Melissa Melodias, une thèse passionnante sur Pasolini, le rythme, l’essai-poème

La thèse de Melissa Melodias, « Rythme et modernité poétique au cinéma. Étude de l’essai-poème et de l’épopée (Pasolini et Angelopoulos) » a été soutenue le 11 décembre 2023 à la Maison de la recherche de la Sorbonne nouvelle avec le jury suivant : Alfonsina Bellio (EPHE), Serge Martin (Sorbonne nouvelle), Sylvie Rollet (Poitiers) Cécile Sorin (Paris VIII), James Underhill (Rouen). Je reproduis ci-dessous mon intervention destinée au rapport de soutenance :

Le directeur de la thèse de Madame Melissa Melodias (MM), Serge Martin (SM), prend la parole en commençant par remercier sa collègue co-directrice ainsi que les autres membres du jury qui ont accepté de lire et d’évaluer une recherche doctorale aboutissant à ce qu’il considère comme une thèse importante. Il tient à partager avec le jury le plaisir de voir soutenir MM après un peu plus de sept années de recherche qu’il aimerait retracer très rapidement en soulignant ensuite ce qui constitue l’enjeu d’une telle thèse dans le champ problématique qu’elle circonscrit.

MM s’est inscrite en thèse en 2015 après avoir soutenu un mémoire de master en Lettres modernes en associant une analyse du film L’Éternité et un jour de Theo Angelopoulos aux théories littéraires du rythme. Les sept années de recherche ont vu MM participer activement aux travaux de THALIM ainsi qu’aux réunions régulières des doctorant(e)s de SM, tout en assurant des enseignements à Paris 3 et Paris 8 et bien d’autres travaux alimentaires. Il faut aussi rappeler la période difficile que les confinements ont fait subir aux doctorants dont MM. L’intérêt de MM pour le cinéma n’est pas à démontrer si l’on sait qu’elle cumule une expérience approfondie de documentariste et de cinéphile. Toutefois MM a toujours inscrit cette expérience en rapport avec son goût prononcé pour les textes poétiques et au-delà pour ce qu’il faut d’emblée nommer une anthropologie littéraire méditerranéenne – SM note que MM reste trop prudente dans cette dénomination (p. 42) et l’encourage à expliciter ultérieurement cette orientation. Si Chypre s’inscrit dans sa généalogie familiale, c’est toute la culture méditerranée qui mobilise sa réflexion intellectuelle et qui mieux que Pier Paolo Pasolini a mis en actes poétiques une anthropologie méditerranéenne « arrach[ant] aux traditionnalistes le monopole de la tradition » car « seule la révolution peut sauver la tradition » selon ses propres dires, d’autant qu’il se situait en pleine période de décolonisation et d’organisation de ce qu’on appelait le Tiers-Monde. Leçon pasolinienne que l’Europe néo-libérale et de plus en plus illibérale n’a pas su à ce jour entendre.

L’œuvre pasolinienne, MM tente de la réénoncer pour aujourd’hui, en la considérant comme celle d’un poète majeur au sens où sa voix ne peut être assignée à une discipline ni à une forme et où elle engage des reprises de voix multiples. Mais une telle réénonciation engagée par MM s’avère ardue après un ouvrage comme celui d’Hervé Joubert-Laurencin, Le Grand chant, Pasolini poète et cinéaste, paru il y a un peu plus d’un an, et après combien de travaux nombreux et indispensables surtout consacrés au cinéaste. Il faut ajouter que cette recherche se situe également dans une configuration de travaux importants et novateurs concernant les rapports entre poésie et cinéma sous des dénominations variables mais récurrentes dans maintes publications dont celle récente dirigée par Nadja Cohen , Un cinéma en quête de poésie, à laquelle a participé MM avec une contribution portant sur les rapports entre deux notions, rythme et figure, chez Tarkovski dont SM tient à noter la forte conclusion : « sa pratique rythmique de la figuration critique le formalisme et l’écart que celui-ci a pu creuser entre la vie et le poème ». Conclusion qui au fond anime l’orientation théorique de la thèse car il faut en effet ajouter à ces premiers contours d’une recherche la notion pivot qui va décisivement mobiliser MM pendant ses années de recherche conduisant à cette thèse : celle de rythme nourrie au maître ouvrage d’Henri Meschonnic, Critique du rythme, et surtout levier d’une critique continuée ou, comme dit MM pour ses conclusions, une critique « suspendue » à quelques expériences théoriques et pratiques du rythme constituées exemplairement par le « film-poème » ou l’« essai-poème » La Rabbia et le recueil d’articles-interventions Empirismo eretico de Pasolini, puis réalisées sous l’angle d’une épopée moderne dans son film Accatone et dans celui d’Angelopoulos, Alexandre le Grand.

Se déploient alors dans la thèse une réflexion ininterrompue et ambitieuse en vue de « rebattre les cartes » (p. 19) avec des conceptualisations issues d’une critique radicale des dualismes traditionnels. Réflexion en deux temps : MM commence par une critique forte de la notion de montage et de ses usages tant cinématographiques que littéraires par celle du rythme comme continu subjectif du langage et de la vie, du sacré et du quotidien – de la réalité chez Pasolini, puis en prolongeant le « cinéma de poésie » de ce dernier, MM ouvre sa réflexion à la modernité de l’épopée, qui tient par l’oralité comme aventure trans-subjective que Pasolini ose appeler « populaire », c’est-à-dire pleine de corps, contre la doxa formaliste dite avant-gardiste d’un côté et, d’un autre, contre l’instrumentalisation dépersonnalisante du marché culturel capitaliste et bourgeois. MM retrouve alors tant chez Pasolini que chez Angelopoulos, bien plus qu’une stylisation chère à Marielle Macé (« individuation de l’auteur »), un « continu du sujet-poème » et une « circulation des subjectivités » (p. 367).

SM ne veut pas préciser plus avant tous les ressorts et engrenages de cette recherche, notamment politiques, qui a voulu « faire un arrêt sur image pour laisser de la place au langage dans cette histoire » des « liens entre le cinéma et la poésie » (p. 377). Cette formulation claire et forte de MM montre une méthode assez peu fréquente parce qu’elle met en défaut les formalismes et les modernismes tant artistiques que théoriques et parce qu’elle touche à ce qui fait la difficulté, pour la pensée du langage, de la littérature et des arts (du cinéma en premier lieu), de la position pasolinienne, particulièrement dans le champ culturel et universitaire français. « La pratique de l’oralité poétique par le cinéma » (p. 381) permet en effet de tenir voix, c’est-à-dire de repenser à nouveaux frais ce que peut un sujet spécifique au cinéma documentaire « pour que le rythme relance le sens d’une expérience ». Ainsi conclut la thèse de MM tenant alors dans une formule ce qui est peut-être le plus personnel et le plus partageable, un peu comme a fait Pasolini qui nous emporte toujours dans l’inconnu de son expérience immense.

Deux remarques pour conclure en vue d’une publication de ce travail important :

  1. Quiconque ouvre la thèse remarque rapidement que son écriture propose trop peu d’intertitres laissant ainsi le flux réflexif dans un certain brouillard (à la Angelopoulos ?!) : on peut évidemment admirer le fait qu’en tenant fermement la barre de la conceptualisation continue, on ne peut se perdre ; on peut aussi souhaiter que des lucioles (pasoliniennes ?!) éclairent plus souvent le lecteur perdu parfois dans ce flux ;
  2. La conceptualisation de la thèse qu’on vient de noter continue et suspendue tout du long, mériterait parfois de ne pas se laisser prendre par le contexte des formulations et de rester ferme dans les termes employés : p. 183, la « visée d’élévation de l’énonciation » dans « le projet poétique dantesque » semble plutôt correspondre à une « visée » d’intensification de l’énonciation ; p. 206, il semble bien que « l’opposition entre l’écriture et l’oralité » est plutôt celle « entre l’écriture » et le parlé ou l’oral.

En fin de compte pour SM, une telle thèse vient bousculer nos habitudes tant littéraires, poétiques que cinématographiques concernant le rythme et la modernité. Elle pose des jalons décisifs pour des recherches ultérieures. SM tient à féliciter MM pour cet aboutissement brillant qui demande d’être connu. 

 



Citer ce billet
Serge Martin (2023, 19 décembre). Melissa Melodias, une thèse passionnante sur Pasolini, le rythme, l’essai-poème. Voix et relation. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vebd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.