Un critique doublé d’un rêveur

Dans le cadre de la troisième conférence de l’International Network of the Lyric (INSL), je reproduis ci-dessous ma courte intervention au début de cette table ronde qui a eu lieu par zoom le 16 juin 2021 : Inside Out/Outside In (Poètes et dispositifs poétiques dans les réseaux d’éducation) 4 position papers – in French. Moderator: Antonio Rodriguez (U. Lausanne) 

Denise BRASSARD (UQAM-CA)
Serge MARTIN & Serge RITMAN (U. Sorbonne-Nouvelle, Paris 3)
Magali NACHTERGAEL (U. Bordeaux 3)
Jean-Claude PINSON (U. Nantes)

A vrai dire, y a-t-il jamais eu de frontières entre création et critique comme entre pratique et théorie et ne faudrait-il pas plutôt penser les interactions puissantes que bien souvent les habitudes et surtout les pouvoirs aussi bien culturels qu’universitaires tentent d’empêcher en multipliant les barrages, les droits de passage et autres frontières de la création à la critique, de la critique à la création. Mais peut-être que ces passages de frontière relèvent d’une intempestivité si ce n’est d’une invisibilité voire de ces invisibilisations que j’aimerais suggérer en pensant à telle remarque de Stéphane Mallarmé qui parlait de « cette logique, invisible, d’un critique doublé d’un rêveur » ou telle autre de Ghérasim Luca, laquelle donnait son titre à un recueil : « Un loup à travers une loupe » ! Il faudrait alors penser dans les doublures, dans les reprises déjouant les identités imposées, renversant les habitus déjà joués, etc. Autrement dit, la critique – à moins que ce ne soit la création – consisterait à pratiquer l’activité suivante – j’emprunte à ce même texte de Luca, lequel d’ailleurs fait signe vers le poème « Correspondances » de Baudelaire : « Je secoue à la fenêtre l’obscurité qui nous entoure pour que la nuit soit vaste et profonde ». En effet, la clarté critique et la créativité forcément obscure se voient renvoyées dos à dos, comme bien d’autres dualismes du prêt-à-penser. Ce geste démonologique de Luca, s’il secoue quelque peu, ouvre la fenêtre vers cette recherche infinie qu’indiquait Mandelstam : « La poésie se distingue du discours automatique en ce qu’elle nous réveille et nous secoue au milieu d’un mot. Alors il apparaît beaucoup plus long que nous ne pensions, et nous nous souvenons que parler signifie se trouver toujours en chemin » (Entretien sur Dante).

Bref, il y a une guerre sourde qui traverse critique et création, dichotomie qui empêche d’ailleurs de l’entendre : celle qui refuse la pluralité, la démocratie radicale dès que discours, pratiques vives dans et par le langage, celle qui pose des accomplis théoriques comme ces invariants inusables que sont le style et la langue dans des actualisations souvent faibles qui tentent de rendre inaudible ce qui déborde style et langue, et tous autres signes déconnectés des modes pratiques voire étranges, si ce n’est étrangers, de signifier, de vivre, lesquels ne peuvent opposer aux accomplis théoriques qui font sans cesse retour, que l’inaccompli du poème et de sa critique toujours en cours, toujours opérante s’il fait encore poème ou alors plus rien ne secoue… C’est bien pourquoi, les institutions sont à la peine, comme tous les pouvoirs qui s’accrochent aux accomplis – même ceux de la révolte, voyez en France la République… et la Poésie !!! –  et donc s’en font les propriétaires, les législateurs, les prescripteurs.

Comment s’en sortir sans sortir, pour reprendre encore à Luca ? Deux pistes concomitantes : situer la critique dans le continu du poème et engager le poème dans l’imprévisibilité des recommencements. Il n’y a pas de vérité de la critique ou de la poésie autrement qu’à « vivre une expérience » comme disait John Dewey en titrant son chapitre 3 dans l’Art comme expérience. Et c’est avec lui que j’apercevrais mieux une pensée de ce continu de la critique et du poème comme activités, « contribution cumulative et réciproque, entre ce qui est fait et ce qui est éprouvé ». Ce même Dewey précisait que « c’est à l’étendu et au contenu des relations que l’on mesure le contenu signifiant d’une expérience ». Aussi en regard des analytiques du discontinu, je n’ai cessé de travailler à une analytique du continu qui repose sur la formule suivante : la voix fait relation. Ce qui me permet de repenser le lyrisme comme une vocalité relationnelle qui peut tendre vers l’intersubjectif, l’impersonnel et surtout le transpersonnel. Je parlerais alors d’énonciation continuée, de réénonciation, de résonance où création et critique peuvent travailler de concert dans des activités aussi bien théoriques que pratiques, activités au sens de pratiques de la critique et de la création mais aussi au sens de mode de signifier du processus critique ou créatif : alors le rêve ne s’oppose pas à la vie ou  à la critique mais à l’absence de rêve et la critique ne s’oppose pas au poème mais à l’absence de critique – ceci pour paraphraser Aragon dans son Traité du style.

John Dewey mettait en garde et demandait que la critique n’empêche pas les processus de reprises actives qu’engage toute œuvre d’art : « Nous ne nous approprions vraiment l’importance d’une œuvre d’art que si nous accomplissons dans nos propres processus vitaux les processus que l’artiste a accomplis pour produire l’œuvre. C’est le privilège du critique que de participer au déroulement de ce processus actif. Son infortune est trop souvent de le perturber. »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.