La thèse de Rafael Costa Mendes : Meschonnic au Brésil

Une très belle thèse soutenue par Rafael Costa Mendes le 10 novembre 2022. Ci-dessous mon rapport de directeur de thèse et quelques photographies de la soutenance réalisées par Sun nyeo Kim venue de Corée pour un séjour en France et retrouver les amis…

 

Le directeur de la thèse de Rafael Costa Mendes, Serge Martin (S. M.), prend la parole en commençant par remercier ses collègues qui ont accepté de lire et d’évaluer la recherche doctorale de Rafael Costa Mendes : Patricia Lavelle et Isabelle Poulin qui ont rédigé un rapport préliminaire, Roberto Zular à distance depuis le Brésil, et le président de ce jury, Jean-Louis Chiss. Il tient à partager avec eux le plaisir de le voir soutenir après sept années de recherche qu’il aimerait retracer tout en soulignant ce qui constitue l’intérêt de cette recherche et ses prolongements possibles.

RCM (Rafael Costa Mendes) est arrivé en France en octobre 2015 après avoir obtenu une licence en langue et littérature françaises à l’Universidad Federal de Pelotas puis soutenu un master en théorie littéraire à la Pontificia Universidad Catolica do Rio Grande do Sul. Nommé lecteur à l’Université de Bordeaux dans le département d’études portugaises et brésiliennes, il a rapidement voulu engager une recherche en cotutelle avec l’aide de son ancienne professeur Marie-Hélène Paret-Passos. Il faut regretter que cette collègue pour des raisons personnelles ait abandonné la co-tutelle au bout de deux années.

Le sujet qu’il a proposé à SM au moment du dépôt de thèse a immédiatement convaincu puisque SM sait combien la pratique de la traduction biblique et de la théorie de la traduction qui lui est consubstantiellement liée comptent dans l’œuvre théorique et poétique de Henri Meschonnic, d’autant que RCM se proposait de la comparer avec celle d’un grand écrivain brésilien quasiment son contemporain, Haroldo de Campos, dont SM ne connaissait absolument pas la pratique de traducteur de la bible hébraïque. Il faut ajouter que le projet initial était-il pleinement comparatiste et visait les manières de penser le langage dans les pratiques d’essayiste, de traducteur et de poète des deux auteurs ; il avait pour titre : « Poétique de la voix et du rythme : langage, poème et traduction. Résonances de l’œuvre de Henri Meschonnic chez Haroldo de Campos ». Les années passant, la recherche s’est concentrée de plus en plus sur l’idée de traduction biblique chez les deux auteurs en réduisant peut-être du même coup le continu, voix et rythme, qui construit la spécificité de chacune des deux œuvres. Mais il faut reconnaître que le projet initial était par trop ambitieux et qu’il s’est ainsi affiné le rendant réalisable dans le cadre d’une recherche doctorale même s’il demandait encore de mobiliser un grand nombre de disciplines et de connaissances dans deux champs linguistiques et culturels certes depuis longtemps connectés mais dont des pans entiers sont forcément méconnus d’un côté comme de l’autre – faut-il rappeler que 2015, année d’inscription en thèse de RCM, le Brésil est l’invité d’honneur au salon du livre de Paris. Il reste que la préoccupation d’une analyse de réception de l’œuvre de Meschonnic au Brésil est bien présente dès le départ du projet. Ce qui infléchit certainement la visée comparatiste vers l’analyse en termes de transfert culturel. Aussi, la thèse montre forcément combien RCM s’est emparé de la notion de resémantisation empruntée à Michel Espagne quand il parle de celle d’anthropophagie chez Haroldo de Campos. Toutefois la thèse ne démêle pas vraiment les petites différences dans les théories du transfert – par exemple, la notion de « branchements » que Jean-Loup Amselle a proposée aurait peut-être permis de mieux comprendre la notion d’anthropophagie et surtout celle de transcréation chez Haroldo de Campos, les contextes africains de ses études étant peut-être mieux appropriés que les contextes européens de Michel Espagne. Il en serait de même à propos de Walter Benjamin qui est presque plus sollicité pour la notion d’expérience que pour celle de passage, alors même que la référence d’ailleurs principielle autour de cette notion est John Dewey autour duquel un colloque organisé dans notre université a vu la participation de RCM. Ces remarques veulent seulement montrer les inflexions tout à fait normales dans un parcours de recherche attentif à ses propres conditions.

La conclusion de la thèse ouvre de belles perspectives de recherche pour se dissocier d’une vision plutôt européenne où les rapports au domaine allemand ont fondé la discipline attentive aux hybridités de la reprise des savoirs en nouveau contexte. L’approche originale qui est suggérée autour de la distinction verbale entre l’infinitif décentrer et le participe décentré ouvre à bien des égards des pistes à explorer plus avant. Cette thèse pose d’abord des jalons importants pour l’histoire des relations intellectuelles entre la France et le Brésil des années soixante-dix à nos jours en faisant apparaître un premier moment Meschonnic au Brésil dont rend compte l’œuvre d’Haroldo de Campos mais aussi un moment biblique dans les œuvres poétiques qu’il sera judicieux peut-être d’expliciter dans les deux champs culturels lors de publications à venir. La thèse permet également d’aller plus loin qu’un simple rapport d’œuvre à œuvre chez les deux auteurs puisque, depuis le projet initial, RCM a ouvert largement la perspective en élargissant l’observation des transferts à trois œuvres décisives pour les deux auteurs : celles de Pound, Jakobson et Benjamin. Si le défi est certainement impossible à tenir dans une thèse et demanderait plutôt qu’un projet collectif s’en empare, la sortie du face à face permet de mieux comprendre les mouvements de réénonciation qui traversent les deux œuvres. Certes, les spécialistes de ces trois auteurs devraient facilement apercevoir les faiblesses de certaines élaborations conceptuelles effectuées par RCM chez ces auteurs en particulier chez Walter Benjamin qui n’est pas vraiment étudié à la hauteur des enjeux poétiques qu’il a certainement générés chez les deux auteurs. Mais là encore, ce qui est décisif c’est que la notion de transfert ou celle de reprise soient explorées dans des mouvements toujours ouverts à des reconceptualisations y compris internes aux œuvres et souvent en faisant travailler des petites différences qui font alors bouger décisivement toute l’œuvre dans une poétique de la relation au sens d’Édouard Glissant, en y ajoutant la force critique que ces réénonciations engagent y compris contre les traditions d’annexion du poème par la philosophie en préférant dans un cas comme dans l’autre une approche anthropologique dans et par le langage. SM est persuadé que RCM dans ses publications postérieures à la thèse saura explorer ce continu interne entre théorie et pratique traductives aux deux œuvres en montrant les multiples passages de la théorie à la pratique de la traduction biblique et inversement jusque dans l’écriture des essais et des poèmes qui sont traversées d’une oralité qu’on pourrait dire biblique ne serait-ce que parce qu’ils n’ont cessé de poursuivre une véritable épopée de voix car l’un et l’autre ont certainement « plus de voix que de foi », comme aimait à dire Henri Meschonnic.

Il reste à SM à rappeler combien au long de ces sept années de recherche, les conditions matérielles, professionnelles et intellectuelles de RCM ont été à la fois difficiles et décisives. D’abord, l’installation en France de RCM n’a pas été facile. Il lui a fallu tout au long de sa recherche trouver du travail pour la financer : après avoir été lecteur puis chargé de cours de portugais à l’Université Bordeaux-Montaigne pendant cinq ans, il a obtenu un poste d’ATER pour un an à Poitiers y ayant enseigné le portugais pendant un an auparavant et cette année le voilà à Rennes sur un poste d’ATER en études brésiliennes. On remarquera que ces emplois concernaient la langue portugaise et qu’ainsi RCM a dû parfois se rappeler qu’il avait à rédiger une thèse en français. Éloigné de Paris, il lui a été souvent difficile et onéreux de rejoindre séminaires et colloques car l’école doctorale considère forcément que le lieu de résidence est Paris, sans compter la dernière période assez redoutable d’isolement avec la pandémie. Cela dit, il a souvent participé à ces rencontres comme la journée d’études du 11 mai 2016 autour de Henri Meschonnic : « Le rythme aujourd’hui : pratiques et théories avec l’œuvre d’Henri Meschonnic ». Il est intervenu dans un séminaire doctoral sur le sens du langage le 18 février 2016 autour d’un ouvrage particulièrement difficile de Henri Meschonnic, Le Langage Heidegger. Il a participé au colloque “Thinking Language with Henri Meschonnic” à l’Université Queen Mary University à Londres, le 22 septembre 2017, comme modérateur lors de la table ronde sur Meschonnic et la traduction. En octobre 2019, il est intervenu au colloque « Sur le concept de rythme de Henri Meschonnic » à l’Université d’Hildesheim en Allemagne. Il semble dommage que les archives des deux auteurs n’apparaissent pas vraiment par exemple concernant Meschonnic alors que RCM a effectué un séjour à l’IMEC les 30 et 31 mai 2018, séjour de recherche financé par l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, dans les archives de Henri Meschonnic à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC), à Caen. Il a par ailleurs obtenu une bourse de la Casa das Rosas – Centre de référence Haroldo de Campos. Bourse financée par l’état de São Paulo, après sélection dans le cadre du Programme d’appui à la recherche et à la traduction de l’œuvre de Haroldo de Campos, mais le séjour a été suspendu jusqu’à nouvel ordre à cause de la crise sanitaire de COVID-19.

SM conclut sur le bonheur d’avoir travaillé pendant sept ans avec un jeune chercheur extrêmement apprécié par ses collègues pour son calme, son sourire, son souci d’associer recherche et enseignement dans des conditions parfois difficiles et surtout son énergie pour « continuer Meschonnic » ainsi qu’il a intitulé les deux journées qu’il a organisées avec de nombreux collègues du Brésil les 1er et 2 juin derniers, qui sera publiée prochainement avec le soutien efficace de notre cher collègue Roberto Zular.

 



Citer ce billet
Serge Martin (2022, 17 novembre). La thèse de Rafael Costa Mendes : Meschonnic au Brésil. Voix et relation. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v6e0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.