Jean Perrot, l’ami des enfants du monde entier

L’ami Jean, né en 1937, avec lequel nous avons tant partagé depuis de nombreuses années nous a laissé sa vie, son oeuvre le 19 décembre 2023.

Avec Jean et Annie à Caen en 2014.

Une visite parisienne et c’était une exposition puis de longs échanges. Toujours accueillants pour lire ce que je publiais, il ne manquait pas de m’envoyer ses manuscrits poétiques – sauf son roman “russe” dont il rêvait l’édition depuis de longues années !

Les enfants lui doivent cette formule forte, “surprises et bêtises”, qui définissait parfaitement la littérature enfantine  – sa bibliothèque débordait de milliers de livres pour enfants qu’il avait tous lus et retenus : quelle maestria dans ses chroniques pour en “faire le tour” dans les profondeurs inconscientes – Jean maîtrisait les savoirs psychanalytiques comme bien peu.

Claire et moi pensons fort à son épouse Annie, à notre Val d’Oise commun, à nos promenades en Normandie, à la peinture de Pissarro l’anarchiste, à des intonations marseillaises qu’on entendait encore dans sa voix toujours perchée, à ses écrits d’une force baroque étonnante.

Sa culture savait tresser les références innombrables de ses lectures en anglais : agrégé, il était spécialiste de l’œuvre de Henry James et avait récemment étudié les liens de cet écrivain américain majeur avec l’œuvre de Nikola Leskov.

Après un mémoire de maîtrise sur Deaths and Entrances du poète gallois Dylan Thomas, il est agrégé d’Anglais en 1963, puis docteur de littérature comparée en 1980, avec une thèse d’État sur l’écrivain américain Henry James. Il enseigne à l’Université d’Amiens en 1967, puis à l’Université Paris XIII où il est professeur de littérature comparée de 1981 à 1997. Dès 1976, il aborde l’étude de la littérature de jeunesse dans un chapitre de son livre Mythe et littérature sous le signe des jumeaux (Presses Universitaires de France) fondé sur les travaux de Marc Soriano et se spécialise dans ce domaine.

A l’Université Paris XIII, il associe en permanence recherche pure et recherche appliquée. Il crée en 1974 la Maîtrise des Sciences et Techniques des Spécialistes Socioculturels de l’Enfant et de l’Adolescent formant des animateurs du livre et des animateurs musicaux et en est responsable jusqu’en 1980. De 1981 à 1989 il est responsable de la Préparation au CAFB (Certificat d’Aptitudes aux Fonctions de Bibliothécaires, Secteur Jeunesse) et membre du DESS (Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées) des Sciences du Jeu et du Jouet, où il tient un séminaire sur les théories du jeu et des structures de l’imaginaire dans leurs applications aux scénarios, livres et objets culturels destinés à la jeunesse jusqu’en 1997. En 1981, il a inauguré la chronique “littérature jeunesse” dans la revue Le Français aujourd’hui, revue destinée aux enseignants de français. En 1985, il rédige le texte de présentation de l’édition pour la jeunesse (“Le roman dans le sens de l’histoire/ L’album au zenith”) pour le premier Salon-Festival du Livre de Jeunesse de Montreuil.

Il a fondé le 6 mai 1994 et longtemps animé l’Institut International Charles Perrault, avec, pour partenaires principaux, la ville d’Eaubonne, l’Université Paris XIII, la Bibliothèque Départementale de Prêt du Val d’Oise, les CRDP de Versailles et de Créteil, la Revue des Livres pour enfants, les éditions du Seuil, etc. Cet institut situé à “l’Hôtel de Mézières” de Nicolas Ledoux à Eaubonne, Val d’Oise, organise chaque année des colloques internationaux, des journées d’étude et des stages de formation : il y a créé en 1994, et décerné jusqu’en 2008, le Prix de la Critique du Livre de Jeunesse et un Prix Graphique . Prix ayant pour but la promotion du livre et de l’illustration de l’édition, de la littérature et de la culture pour l’enfance et la jeunesse.

Il a publié en 2017 un album, Dans les rêves de grand-père (Albin Michel), ainsi que le recueil de poèmes Les Hirondelles de la République (Edilivre) conjuguant lecture adulte et lecture enfantine.

 Il a codirigé le Dictionnaire du livre de jeunesse (Editions du cercle de la librairie).

Plus bas, on pourra lire un de ses derniers articles qu’il m’avait envoyé avant publication.

Principales publications

Henry James’s Enigmas. Turning the Screw of Eternity. Bruxelles: P.I.E.-Peter  Lang, 2014.

Dictionnaire du livre de jeunesse. (dir.) Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot. Paris: Les Éditions du Cercle de la Librairie, 2013, 992 p.

“Petit éloge de la lecture” in Christine Mongenot et Sylviane Ahr (éds.) (D)Écrire, prescrire, interdire: les professionnels face à la littérature de jeunesse aujourd’hui,  ESPE de Versailles, Université de Cergy-Pontoise, 2015.pp. 305-315.

Mondialisation et littérature de jeunesse, Éditions du Cercle de la Librairie, 2008. Prix de l’IRSCL, 2009

Le secret de Pinocchio: George Sand et Carlo Collodi, In Press, 2003

Histoire, mémoire et paysage (dir.), In Press, 2002

Jeux et enjeux du livre d‘enfance et de jeunesse, Editions du Cercle de la Librairie, 2000

Carnets d’illustrateurs, Editions du Cercle de la Librairie, 2000

Tricentenaire Charles Perrault: les grands contes du XVIIe siècle et leur fortune littéraire (dir.), In Press, 1998

Art baroque, art d’enfance, Presses Universitaires de Nancy, 1991

Du jeu, des enfants et des livres, Cercle de la Librairie, 1989.

 

Jean Perrot

 

L’album, lieu de partage et d’échanges entre l’enfant et l’adulte qui lit ?

 

Introduction

Le propos de cette communication est d’aborder les formes complexes de la création – et donc de la lecture qui peut en résulter pour les enfants comme pour les adultes – à partir de l’album Dans les Rêves de Grand-Père. Ce livre dont je suis l’auteur a été publié en 2016 par Albin Michel Jeunesse, éditeur s’adressant donc en principe au public des enfants. Il a été illustré par Jean Claverie et son héros appelé Davidou apparaîtra d’abord comme un proche de Little Lou et des héros turbulents et parfois musiciens de l’artiste lyonnais bien connu, dont les livres ont été en partie publiés, eux aussi, par la même maison d’édition, comme ceux de son épouse Michelle Nikly. Mais ce Davidou, on va le voir dans les rapports instaurés entre le texte et les images, est d’abord un personnage d’environ quatre-cinq ans, qui grandit et devient adulte au terme du récit, posant ainsi le problème, sinon de la cohérence de l’œuvre et de son double lectorat, du moins du projet auctorial justifiant les effets d’une telle évolution.  Et c’est ce projet qu’il importe de clarifier.          

Plus précisément dans la perspective d’une réflexion sur la « double contrainte » dans l’écriture qui a été présentée comme fil directeur des propositions de ces deux journées, je m’en tiendrai à mon point de vue défini dans un chapitre intitulé « Entre nostalgie du sacré et jeu du Gai Savoir. L’enfant qui joue avec le temps » en conclusion du livre Devenir adulte et rester enfant ? Relire les productions pour la jeunesse de Nelly Chabrol-Gagne, Isabelle Cani et Catherine d’Humières. C’est, en effet, sur ce jeu avec le temps que notre album a été conçu : la mise en scène y          repose sur l’apparente contradiction entre une passion de l’élévation intellectuelle ou morale de la jeunesse théoriquement souhaitée par l’adulte et le constat de la résistance et même de la turbulence fascinante de l’enfant dans le cours d’une vie en construction. Le projet éducatif n’est-il pas « d’élever un enfant » en se référant à la transcendance du sacré qu’appelle et suscite l’acte merveilleux de la naissance ? Car, comme l’a remarqué Mircea Eliade dans son livre La Nostalgie des origines, « Le sacré est un élément dans la structure de la conscience et non un stade dans l’histoire de cette conscience[1]». Cette spécificité s’est précisée dans ma réflexion en 2011 avec Du jeu, des enfants et des livres à l’heure de la mondialisation : dans l’introduction de ce volume, en effet, je présentais une citation extraite du Gai Savoir de Frédéric Nietzsche donnée en « consolation pour les débutants » :

 

Soyez sans crainte ! Bientôt, je pense,

Vous pourrez voir danser l’enfant !

Dès qu’il saura se tenir sur ses deux pieds

Vous le verrez se mettre sur la tête[2].

 

Cette turbulence relevée par un philosophe qui se posait en « médecin » de son époque, était pour luiun signe de santé, de croissance, de puissance, de vie.  Nietzsche se voulait libre de tout « esprit sacerdotal » et mettait en avant l’essence artistique de la connaissance créatrice. Celle-ci s’inscrivait en contraste de la permanence incarnée par les exigences de la loi morale régnant dans une civilisation. Un tel« double-bind » est, m’a-t-il semblé, à l’origine de Dans Les rêves de Grand-père, et c’est sur la lecture de quelques unes de ses pages que je vais m’appuyer dans ma réflexion concernant les spécificités de l’échange littéraire qui nous intéresse. Mon approche ne sera pas seulement fondée sur le recours aux théories classiques de l’analyse littéraire, mais encore sur ce que Serge Martin appelle « une poétique de la voix » dans son étude intitulée Poétique de la voix en littérature de jeunesse. Le Racontage de la maternelle à l’université publié en 2014 par les éditions de L’Harmattan. Une « voix » qui n’est pas celle, concrète, de l’auteur ou du lecteur, mais, dans les propres termes de Serge Martin, qui est « dans l’écriture, dans la lecture », c’est-à-dire « un passage d’expérience, un passage  de vie, un passage de mode de vie, de mode de voir, de suivre le monde, de le comprendre, cette voix « qui fait l’expérience littéraire. » Lire de la littérature consisterait selon Serge Martin « d’abord » à « s’intéresser à une expérience vocale[3]. » Et vous aurez certainement saisi le sens que Jean Claverie a voulu donner au « High Five »[4] silencieux représenté sur la couverture de l’album entre un grand-père au volumineux sac de livres et son petit-fils : il s’agit bien là aussi tacitement d’un contrat de lecture…

 

Dans une première partie de cet exposé, nous recourrons à la méthode structuraliste afin de saisir les caractéristiques et le but de l’aventure imaginaire proposée par notre album. Le propos ensuite sera de montrer comment celui-ci, constitué de poèmes brefs, épouse une maturation progressive du lecteur virtuel pour l’amener à l’âge adulte: l’enfant pouvant s’identifier aux images et décrocher de l’histoire plus ou moins tard, en fonction de son expérience et de sa maturité. L’adulte-lecteur demeurera en même temps la cible du récit dans une passation des pouvoirs de l’imaginaire et de l’engagement exploités sur ce chemin commun, car l’album propose aussi une sorte de jeu entre les générations en introduisant des graphies différentes, les parties plus nettement destinées à l’enfant en romaines et celles adressées au lecteur adulte en italiques. Ce dernier pourra supprimer à loisir ces fragments dans sa lecture orale et les réintroduire lors des reprises qu’il jugera nécessaires, les images permettant la transmission du message à un lecteur de plus en plus évolué.

 

 

Les deux pôles de l’aventure du lecteur : de la situation initiale à la situation finale ou de la voix criée à la voix chantée

     

Engageons donc d’emblée le processus de la lecture en considérant le premier poème de l’album qui en pose les bases lexicales :

 

Aller où Davidou ?

 

Davidou est un doux, doux, doux.

Il tient son doudou et le serre.

Grand-papa devient doux, doux, doux.

Il prend Davidou dans ses bras

Et le soulève

Tout là-haut

Vers le ciel.

Davidou rit, Davidou crie.

Davidou tend la main.

Davidou montre du doigt

La lampe qui brûle,

L’image qui brille,

La clef qui tourne,

La porte qui s’ouvre,

La fenêtre, l’arbre, les oiseaux, le soleil.

Grand-papa saute, se cache et rebondit.

Davidou dit « Ah ! », Davidou dit « Hou ! ».

Alors Maman, Papa, les oncles, les tantes

Et toutes les grands-mères rient et crient :

« Aller où, Davidou ? Aller où ? »

 

 

Dans la perspective d’une « poétique de la voix », on pourra remarquer que le titre du poème joue sur un effet d’écho dans la répétition du phonème « ou » et dans l’interrogation : « Aller où Davidou ? » : on a là littéralement un jeu de bouche triangulaire entre les voyelles « a »  (ouverte et antérieure), « i » (fermée antérieure) « ou » (fermée postérieure). Ce dernier phonème soutenu par l’occlusive sonore du « d » va saturer l’ensemble de la description : d’abord en intervenant dans la présentation du nom du héros et de son objet transitionnel par excellence (le doudou), puis dans la contamination du second personnage le grand-père (ici encore « grand-papa ») qui devient doux, doux, doux dans une sorte de délire exprimant l’ivresse d’un adulte subjugué par l’image verbale de son petit-fils. La contagion que cette sonorité entraîne conduit, à travers la relation avec l’adulte, à la réapparition du phonème « a » impliqué par l’élargissement de l’acte qui résulte de cette émotion (« il prend Davidou dans ses bras ») et introduit une sorte de rime rétroactive avec le « a » de Davidou. Circularité verbale de la griserie pour l’instant donc ! L’élévation vers le ciel qui en résulte (« Et le soulève tout là-haut vers le ciel ») appelle une lointaine rime avec le mot « soleil » et correspond au sommet de l’extase suivie de la découverte progressive du monde à travers la déclinaison d’objets et de sonorités disparates sur un rythme ternaire dans une sorte de valse verbale.

C’est cette élévation vers le ciel qui métaphoriquement porte la marque de la nostalgie du sacré, un des pôles de la relation éducative. Curieusement on en trouvera un exemple dans La Guerre et la Paix de Léon Tolstoï : lorsque Nicolas Rostov rentre chez lui et retrouve sa petite Natacha. Au chapitre IX de l’épilogue du roman, on peut lire la phrase suivante : « Et Nicolas, prenant sa fille dans ses bras vigoureux, la souleva très haut puis l’assit sur son épaule[5]… » en signe de bonheur.

Dans le cas présent, le phonème « i » qui résonne dans la phrase suivante, intervient comme un commentaire et équivalent sonore de la détente de l’épisode (Davidou rit, Davidou crie). L’aventure prend alors un tournant explosif dans le jeu du triangle phonique (A o i) accompagnant les gesticulations de l’adulte dans le rapprochement des partenaires: « Grand-papa saute, se cache et rebondit ». Scénario qui suscite un double écho du nom apparemment démembré de l’enfant : « Davidou di « Ah ! », Davidou dit « Hou ! », provoquant la réaction du groupe de toute la famille et la répétition ultime du titre du poème dans une débauche finale de cris et de rires d’une petite comédie familiale. L’illustration de la page de droite de Jean Claverie introduit un décalage et en révèle le burlesque: ce n’est pas le soleil qui brille sur l’enfant porté triomphalement à bout de bras et laissant tomber sa tétine sur le groupe extasié, mais une lampe ! Emphase des mouvements et des passions, contraste entre l’enfant triomphant et les visages extasiés, les bouches arrondies, communication des regards et du cri général dans un effet d’écho fusionnel :

 

              « Et toutes les grands-mères rient et crient. »

 

 Par ailleurs, les vignettes ajoutées dans les marges du texte, un chou, un hibou, un genou, un pou explicitement nommé, semblent décliner une leçon de grammaire et commenter silencieusement la règle d’emploi du pluriel des mots terminés par « ou »: On est en plein baroque postmoderne ! Clin d’œil à mon livre Art baroque, art d’enfance de 1991, dont Jean Claverie aussi a illustré la couverture.

 

A cette situation initiale, le dernier poème intitulé ostensiblement « Fugue en un cortège baroque », va opposer la maturité de Davidou devenu David adulte. Transformation et apothéose du héros célébré, comme dans « La geste d’Asdiwal » sur laquelle Claude Lévi-Strauss s’est fondé pour proposer les « catégories sensibles » de sa méthode en 1960[6]. Est donné ici un même recours au portrait physique de l’individu porté à des activités de plus en plus musclées et soutenues par une pratique musicale qui n’exclut pas des gestes de casse-cou et rappelle l’exemple de Frédéric Nietzsche :

 

David maintenant

Est grand, très grand.

David est un colosse

Il porte ses cheveux en brosse.

David fait de la boxe

Et puis du jujitsu

Qui lui donne des muscles drus.

Il étudie la médecine,

Ne craint pas l’hémoglobine.

À Paris, dans un orchestre

Il joue du trombone, là,

Sur les marches de l’opéra

Se promène sur les toits

Passe au travers des vasistas.

 

La danse buccale correspondant à la description des activités physiques est renforcée par le support des occlusives sonores (g, b, d), sourdes (k, t). De plus, une affirmation de l’ouverture du (a) (« Il joue du trombone, là ») signe d’une énergie percutante élargie et dangereuse (« passe au travers des vasistas ») accentue la dramatisation scénique. Enfin le grand-père convoqué entraîne une antithèse comique et un adoucissement de la situation initiale dans la fermeture et les dents serrées du « i », bientôt contré par l’ouverture de la « fête » (et du phonème è), comme par le retour au « ou » de la douceur.

Son grand-père rétrécit

Et devient petit, petit.

David lui fait fête,

Frère, cousines et cousins

En tête,

Les grands-mères

En goguette.

Il le met dans son pousse-pousse

Avec son énergie très douce.

 

Dernier écho qui provoque un cortège que l’illustrateur a préféré développer en deux pages et en un dernier tableau complexe : on y voit le grand-père assis dans un fauteuil roulant, allègrement poussé par son grand gaillard de petit-fils, mais « élevé » sur un trombone gigantesque au-dessus du groupe familial éperdu d’admiration. Renversement de la situation initiale donc. La référence musicale donnée par l’image de l’opéra de Paris est complétée dans le vers « Sur le chemin de la vie : Guilleri, guilleri) par l’allusion à la comptine « Compère Guilleri », (dans laquelle un « petit homme » ridicule s’est cassé la jambe), tandis qu’une vignette à gauche renvoie explicitement à l’opéra-comique de Robert Planquette, Les Cloches de Corneville, auquel un poème précédent a fait allusion avec le piano de David qui « sonne, sonne, joyeux carillon ». Ce fantasque dénouement est couronné par la citation de la cavatine des Noces de Figaro de Mozart : « Se vuol ballare Signor Contino » suggérant que, malgré tout, l’aïeul contrôle encore son petit-fils. Ce sous-entendu apparaît dans la dernière phrase non citée de Da Ponte : « je ruinerais toutes ses machineries » (tutte le macchine rovescierò). Apothéose musicale baroque donc !

Conclusion érudite, direz-vous, bien propre à décourager de jeunes lectrices ou lecteurs qui ici ne sauraient se sentir concernés? Mais qui néanmoins pourront y revenir avec l’âge dans une avancée effectuée au fil des années. Car l’album, avec un sourire en coin qu’illustrent un poème et une image, s’oppose à un classement qui reposerait sur des classes d’âge de lecteurs déterminées et offre une recette pour une lecture progressive avec la complicité ménagée par l’accompagnement du lecteur adulte. Une lecture qui pourrait être celle d’une vie ?    

 

Le jeu des graphies : romaines et italiques pour une traversée existentielle du sens

 

Si le poème introductif et celui qui conclut le volume sont définis par des cibles de lecture complémentaires, ils n’en restent pas moins caractérisés par une unité graphique qui n’est plus respectée dans les textes intermédiaires. On saisit l’effet de ce jeu dès le second poème intitulé « Ta maison, Davidou » qui propose une description du décor et des activités de l’enfant. La première strophe en est la suivante :

 

La maison est blanche

Comme la pierre.

Davidou à quatre pattes

Joue

Au docteur,

À la balle, au téléphone.

Il n’y a pas d’abonnés, répond la voix.

 

La dernière ligne en italiques peut être omise par le lecteur adulte, car elle introduit une rupture humoristique en faisant intervenir un message d’une logique certainement inaccessible au petit enfant  et qui sera incompréhensible à celui-ci.

Même effet dans le poème « Un peu, beaucoup » présentant la turbulence de Davidou plein de vie, à l’activité débordante, épuisante pour les parents. Poème conclu par une phrase en caractères romains et l’autre, de connivence, en italiques :

« Il partira ce soir pour mieux revenir.

 Alerte le matin. »  

 

Et le sens qui pouvait rester indécis est habilement souligné par l’illustration de Jean Claverie montrant le « petit diable » hilare  qui sort de sa boîte sur laquelle l’heure est indiquée : six heures du matin ! Fatigue pour les parents !

 

Effet plus poétique et plus développé dans la page consacrée à la lune, avec une autre belle illustration de Jean Claverie :

 

Davidou s’appuie sur la fenêtre,

Un doigt sur les lèvres

Plissées,

Ne laisse rien paraître.

La lune, la lu-une… là-haut,

Dit-il paisiblement.

 

Le commentaire en italiques peut être supprimé pour conférer plus de force à l’impression de rêverie suggérée. Effet renforcé par la dernière partie du poème qui joue sur une répétition en forme d’écho et sur un long développement philosophique qui doit être épargné au lecteur déjà plus mûr, mais qui exprime bien la méditation rêveuse du jeune enfant dépassé par le sens de l’expérience poétique qu’il vit.

 

La lune… une-une.

Dans le ciel qui la transforme

Et la déforme

Sur l’aile du temps

Qu’il ne maîtrise pas,

Mais qu’elle incarne

Dans son déplacement.

 

Mêmes suppressions encore suggérées par les italiques dans le poème « L’Ombre grandit » pour évacuer cette fois les références à la violence politique contemporaine et les allusions savantes, tout en marquant que la maturité soulignée implique l’enregistrement de faits réalistes ici mis en lumière par les imges de l’illustrateur :

 

Une ombre plane,

Le terrifie

Depuis les cours et les tunnels

Des enfants de Somalie, du Rwanda,

Des petits morts de Gaza.

Mais devenu David avec l’âge,

Davidou a l’air très sage.

Il ne craint rien,

A l’air d’un mage,

Ce prince des enfants au regard de pierre,

 

Des enfants au regard de pierre est bien le titre du livre de Mira Rothenberg traduit par les éditions du Seuil en 1979. Et il appartient à l’adulte lettré de déchiffrer le sens de cette citation déguisée. Un peu plus loin pourtant dans le poème « Voyage », le lecteur ayant grandi lui aussi est censé pouvoir supporter la brutalité de la guerre : celle-ci est clairement désignée en romaines :

 

David s’en va

Là où il y a la guerre

Là où les hommes ne s’aiment pas.

 

Violemment.

Là où les enfants meurent

Sous les balles.

Dans les trous.

 

Gravement

 

La répétition de l’adverbe terminé par le phonème [ã] sonne comme un glas scandant le triomphe de la haine. C’est ici que l’illustrateur devient énigmatique lorsqu’il doit représenter l’angoisse de la mort, sentiment difficile à maîtriser et que masquent l’outrance et la complexité des événements évoqués dans le poème « Alerte »:

 

On court de tous côtés. On oublie les bagages.

David est étonné. Il ne reconnaît plus

Le visage de grand-mère.

Alerte ! Alerte ! On crie.

Peut-être on tue, on va tuer.

Éclat déchiqueté des voix,

Mitraille des regards et des cris.

Alerte ! Alerte ! L’incendie couve déjà

Dans la flamme des yeux et l’ivresse de mort.

 

La métonymie de l’illustration montre que la liaison ne se fait plus dans l’esprit du personnage, appelant une silencieuse exclamation de surprise ou de terreur. Le texte en renforce et conjure les effets :

 

Tu es là. L’angoisse était trop forte.


Et le commentaire qui pourra être supprimé est donné en italiques dans un net projet de généralisation :

 

Trêve d’enfance.
Les mots ne sont pas là pour dire

Le destin,

Neutralisant le passé, taisant le souvenir.

 

Car cette violence est niée par un refus et par un retour à la force mythique de l’enfance fondant dans son silence même le bonheur de la civilisation :

 

Tranquille, paisible, avec ce rire de douce jubilation,

Tu lances tes plaisants sous-entendus,

Tranquille, éveillant chacun dans un appel irrésistible,

 

Tu joues

Le vrai jeu de l’existence. Il n’est plus besoin de penser.

 

Tu es là,

Au centre.

 

Et l’album se conclut sur un paradoxe dans le poème « La joie de l’écriture » et cela à travers la reconnaissance des pouvoirs de restauration psychique que possède l’expression verbale écrite:

 

Plaisir d’écrire

Et d’être à nouveau dans la fraîcheur

De tes matins.

Mais double, multiplié,

L’un et l’autre,

Toi et nous.

 

Une écriture qui se déclare enfin parole dans le poème « Ultime grâce » :

C’est pour toi que je te parle.   

Toi qui fus donné  

Pour la reconnaissance,   

Le bonheur de l’aveu.

 

Ultime aveu, en vérité, avant le cortège baroque des pouvoirs de cette poétique de la voix mise en avant par Serge Martin…

 

Conclusion. Un livre d’enfants pour les adultes ?

 

Sans multiplier les exemples, on pourra le constater, l’album met en pratique une théorie de « l’imaginaire ludique », tel qu’il a été présenté dans Du jeu, des enfants et des livres en 1987. Il inclut aussi le versant culturel qu’est l’approche du « baroque », comme élément fondamental de la littérature et de la culture d’enfance et de jeunesse. L’auteur engagé dans un parcours de voix est un « ludilecteur » qui dit oui à la vie à travers une distanciation complice : à la fois parole de plaisir et construction orientée des textes à des fins d’éclaircissement intellectuel, le jeu n’est pas celui de l’interprétation, mais de la participation et de la proposition, dans un goût avéré pour les mises en scène qui font de la lecture le théâtre de l’enfance dans son histoire…

Ce livre s’inscrit ainsi dans la lignée d’un ouvrage qui a eu un grand succès, mais qui n’atteint le public de nos jours qu’à travers l’adaptation cinématographique de Luigi Comencini  sous le titre Incompreso (L’Incompris, 1966). L’original Misunderstood (1869) de Florence Montgomery a été abordé en 1974 dans un article du « Project Muse » américain par Lynne Rosenthal sous le qualificatif de « A Victorian Children’s book for adults » (Un livre d’enfants victoriens pour les adultes)[7]. L’album qui nous concerne aujourd’hui appartient à ce genre d’œuvres… en espérant qu’il soit « compris » à sa manière, ou tout au moins lu en admirant les illustrations de Jean Claverie qui nous a parlé silencieusement avec ses images souvent « sans paroles », mais d’un humour évident.

 

Bibliographie

   CANI Isabelle, CHABROL GAGNE Nelly, D’HUMIERES Catherine, Devenir adulte et rester enfant ? Relire les productions pour la jeunesse, Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont Ferrand, 2008.

ÉLIADE Mircea, La Nostalgie des origines, Les Essais CLVII, Pris, Gallimard, 1971.

LÉVI-STRAUSS, Claude, « La geste d’Asdiwal », Annuaires de L’École Pratique des hautes études, Année 1957, p. 3-43.

MARTIN Serge, Poétique de la voix en littérature de jeunesse. Le Racontage de la maternelle à l’université, Paris, L’Harmattan, 2014.

MONTGOMERY Florence, Misunderstood, London, Richard Bentley, 1969.

NIETZSCHE Frédéric, Le Gai Savoir, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 1993.

PERROT Jean. Du jeu, des enfants et des livres, Paris, Les Éditions du Cercle de la Librairie, 1987.

PERROT Jean. Art baroque, Art d’enfance. Nancy, Presses Universitaires de Nancy. 1991.

PERROT Jean, “The Logic of Play and Games”, Play and culture, Vol. 5, N° 2, May 1992, p. 210-219.

PERROT Jean, Jeux et enjeux du livre d’enfance et de jeunesse, Paris, Les Éditions du Cercle de la Librairie,1999.

PERROT Jean, Dans les Rêves de Grand-Père, Paris, Albin Michel Jeunesse, 2016.

ROSENTHAL Lynne« Misunderstood: A Victorian Children’s Book for Adults », Children’s Literature, Volume 3, 1974, p.94-102.

TOLSTOï Léon, La Guerre et la Paix, Trad. de Henri Mongault, Paris, Gallimard,  Coll. La Pléiade 1951.

[1] Mircea Éliade, , La Nostalgie des origines, Paris, Gallimard, Les Essais CLVII, 1971. p. 8.

[2] Frédéric Nietzsche, Le Gai Savoir, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 1993, p. 39.

[3]  Voir la vidéo de Serge Martin présentant son étude : https://www.youtube.com/watch?v=jPl8Kd9_Knc

[4] Selon wikipedia high five (en français « tape m’en cinq ») est un greste  de victoire, d’encouragement ou de félicitation. Il aurait été créé par créé en le 2 octobre 1977 au Dodger Stadieum de Los Angeles par le joueur de baseball américain Glenn Burke1, qui en donna un à son coéquipier Dusty Baker pour le féliciter.

[5]  Léon Tolstoï, La Guerre et la Paix, Trad. de Henri Mongault, Paris, Gallimard,  Coll. La Pléiade, 1951, p. 1520.

[6] Claude Lévi-Strauss, « La geste d’Asdiwal », Annuaires de L’École Pratique des hautes études, Année 1957, p. 3-43.

[7] https://muse.jhu.edu/article/245885/pdf



Citer ce billet
Serge Martin (2023, 27 décembre). Jean Perrot, l’ami des enfants du monde entier. Voix et relation. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vebe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.