Présentation et programmation du Séminaire M2 « Théories et didactiques de la littérature : une question de voix »

Lady Banquo (Tony Scherman, 1995) –
Peinture à la cire sur toile, 76 x 61 cm.

MASTER 2 recherche DFLE

N9R30 Théories et didactiques de la littérature : une question de voix

Enseignant : Serge Martin, professeur de littérature contemporaine de langue française

Contact : serge.martin@univ-paris3.fr

PRESENTATION du séminaire :

Penser une didactique de la littérature en théorisant la relation de voix. Définir les modalités pratiques des réénonciations ou reprises de voix qu’un tel lien engage.

Pourquoi associer théories et didactiques ?

Il n’y a pas de réflexion avec les oeuvres littéraires sans la visée d’une théorie de la littérature comme activité continue des oeuvres ; une telle visée ne peut faire l’économie de la vie des oeuvres, laquelle passe inéluctablement par les transmissions et plus largement les relations qui permettent ou pas que la vie des oeuvres continue. Inversement, on ne peut penser une didactique de la relation continuée avec les oeuvres sans concevoir une anthropologie historique des oeuvres et donc une théorie générale de la relation littéraire. Séparées, les théories et les didactiques avec les oeuvres conduisent à des politiques discriminantes, des éthiques schizophrènes et des méthodologies discontinuistes ignorant le continu des oeuvres, des relations avec les oeuvres.

Pourquoi le pluriel ?

Il n’y a pas une théorie et une didactique de la littérature mais des historicités théoriques et didactiques conflictuelles et historiques. Le pluriel, c’est donc le refus des essentialismes : cela commence d’ailleurs par l’historicisation de « la littérature » dans et par les oeuvres, leurs lectures et leurs écritures. Une telle historicisation n’est pas de l’ordre d’un historicisme mais d’une relation continuée où la vie et l’oeuvre, l’individu et la société, la forme et le sens sont sans cesse rédéfinis, rejoués, réengagés dans et par la relation théorique et didactique.

Pourquoi une critique des théories et didactiques ?

On ne peut dissocier théorie, didactique et critique : pas de critique de la littérature sans théorisation et didactisation de la critique de la littérature ; pas de théorie et de didactique de la littérature sans critique des théories et des didactiques de la littérature. Il s’agit de refuser les notions de boîte à outils et autres formules au service d’un éclectisme de bon aloi qui, sous couvert de dialogue, réduisent la visée théorique à un dogme et la visée didactique à une méthode quand l’une et l’autre sont engagée dans une vision du monde qui ne peut faire le déni de la théorie et de la didactique, c’est-à-dire de la pensée de la relation et de la relation de pensée.

Pourquoi une réflexion sur les théories et didactiques de la littérature en FLE ?

Faut-il laisser au FLM, voire à un enseignement spécifique et élitiste de ce dernier, une réflexion sur la relation littéraire qui alors devrait se concevoir en dehors d’un rapport aux langues et aux oeuvres dans d’autres langues ? Faut-il laisser au FLM, voire à un enseignement spécifique et élitiste de ce dernier, toute relation littéraire comme si le rapport du français aux autres langues pouvait se réduire à un instrumentalisme fondamental et le rapport à la littérature à un exercice non fondamental quand n’importe quelle oeuvre littéraire vérifie que « dire bonjour les jours de sa vie à quelqu’un, c’est chaque fois une invention » (Benveniste, 1974, p. 18-19)

CONTENUS :

Ce séminaire associera réflexions théoriques et propositions didactiques en répondant aux questions suivantes à partir d’un corpus d’œuvres littéraires :

  • Qu’est-ce que la voix en littérature ?
  • Comment associer voix, sujet et discours ?
  • Quelles réénonciations sont impliquées dans l’expérience littéraire ?
  • Quels gestes vocaux s’initient en lecture et en écriture ?
  • Comment promouvoir l’oralité et la théâtralité de l’écriture ?
  • Quelles activités de réénonciations structurent une séquence didactique en littérature ?

Ce séminaire demandera à chacun d’élargir le corpus initial et d’envisager une réflexion théorique et didactique spécifique.

PROGRAMMATION du séminaire :

Séance/Date Thème de la séance Documents à l’appui de la séance (à lire auparavant si possible) Lectures complémentaires Nota bene
1 23/09

La voix en littérature (1) :

la spécificité vs. l’unicité

Meschonnic 1
2 30/09

La voix en littérature (2) :

oralité vs. oralisation

Parant Meschonnic 2 invité 1 :Jean-Luc Parant
3 7/10

La voix, le sujet :

subjectivisme vs. subjectivation

Martin 1, Chiss Meschonnic 3
4 14/10

La voix, le discours :

inscription vs. incorporation

Césaire Martin 2
5 21/10

Réénoncer (dire, lire, écrire) :

continuer la voix (1)

Le Français aujourd’hui n° 150, Chiss http://ver.hypotheses.org/category/4-rythmes-amoureux/enoncer
6 4/11

Réénoncer (dire, lire, écrire) :

reprendre voix (2)

Emaz Martin 3
7 11/11

Les gestes vocaux (1) :

appeler, répondre

Yacine Martin 4
8 18/11

Les gestes vocaux (2) :

relier, relater

Rabaté Benjamin
9 25/11

Oralité de l’écriture :

écouter voir les voix

Pierra  invité 2: Christiane Fäecke (Université d’Augsburg)
10 2/12

Théâtralité de l’écriture :

scènes de voix et voix en scène

Sagot-Duvauroux invité 4 : Caroline Sagot-Duvauroux
11 9/12

Une séquence didactique pleine de voix

Césaire, Yacine
12 16/12

Bilan du séminaire :

perspectives de recherche en théories et didactiques

Fraisse, Houdart-Mérot
 

 

Références bibliographiques de travail :

Benjamin : « Le Narrateur. Réflexions à propos de l’œuvre de Nicolas Leskov » dans Écrits français (Introduction et notices de Jean-Maurice Monnoyer), Paris, Gallimard, 1991, p. 249-298.

Césaire : Cahier d’un retour au pays natal, Paris, Présence africaine, 1956.

Chiss : L’écrit, la lecture et l’écriture, Théories et didactiques, Paris, L’Harmattan, «  Enfance & langages  », 2012.

Emaz : Sauf, Saint-Benoît-du-Sault, tarabuste, 2011.

Fraisse, Houdart-Mérot : (dir.) Les Enseignants et la littérature  : la transmission en question, Créteil, Scéren, «  Argos références  », 2004.

Le Français aujourd’hui n° 150 (« Voix : oralité de l’écriture »), 2005 : intégralement en ligne (version HTML et version PDF) à cette adresse : https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2005-3.htm

Martin 1 : « Vers le sujet du poème dans les lectures/écritures » dans Le Français aujourd’hui n° 153 (« Enseigner l’écriture littéraire »), Paris : Armand Colin, juin 2006, p. 53-59.

Martin 2 : « Incorporer » dans Rythmes amoureux. Corps, langage, poème (inédit) mis en ligne sous la forme de 8 billets sur le carnet de recherche en ligne : http://ver.hypotheses.org/category/4-rythmes-amoureux/incorporer

Martin 3 : « Poème et relation : vers l’interaction du rythme et du sujet » dans L’Amour en fragments. Poétique de la relation critique, Arras, Artois Presse Université, 2004, p. 253-311.

Martin 4 : « Les gestes du poème-relation » dans Langage et relation. Poétique de l’amour, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 142-176.

Meschonnic 1 : « L’enjeu de la théorie du rythme » dans Critique du rythme. Une anthropologie historique du langage (1982), Lagrasse, Verdier, « Poche », 2009, p. 65-115.

Meschonnic 2 : « Le poème et la voix » dans Critique du rythme, op. cit., p. 273-296.

Meschonnic 3 : « Critique de l’anthropologie du rythme » dans Critique du rythme, op. cit., p. 643-702.

Parant : Les Très Hauts, Paris, Argol, 2012.

Pierra : Le Corps, la voix, le texte, Arts du langage en langue étrangère, Paris, L’Harmattan, 2006.

Rabaté : Gestes lyriques, Paris, José Corti, 2013.

Sagot-Duvauroux : Le Livre d’El d’où, Paris, José Corti, 2012.

Yacine : Le Polygone étoilé (1966), Paris, Seuil, 1997.

 

Références complémentaires :

Dessons G. (dir.), La Licorne n° 41 («  Penser la voix  »), UFR Langues et littératures, Poitiers, 1997.

Kahler O. (dir.), Voix épiques. Akhmatova, Césaire, Hikmet, Neruda, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2010 [Voir l’introduction et les contributions évoquant Césaire].

Lecroart P. et Toudoire-Surlapierre F. (dir.), Eclats de voix, paris, L’Improviste, 2005.

Martin S., « Cacophonie vs. polyphonie ou la musicalité de tout dans l’œuvre poétique de Caroline Sagot-Duvauroux », Elseneur n° 27 (« La Poésie, au défaut des langues »), Caen, Presses universitaires de Caen, 2012, p. 225-236.

Martin S., La Poésie à plusieurs voix, Rencontres avec trente poètes d’aujourd’hui, Paris, Armand Colin, 2010.

Martin S. (dir.), Le Français aujourd’hui n° 169 («  Enseigner la poésie avec les poèmes  »), Paris, Armand Colin, 2010.

Martin S., « Pourquoi et comment Jean-Luc Parant se répète-t-il ? » dans Kristell Loquet (dir.), Jean-Luc Parant. L’évasion du regard, Médiathèque Voyelles, Charlevilles-Mézières, 2009, p. 47-58.

Martin S. et Martin M.-C., Les Poésies, l’école, Paris, P.U.F., 2007.

Martin S. et Martin M.-C., Les Poèmes à l’école, Paris, Bertrand-Lacoste, 2007.

Meschonnic H., La Rime et la vie, Paris, «  Folio  », Gallimard, 1989 [voir surtout p. 277-370].

Revel N. et Rey-Hulman D. (dir.), Pour une anthropologie des voix, Paris, L’Harmattan / Langues’O, 1993 [Voir surtout p. 9-134].

 

Voir une bibliographie sur la voix à cette adresse : http://ver.hypotheses.org/bibliographie-sur-la-voix

 

EVALUATION :

Un exposé ou un essai sur un sujet défini avec l’enseignant. Il est conseillé de participer au carnet de recherche animé par le professeur sur la plate-forme hypothèses/org : « Voix et relation : une poétique anthropologique avec la littérature contemporaine de langue française » : les travaux peuvent y être présentés de manière évolutive et discutés entre les participants du séminaire sur le blog en utilisant les commentaires.

Pour l’essai (10 p. dactylographié environ) : à partir d’une des œuvres littéraires au programmes, il s’agit de proposer une analyse critique s’appuyant sur les références théoriques du cours en articulant poétique et didactique.

Pour l’exposé : présentation et animation du débat avec un invité aux séances 6, 8 et 10 ou mise en œuvre didactique (20 mn environ) à partir d’une œuvre littéraire au programme dans les séances 9 et 11.

Ce choix devra être fait assez rapidement (séance 3).

Tony Scherman, Jocaste, 2003.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.