Archives de catégorie : 5. Poétique des oeuvres

Un critique doublé d’un rêveur

Dans le cadre de la troisième conférence de l’International Network of the Lyric (INSL), je reproduis ci-dessous ma courte intervention au début de cette table ronde qui a eu lieu par zoom le 16 juin 2021 : Inside Out/Outside In (Poètes et dispositifs poétiques dans les réseaux d’éducation) 4 position papers – in French. Moderator: Antonio Rodriguez (U. Lausanne) 

Denise BRASSARD (UQAM-CA)
Serge MARTIN & Serge RITMAN (U. Sorbonne-Nouvelle, Paris 3)
Magali NACHTERGAEL (U. Bordeaux 3)
Jean-Claude PINSON (U. Nantes)

Continuer la lecture de Un critique doublé d’un rêveur

Réception critique de Rythmes amoureux

Rythmes amoureux, Corps, langage, poème, Otrante, 2020.

  1. Tanguy Grannis, « Serge Martin, Rythmes amoureux. Corps, langage, poème », Lectures[En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47799 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47799
  2. Olivier Mouginot, « Écrire & lire des poèmes amoureux : toujours pour la première fois », Acta fabula, vol. 22, n° 3, Notes de lecture, Mars 2021, URL :https://www.fabula.org/revue/document13485.php.

Vivre langage : faire société

Ce qui suit a été publié dans Magali Jeannin et Anne Schneider, Littérature de l’altérité, altérités de la littérature : moi, nous, les autres, le monde (Actes des 18e rencontres en didactique de la littérature, Caen, 2018), Namur, coll. « Dyptique », Presses Universitaires de de Namur, 2020, p. 23-34.

 

Identités, altérités : des relations de voix en littérature pour vivre langage et faire société

             La Parole est moitié à celuy qui parle et moitié à celui qui écoute (Michel de Montaigne, Les Essais, III, 13, « De l’expérience »)

Il faudrait commencer par ce qui peut orienter décisivement toute la pensée des pratiques scolaires, y compris littéraires à quelque niveau qu’on s’arrête de la maternelle à l’université. L’orientation décisive consisterait à associer les pratiques langagières et les pratiques sociales et donc à ne jamais les dissocier comme on a malheureusement bien souvent l’habitude de le faire, soit en instrumentalisant les unes au service des autres, soit en les essentialisant et en les isolant les unes des autres. Associer ne veut pas dire penser le discontinu mais, au contraire, œuvrer au continu, et des pratiques et des théories. C’est pourquoi il s’agira de placer d’emblée toute la réflexion qui suit dans la lignée double d’un « vivre langage » et d’un « faire société », expressions fortes que l’on peut forger à partir des travaux d’Émile Benveniste (1966 et 1974) et de John Dewey (2010). Il semble depuis longtemps que cette double lignée engage une pensée de la relation où identités et altérités sont également engrenées et non séparées comme on le voit généralement aujourd’hui avec des politiques identitaristes qu’un altruisme de bon ton vient sauver in extremis sur la base d’un dualisme réitéré entre individu et société. En son temps, Benveniste (1966 : 260) avait dénoncé un tel dualisme après avoir posé que, « dans le langage », « la polarité des personnes » était « la condition fondamentale » où « je/tu » sont et « complémentaires » et « réversibles » – on peut prendre cette forte critique de Benveniste pour une réfutation forte des thèses traditionnelles de l’anthropologie philosophique toujours réitérée comme celle de Paul Ricœur (1990) :

Continuer la lecture de Vivre langage : faire société

Quels lecteurs pour quelle société ? une thèse de Carla Campos CAScales

Je publie ci-dessous la présentation de thèse de Carla Campos Cascales et auparavant  mon intervention (à la troisième personne comme on doit le faire dans les rapports de soutenance) en tant que directeur lors de la soutenance de la thèse de doctorat en didactique des langues et des cultures, le 16 novembre à l’Université Sorbonne nouvelle en visio-conférence malheureusement :

L’enseignement de la littérature en Europe : quels lecteurs forme-t-on pour quelle société ? (Enquête sur les prescriptions et les pratiques dans quatre lycées français et espagnols à l’étranger)

Thèse dirigée par Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle) et Anne Barrère (Université Paris-Descartes). Le jury était composé également de Nathalie Denizot (INSPE, Sorbonne Université), Jean-Louis Dufays (Université Catholique de Louvain), Emmanuel Fraisse (Université Sorbonne nouvelle), Nathalie Rannou (Université Rennes 2)

Une réunion de doctorants et une sortie à Palafrugell avec Carla Campos Cascales à droite puis à gauche…

Continuer la lecture de Quels lecteurs pour quelle société ? une thèse de Carla Campos CAScales

Faire littérature ?

Le point de vue pragmatique dans les études littéraires n’est pas entièrement neuf mais on a plaisir à découvrir un ouvrage qui pose si fortement, presque comme s’il s’agissait d’un manifeste, cet objectif d’un Faire littérature. Cela nous change bien évidemment des vieux débats ontologiques sur ce qu’est la littérature pour nous obliger à aller y voir : qui en fait ? qu’en font-ils ? que leur fait-elle ? etc.

Continuer la lecture de Faire littérature ?

« Les éclaboussures d’encre de ma voix ». Écouter encore et encore Christian Dotremont

Ce qui suit a été publié dans la revue Europe n° 1079, mars 2019. Voir le sommaire avec ce lien : https://www.europe-revue.net/produit/n-1079-christian-dotremont-mars-2019/

Oui ! pourquoi et comment écouter encore et encore Christian Dotremont. Car il s’agirait avec cette œuvre-vie d’une question d’écoute – comme on dit une question de vie (ou de mort !). Parce que, chez Dotremont, la demande d’écoute est au principe de tout : écoute les éclaboussures d’encre de ma voix, les éclats de rire de mon écriture à se tordre (Logogramme, 1972[1]). 

Logogramme de 1972: Ecoute les éclaboussures d’encre de ma voix, les éclats de rire de mon écriture à se tordre. Catalogue pour la XXXVIe Biennale de Venise.
Continuer la lecture de « Les éclaboussures d’encre de ma voix ». Écouter encore et encore Christian Dotremont

Mathieu Depeursinge : une thèse sur les conditions de la lecture en démocratie, qui va compter !

Rapport sur la thèse de Mathieu DEPEURSINGE, L’éducation poétique par l’illisible Enquête sur les conditions de la lecture en démocratie, présentée le 5 décembre 2018 à la Faculté des Lettres de Lausanne pour l’obtention du grade de Docteur ès lettres sous la direction des Professeurs Antonio Rodriguez (dir.) et Noël Cordonnier (co-dir.)

Continuer la lecture de Mathieu Depeursinge : une thèse sur les conditions de la lecture en démocratie, qui va compter !

Petit atlas pour marcher avec Ghérasim Luca aujourd’hui

Le texte qui suit faisait partie d’une communication à la journée d’études du 28 mars 2014 organisée par le Centre d’études des avant-gardes, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle « Poésie & performance : enjeux théoriques, historiques et critiques » dont les responsables étaient Olivier Penot-Lacassagne, Gaëlle Théval. Ils viennent de publier l’ouvrage résultant de cette journée (voir ici : http://www.encd.fr/fr/books/posie-performance/555/) mais j’ai dû réduire ma contribution à sa première partie. Voici donc la seconde partie de cette communication.

Continuer la lecture de Petit atlas pour marcher avec Ghérasim Luca aujourd’hui

Engagement organique du racontage des « paroles » de Jacques Prévert

                                                       […] cette manière d’être – aussi loin de la philosophie que                       l’oiseau du papier (je louche à l’instant sur mes propres pages)
                                                        Georges Bataille, « De l’âge de pierre à Jacques Prévert » (1947), Œuvres complètes, tome XI, Gallimard, 1988, p. 93.

 

Il faudrait commencer par rappeler des évidences. Se souvenir, par exemple, que c’est Henri Michaux, son exact contemporain (né en 1899 comme Ponge) qui « après des mois d’effort », a pu « arracher » quelques textes à Jacques Prévert à la demande de Jean Paulhan pour la revue Mesures, mais ce dernier hésitant est rappelé à l’ordre par Michaux qui explique au directeur de la NRF que « Prévert écrit comme il parle sans se donner aucun mal, aucune excitation », ajoutant : « Ce ne serait pas son genre[1] ». Ajouter que le même Michaux aurait convaincu René Bertelé de publier Paroles[2]. Il faut donc d’abord rappeler combien Prévert est à considérer dans la Continuer la lecture de Engagement organique du racontage des « paroles » de Jacques Prévert

Tout contre le(s) style(s) (une lecture des ouvrages de Marielle Macé)

Styles, manières, façons… : les pièges récurrents de l’esthétique et de l’herméneutique (à propos des ouvrages de Marielle Macé)

Pourquoi et comment penser le continu des formes de vie et des formes de langage

product_9782070133031_195x320 product_9782070197644_195x320

« C’est quoi, le style ? C’est un accord entre sa voix à soi la plus profonde, indicible, et la langue, les ressources de la langue. C’est réussir à introduire dans la langue cette voix, faite de son enfance, de son histoire. »

Annie Ernaux, Le Vrai lieu, Gallimard, 2014.

« (…) derrière tout grand geste esthétisant se cache une grossièreté bien plus grande encore. »

Herman Broch, Les Somnambules, Gallimard, coll. « l’imaginaire », p. 106

« Tâche d’en sortir. Va suffisamment loin en toi pour que ton style ne puisse plus suivre. »

Henri Michaux, Poteaux d’angle, Gallimard, 1981, p. 33.

Continuer la lecture de Tout contre le(s) style(s) (une lecture des ouvrages de Marielle Macé)

Gestes du vivre poème dans l’oeuvre de trois poètes nés dans les années 30

Communication au colloque « L’inspiration et la vie de poètes » organisé par le LACITO le 6 novembre 2014 à l’INHA (Paris) :

https://www.canal-u.tv/video/cnrs_ups2259/serge_martin_univerisite_sorbonne_nouvelle_paris_3_diltec_gestes_du_vivre_poeme_dans_l_uvre_de_trois_poetes_de_langue_francaise_nes_dans_les_annees_1930_henri_meschonnic_bernard_vargaftig_et_james_sacre.17257

 

Continuer la lecture de Gestes du vivre poème dans l’oeuvre de trois poètes nés dans les années 30

On ne défend pas la littérature, on la (re)fait…

Lecture de l’essai de Hélène Merlin-Kajman, Lire dans la gueule du loup Essai sur une zone à défendre, la littérature (Paris, Gallimard, 2016.)

a75786

Il y a des livres, on est tout contre… On les lit et on se dit qu’on est tellement proche parce que ça engage les mêmes notions, les mêmes problèmes sur lesquels on travaille depuis si longtemps – sans compter qu’on a le même âge ! Malheureusement (mais aucun malheur dans ce qui relève d’une disputatio, d’une conflictualité qui engage la discussion, l’écoute – à moins que l’on y reste sourd… car l’adverbe modalisateur vient juste pointer un regret… et puis les situations sont ce qu’elles sont et on travaille à les transformer !), cette proximité des problèmes se transforme de plus en plus en un éloignement des problématisations et des tentatives de penser-faire la littérature dans nos institutions de transmission, dans nos exercices de réénonciations, dans nos histoires de racontages. Bref, je me retrouve vraiment tout contre ce livre d’Hélène Merlin-Kajman (HMK plus loin). Alors j’essaye avec ce qui suit de m’en expliquer, pas trop longuement, juste pour donner le ton de ce tout contre qu’en tant que lecteur j’ai ressenti très fort.

Continuer la lecture de On ne défend pas la littérature, on la (re)fait…

D’une gêne éthique, poétique et politique en lisant Jean-Christophe Bailly

D’une gêne éthique, poétique et politique :

« élargissement » ou étroitissement du poème ?

 

« Élargir l’art ?

Non. Va plutôt avec l’art dans l’étroit passage qui est le plus proprement tien. Et dégage-toi. »

Paul Celan

Il y a des abandons insensibles en cours de réflexion, alors même qu’on semble souvent nous engager dans la voie d’un « élargissement du poème » – je reprends là le titre récent du livre de Jean-Christophe Bailly (L’élargissement du poème, Christian Bourgois éditeur, 2015). Partant de la notion d’ouvert, qui, précise Bailly, « n’est pas la vieille connaissance que la tradition lyrique provenant de Rilke nous a léguée » mais « le nom générique de ce qui ne se ferme pas sur soi, de ce qui se déprend de la pulsion d’enclore, qui est encore, malgré tant d’efforts faits pour la réduire, absolument dominante » (p. 9), Bailly conclut son avant-propos par cette ouverture : « Le pont est vite franchi qui va de cette condition de l’ouverture à la dimension politique qu’elle indique : franchir ce pont, fût-ce de manière brusque, aura été une des hypothèses que ce livre a suivies, et sur laquelle il se termine » (ibid.). J’aimerais alors tenter d’évaluer ce franchissement dont la puissance métaphorique reste souvent acritique surtout quand on a presque toujours affaire à des super-sujets déshistoricisants (« une langue et une voix, un peuple et un poète », p. 80). Un tel franchissement, est-il vraiment l’indicateur d’un continu du 1712539-gfpoétique au politique ou bien au contraire le révélateur d’une discontinuité principielle dans la longue tradition fonctionnaliste que la notion de « dimension » rappelle pour le moins ? Puisque tout se tient, il suffirait d’abord de rappeler comment Bailly situe, dans le passage précédemment cité, la distinction entre signification et signifiance :

Nommées par l’homme et même fabriquées par lui, les choses résistent infiniment à ce baptême – et tout le travail du langage, d’un langage qui voudrait que la vérité le traverse, c’est, ce serait justement, de débaptiser les choses, de les sortir de l’eau lustrale de la signification pour faire revenir le langage auprès d’elles, dans l’eau native de la signifiance. (p. 16) Continuer la lecture de D’une gêne éthique, poétique et politique en lisant Jean-Christophe Bailly

Penser « la langue mondiale » et donc la traduction et la domination : une question de voix ?

Lecture du livre de Pascale Casanova, La Langue mondiale Traduction et domination, Paris, Seuil, collection « liber », 2015.

70374Cet ouvrage viendrait comme compléter ou plutôt poursuivre La République mondiale des lettres (1999) que l’auteure chez le même éditeur avait consacré aux rapports de domination dans la littérature mondiale. Il y ajouterait « un des aspects de ces fonctionnements mondiaux […] : c’est celui de la langue, et, en particulier, celui de la langue mondiale » (p. 9). Le livre muni d’un exordium et d’un exitus comprend cinq chapitres qui, partant du « bilinguisme latin-français », tentent de poser les éléments d’une histoire de la domination du français en commençant par « quand le français devait être défendu » puis « la traduction comme conquête » avant d’établir la politique de traduction bien connue sous la dénomination des « Belles Infidèles » puis d’en vérifier ce fonctionnement chez « Leopardi et les français ». Introduction et conclusion, empruntant leur titre au latin comme pour rappeler le bilinguisme latin-français toujours peu ou prou présent dans le discours savant, situent cette histoire dans le contemporain ou plutôt la réitération d’une situation déjà ancienne puisque « tout (ou presque tout) ce que Leopardi décrivit pour le français au début du XIXe siècle pourrait s’appliquer à l’anglais aujourd’hui » (p. 124). Ce « tout » peut ainsi se résumer : « l’anglais » donc en lieu et place du français dans les siècles antérieurs, lequel tenait la place dominante depuis au moins Richelieu jusqu’au tout début du XXe siècle, « au lieu de faire perdre de la valeur, en fait gagner ». Aussi, depuis lors, les traductions en anglais répondent « plus aux demandes de leur public qu’aux impératifs du texte » ; bref, elles sont d’abord « ethnocentriques » et avec les traductions il faudrait considérer tout ce qui s’en suit : « des analyses, des études, des points de vue, des mises en garde, des explications, des textes, des explicitations, etc. » (ibid.) qui donc annexent toutes les autres littératures, du moins les tiennent sous la domination de ce que Pascale Casanova appelle « la langue mondiale ».

Continuer la lecture de Penser « la langue mondiale » et donc la traduction et la domination : une question de voix ?