Frédérique Cosnier : une thèse vers les passages de voix

Le 9 juin 2023, à la Maison de la recherche de la Sorbonne nouvelle, Frédérique Cosnier soutenait sa thèse de doctorat sous le titre : Passages de voix, essai d’anthropologie poétique, à partir des œuvres de Stéphane Bouquet, Christophe Manon et Frank Smith. Je reproduis ci-dessous ma contribution au rapport de soutenance.

Jury :
Mme Martine Créac’h (PU, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis), Mme Aurélie Foglia-Loiseleur (MCF HDR, Université Sorbonne nouvelle), M. Serge Martin (PU émérite, Université Sorbonne nouvelle), Mme Magali Nachtergael (PU, Université Bordeaux Montaigne), M. Freiderikos Valetopoulos (PU, Université de Poitiers)
 

 

Le directeur de la thèse de Frédérique Cosnier (FC), Serge Martin (SM), prend la parole en commençant par remercier les membres du jury qui ont accepté de lire et d’évaluer une recherche doctorale aboutissant à ce qu’il considère comme une thèse importante. Il tient à partager avec le jury le plaisir de voir soutenir FC après cinq années de recherche qu’il aimerait retracer très rapidement en soulignant ensuite ce qui constitue l’enjeu d’une telle thèse dans le champ problématique qu’elle circonscrit.

FC s’est inscrite en thèse en 2018 après avoir soutenu en 2015, sous sa direction, un mémoire de master en didactique des langues : « Poésie en Français langue maternelle et seconde : pour une didactique de la relation avec CalligrammesPoèmes de la paix et de la guerre 1913-1916 d’Apollinaire ». SM remarque que presque trois ans se sont écoulés entre la soutenance en master et l’inscription en thèse et propose d’inscrire au fronton de cette thèse la notion d’inattendue, d’autant que les multiples activités de FC, poursuivies voire amplifiées ces dernières années, auraient pu repousser encore cette inscription. On sait que romans, poèmes, lectures et rencontres, colloques et journées d’études, sans compter son inlassable activité amicale lors de ces rencontres et sur les réseaux sociaux, avec nombre de poètes, enseignants, chercheurs, l’ont vue multiplier ses essais de voix tout en assurant enseignements et vie familiale. Aussi l’inscription en thèse s’est-elle effectuée parce que SM prenait sa retraite et qu’une inscription sous sa direction devenait alors impossible après cette date ! Mais avec FC l’inattendu constituerait la valeur décisive d’une recherche en littérature voire en sciences humaines puisque la recherche vise le « Maintenant » de toute connaissabilité – pour reprendre aux remarquables réflexions à partir de Walter Benjamin (p. 479 et suivantes).

C’était en effet inattendu pour SM qu’une thèse vienne comme agrandir ce qui n’était qu’un titre de journée d’études le 7 octobre 2015 à la Sorbonne nouvelle, « Passages de paroles, paroles de passages », ou auparavant à l’Université de Caen, le 22 mai 2013, « Passages de voix, passages de frontières ». En effet, cette notion qui croise – il faudrait dire « télescope » comme FC aime le préciser – les œuvres de Walter Benjamin et Henri Meschonnic trouve maintenant sa force, celle que seule une anthropologie poétique conduite singulièrement pouvait lui donner, d’autant que ces œuvres sont mises en tension avec un grand nombre d’autres œuvres décisives, de Warburg à Benveniste, de Humboldt à Dessons, de Wittgenstein à Rabaté et combien d’autres – la bibliographie de la thèse en témoigne. La reprise de voix y est pour le moins double. C’est en premier lieu la formule lançante reprise dans Les États de la poétique de Meschonnic où le « faire du rythme » est « ce qui dans l’activité d’un discours fait le passage d’un sujet à un autre sujet, et les constitue en sujets par ce passage même » (cité p. 42). La définition-valeur renvoie d’une notion à l’autre, celles de sujet, de voix, de relation et enfin de passage que toute la thèse va explorer au plus près du « faire à l’intérieur du dire » dans trois œuvres contemporaines. Et cette conceptualisation du passage évidemment prise au Benjamin du Livre des passages est articulée à l’ensemble de la pensée benjamienne, aussi bien à la notion de raconteur qu’à celle de survivance.

Mais l’inattendu dans cette recherche passe par une dissociation des idées que ne manque pas de réaliser tout au long de son parcours FC avec un empan des références qui peut étonner : que de lectures, toutes bien intégrées, articulées, introduites judicieusement quand la dissociation est nécessaire ! On peut se contenter d’un exemple pour montrer comment la conceptualisation des passages de voix est une recherche au plus près de controverses contemporaines comme celle entre Georges Didi-Huberman et Enzo Traverso (p. 541-544), non sans construire une critique qui titille l’œuvre convoquée de Frank Smith s’agissant de l’esthétisation possible des soulèvements entre « les miroitements blanchotiens » (p. 553) et le « hors-langage » des visages lévinassiens (p. 554). Parmi les plus délicates dissociations d’idées qu’opère la thèse, SM tient à signaler un fil de discussion assez rare dans le champ académique autour des positions de Marielle Macé (p. 96 et 108, autour de la notion de « savoir générique » puis, p. 275, autour de celle de style – à noter une petite erreur dans l’indexation concernant Stéphane Macé, spécialiste de la pastorale dans la poésie française de l’âge baroque quand FC y fait référence pour situer les réinventions du lieu amène chez Stéphane Bouquet (p. 363 et suivantes).

L’inattendu est aussi celui de ce qu’on appelle un corpus d’études. Qu’une chercheuse en littérature affiche trois noms masculins peut étonner. Mais voilà que le corpus a bien peu à voir avec quelque processus d’identification voire de célébration quand il devient rapport de dictions par l’empirisme radical de la relation de lecture qu’on peut dire impliquante, ainsi que les entretiens le montrent dans l’annexe à la thèse et, surtout, ainsi que le démontre toute l’épistémologie de l’expérience poétique que FC construit pas à pas, par reprises de voix dans la pluralité des expériences des poètes. Des livres certes mais aussi des entretiens, des vidéos, les moindres éléments participant à la vie du poème sont répertoriés, considérés et analysés. On peut relever à ce propos les passages brillants, presque éblouissants, concernant Je neige (entre les mots de Villon) de Laure Gauthier où « c’est la corporalité d’un phrasé qui fait l’objet d’une réénonciation » (p. 120) pour reprendre une formule très éclairante de FC.

L’inattendu opère ensuite par le continu de l’enseignement et de la recherche, non dans une hiérarchisation des domaines mais dans et par l’interaction des expériences. Et c’est inédit de commencer un chapitre, le sixième, consacré aux « passages des subjectivations en classe de langue » par une citation de René Char (p. 411) qui touche à la fois à l’inconnaissance et à la pluralité des passages de la connaissance, donc des expériences du parler-lire-écrire qu’une poétique du dire permet d’écouter, d’accompagner. S’agit-il d’un chapitre qui viendrait approcher une dimension de l’anthropologie poétique parmi d’autres ? Ce serait découper ce qui ne peut l’être : le « corps-langage » est justement ce qui porte le sujet du poème comme FC a su l’écouter dans les propos d’une étudiante écoutant la voix de Christophe Manon en évoquant l’image d’une « place, peuplée, mais silencieusement » (p. 453 renvoyant aux analyses des p. 449 et suivantes). Une didactique des réénonciations y est indissociable d’une poétique des passages de voix comme cette dernière s’y nourrit des expériences pédagogiques les plus anodines que FC ne cesse d’observer au plus près, ainsi qu’elle le fait dans tous les domaines en philologue accomplie.

L’inattendu chez FC c’est en fin de compte l’essai de nouvelles notions parce qu’une recherche se mesure à l’aune de ce qu’elle trouve, du moins des ombres qu’elle montre par ses clartés. SM retient parmi d’autres celle de « chromatisme des voix » comme des « variations de présentation » (p. 571), notion qui viendrait déjouer celle d’écriture blanche et les autres qui stagnent dans un binarisme inattentif à la pluralité vocale. Le glissement sémantique du présent, notion centrale dans la thèse dont on aperçoit la force, à la présentation, laquelle s’opposerait à la représentation, peut certainement interroger quand bien même FC vise l’activité que l’attention au présent du poème engage. Cela rentre néanmoins en conflit ouvert avec des conceptions différentes d’une telle activité : SM pense à Laurent Jenny qui parlait d’une « esthétique présentative » chez Reverdy, que d’aucuns vont rapprocher par glissements successifs d’une poésie voire d’une esthétique de la présence. Mais, sans entrer dans les détails de ces conflits, il faut reconnaître depuis Reverdy jusqu’à cette thèse le rôle de notion critique à celle de présentation, même si, c’est l’interrogation de SM, cette notion maintient un dualisme sous-jacent avec la représentation, bien connu de la philosophie allemande, et peut faire douter de l’importance qu’un Reverdy comme un Mallarmé attachait à la syntaxe, laquelle est, inséparablement des faits prosodiques, le moteur d’une présentation rythmique. Mais FC a trouvé une formule forte qu’on peut bien associer aux réflexions d’un Reverdy il y a un siècle : « il s’agit alors d’apercevoir des moments de voix dans le langage » (p. 278). Ce que toute cette thèse ne cesse de tenter, de nous apprendre à essayer dans des reprises et surtout dans et par les passages de voix que les poèmes engagent, quand ils font poème.

En fin de compte l’inattendu d’une telle thèse consiste à pluraliser, à intensifier et à multiplier, tout du long d’un parcours exemplaire, « des moments de voix dans le langage ». Pour SM, une telle thèse ouvre alors à bien d’autres passages de voix : c’est sa force parce qu’elle tient théoriquement et pratiquement à la force dans le langage.



Citer ce billet
Serge Martin (2023, 19 juin). Frédérique Cosnier : une thèse vers les passages de voix. Voix et relation. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v6e5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.