Tous les articles par Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

Vivre langage : faire société

Ce qui suit a été publié dans Magali Jeannin et Anne Schneider, Littérature de l’altérité, altérités de la littérature : moi, nous, les autres, le monde (Actes des 18e rencontres en didactique de la littérature, Caen, 2018), Namur, coll. « Dyptique », Presses Universitaires de de Namur, 2020, p. 23-34.

 

Identités, altérités : des relations de voix en littérature pour vivre langage et faire société

             La Parole est moitié à celuy qui parle et moitié à celui qui écoute (Michel de Montaigne, Les Essais, III, 13, « De l’expérience »)

Il faudrait commencer par ce qui peut orienter décisivement toute la pensée des pratiques scolaires, y compris littéraires à quelque niveau qu’on s’arrête de la maternelle à l’université. L’orientation décisive consisterait à associer les pratiques langagières et les pratiques sociales et donc à ne jamais les dissocier comme on a malheureusement bien souvent l’habitude de le faire, soit en instrumentalisant les unes au service des autres, soit en les essentialisant et en les isolant les unes des autres. Associer ne veut pas dire penser le discontinu mais, au contraire, œuvrer au continu, et des pratiques et des théories. C’est pourquoi il s’agira de placer d’emblée toute la réflexion qui suit dans la lignée double d’un « vivre langage » et d’un « faire société », expressions fortes que l’on peut forger à partir des travaux d’Émile Benveniste (1966 et 1974) et de John Dewey (2010). Il semble depuis longtemps que cette double lignée engage une pensée de la relation où identités et altérités sont également engrenées et non séparées comme on le voit généralement aujourd’hui avec des politiques identitaristes qu’un altruisme de bon ton vient sauver in extremis sur la base d’un dualisme réitéré entre individu et société. En son temps, Benveniste (1966 : 260) avait dénoncé un tel dualisme après avoir posé que, « dans le langage », « la polarité des personnes » était « la condition fondamentale » où « je/tu » sont et « complémentaires » et « réversibles » – on peut prendre cette forte critique de Benveniste pour une réfutation forte des thèses traditionnelles de l’anthropologie philosophique toujours réitérée comme celle de Paul Ricœur (1990) :

Continuer la lecture de Vivre langage : faire société

Apprendre, avec l’archéologie et la théorie du langage

Je viens de rendre compte d’un ouvrage passionnant qui montre à l’envi combien penser la transmission, l’apprentissage, l’enseignement, c’est-à-dire les processus du connaître, nécessite de ne jamais oublier la théorie du langage voire de l’élargir.  Je veux dire par là qu’il semble à beaucoup comme naturel d’oublier celle-ci dès lors que les traces (écrites, enregistrées, etc.) ne sont pas disponibles et qu’il faut se contenter de ce qu’on appelle les « cultures matérielles ». Il me semble alors qu’on effectue la même sortie du langage, la même opération de rebroussement théorique, que lorsqu’on exclut du langage le silence, le para-verbal, etc. Par conséquent, cet ouvrage serait l’occasion de penser à nouveaux frais une théorie du langage intégrant les « cultures matérielles » tout comme elle se doit d’intégrer les gestes, les corps, la société, l’histoire. A lire donc…

https://journals.openedition.org/lectures/46022

 

Intempestivité de la lecture, avec Henri Meschonnic et Shungo Morita

Intervention pour la thèse de doctorat en littérature française et comparée de Shungo Morita le 5 décembre à l’Université Sorbonne nouvelle, « Meschonnic, lecteur. La poétique de l’écoute dans les critiques littéraires de Henri Meschonnic (1957-2009) », par Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle), directeur.

 

Shungo et Kasumi Morita au château de Caen (photo: SM) 

Continuer la lecture de Intempestivité de la lecture, avec Henri Meschonnic et Shungo Morita

Jude Stefan (1930-2020) : jubiler et donc revivre

J’ai appris comme beaucoup la mort de Jude Stéfan ce 11 novembre 2020. Je l’ai croisé plusieurs fois sans l’aborder. je l’ai écouté lors d’une lecture au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris puis lu beaucoup, y compris ses contributions à la fameuse revue de Georges Lambrichs, Les Cahiers du Chemin (voir https://www.honorechampion.com/fr/champion/8200-book-08532632-9782745326324.html). Et j’ai écrit une seule fois – décisive dans mon parcours – à partir d’un de ses livres, Elégiades : c’est dans Rythmes amoureux enfin publié par un excellent éditeur (http://otrante.fr/rythmes.html)  qui habite non loin d’Orbec, la ville de Stéfan (https://www.ouest-france.fr/normandie/lisieux-14100/orbec-le-poete-jude-stefan-a-quitte-sa-vie-d-ombre-s-7050860). Ci-dessous quelques passages le concernant issues de ce livre que vous pouvez bien évidemment commander à l’éditeur pour en saisir le contexte (http://otrante.fr/rythmes.html) . Elles sont ici en hommage ému au poète de Laures que l’on peut écouter dans cette vidéo de Pascale Bouhénic de 1995 :

Continuer la lecture de Jude Stefan (1930-2020) : jubiler et donc revivre

Quels lecteurs pour quelle société ? une thèse de Carla Campos CAScales

Je publie ci-dessous la présentation de thèse de Carla Campos Cascales et auparavant  mon intervention (à la troisième personne comme on doit le faire dans les rapports de soutenance) en tant que directeur lors de la soutenance de la thèse de doctorat en didactique des langues et des cultures, le 16 novembre à l’Université Sorbonne nouvelle en visio-conférence malheureusement :

L’enseignement de la littérature en Europe : quels lecteurs forme-t-on pour quelle société ? (Enquête sur les prescriptions et les pratiques dans quatre lycées français et espagnols à l’étranger)

Thèse dirigée par Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle) et Anne Barrère (Université Paris-Descartes). Le jury était composé également de Nathalie Denizot (INSPE, Sorbonne Université), Jean-Louis Dufays (Université Catholique de Louvain), Emmanuel Fraisse (Université Sorbonne nouvelle), Nathalie Rannou (Université Rennes 2)

Une réunion de doctorants et une sortie à Palafrugell avec Carla Campos Cascales à droite puis à gauche…

Continuer la lecture de Quels lecteurs pour quelle société ? une thèse de Carla Campos CAScales

Revue Nu(e) n° 72 : Serge Ritman

Revue NU(e), n° 72, Serge Ritman, coordonné par Yann Miralles , 2020.

Poezibao héberge désormais la revue NU(e). Celle-ci est proposée au format PDF, facile à enregistrer ou à imprimer et à ouvrir d’un simple clic. 
Le numéro 72, septième publication au format électronique, est consacré à Serge Ritman.

https://poezibao.typepad.com/poezibao/2020/09/revue-nue-n-72-serge-ritman.html

Continuer la lecture de Revue Nu(e) n° 72 : Serge Ritman

La voix fait relation : Critique du rythme, aujourd’hui

Ce qui suit a été prononcé à Hildesheim (Allemagne) le 2 octobre 2019 pour le colloque https://www.uni-hildesheim.de/fb3/institute/institut-fuer-uebersetzungswiss-fachkommunikation/forschung/forschungsprojekte/rhythmuskonzepte-in-der-translation-und-translationswissenschaft/. Une publication en allemand est prévue.

Continuer la lecture de La voix fait relation : Critique du rythme, aujourd’hui

Faire littérature ?

Le point de vue pragmatique dans les études littéraires n’est pas entièrement neuf mais on a plaisir à découvrir un ouvrage qui pose si fortement, presque comme s’il s’agissait d’un manifeste, cet objectif d’un Faire littérature. Cela nous change bien évidemment des vieux débats ontologiques sur ce qu’est la littérature pour nous obliger à aller y voir : qui en fait ? qu’en font-ils ? que leur fait-elle ? etc.

Continuer la lecture de Faire littérature ?

Lire Dominique Rabaté à l’occasion d’Une journée autour de l’impératif de la voix

Le 7 juin 2019, une journée d’études autour de L’Impératif de la voix (Classiques Garnier) a eu lieu avec pour thème et programme ce qui suit. Je publie ensuite ma communication à cette journée, qui est principalement consacrée au dernier ouvrage de Dominique Rabaté, La Passion de l’impossible Une histoire du récit au XXe siècle (Corti, 2019). 

 

Continuer la lecture de Lire Dominique Rabaté à l’occasion d’Une journée autour de l’impératif de la voix

Résonance : « une sociologie de la relation au monde » ne fait pas une poétique ni une politique de la relation (à propos d’HarTmut Rosa)



Comme un peuple de langages, comme un concert de voix qui souvent concertent et quelques fois dissonent, qui résonnent toujours. Et qui n’existent et ne méritent que comme donnant une résonance[1] .

[1]C. Péguy, Œuvres en proseII, Paris, La pléiade, Gallimard, p. 659 et 663.

Continuer la lecture de Résonance : « une sociologie de la relation au monde » ne fait pas une poétique ni une politique de la relation (à propos d’HarTmut Rosa)

Jean Sénac : le poème qui fait le plein de corps

La note de lecture qui suit a été publiée dans la revue Triages n° 31, juin 2019, p. 182-184. On peut écouter René de Ceccatty évoquer cette édition des poèmes de Jean Sénac dans l’émission de Manou Farine sur France Culture : « Sénac-Camus : une histoire algérienne », France Culture, « La compagnie des poètes », 22 février 2019,  https://www.franceculture.fr/emissions/poesie-et-ainsi-de-suite/senac-camus-une-histoire-algerienne

Jean Sénac, Œuvres poétiques, Préface de René de Ceccatty, Postface de Hamid Nacer-Khodja, Actes Sud, 2019, 836 p., 29 €.

« peut-être demain le poème… » (poème de Jean Sénac « à J.E. Bencheikh[1] », le « 21 novembre 1966 »)

L’édition de 1999 était épuisée et les éditions Actes Sud ont vraiment eu raison de proposer aux lecteurs cette reprise de l’œuvre poétique de Jean Sénac (1926-1973), avec la préface de René de Ceccatty qui souligne une parenté certaine avec Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Aussi, faut-il reprendre à nouveaux frais une lecture de Sénac surtout quand on considère sa place marginale[2]tant en France qu’en Algérie même s’il garde de fidèles et nombreux lecteurs. J’aimerais tout de suite affirmer son intempestivité qui continue jusqu’à aujourd’hui en France et en Algérie tout particulièrement, au moment où l’un et l’autre pays voient des soubresauts populaires et démocratiques venir heurter les langues de bois tant intellectuelles que communicationnelles des pouvoirs oppressifs ! Une telle intempestivité n’est pas réductible à quelque thématique et encore moins à quelque forme rhétorique : Sénac met le poème à hauteur d’un continu éthique, politique et érotique qu’effectivement l’on peut ressentir puissamment chez un Pasolini aujourd’hui, également en France comme en Italie, après la déferlante néo-libérale de plus en plus autoritaire. 

Continuer la lecture de Jean Sénac : le poème qui fait le plein de corps

Mallarmé et quatre poètes après 1945 : la thèse de Laurent Mourey

Membre du jury et rapporteur de la thèse de Laurent Mourey (soutenue le 29 mars 2019 à l’Université de Strasbourg) , je rends compte ci-dessous de ma lecture de ce travail de recherche important pour les études concernant Mallarmé et sa réception et pour la poétique de la lecture et de la voix continuée. Titre de la thèse : « Tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change » Présence et réception de Mallarmé dans la poésie française après 1945 – autour de Bonnefoy, Deguy, Maulpoix, Meschonnic.

Membres du jury:
Mme FINCK Michèle, directrice, Professeur, université de Strasbourg
M. MARCHAL Bertrand   Professeur, université Sorbonne – Paris IV, rapporteur
M. MARTIN Serge, Professeur émérite, université Sorbonne Nouvelle – Paris III, rapporteur
M. RABATE Dominique, Professeur, université Paris Diderot – Paris VII, président
M. WERLY Patrick, Maître de conférence HDR, université de Strasbourg.

Continuer la lecture de Mallarmé et quatre poètes après 1945 : la thèse de Laurent Mourey

Henri Meschonnic qui toujours recommence

La revue Apulée n° 4 propose un dossier « Henri Meschonnic » que j’ai coordonné. Il comprend un inédit d’Henri Meschonnic (« Le poème commence quand on ne peut plus parler »), des interventions de Pascal Lefranc (« Ecrire Meschonnic »), de Philippe Païni (« Le poème sur le bout de la langue ») et de Marko Pajevic (« Traduire Meschonnic en anglais ») ainsi qu’un entretien inédit d’Henri Meschonnic avec Michel Le Bris (« L’oublié du signe »). On peut compléter ce dossier en lisant un très beau travail de Shungo Morita à partir de lectures d’Adonis par Meschonnic autour de la notion d’Orient : https://mescho.hypotheses.org/625. Ci-dessous mon introduction et ma contribution. Il faut bien évidemment acheter ce très beau et gros numéro de la revue animée par Hubert Haddad: http://www.zulma.fr/livre-apulee-4-traduire-le-monde-572177.html

. Ci-dessous mon introduction et ma contribution. Il faut bien évidemment acheter ce très beau et gros numéro de la revue animée par Hubert Haddad: http://www.zulma.fr/livre-apulee-4-traduire-le-monde-572177.html

Continuer la lecture de Henri Meschonnic qui toujours recommence