Richard Guedj : une thèse qui a trouvé sa voix

 

Ci-dessous la partie du rapport que j’ai rédigée après la soutenance de Richard GUEDJ le 15 décembre 2022. Soin titre : Discours vers l’autre rive Un parcours d’écoute de la signifiance dans des discours et récits d’Alya. Cette thèse de doctorat en sciences du langage a été rédigée sous la direction de la professeure Cécile Canut dans le cadre de l’école doctorale 622 (Sciences du langage) en liaison avec l’UMR 8070 (CERLIS).  Dois-je ajouter combien la recherche de Richard Guedj croise bien des problèmes qui anime ma propre recherche et celles de mes doctorants qui ont déjà soutenu ou vont soutenir. On continue… avec lui !

 

Serge Martin (SM), Professeur émérite à l’Université Sorbonne nouvelle, prend alors la parole. Cette thèse de doctorat comporte 245 pages de texte, 8 pages de bibliographie et 45 pages d’annexes (transcription d’un long entretien et glossaire extrait d’un ouvrage participant au corpus) . Elle poursuit, selon SM, un double objectif :

  • par les moyens d’une « translinguistique des textes et des discours » (11) voire d’une « sociolinguistique politique » (12), rendre compte d’expériences plurielles d’Alya (« partir vivre en Israël ») et donc de migrations mises en récits ;
  • partant de trois entretiens réalisés par le doctorant ou de récits de vie édités (une brochure qu’on peut apparenter à de la propagande et un livre de témoignages recueillis par Fernande Schulmann publié en 1990), relancer la théorie du sujet et du langage en continuant la poétique développée dans Critique du rythme par Henri Meschonnic en 1982, en particulier sa possible extension aux discours parlés ou écrits « en situation » jusqu’à ce que, peut-être, ils deviennent « discours-situation » c’est-à-dire « discours système de signifiance », comme le propose ce dernier à la suite d’un extrait que cite RG (11) et qui est pour lui le noyau inducteur de sa recherche.

Le projet de recherche repose sur la maîtrise des enjeux et des spécificités des théories linguistiques de l’énonciation, du discours, du texte et du sujet que la thèse traverse depuis l’œuvre fondatrice d’Émile Benveniste jusqu’aux discussions plus récentes en passant par quelques moments décisifs de l’histoire de ces théories et pratiques de recherche, non sans convoquer des travaux philosophiques, sociologiques et anthropologiques nombreux qui ont pu concourir à ces réflexions.

SM souligne combien RG fait montre d’une dextérité remarquable et inventive pour proposer régulièrement des synthèses critiques de ces théories. Ce qui rend sa thèse très agréable à lire, car elle associe avec la plus grande justesse les analyses méticuleuses de corpus aux discussions théoriques charpentées, dans une montée en puissance au cœur de son sujet. La critique théorique avance en effet du même pas que la traversée progressive du corpus pour conférer à l’ensemble une allure de passage « vers l’autre rive », celle d’un « parcours d’écoute de la signifiance dans des discours et récits d’Alya », comme le dit fort justement le sous-titre selon SM. Pour ce dernier, on est donc assez loin d’une thèse qui dissocierait théorie et terrain ou les associerait dans un rapport d’application ou d’illustration. Il ajoute combien l’écriture en est agréable fuyant toute rhétorique scientiste en atteignant, à sa manière, le roman d’une pensée théorique au plus près des expériences pratiques par une démarche inventant son écoute, en ne cessant de la penser par la critique toujours vive des attendus théoriques. Pour SM, c’est donc une thèse qui ne dissocie pas l’attention ethnographique et le souci ethnologique tout en tenant le fil d’une « anthropologie historique du langage » – sous-titre de Critique du rythme. SM p,ese qu’on peut avancer que c’est certainement du Meschonnic continué pour tous, quand celui-ci parfois peut abandonner son lecteur en chemin par trop de références sous-jacentes ou de pistes laissées en friche au fil de ressassements dont les infimes modulations font avancer sa pensée mais peuvent irriter son lecteur. Pour SM, il y a chez RG une force vocale qui parvient à transformer l’écoute empirique des discours en embrayeur de formules théoriques puissantes comme dans 3.2.2.2 (« La tâche de l’anthropologue du langage : une histoire de passage ») où le titre dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit : tenir en un passage de voix une lecture critique de Volochinov qui veut faire « passer le contexte, le non-dit, dans l’ordre du discours » (79) et l’analyse des propos de David parlant de ses livres, constituant son bagage pour son Alya, « qui, d’objets, sont passés au rang de discours » (81).

Pour mener cette recherche, RG procède en quatre étapes en suivant ce qu’il appelle, dans son introduction, un « parcours d’écoute », leitmotiv de la thèse appliqué aussi bien à « la théorie » qu’aux « discours individués ». La thèse dénommée « parcours de recherche » se construit comme l’analogie des « parcours »  discursifs pluriels accompagnant l’Alya passée ou à venir. Le premier chapitre est consacré à « la voix de Myriam » en instituant le « je, catégorie anthropo-historique du langage » afin d’attester de tels parcours discursifs. Le chapitre suivant, s’intéressant à deux autres parcours d’Alya, ceux de David et de d’Hélène, permet d’intégrer leur environnement discursif : contextes et textualités que RG rassemble sous l’intitulé de « matérialités discursives ». Lesquelles intègrent une véritable archéologie discursive faite d’antériorités, d’interdiscursivité et de rythmes qui participent à la signifiance du discours qu’une formule exemplaire reprise à l’entretien avec Myriam vient comme densifier à la fin d’un troisième moment du parcours. Le dernier chapitre oriente la réflexion vers la narrativité spécifique que construisent les récits d’Alya, entre métrique (récit de propagande) et récitatif (récit de relation), pour tenir ensemble poétique et éthique au plus juste d’une politique discursive de l’Alya, voire de tout récit de vie.

SM pourrait reprocher au corpus construit par RG son étroitesse. Toutefois, il note que, selon une des nombreuses formules heuristiques de RG, « les théories ont leur manière d’écouter les discours » (23), l’attention fine, portée tant aux entretiens qu’aux écrits qui le constituent, en révèle la pertinence. En effet, pour SM, le corpus d’observation même restreint se trouve toujours associé à une réflexion critique qui passe au crible les théories de référence. S’invente alors une démarche théorique la plus adéquate possible qui fait du corpus réduit un tremplin inestimable pour une théorie du langage à hauteur des enjeux de cette recherche spécifique concernant les expériences d’exil. Aussi SM pense que cette thèse pourrait nourrir toute recherche dans laquelle l’énonciation comme subjectivation, dans et par le langage, devient l’embrayeur de l’écoute possible dont la force tient plus du rapport que du transport, d’une éthique que d’un sociologisme dans la relation. On aurait certes aimé quelques pistes comparatives avec d’autres parcours d’exil ne serait-ce qu’en en suggérant l’incomparable, au sens de Marcel Détienne.

Pour SM, la rédaction est d’un bout à l’autre de la thèse d’une qualité incontestable à l’exception de rares coquilles ou erreurs que l’errata proposé par RG le jour de la soutenance corrige. SM signale quelques bévues dans la bibliographie qui a peut-être pâti d’une finition par trop rapide. Par ailleurs, il aimerait discuter ce qui sourd théoriquement d’un des plus beaux passages de la thèse (241-246) qui resitue Martin Buber dans la genèse de la théorie de l’énonciation de Benveniste et de la philosophie éthique de Levinas par le motif du dialogue. Il lui semble qu’une tension s’y fait jour entre dialogisme fondamental (la « corrélation de personnalité » se distinguant de celle « de subjectivité », au sens de Benveniste) et régime dialogal dans et par le discours (la théâtralité y compris politique de toute relation, qu’on ne peut d’ailleurs réduire au seul dialogue). Que la confusion soit noté au détour d’une remarque de RG laissée en plan concernant la « conception dialogale du langage » demanderait quelques développements plus explicites : « Il faudrait voir ce qu’elle veut sauver – de la phénoménologie, de la métaphysique –, et ce quelle fait concrètement au langage avec sa métaphore du dialogue et de la rencontre » (244). Pour SM, historiciser les conceptions sous-jacentes à ces deux notions, dialogique et dialogal, permettrait de dissocier les politiques du dialogue, lesquelles ouvrent tantôt à des utopies relationnelles propres au « signifiant errant », tantôt à des exclusions-assignations promues par les idéologies puristes, tout comme le poète est, selon Meschonnic, toujours « renvoyé au risque unique de s’écrire ou d’être écrit par les autres » (Critique du rythme, 593). Par ailleurs, SM note combien la notion de racontage empruntée à Walter Benjamin pourrait éclairer l’articulation du discours et du récit dans la dernière partie de la thèse de RG.

Pour conclure, SM redit combien cette thèse, parcours de recherche qui a trouvé sa voix, mérite publication. Elle constitue d’ores et déjà, selon lui, un socle solide et prometteur pour des recherches à venir. 

 

 



Citer ce billet
Serge Martin (2022, 17 décembre). Richard Guedj : une thèse qui a trouvé sa voix. Voix et relation. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v6e1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.