Archives de catégorie : 0. Actualités

Ghérasim Luca : la voix dissipée

Charlène Clonts, Gherasim Luca : Texte, image, son, Oxford, Peter Lang, « Modern French Identities », 2020.

Ce fort ouvrage de 468 pages constitue un essai érudit à propos des productions littéraires et artistiques de Ghérasim Luca (1913-1994) – dorénavant GL. Avec près de trente pages de « bibliographie sélective[1] » et treize pages d’index (comprenant six sous-entrées !), il recense presque exhaustivement les œuvres plastiques et cinématographiques, les ouvrages, les plaquettes, les recueils, les revues, les pièces de théâtre, les performances et les enregistrements de récitals que Ghérasim Luca a réalisés de Bucarest à Paris qu’il a rejoint définitivement en 1952. GL y a vécu comme apatride en disant de lui-même : « Je suis l’Étranjuif » – expression qu’il faudrait d’ailleurs entendre comme la condition qu’il a construite depuis sa naissance, du moins depuis que Salman Locker est devenu Ghérasim Luca, quasiment depuis ses premières apparitions publiques.

Continuer la lecture de Ghérasim Luca : la voix dissipée

Tenir voix en faisant relation (repartant de Julien Gracq)

Ci-dessous  ma communication à la journée d’études du 24 septembre 2021 (9h-15h) UFR SLHS, campus Mégevand, Besançon : Phrase, phrasé, rythme en enseignement et en recherche : penser/expérimenter le continu du discours. 

Résumé : Dans un essai remarquable de 1948, Julien Gracq offre « quelques aspects de l’écrivain » André Breton et y parle d’« une certaine manière de poser la voix » en proposant une forte réflexion sur la phrase. J’aimerais reprendre l’heuristique de cette réflexion, laquelle ouvre au phrasé et au rythme, pour la rattacher à une orientation vocale, à l’oralité de l’écriture (Henri Meschonnic, 1982), puisque chez Breton « une ligne de vie parcourt la phrase » (Gracq, 1989 : 486). Je tenterai d’apercevoir les implications d’un tel continu jusque dans la classe de langage, de la maternelle à l’université, où il y aurait un grand intérêt à enseigner en vue de « rendre à l’écriture la haute valeur mimétique, le très riche registre d’intonations et de gestes, le trésor d’inflexions, la force communicative électrisante du langage de “celui qui parle” » (Gracq, 1989 : 500). Bref, chercher à enseigner pour que chacun.e tienne voix en faisant relation !

Carte postale d’André Breton à Julien Gracq (6 mai 1966)

 

Continuer la lecture de Tenir voix en faisant relation (repartant de Julien Gracq)

Réception critique de Rythmes amoureux

Rythmes amoureux, Corps, langage, poème, Otrante, 2020.

  1. Tanguy Grannis, « Serge Martin, Rythmes amoureux. Corps, langage, poème », Lectures[En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47799 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47799
  2. Olivier Mouginot, « Écrire & lire des poèmes amoureux : toujours pour la première fois », Acta fabula, vol. 22, n° 3, Notes de lecture, Mars 2021, URL :https://www.fabula.org/revue/document13485.php.
  3. Richard Guedj, recension dans Europe n° 1105, mai 2021, p. 416-418.

(http://martin-ritman-biblio.blogspot.com/search/label/recensions%20de%20Rythmes%20amoureux)

Ecrit sur l’écorce, la pierre la neige… 11 mars : journée d’études

la journée d’étude “Ecrit sur l’écorce, la pierre la neige… Les supports matériels du poème (période moderne et contemporaine)”, qui se déroulera jeudi 11 mars (9h-17h) sur… support dématérialisé.
 
Voici le lien zoom qui permettra à celles et ceux d’entre vous qui le souhaitent de se connecter directement à la visioconférence, sans inscription préalable :
 
 
 
Programme à cette adresse : https://matierespoet.hypotheses.org/909
 

L’inconnaisssable avec Olivier Kachler

Olivier Kachler, Poétiques de l’inconnaissable, Essai sur les symbolismes en France et en Russie, Paris, Classiques Garnier, 2020, 555 p.

Recension parue dans Europe n° 1101-1102, janvier-février 2021, p. 387-389.

Ce livre n’est pas un ouvrage de plus sur le symbolisme même s’il permet de reconsidérer ce mouvement littéraire dans deux de ses contextes, français et russe, en observant au plus près quelques-unes de ses œuvres maîtresses – citons seulement celles de Baudelaire, Biély, Blok,

Continuer la lecture de L’inconnaisssable avec Olivier Kachler

Pour jean-Pierre Sintive (1955-2021)

Je viens d’apprendre la mort de Jean-Pierre Sintive qui a fondé les éditions Unes. Ci-dessous un texte consacré à un de ses livres assez secret et que j’ai beaucoup aimé. Ce texte est extrait de Rythmes amoureux (Ed. Otrante, 2020) et a été écrit il y a presque vingt-cinq ans juste après avoir lu son livre … Terrible nouvelle mais Jean-Pierre Sintive nous a laissé sa vie : une oeuvre magnifique !

Jean-Pierre Sintive ou la relation en correspondance

Un livre paru en 1995 présente une énigme et surtout un problème.

Continuer la lecture de Pour jean-Pierre Sintive (1955-2021)

Phrase, phrasé ? penser le continu discursif (séminaire)

Université Sorbonne nouvelle & Université de Franche-Comté

Séance de séminaire virtuel sur zoom organisée par Serge Martin et Olivier Mouginot

Phrase, phrasé ? Penser le continu discursif en littérature et dans les arts 

Vendredi 26 février 2021 (09.00-13.00)

Continuer la lecture de Phrase, phrasé ? penser le continu discursif (séminaire)

Jean-Louis Chiss AVEC Henri Meschonnic

http://www.lambert-lucas.com/livre/le-francais-et-les-langues-histoire-linguistique-didactique/

Jean-Louis Chiss avec Henri Meschonnic : un maximum de sens du langage

Je me suis toujours senti concerné, dans mes identités professionnelles de linguiste, d’historien de la linguistique et de didacticien, par cette idée qu’il fallait enseigner quelque chose qui n’existe pas et qui a pourtant force de nécessité – une utopie en quelque sorte – à savoir la théorie du langage.

(Chiss, 2018 : 65)

Continuer la lecture de Jean-Louis Chiss AVEC Henri Meschonnic

Apprendre, avec l’archéologie et la théorie du langage

Je viens de rendre compte d’un ouvrage passionnant qui montre à l’envi combien penser la transmission, l’apprentissage, l’enseignement, c’est-à-dire les processus du connaître, nécessite de ne jamais oublier la théorie du langage voire de l’élargir.  Je veux dire par là qu’il semble à beaucoup comme naturel d’oublier celle-ci dès lors que les traces (écrites, enregistrées, etc.) ne sont pas disponibles et qu’il faut se contenter de ce qu’on appelle les “cultures matérielles”. Il me semble alors qu’on effectue la même sortie du langage, la même opération de rebroussement théorique, que lorsqu’on exclut du langage le silence, le para-verbal, etc. Par conséquent, cet ouvrage serait l’occasion de penser à nouveaux frais une théorie du langage intégrant les “cultures matérielles” tout comme elle se doit d’intégrer les gestes, les corps, la société, l’histoire. A lire donc…

https://journals.openedition.org/lectures/46022

 

Intempestivité de la lecture, avec Henri Meschonnic et Shungo Morita

Intervention pour la thèse de doctorat en littérature française et comparée de Shungo Morita le 5 décembre à l’Université Sorbonne nouvelle, « Meschonnic, lecteur. La poétique de l’écoute dans les critiques littéraires de Henri Meschonnic (1957-2009) », par Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle), directeur.

 

Shungo et Kasumi Morita au château de Caen (photo: SM) 

Continuer la lecture de Intempestivité de la lecture, avec Henri Meschonnic et Shungo Morita

Quels lecteurs pour quelle société ? une thèse de Carla Campos CAScales

Je publie ci-dessous la présentation de thèse de Carla Campos Cascales et auparavant  mon intervention (à la troisième personne comme on doit le faire dans les rapports de soutenance) en tant que directeur lors de la soutenance de la thèse de doctorat en didactique des langues et des cultures, le 16 novembre à l’Université Sorbonne nouvelle en visio-conférence malheureusement :

L’enseignement de la littérature en Europe : quels lecteurs forme-t-on pour quelle société ? (Enquête sur les prescriptions et les pratiques dans quatre lycées français et espagnols à l’étranger)

Thèse dirigée par Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle) et Anne Barrère (Université Paris-Descartes). Le jury était composé également de Nathalie Denizot (INSPE, Sorbonne Université), Jean-Louis Dufays (Université Catholique de Louvain), Emmanuel Fraisse (Université Sorbonne nouvelle), Nathalie Rannou (Université Rennes 2)

Une réunion de doctorants et une sortie à Palafrugell avec Carla Campos Cascales à droite puis à gauche…

Continuer la lecture de Quels lecteurs pour quelle société ? une thèse de Carla Campos CAScales

Revue Nu(e) n° 72 : Serge Ritman

Revue NU(e), n° 72, Serge Ritman, coordonné par Yann Miralles , 2020.

Poezibao héberge désormais la revue NU(e). Celle-ci est proposée au format PDF, facile à enregistrer ou à imprimer et à ouvrir d’un simple clic. 
Le numéro 72, septième publication au format électronique, est consacré à Serge Ritman.

https://poezibao.typepad.com/poezibao/2020/09/revue-nue-n-72-serge-ritman.html

Continuer la lecture de Revue Nu(e) n° 72 : Serge Ritman

Le bref avec Laurent Mourey : une épopée de voix

Laurent Mourey, Cet Oubli maintenant, Paris, éditions du Cygne, 2020.

Recension parue dans Europe n° 1093, mai 2020, p. 282-283 :

Le livre de Laurent Mourey est court mais il relève d’une brièveté qui devient une épopée de voix par la force d’un phrasé sans cesse au commencement d’une écoute : « la voix ce cri qui n’est que / naître ». Soixante-deux septains en tout, soit quatre-cent-trente-quatre vers, qu’il faut certainement lire comme autant de

Continuer la lecture de Le bref avec Laurent Mourey : une épopée de voix