’écoute?

Maurice Blanchot, L’Espace littéraire, Gallimard, 1955.

Quel à venir pour l’écoute ? Quel espace littéraire pour l’écoute?

Introduction

Au premier chapitre de L’Espace littéraire, « La solitude essentielle » (pp. 9-25), Blanchot titre un fragment « L’interminable, l’incessant » (pp. 16-17), dans lequel il continue de montrer la solitude de l’écrivain pour affirmer que son activité est interminable. On pourrait y voir l’affirmation d’une activité toujours vive, toujours à renouveler, mais le renouvellement chez Blanchot revêt un caractère aporétique. Du postulat que rien ne se termine, se dessine une « autorité [qui est] ce qui parle encore quand tout a été dit, ce qui ne précède pas la parole, car elle l’empêche plutôt d’être parole commençante, comme elle lui retire le droit et le pouvoir de s’interrompre » (p. 16). Plutôt qu’une autorité qui ne finirait pas d’affirmer pour continuer à l’infini l’œuvre, c’est une affirmation qui « n’affirme rien » parce qu’elle ne peut s’affirmer qu’indéfiniment. La différence est ténue, et pourtant, fondamentale pour notre analyse, car s’y opère un véritable tournant à prendre avec l’écoute comme opérateur critique, et pour l’écoute comme levier théorique à définir. L’Espace littéraire met le poème du côté de l’être, de son essence : « le poème – la littérature – semble lié à une parole qui ne peut s’interrompre, car elle ne parle pas, elle est » (p. 29). Il y a une affirmation forte de l’essence de la littérature dont sa manière d’être est d’être. Elle l’est par la contradiction dans laquelle elle est mise par rapport à une parole : elle ne lui est pas antithétique, puisqu’elle est « parole qui ne peut s’interrompre », mais elle agit contre elle puisqu’elle ne peut s’interrompre parce qu’elle ne parle pas. Il y a une double ontologie du poème défini par son essence, et par l’essence d’une parole. L’Espace littéraire semble d’ors et déjà déjouer toute activité du poème : il ne fait pas, il ne parle pas, il n’a donc pas d’activité. Il y aurait schématiquement ceci : un dualisme de la parole et de l’être, où parler va contre être, et où la parole est un contre-l’œuvre, n’étant pas l’essence de l’œuvre. Continuer la lecture de Quel espace littéraire pour l’écoute?