vers la conceptualisation critique

Ci-dessous ma communication à la journée d’études organisée à l’Université de Besançon le 17 mars 2022 : “Écritures de recherche et dispositifs créatifs : vers de nouvelles modalités d’accompagnement des (apprentis-)chercheurs”.  merci aux organisateurs : Anne-Sophie Calinon, MCF, CRIT, UFC Olivier Mouginot, MCF, CRIT, UFC Nathalie Thamin, MCF, CRIT, UFC.

Là où l’appareil scientifique (le nôtre) est porté à partager l’illusion des pouvoirs dont il est nécessairement solidaire, c’est-à-dire à supposer les foules transformées par les conquêtes et les victoires d’une production expansionniste, il est toujours bon de rappeler qu’il ne faut pas prendre les gens pour des idiots.

Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, 1. Arts de faire, Gallimard, collection « Folio Essais », Paris, 1990 [1980], p. 255.

Je ne cherche pas la définition. Je tends vers l’infinition.

Georges Braque, Le Jour et la nuit, Gallimard, 1952.

Il y aurait une mauvaise habitude dans nos enseignements[1], de la maternelle à « la maternelle supérieure », comme disait Henri Meschonnic qui constatait que « les notions dites de base : elles ne sont discutées qu’à l’intérieur des limites qu’elles ont d’abord installées. De l’information à l’érudition, enregistrez, retenez. C’est le déplacement de ce que Flaubert appelait la Bêtise[2] » : notions et catégories seraient en fin de compte dévolue à l’enseignant sous l’enseigne de la définition, lequel s’en remettrait lui-même le plus souvent aux experts jusqu’aux grands auteurs de référence dits incontournables – il faut noter que plus on s’adresse à de jeunes élèves moins on leur fait part des sources, habituant ainsi les élèves à ce « maniement d’effets d’ésotérisme » dont Meschonnic parlait s’agissant de la maîtrise qui « n’est pas la possession d’un savoir, mais un savoir travaillant sur lui-même et contre lui-même, une activité théorique-pratique qui fait la démarche propre à la recherche » ; bref l’enseignement s’est depuis longtemps habitué à être « nécessairement répétiteur, effaceur des contradictions, des stratégies, des historicités, reproducteur idéologique ». Dans ses usages et en nous limitant à ceux des jeunes chercheurs soumis aux injonctions de directions de recherche de plus en plus technocratiques, l’activité définitionnelle, qui ainsi réduirait le rapport de la notion à sa conceptualisation, reposerait donc sur un régime d’autorité fonctionnelle ou académique posant en son principe un paradoxe puisque la force critique indispensable à toute recherche se voit prise dans les filets d’un autoritarisme conceptuel couplée à une désénonciation des notions et concepts sous l’angle d’une définition désancrée. Certes, on ne peut faire fi des communautés savantes et des consensus ou dissensus qui les animent et qui souvent se concentrent autour de champs définitionnels. Toutefois, il semble nécessaire de concevoir ces communautés en les élargissant pour deux raisons au moins – élargir signifiant ici approfondir le commun en en intensifiant les rapports d’historicités. La première relèverait d’une anthropologie historique du langage : quiconque, s’il veut devenir sujet langagier dans sa recherche, étant amené à employer une notion pour une raison ou une autre, ne peut le faire sans en penser l’historicité voire les historicités. La contextualisation/actualisation étant, de ce point de vue, largement insuffisante d’autant que ces opérations tendent à considérer la notion, le texte comme immuable dans sa définition même un peu comme on ne cesse d’invoquer un universel normatif contre l’antiracisme des minorités[3]. La seconde découlerait d’une politique du langage et de la recherche, laquelle se doit éthiquement de penser la pluralité des pratiques conceptuelles en ouvrant des confrontations voire des tensions qu’on ne peut limiter aux cercles restreints de personnes s’autoproclamant détentrices des opérations conceptuelles et devant nécessairement s’ouvrir dès que recherche sans qu’aucune propédeutique n’interdise son inventivité si ce n’est sa créativité. On sait combien, dans tous les domaines (didactique en particulier mais aussi bien médical, etc.), les réénonciations conceptuelles opèrent des dérives parfois incontrôlables et souvent préjudiciables au commun ainsi qu’à chaque activité de recherche – d’où le recours fréquent à l’argument du manque de formation, de pédagogie, d’explication et in fine à un autoritarisme conceptuel quand il s’est agi le plus souvent d’une frilosité acritique des pratiques réénonciatives, fussent-elles anodines dans un cursus ou un projet. L’enjeu d’un tel élargissement est démocratique et critique : œuvrer à des conceptualisations de notions par des réénonciations historicisantes en constellation dans des activités de lecture-écriture partagées de textes le plus souvent hors du cadre étroit des disciplinarisations conceptuelles, afin d’augmenter l’écoute des voix singulières et chorales de toute recherche. Il s’agirait en fin de compte de défendre des expériences qui cherchent à penser par les réénonciations comme constellations vocales, de la manière dont Michel Foucault parlait de « défendre la société », c’est-à-dire en vue de défendre notre « incivile sociabilité » comme le proposait Mathieu Potte-Bonneville relisant Foucault[4].

Aucune notion ne peut se constituer et encore moins entrer en conceptualisation hors d’une énonciation, d’un je-ici-maintenant au sens de Benveniste, sous peine de sortir toute opération cognitive du dire en soumettant ce dernier à l’énoncé – ce que Chauvier a pu appeler la désinterlocution s’agissant des enquêtes socio-anthropologiques[5]. C’est une illusion fort répandue en effet, jusque dans l’histoire des idées, que les notions peuvent se concevoir dans des stabilités, ce qu’on pourrait appeler des cultures savantes ou pas et par conséquent que l’enseignement et la recherche fonctionneraient dans des champs bien délimités aux concepts validés quasiment immuables justifiant par ailleurs la notion de coupure épistémologique. Bref de quoi rassurer les programmateurs et autres managers des savoirs qu’ils soient didacticiens ou même épistémologues. Or il n’en est rien depuis au moins Denis Diderot :

Je suis porté à croire, que tout ce que nous avons vu, connu, entendu, aperçu, jusqu’aux arbres d’une longue forêt, que dis-je, jusqu’à la disposition des branches, à la forme des feuilles, et à la variété des couleurs, des verts et des lumières ; jusqu’à l’aspect des grains de sable du rivage de la mer, aux inégalités de la surface des flots soit agités par un souffle léger, soit écumeux et soulevés par les vents de la tempête, jusqu’à la multitude des voix humaines, des cris des animaux, et des bruits physiques, à la mélodie et à l’harmonie de tous les airs, de toutes les pièces de musique, de tous les concerts, que nous avons entendus, tout cela existe en nous à notre insu[6].

 

Ce magnifique passage qui multiplie les reprises expérientielles dans un continu du sensible et du savoir pose un principe de subjectivation dès que connaissance qui relève d’une dépossession que Diderot qualifie in fine par la locution prépositionnelle avec un sens réfléchi, « à notre insu ». Cette théorie de la connaissance commence par une théorie du sujet plus que de l’objet contrairement à l’habitude épistémologique dominante qui fait du savoir un rapport de sujet à objet. Comme l’a fait remarquer Jean Starobinski dans son Diderot, « c’est le monde qui s’engouffre ainsi en nous », et il ajoutait qu’alors « toute différence s’efface entre l’intérieur et l’extérieur[7] ». A cette théorie d’un sujet de la connaissance forcément en relation, inévitablement altéré dans sa constitution et impossible à réduire à une conscience solipsiste, il faut ajouter l’impossibilité que pointe Diderot d’une connaissance-totalité, cette grande illusion scolaire qui nous fait croire tenir tout édifice savant pour mieux subjuguer et donc désubjectiver au profit des grands sujets, des dominants, des tenants du pouvoir, car tout processus cognitif est sans cesse soumis à des bords fluctuants, des reprises déstabilisantes voire déroutantes qui obligent à tout reconsidérer, à tout recommencer quand bien même on croit ou fait croire au même. Joseph Joubert notera ceci après ce qu’il appelle l’ouragan révolutionnaire :

Banissez des mots toute équivoque, toute indétermination ; faites-en, comme ils disent, des chiffres invariables : il n’y a plus de jeu dans la parole, et dès lors plus d’éloquence et plus de poésie ; tout ce qui est mobile et variable dans les affections de l’âme demeurerera sans expression possible. […] C’est l’équivoque, l’incertitude, c’est-à-dire la souplesse des mots qui est un de leurs grands avantages pour en faire un usage exact[8].

Joubert conclut son propos par un retournement inattendu qui montrerait à l’envi combien l’exactitude peut résulter d’un certain brouillage, pour le moins de déplacements incessants que j’appellerai plus que des points de vue, des points de voix dès que conceptualisation, opération réflexive du discours sur lui-même quand l’écoute intensifie les mouvements dialogiques. Ces points de voix qui permettent de garder du « jeu dans la parole » et donc des rapports de « je » à « je », opèrent à proprement parler des réénonciations qu’il s’agit maintenant de mieux cerner. Auparavant, il faut préciser combien dissocier les niveaux ou entériner les coupures naturalisées entre savoirs savants et ordinaires, entre expertises et sens commun, empêche de penser, dès que recherche, des continus critiques entre les situations des savoirs, leur constitution, transmission, réénonciation. Pierre Bourdieu pointait clairement ce dualisme et demandait en creux sa profanation :

L’imposition d’une coupure tranchée entre le savoir sacré et le savoir profane qui est constitutive de l’ambition de tout corps de spécialistes visant à s’assurer le monopole d’un savoir ou d’une pratique sacrée en constituant les autres comme profanes[9].

Afin de préciser ce dont il s’agit dès que réénonciation, on peut commencer par cette proposition de Meschonnic :

Le sujet est comparable à l’origine du langage. Recherché comme s’il était indéfiniment caché. Rien n’est caché dans le langage. Mais ce qui est montré passe à travers le voir. Comme l’origine, il se produit dans toutes les bouches et les oreilles constamment. Il est le fonctionnement même du langage, le je de l’énonciation interchangeable. Passant du plan linguistique à la littérature, il s’étend de l’emploi des opérateurs d’énonciation à l’organisation en système de tout un discours. Le sujet de l’énonciation est un rapport. Une dialectique de l’unique et du social. Notion linguistique, littéraire, anthropologique, elle n’est pas à confondre avec celle d’individu, qui est culturelle, historique, ressortissant aux histoires de l’individuation. Le sujet est un universel linguistique ahistorique : il y a toujours eu sujet, partout où il y a eu langage. L’individu est historique : il n’y en a pas toujours eu. D’où une histoire des rapports entre sujet et individu. Dans le discours, le sujet du discours est historique, socialement et individuellement.

L’écriture, exposant l’état politique du sujet dans une société, montre et fait du sujet de l’écriture un trans-sujet. Mais il n’y a de sujet de l’écriture que quand il y a transformation du sujet de l’écriture en sujet de réénonciation.

Ce « sujet de l’écriture » peut s’entendre pour toute écriture, c’est-à-dire pour toute intensification des rapports d’énonciation ou autrement dit pour toute oralité, activité redoublée de la relation dans et par le langage. Ce « sujet de l’écriture » est donc, pour les arts du langage et pour la recherche dans et par le langage, la possibilité d’une réénonciation ou énonciation continuée. C’est alors qu’un sujet inédit apparaît, qui emporte le sujet de l’énonciation bien au-delà de la situation d’énonciation : ce sujet de la réénonciation, je l’appelle la voix-relation ou la voix continuée. Meschonnic l’appelle « le poème ». Plus que réactualisations qui laisseraient un tel sujet dans une stase réitérée, je parlerais donc de réénonciations qui augmentent l’oralité dans chaque situation d’énonciation, et donc qui permettent des subjectivations renouvelées, relancées, redynamisées, rejouées dans et par cette transsubjectivation continuée qu’est toute réénonciation[10].

Si l’on veut poursuivre, il faudrait alors considérer toute énonciation à l’aune des réénonciations non comme des appropriations, actualisations, contextualisations – toutes formules qui assignent la voix, le passage de voix à du propre si ce n’est du connu, et qui éliminent l’altérité (l’invu, l’inconnu) et la pluralité (tous les points de voix) dans les processus de subjectivation – mais comme des trans-subjectivations : des passages (cf. le beau titre de Henri Meschonnic: Nous le passage, Verdier, 1990), des résonances où tout recommence, reprend et rejoue, « le replay contre la langue de bois[11] » écrivait Olivier Mouginot.  

Impossible également de séparer, en ce qui me concerne, mon expérience longue et plus ancienne en classes primaires des plus récentes interventions en séminaires de master et plus précisément il me semble absolument nécessaire de ne pas envisager la recherche séparée de l’enseignement et l’inverse. Comme disait Meschonnic, « il n’y a plus de faibles ou de forts (ou ce ne sont pas ceux qu’on croit d’avance) quand il y a quelque chose à chercher à partir de l’analyse des contradictions, des stratégies ». Aussi explicitation et surtout discussion sont-elles d’une nécessité cruciale tout au long des processus d’enseignement-recherche, de la maternelle à l’université car là encore les propédeutiques n’ont qu’un but : repousser à plus tard l’épreuve critique, la recherche, « avec ce qu’on sait dans ce qu’on ne sait pas ». Comme le défend avec force Meschonnic, il paraît décisif de :

Porter dès le début le « débutant » dans l’historicité des contradictions, des stratégies, des non-certitudes. Ne pas le sécuriser, car sécuriser, concilier, c’est stériliser le rapport au savoir et faire des non-sujets. Mais travailler à reconnaître les orientations, à se situer et situer les autres.

Quels seraient les axes d’une théorie et d’une pratique réénonciatives visant des conceptualisations de notions[12] ?Je les déclinerai en cinq moments qui peuvent être concomitants dans un processus collectif – si toute recherche demande en effet un maximum d’implication personnelle, elle n’en demande pas moins d’inlassables rapports interpersonnels. En premier lieu, il s’agit de développer les carnets de lecture où l’accumulation puis le montage citationnel engagent des parcours anthologique de lecture, véritable bouquets qui alors peuvent s’exposer puis se confronter pour chaque lecteur qui alors le devient ayant construit une histoire de ses lectures, comme pour un groupe de lecteurs qui alors font communauté ayant associé des solitudes[13] autant que des solidarités de lecteurs ; l’opération citationnelle pouvant emprunter une grande variété de pratiques où le couper/coller demande des reprises multiples touchant aussi bien à la syntaxe qu’à l’accompagnement graphique. Cet axe premier des réénonciations repose sur ce que Walter Benjamin signalait merveilleusement :

Le pouvoir d’une route de campagne est autre, selon qu’on y marche, ou qu’on la survole en aéroplane. Et le pouvoir d’un texte est autre aussi, selon qu’on le lit ou qu’on le copie.  Qui vole voit simplement la route se poursuivre à travers le paysage, elle se déroule pour lui selon les mêmes lois que le terrain qui l’entoure. Seul celui qui va sur la route apprend de son pouvoir, et comment de ce plat espace-là, qui n’est pour l’aviateur que la plaine s’étendant au loin, elle fait surgir à chacun de ses tournants des lointains, des belvédères, des clairières, des perspectives, comme l’ordre lancé par un commandant fait surgir les soldats d’un front. Seul le texte copié commande ainsi à l’âme de celui qui s’occupe de lui, tandis que le simple lecteur ne prend jamais connaissance des aperçus nouveaux de son intériorité, tels que les dégage le texte, cette route qui traverse la forêt primitive, intérieure, toujours plus dense : car le lecteur obéit au mouvement de son moi, dans l’espace libre de la rêverie, alors que le copiste l’assujettit à une discipline. Voilà pourquoi l’art chinois du copiste fut la garantie ultime d’une culture littéraire, et la copie une clé pour les énigmes de la Chine[14].

Un deuxième axe vise à proposer des pratiques d’écriture explorant les vertus de la paraphrase, contrairement aux habitudes scolaires qui disqualifient ces expériences pourtant indispensables à toute écriture y compris de recherche[15]. Ces pratiques d’écriture régulières et quasiment rituelles concernent le plus souvent des segments ou fragments très courts qui peuvent d’ailleurs provenir le plus souvent des citations recueillies lors des activités du premier axe. Elles permettent là encore une accumulation ouvrant aussi bien à des reprises par montage qu’à des confrontations par exposition. Le principe qui permet le meilleur approfondissement dans et par la paraphrase est celui de la reprise. Pour en sentir la portée décisive, je me contente ici de citer un extrait du livre récent de Charles Pennequin, Dehors Jésus, extrait emprunté à son chapitre titré « Charles Péguy » :

Et sa phrase à Charles Péguy grossit en se multipliant par l’arrière. C’est ainsi que ça travaille dedans Charles Péguy, c’est du mot à mot, ça creuse dans le mot même, ça pénètre dedans et ça joue avec. Chaque phrase de Charles Péguy est ainsi un ouvrage à retravailler chaque mot, à en peser le sens. On sent que Charles Péguy prend dans ses mains chaque mot, comme une ouvrière prend dans ses mains un tissu. Et Charles Péguy cherche le sens caché du mot. Il cherche l’ombre même de ce mot. Il en pense tous les signifiants. Il tient le mot dans sa main comme le fait un travailleur manuel. Charles Péguy est un manuel de la grammaire, un manuel du langage parlé et écrit. Charles Péguy est un ouvrier-poète. Un prolétaire du signifiant. Il lui faut soupeser chaque mot et en même temps il tourne autour, il creuse toutes les significations et c’est ainsi que la phrase de Charles Péguy est retournée dans tous les sens. Elle progresse lentement. A rebours elle progresse. Ce n’est pas une affaire de style[16].

Cet extrait pris aux vingt pages titrées « Charles Péguy » ne relève pas du pastiche puisque Péguy pour Pennequin n’est pas « une affaire de style », mais bien d’une réénonciation-incorporation que la métaphore cardinale de l’ouvrier.ère construit avec le geste de « tourner autour ». Ce creusement que la litanie effectue par ce que Pennequin appelle une progression « à rebours » est très précisément à l’articulation de nos deuxième et troisième axes d’une théorie et d’une pratique réénonciatives. Le troisième axe consiste en effet à pratiquer le plus régulièrement possible ce qu’on peut appeler des instantanés théâtraux. Qu’il s’agisse de lectures à voix haute ou de mises en scènes, il s’agit de donner corps au processus de conceptualisation sous la forme d’objets, de couleurs, de sonorités, d’installations où les lectures-écritures s’incorporent pour intensifier leur écoute – ce qu’au fond Pennequin accomplit par la métaphore cardinale déjà notée. L’objectif n’est pas de procéder à ce qu’on appelle aujourd’hui des transmédiatisations mais bien plutôt de permettre d’écouter le tout du langage par une expérience qu’on peut dire immersive au sens de John Dewey dans l’Art comme expérience (1913) :

Sa propre expérience qui, une fois créée, doit inclure des relations comparables à celles qui ont été éprouvées par l’auteur de l’œuvre. Celles-ci ne sont pas littéralement semblables » (Gallimard, folio, 2010, p. 110- 111).

En effet, il ne s’agit pas de passer d’un média à un autre mais d’opérer par épreuves, par « relations comparables » qui peuvent au demeurant s’éloigner de la copie par l’analogie si ce n’est la dérive – ce que, une fois encore, Charles Pennequin signale par une formule qui, d’une certaine façon, vient comme ramasser tout son livre et en quelque sorte la proposition de réénonciations les plus vives possibles dès que conceptualisation : « La lutte serait alors de partir du plus petit mot pour rejoindre le lointain[17] ». En effet, « rejoindre le lointain » c’est justement ne pas arrêter la conceptualisation à la définition mais la maintenir dans un inaccompli qui refuse tout arrêt sur définition. Pour cela, la notion de constellation me semble décisive. C’est l’objet du quatrième axe de cette théorie et pratique réénonciatives. Concernant cette notion que j’utilise depuis longtemps avec le syntagme de « lectures en constellation[18] », je la ressource dorénavant à son emploi par Adorno[19] dans sa polémique avec Sartre et sa notion de « situation ». Adorno cherche en effet, dans la lignée de Walter Benjamin, à penser « le rapport des concepts à la singularité historique de leurs objets » afin de « rendre attentif au maximum de contraste entre les concepts et les éléments empiriques les plus concrets ». Il s’agit en fait de défaire la mêmeté du concept, son arrêt sur définition, pour engager une pluralité à l’œuvre dans toute conceptualisation au plus près des expériences, tout en maintenant l’exigence d’un continu que la constellation permet de tenir où l’environnement au sens de John Dewey devient consubstantiel de toute subjectivation. Concrètement cela passe par un remontage des conceptualisations dans ce qui peut ressembler à une table documentaire, ou comme le propose Georges Didi-Huberman à la suite d’Aby Warburg, un « atlas » réalisé par des « montages dynamiques d’hétérogénéités[20] ». De tels atlas peuvent être individuels pour exposer des conceptualisations en cours dont les chemins peuvent d’ailleurs faire se croiser plusieurs notions car quand une notion est bougée par une conceptualisation, toutes les notions adjacentes le sont également et un atlas peut montrer ces bougés qui ainsi défigent des présentations trop cloisonnées tout en maintenant l’orientation générale d’une recherche. Ils peuvent également devenir collectifs pour faire voir la pluralité en constellation de toute conceptualisation.

            Pour conclure, il faut engager un cinquième axe qui viendrait comme rejouer les quatre premiers ou faire ce que le pouce apporte à la main. Il fait le pari de s’adosser aux travaux de Henri Meschonnic que je ramasse dans sa formule tautologique : « La voix est relation » (Critique du rythme, Verdier, 1982, p. 294) et que je transforme avec le verbe faire : « La voix fait relation ». En effet, dès que la recherche est prise par l’écriture, c’est d’abord une voix qui s’entend dans ses modes relationnels et qui ainsi fait recherche, c’est-à-dire oriente la recherche. On voit par là qu’il ne s’agit pas seulement de situer une recherche dans un champ socio-scientifique ou dans un cadre discursif et conceptuel mais, au-delà, il s’agit de la concevoir dans ce que j’appelle une relation de recherche qui inclut le continu de la recherche et de la société, de la recherche et de l’histoire, de la recherche et de la vie et enfin de la recherche et du langage. C’est peut-être immensément prétentieux mais c’est, me semble-t-il, la condition pour que la recherche ne soit pas « hors-sol », et surtout qu’elle travaille à chaque moment ses historicités sous peine de se voir confisquée ou instrumentalisée par les pouvoirs-savoirs. On comprend que cet axe se nourrit des précédents, les relance sans cesse et permet d’en saisir les moments dans des présentations qui peuvent le plus souvent emprunter les modalités des passages de voix : présentations croisées, publications partagées, etc.

Si « le langage sert à vivre » selon Émile Benveniste[21], la voix est le levier décisif pour que toute conceptualisation et donc toute recherche servent à augmenter le vivant de la vie et surtout servent aux vivants de la vie. Bref, il est toujours urgent de rappeler, dès que recherche, qu’elle n’a d’utilité que si celle-ci sert à tenir voix non seulement pour les chercheuses et chercheurs mais pour toutes celles et tous ceux qui ont en commun l’humaine condition, laquelle tient à la tenue la plus forte du continu d’une poétique et d’une éthique vocales. La voix ne trompe pas quant à la conceptualisation. Je terminerai par un de mes chevaux de bataille concernant l’emploi de certains termes dans l’enseignement qui ne le sont que parce que les recherches didactiques ont abandonné les sans-voix pour les voix de son maître, ont abandonné celles et ceux qui n’ont pas voix au chapitre : dire « production d’écrit » ou encore « exploitation d’un texte » c’est renoncer aux passages de voix, à la relation de sujets dans et par le langage… bref, à la conceptualisation critique pour lui préférer une conceptualisation désubjectivante faisant toute sa place au grand-sujet de l’accumulation capitaliste. Tout comme dire « les élèves » ou dire « la classe » ou encore dire « X au troisième rang », ce n’est pas écouter la même parole…

En fin de compte, avec les réénonciations au poste de commande dès que recherche, on est toujours des débutants et le langage fait le plein de voix. Tout simplement parce que, dans la relation de réénonciation, l’infinition compte plus que la définition, pour reprendre au peintre Georges Braque.

[1] Ce travail vient à la suite de beaucoup d’autres dont celui-ci toujours en chantier : https://ver.hypotheses.org/1157.

[2] Henri Meschonnic, « Enseignement, séminaire », Les États de la poétique, PUF, 1985, p. 265-274. Ce texte est l’arrière-plan de ce qui suit. Pour rappel, Flaubert disait que « la bêtise consiste à vouloir conclure ».

[3] Je renvoie à l’essai décapant et indispensable de Julien Suaudeau et Mame-Fatou Niang, Universalisme, Anamosa, 2022.

[4] Michel Foucault, Il faut défendre la société. Cours au Collège de France 1976, Paris, EHESS, Gallimard, Seuil, 1997. Voir Mathieu Potte-Bonneville, « Faut-il défendre la société ? » Foucault et le problème de la société civile, Vacarme 2006/1 (n° 34), pages 158 à 163.

[5] Outre son ouvrage (Éric Chauvier, Anthropologie de l’ordinaire, Toulouse, Anacharsis, 2011), voir : https://journals.openedition.org/jda/5903 et https://arlap.hypotheses.org/2674.

[6] Denis Diderot, Éléments de physiologie, in Œuvres complètes (DPV), XVII, Paris, Hermann, 2009, p. 469.

[7] Jean Starobinski, « La parole des autres », in Diderot un diable de ramage, Paris, Gallimard, 2012, p. 77.

[8] Joseph Joubert, Carnets, I, éd. d’André Beaunier, Paris, Gallimard, 1994, p. 430.

[9] Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Fayard, Paris, 1982, p. 180.

[10] Je me permets de renvoyer à un article publié dans Le Français aujourd’hui n° 153, 2006 : « Vers le sujet du poème dans les lectures-écritures ». En ligne : https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2006-2-page-53.htm. Et plus généralement à la série d’ouvrages que je rassemble sous le titre de Poétique du vivre en voix : 1. Lamour en fragments. Poétique de la relation critique (Artois presses Université, 2004) ; 2. Langage et relation. Poétique de l’amour(L’Harmattan, 2006) ; 3. Rythmes amoureux. Corps, langage, poème (Otrante, 2020) ; 4. Voix et relation. Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre éd., 2017) ; 5. Poétique de la voix en littérature pour la jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université (L’Harmattan, 2015) ; 6. L’impératif de la voix. De Paul Éluard à Jacques Ancet (Classiques Garnier, 2018) ; 7. Voix critiques. Une poétique de l’écriture en sciences humaines et sociales (à paraître).

[11] Olivier Mouginot dans son carnet de thèse : https://atelit.hypotheses.org.

[12] Pour des exemples précis, outre mon ouvrage Poétique de la voix en littérature jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université (L’Harmattan, 2015) qui offre en certaines pages le bilan d’années d’enseignement en primaire et en formation d’enseignants du même niveau (voir une présentation vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=jPl8Kd9_Knc), je renvoie aux carnets de recherche suivants :

  • Art, langage, apprentissage (https://arlap.hypotheses.org) – initié en ESPE (Caen en 2012-2013), il s’est poursuivi dans le département de didactique des langues dans l’option recherche de la spécialité générale de ce département (Université Sorbonne nouvelle) pendant quatre ans (2014-2018). Plus de 200 étudiants ont en fin de compte été sollicités pour rédiger des billets, les lire et les commenter, suivre l’actualité scientifique de leur discipline, s’ouvrir à des discussions au cœur de la recherche en didactique.
  • Réseau de recherche pour une didactique des langues avec les littératures et les arts (https://redila.hypotheses.org) et particulièrement à sa rubrique « Lire un livre à plusieurs »
  • Voix et relation. Une poétique anthropologique avec la littérature contemporaine de langue française (https://ver.hypotheses.org) dans lequel on trouvera surtout des développements théoriques complémentaires.

[13] J’emprunte le terme et donc la notion à James Sacré, Figures de solitudes, Tarabuste Éditeur, 2022.

[14] Walter Benjamin, Sens unique (1928), trad. Frédéric Joly, Paris, Payot-Rivages, 2013, p. 58.

[15] Je renvoie à Bertrand Daunay, Éloge de la paraphrase, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2002.

[16] Charles Pennequin, Dehors Jésus, POL, 2022, p. 208-209. Concernant cet auteur et Charles Péguy, je me permets de renvoyer à ma contribution au colloque « Charles Pennequin. Poésie tapage » :  https://www.fabula.org/colloques/document7783.php.

[17] Ibid., p. 242.

[18] Serge Martin, « Constellations et racontages pour des histoires des arts comme expériences », Le Français aujourd’hui n° 182, 2013, pages 21 à 29. En ligne : https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2013-3-page-21.htm.

[19] Voir sur cette question difficile l’éclairage très intéressant de Jean Tain que je cite dans ce qui suit : « Constellation ou situation ? », Recherches germaniques, 49 | 2019, 103-114. En ligne : https://journals.openedition.org/rg/2367.

[20] Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet, Paris,Minuit, 2011, p. 163. On peut consulter une lecture de certains passages du livre ici : https://arlap.hypotheses.org/1368.

[21] « Bien avant de communiquer, le langage sert à vivre », Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, II, paris, Gallimard, 1974, p. 217.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.