Une géolinguistique ?

Pourquoi parler de géolinguistique ? Parce que cette (sous-)discipline existe : elle se consacre effectivement à faire la géographie des langues (des dialectes, etc.) et donc cherche à délimiter des aires linguistiques. Il faudrait bien sûr avoir une définition des locuteurs assez stable et, de plus, considérer toutes les langues des locuteurs sans compter la difficulté à établir les usages linguistiques principaux, seconds, contextuels…

Bref, une science (ou des essais de repérage) souvent instrumentalisée par les géopolitiques…

Pour tenter d’apercevoir les réalisations et les problèmes, quelques références suivent et les interventions de quelques étudiants que je remercie.

———————-

Un article qui articule géolinguistique et francophonie (la bibliographie est assez intéressante) :

Auteurs : Paula Bouffard et Philippe Caignon
Titre : Localisation et variation linguistique. Vers une géolinguistique de l’espace virtuel francophone
Revue : , Volume 51, numéro 4, décembre 2006, p. 806-823
URI : http://id.erudit.org/iderudit/014344ar
DOI : 10.7202/014344ar

http://www.erudit.org/revue/Meta/2006/v51/n4/014344ar.html

Voici sa conclusion dont on pourrait discuter les attendus, le cadre épistémologique en regard de ce que nous tentons de construire du point de vue d’une géopoétique:

Dans le cadre du présent article, nous avons cherché à mesurer l’influence de la localisation sur la diversité linguistique en examinant les sites de l’entreprise Mercedes-Benz localisés vers le français en Europe et en Amérique du Nord. L’étude de ces sites nous a permis de constater que la localisation du site canadien-français contribue au maintien de la langue française sur la Toile par sa rectitude et au renforcement de la culture canadienne française par l’emploi d’une innovation linguistique. Elle nous a aussi permis de remarquer que la localisation des sites franco-européens tend plutôt vers l’uniformisation planétaire, comme en témoignent l’anglicisation lexicale observée dans tous les sites étudiés, l’anglicisation typographique relevée dans les sites belge et français ainsi que l’anglicisation sémantique présente dans le site suisse.

Le recours à l’anglais, surtout en ce qui à trait aux notions liées au canal, comme Homego globale-mail, peut relever d’un effet de mode, car les termes anglais sont connotés d’une certaine « modernité » (Cerquiglini 2002 : 21). Cependant, même si on admettait cet effet de mode, il ne suffit pas à expliquer le nombre élevé d’emprunts dans le domaine du commerce de l’automobile. La présence de formes partiellement anglaises, telles que crédit Facility et Include dans le service gratuit, suggère que l’explication apparaîtrait plutôt dans le cadre d’une étude portant sur le contrôle de la qualité des produits localisés.
On aperçoit qu’ici la géolinguistique est très proche d’une géopolitique voire d’une géoéconomie… c’est-à-dire prise dans des rapports de pouvoir ici transcrits presque quantitativement du point de vue lexical. Mais il faudrait enquêter plus précisément que ne le permettent ces rapides notes…

Quelques informations sur la revue Géolinguistique :

http://www.entrevues.org/revues/geolinguistique/

Un article déjà ancien mais qui fait la synthèse sur ce sujet :

Un ouvrage qui correspond bien à ce domaine:

Jean-Claude Bouvier, Espaces du langage, Géolinguistique, toponymie, cultures de l’oral et de l’écrit, Presses de l’Université de Provence, 2003.

Recherche de Somayeh Maktabi :

Le CNRTL (Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales) définit la géolinguistique comme l’« Étude des variations dans l’utilisation de la langue par des individus ou des groupes sociaux. Syn. : géographie linguistique » (Ling. 1972)[1]

Il s’agirait donc, pour paraphraser cette définition, d’une discipline scientifique qui tendrait vers une meilleure compréhension des phénomènes de variations linguistiques d’une même langue dans une cartographie mondiale de cette dernière, selon une approche synchronique. Or, le phénomène de variation sous-entend celui de la « norme »[2] unique dans une langue vers laquelle il faudrait converger. Prenons le cas du français dans le monde francophone. Apparaissent alors les notions de « langue haute » et de « langue basse » dans une même langue, s’agissant du parler citadin, du parler provincial, du parler créole, ou bien encore du parler académique ou du parler des poètes, qui engendrent parfois un sentiment d’ « insécurité linguistique »[3] [4]chez le locuteur, natif ou non-natif et le force à pratiquer l’ « hypercorrection »[5]. Or, la notion de norme s’oppose à la celle de géopoétique, considérée comme la multiplicité des voix qui définissent une nouvelle cartographie langagière et poétique du monde et des mondes, et réciproquement. En cela, la géolinguistique se rapprocherait pour nous davantage de la géopolitique, car sa cartographie comporterait des zones de tensions dans des contextes globaux et locaux, et ce y compris au sein du monde francophone, dont l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) est le garant institutionnel. Elle concernerait également les notions de langue parlées et de sociolinguistique. Une revue intitulée Géolinguistique qui « publie des articles consacrés à la variabilité linguistique dans l’espace, en particulier dans les langues à tradition orale. Ses contributions peuvent porter sur tous les aspects de la langue (lexique, phonétique, morphosyntaxe, prosodie…) ainsi que la microtoponymie. » [6]. De nos jours, la géolinguistique a tendance à dépasser ces problématiques anciennes, méthodologiques et épistémologiques, pour s’intéresser à des faits plus pratiques, comme l’établissement de nouveaux Atlas :[7] l’ALE (Atlas Lingarum Europae), ALiR (Atlas Linguistique Roman).

 


[1] Site du CNRTL consulté le lundi 27 janvier 2014 au lien http://www.cnrtl.fr/definition/g%C3%A9olinguistique

[2] William Labov (1976). Sociolinguistique. Paris : Editions de Minuit.

[3] Ibid.

[4] Notion reprise par le français Francard dans une acception linguistique intéressante : « l’insécurité linguistique [est] la prise de conscience, par les locuteurs, d’une distance entre leur idiolecte (ou leur sociolecte) et une langue qu’ils reconnaissent comme légitime parce qu’elle est celle de la classe dominante, ou celle d’autres communautés où l’on parle un français « pur », non abâtardi par les interférences avec un autre idiome, ou encore celle de locuteurs fictifs détenteurs de LA norme véhiculée par l’institution scolaire. » Francard et al., (1993) Actes du colloque L’insécurité linguistique dans les communautés francophones périphériques qui s’est tenu à Louvain en novembre 1993, consulté le lundi 27 janvier 2014 au lien http://www.sociolinguistique.fr/cours-4-4.html

[5] Labov (1976)

[6] Site de l’ATILF (Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française) consulté le lundi 27 janvier 2014 au lien https://apps.atilf.fr/revues/index.php?r=revue/view&id=124

[7] Jean-Philippe DALBERA. Géolinguistique : un nouveau souffle ? In: Revue belge de philologie et d’histoire. Tome 80 fasc. 3, 2002. Langues et littératures modernes – Moderne taal en litterkunde. pp. 831-849. Site de Persée consulté le lundi 27 janvier 2014 au lien http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rbph_0035-0818_2002_num_80_3_4643

 __________________________________________

On peut ajouter, certes avec retard mais on aura peut-être un accès aux communications rapidement, cette annonce de colloque :

Dessiner les frontières

le 31 janvier 2014

Colloque international

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3Organisateurs : Michelle Auzanneau et Luca Greco
EA 1483 – Recherche sur le Français Contemporain (RFC) – Fédération CLESTHIAAdresses électroniques : mch.auzanneau@gmail.com / luca.greco@univ-paris3.fr

Présentation :

La notion de frontière, si elle n’est pas nouvelle, prend dans les sociétés contemporaines des significations particulières. L’espace des lieux a laissé place à l’espace des flux (Zygmunt Bauman, 2004) et la mobilité géographique, sociale et relationnelle se conçoit en relationCes réalités suscitent, chez les chercheur-e-s en sciences humaines et sociales  à la fois un regain d’intérêt pour la notion de frontière et un renouveau de sa conception et de son étude. Elles/Ils s’intéressent ainsi à des zones de contact dans lesquelles une multitude d’espaces, de pratiques, d’identités, de cultures cohabitent mais aussi à la façon dont ces contacts produisent un espace en soi que les acteurs sociaux identifient, interprètent et délimitent en produisant, par leurs pratiques sociales et par leurs activités (Bruxelles, Greco, Mondada 2009, Greco, Champsiaux, Nectoux 2010). des lignes de partage et de distinction.

Différents domaines scientifiques développent notamment cette étude en termes d’espaces tiers (Soja 1996), d’identités métisses (Anzaldua, 1987, Besnier 2003, Rampton, 2005), de mobilités (Juillard, 1995, Coupland, 2011, Augé 2009), et de production discursive (Nicolaï, 2000) .

Notre journée d’étude se propose d’interroger la notion de frontière grâce à  une perspective interdisciplinaire croisant la sociolinguistique urbaine, l’anthropologie culturelle, la géographie humaine. Notre objectif est de réfléchir à la façon dont les frontières peuvent être repérées, conçues, mais aussi produites par les pratiques quotidiennes des acteurs au sein de sociétés diverses.  Les conférenciers développeront ainsi ce questionnement à partir de terrains, problématiques et contextes différents dans lesquels s’inscrivent les activités observées. Leurs travaux portent en particulier sur les espaces, les pratiques plurilingues, le genre et les mobilités. Cette diversité des travaux  permettra, grâce à la confrontation et au partage de plusieurs points de vue, approches et outils méthodologiques, d’envisager les frontières sous leurs aspects multiples et dynamiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.