Paul Păun/Paon et ses chimères ultérieures

 

Né Zaharia R. Herşocovici en 1915 à Bucarest en Roumanie et mort en 1994 à Haïfa en Israël, Paul Păun publie dès l’âge de 15 ans des poèmes sous ce pseudonyme qui sera francisé en Paon une fois émigré en 1961. On trouve son nom aux côtés de ceux de Gherasim Luca, Gellu Naum, Trost et Virgil Theodorescu, les autres membres du groupe surréaliste de Bucarest fondé en 1940, mais on ignore souvent qu’il fut à la fois écrivain et plasticien tout en exerçant le métier de médecin et de chirurgien en Roumanie puis en Israël, en voyageant régulièrement en France à partir des années soixante-dix. Si l’on excepte la parution de Rose parallèle aux éditions Rafael de Surtis en 2015 et deux expositions à la galerie de l’Usine à Paris en 1989 et en 2002, son œuvre est restée quasiment méconnue de ceux, dont je suis, qui pourtant connaissaient bien Ghérasim Luca, ses ontophonies et ses cubomanies, dont la galerie a su rendre compte début 2020[1]. Or en ce printemps 2022, une exposition et un catalogue permettent de rattraper d’un coup tout le retard. Rien de hasardeux à ce que ce soit la galerie « Métamorphoses » (17, rue Jacob à Paris) et donc Michel Scognamillo et Alban Caussé qui, avec l’aide de Monique Yaari, la nièce et ayant-droit de Paul Păun, nous offrent les éléments décisifs pour nous convier à suivre le parcours de celui qui participa dans les années noires du fascisme puis du totalitarisme « communiste » au groupe des cinq surréalistes puis à l’expérience quasi-clandestine de l’infra-noir, en poursuivant, par la suite dans la solitude que quelques solides amitiés ont rendue supportable, une œuvre placée sous le signe du « poumon fragile », titre de son premier livre publié en 1938, l’année de son mariage avec Rahel Segal qui partagera sa vie.

En effet, l’exposition dont rend merveilleusement compte le catalogue permet de mieux approcher la spécificité de ce grand poète et artiste qu’était Paul Paon sous l’angle de la notion de chimères qui donne le titre au fort volume de 160 pages de grand format qui regroupe principalement ses œuvres dessinées reproduites avec grand soin mais également des études précises et précieuses ainsi qu’une quantité de documents et de photographies qui attestent d’une vie traversée par une évidente force poétique. Le cœur du volume propose sur 80 pages des reproductions des dessins que l’artiste a réalisés pendant cinquante ans de 1943 à sa mort, ainsi que des fac-similés et une transcription d’un carnet comprenant des notes passionnantes prises par Paul Păun sur l’art de 1984 à 1991.

Denis Moscovici qui rédige la préface a raison d’évoquer Hans Bellmer pour se plaindre du fait que « l’œuvre de Paul Păun ne soit pas montrée davantage ». Monique Yarri note combien ses dessins surréalistes « le rapproche d’André Masson et de Judith Reigl plutôt que de Magritte et de Dalí ». Il est tout à fait évident que ses dessins à la plume parfois réalisés à la loupe « regagnent, à travers les nuances du noir, une vague figuration érotico-aérienne, facultative » comme il le note dans ses Carnets après avoir modifié sa technique initiale du lovaj où des collages étaient reliés entre eux par « des sortes de nuées, de chevelures, de fourrures » comme le rappelle Monique Yarri. Aussi, ne faudrait-il pas réduire cet art à un point de vue qui esthétiserait le surréalisme jusqu’à y voir une abstraction décorative quand l’ensemble montre combien la quête des chimères se fait de plus en plus « fluide et personnelle, moins prescriptive et sociale que celle d’utopie », ajoute encore sa nièce. La prolifération poilue et sombre des traits innombrables et denses du dessin (31×22,5) de 1944 ne suggère-t-elle pas ce que le titre explicite : « Protège-moi ».

On pourrait alors apercevoir une libération érotique dans la série à la mine de plomb, non datée mais supposément réalisée autour de 1946, en observant toutefois la fragilité d’une situation artistique et peut-être expérientielle, puisque l’un d’entre eux titre : « dissolution de ma belle ». Les chimères se poursuivent alors vers ce que j’aime appeler des envols qu’on peut suivre comme autant de rythmes organisant les noirceurs dans des espaces mouvants qui délivrent nos puissances imaginatives loin de tout arrimage idéel ou esthétique en inventant des formes le plus souvent évanescentes qui font apparaître une danse de la main et donc du rêve que seuls les traits encrés d’une précision puissante, exactement comme celle d’un danseur se risquant à quitter le sol, à essayer la non-gravitation ne serait-ce qu’un instant. Oui, ces encres sont alors de plus en plus comme des épiphanies, à la limite du visible comme celles titrées « zones sensorielles ». Elles nous font survoir vers ce qui n’est pas de l’ordre de l’image mais de l’expérience où tout est refait à neuf et particulièrement les catégories dualistes de nos perceptions, sensations, idées. Plus d’intérieur ni d’extérieur, d’intériorité autre qu ‘un espace foisonnant, d’extériorité autre qu’un intime implosant. Comme des feux d’artifice mais sans qu’aucun spectacle n’en résulte sinon une action partagée, partageable comme autant de gestes précis et infinis : « une flèche ardente et spirale, éminemment objectivante, capable d’inventer en même temps le désir et son objet, confondus dans l’image qui est ; littéralement l’acte de leur amour » écrit Paul Păun dans Les Esprits animaux en 1947 – passage repris par Radu Stern qui propose une transformation dans l’œuvre « de la plastique à l’aplastique », notion reprise à Trost qu’il conteste toutefois car le reconnaissable et le méconnaissable seraient simultanés permettant au critique d’affirmer que Paul Păun précède Jackson Pollock dans la synthèse du surréalisme et de l’art abstrait. Mais la lecture du Carnet retranscrit permet aussi d’apercevoir combien la notion d’effacement est décisive dans ce parcours artistique : « Effacer l’histoire de l’art / l’esthétique / en les recréant / et en s’effaçant / (chaque tableau effaçant le précédent) / c’est travailler dans l’infini circulaire / spirale / nébuleux », écrit-il le 24 octobre 1991. Il me semble qu’avec cette notion, c’est le défi du silence comme dire qui tient Paul Păun : « car dans notre époque de communication excessive / le tableau camouflé / doit être de dimensions insolites / non daté, anonyme, / de préférence invisible » – note du 7 octobre 1988 que reprend in fine Krysztof Fijakowski dans sa présentation du carnet, lequel insiste fort judicieusement sur « l’idée de lenteur comme énergie extensible ». D’où la notion très spécifiante de l’œuvre que Paul Păun souligne dans son Carnet, celle d’ultérieur en lieu et place de celle d’intérieur. Toute une poétique du geste pictural qui fait advenir l’inconnu de l’expérience par la puissance des hantises, des ressouvenirs, des survivances et autres reprises dans et par l’activité manuelle des traits à l’encre sur le papier : « la recherche sensuelle d’une source ignorée », écrit Paul Păun.

Dans les années 1930 et dans le sillage de la revue « Alge » ; au premier plan Paul Păun et Gherasim Luca. © Paul Păun / Paon & ADAGP

On comprend mieux dorénavant l’importance d’un tel parcours que viennent illustrer au double sens du terme les reproductions des livres, tracts, lettres et manuscrits (de 1931 à 1989) dont le manuscrit autographe reproduit sur deux belles pages de La Grande Pâle daté de 1942. Je ne peux m’empêcher de signaler la page reproduisant le manuscrit-talisman adressé à Ghérasim Luca lors de sa dispute avec Trost en 1951et intitulé La Cape d’amitié. Il faut ajouter les sept belles pages de reproductions concernant les expositions et catalogues de l’artiste et surtout ce que Monique Yaari a appelé les « destins croisés » où « l’amour, l’amitié, le surréalisme… » trouvent les illustrations adéquates sur seize pages pour douze noms dont mes chers Ghérasim Luca et Micheline Catti, avant de clore ce magnifique catalogue par une chronologie de quatre pages. On aura donc compris que l’œuvre de Paul Păun, dessins et écrits, continue dans l’ultérieur d’une vie et, comme il l’écrit à l’excipit de La Rose parallèle, on ne peut que se demander avec joie et espoir, après lecture d’un tel catalogue rendant compte d’une exposition bienvenue : « Qui peut savoir de son départ sur place qu’apportera le RETOUR ? »

Site de la galerie : https://librairiemetamorphoses.com/exposition-a-venir-en-juinpaul-paun-paon-chimeres/

[1] Tourbillon d’être. Ghérasim Luca (livres, affiches, manuscrits, maquettes, cubomanies, dessins, œuvres en collaboration), Paris, Métamorphoses, 2020, 208 p., 365 illustrations en couleurs – publié à l’occasion de l’exposition à la librairie-galerie Métamorphoses, 21 janvier – 23 février 2020.



Citer ce billet
Serge Martin (2022, 12 juillet). Paul Păun/Paon et ses chimères ultérieures. Voix et relation. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v6dx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.