Le présent du passé : relire les premiers numéros de Critique

À propos de :

Sylvie Patron (éd.), Autour de Critique (1946-1962),

La Fresnaie-Fayel, éd. Otrante, 2021.

Les revues ne meurent pas même si leur vie est souvent courte… La revue Critique, c’est heureux, est toujours en vie : publiée par les éditions de Minuit depuis octobre 1950, elle naît en juillet 1946 aux Éditions du Chêne et est reprise par Calmann-Lévy en juin 1947 jusqu’en septembre 1949 pour s’arrêter une année avant de renaître. Donc des débuts difficiles mais ce sont ces commencements qui peut-être sont passionnants à observer comme pour toutes les revues qui s’arrêtent trop vite ou continuent trop longtemps – à moins qu’elles soient devenues autres entre temps !

Rassemblant les actes de la première session du colloque « La revue Critique : passions, passages » de juin 2019, cet ensemble rouvre le dossier des débuts de la revue autour de son initiateur Georges Bataille. C’est donc vingt ans après l’ouvrage de référence de Sylvie Patron (Critique (1946-1996). Une encyclopédie de l’esprit moderne, IMEC, 1999), la directrice de cet ensemble qui rappelle combien « l’établissement du sommaire des différents numéros et donc le calendrier des publications » ont été « l’apanage de Bataille » (p. 88). Une place non négligeable y est faite à Éric Weil qui l’a accompagné dans ces premières années de la célèbre revue, non sans conflits d’ailleurs. Ce dernier n’avouait-il pas dans une lettre à Jean Piel, devenu directeur après la mort de Bataille – mais Piel avait déjà les reines de la revue depuis la maladie de Bataille, fin 1953 – : « nous nous situions aux antipodes » (cité par Sylvie Patron p. 98 dans sa contribution à l’ensemble concernant justement les rapports de Weil à Bataille) ! La revue devait, en effet, selon la déclaration de son fondateur même, se limiter « aux études sur des ouvrages récemment parus (ou à des textes sur la critique) » (lettre de Bataille à Paulhan du 7 avril 1947, cité p. 90). Mais c’est souvent Weil qui en fait le rappel à Bataille, plus enclin à rédiger parfois des chroniques d’actualité. L’histoire des débuts de la revue est vraiment passionnante quand on mesure les enjeux de l’écriture revuistique aux lendemains de la guerre tant pour le débat d’idées que pour la construction des œuvres singulières, dans le champ des conflits pour l’hégémonie intellectuelle en France et au niveau international, marqué par la Guerre froide entre les deux Blocs.

La contribution de Marina Galletti (Université Roma Tre) rappelle que les débuts de la revue sont hantés par « le fantôme d’Acéphale », puisqu’ils sont à situer dans le prolongement du Collège de Sociologie. En effet, Bataille cherche à définir « les contours d’un surréalisme athéologique » (p. 19) en vue de « la communauté de ceux qui n’ont pas de communauté » (cité p. 22), comme il le dira à la fin de sa vie dans L’Expérience intérieure. Mais la revue qu’il a lui-même fondée ne répondrait pas à vrai dire à cette utopie. En effet, Galletti montre combien Bataille est le premier à multiplier les contributions à de nombreuses autres revues, à se disséminer jusqu’à s’essayer d’abord ailleurs, une fois la revue Critique publiée par les éditions de Minuit et devenue pour lui un peu trop « la tribune du Nouveau Roman ». Bataille semble lui préférer la compagnie d’un Georges Lambrichs et de sa revue 84 ou celle de la revue Botteghe oscure dans laquelle il publie en 1950 une lettre à René Char visant Sartre et sa littérature engagée, jusqu’à montrer son attirance pour les jeunes de Tel Quel, à moins que ce ne soit ces derniers qui l’aient attiré, fascinés qu’ils étaient par le chantre du sacré.

La contribution de Koichiro Hamano (Université Aoyama Gakuin, Tokyo) documente la notion de « désengagement qui détermine une forme de révolte » prôné par Bataille « en temps de guerre froide » (p. 33). Visant la « souveraineté » depuis la fondation de « la société secrète Acéphale » en 1936 (p. 36), Bataille reconfigure son « négativisme politique » dans l’après-guerre pour tenir coûte que coûte une « sagesse venant du dehors » (Histoire de l’érotisme, Œuvres complètes, t. VIII, Gallimard, 1973, p. 164 – cité p. 38) préférant à la prise de position « de chacun » des contributeurs des Temps modernes, le « compte rendu impersonnel » de Critique, selon Pierre Prévost (cité p. 38). Aussi, est-ce à Albert Camus que Hamano fait ensuite référence pour observer « une communauté de pensée » (p. 39) entre Bataille et le chroniqueur de Combat qui visait une « pensée juste » dans « Ni victimes ni bourreaux », en novembre 1946, repris dans Actuelles en 1950. Toutefois Camus soutiendra les initiatives « pour une Europe socialiste et neutraliste » (p. 43) quand Bataille préférera une sorte de neutralité absolue, « désengagée ». C’est toute l’affaire de L’Homme révolté qu’examine ensuite Hamano, qui lui permet de constater une proximité inédite avec Bataille parce que Camus y « inaugure des formes de révolte toutes nouvelles » (p. 53) dans lesquelles pourraient prendre une place éminente la « parfaite résignation » de Bataille « qui n’est qu’une révolte généralisée », selon ses propres mots « dans une lettre adressée à Mascolo en juillet 1953 », contre « la démesure de l’histoire » (p. 54).

Les rapports de Bataille à la philosophie d’Alexandre Kojève dont il « avait suivi le séminaire sur la Phénoménologie de l’Esprit à l’École pratique des hautes études de 1934 à 1939 » (p. 57) demandent un examen précis qu’entreprend, en introduction de sa forte contribution, Nicola Apicella, co-directeur des Cahiers Bataille. Autant dire que ce rapport est « un défi risible » posé par Bataille « à l’égard du “sérieux” des concepts philosophiques », étant donné « les phénomènes » que Kojève « laissait aux marges du discours philosophique – érotisme, folie, rire, extase, poésie… » (p. 58). Ce « défi » est en grande partie le soubassement du projet de Critique. En rappelant le fait que Bataille a dirigé le service des périodiques de la Bibliothèque nationale ainsi que son « souci d’encyclopédisme » visant une interdisciplinarité par la pluridisciplinarité, selon Apicella (p. 60), au risque cependant d’un certain ennui, selon Bataille lui-même dans une lettre à Jacques Prévert (cité p. 64), et d’une « modération prudente et viable » (p. 63) quant aux positions idéologiques. Aussi, est-ce à l’occasion d’un compte rendu de Kojève concernant trois romans de Raymond Queneau que Bataille réagit dans une longue lettre, dont Apicella donne l’essentiel pour apercevoir comment il « se sert de la souveraineté non seulement pour surmonter la dialectique Maître-esclave kojévienne dans son aboutissement “sage”, mais aussi pour construire une “Histoire universelle” qui recouvre en partie les enjeux du projet de Critique » (p. 72). Aussi Apicella conclut-il sur une analyse génétique des plans laissés par Bataille pour une telle « Histoire universelle des origines à la veille d’un désastre éventuel » (cité p. 73). Inachèvement… d’une Histoire qui continue de nous hanter ? Certainement !

Impossible d’évoquer les débuts de Critique sans mentionner au premier plan le couple Bataille-Blanchot dont on connaît la forte amitié. C’est d’ailleurs plus à ce titre que Blanchot aurait participé à la revue « pour soutenir Bataille » (p. 122) que vraiment pour l’accompagner dans cette entreprise revuistique et intellectuelle. Ainsi en juge Éric Hoppenot (Paris Sorbonne Université) qui recense les 16 (sur 18) contributions de Maurice Blanchot à la revue pour la période considérée quand il en a confié tout autant à la revue L’Arche dont il avait rejoint le comité de rédaction. Il obtempère à la demande de Bataille et participe au comité « au même moment qu’Éric Weil » (p. 106) en y jouant « l’un des rôles que semble lui assigner Bataille » qui « est celui d’une autorité littéraire et même philosophique » (p. 107) d’autant qu’il est un fin connaisseur de la philosophie allemande. Toutefois c’est plutôt « un compagnon de route rétif, ne fléchissant guère face aux requêtes qui lui sont soumises » (p. 110), pris dans « une concurrence réelle », selon Hoppenot, « entre L’Arche et Critique » (p. 111), qui va confier à la revue ses lectures de Sade, Mallarmé et Kafka dont le célèbre « La littérature et le droit à la mort » (1948) et l’article sur Hölderlin » qui « est l’un des textes majeurs publiés par Blanchot dans Critique » (115). En effet, selon Hoppenot, Blanchot « ne manque pas de souligner ses divergences avec la lecture de Heidegger » : « l’absence d’analyse proprement littéraire, le recours forcé à l’étymologie, notamment grecque, l’absence de prise en compte du rythme poétique, de même qu’une appréhension du sacré que Blanchot juge erronée » (p. 116). C’est donc cette « appréhension, voire à une nouvelle découverte, au lendemain de la guerre, de la littérature et de la pensée germanophones » (p. 117) que Blanchot aurait contribué principalement à la revue en lui offrant sa « philosophie de la littérature », selon les propres termes de Bataille (p. 122).

Aussi, est-ce avec un grand intérêt qu’on peut poursuivre sur ce plan la réflexion avec la contribution de Thomas Franck (Université de Liège) qui examine au plus près ce qu’il titre « Critique allemande », c’est-à-dire l’ensemble des articles publiés par la revue de 1946 à 1949 consacrés à la philosophie et la culture allemandes. Ce qui est d’abord précieux avec cette contribution c’est la présentation du contexte revuistique très riche que l’auteur nomme « un même interdiscours intellectuel » (p. 129), dans cette période « post-fasciste » au sein de laquelle « le discours communiste fait encore dans une certaine mesure autorité » (130). C’est donc en regard, à la fois, du « numéro 46-47 des Temps modernes paru en août-septembre 1949 et intitulé “Allemagne” » (p. 128) mais aussi d’événements intellectuels postérieurs comme, entre autres, le colloque de Cerisy sur Heidegger en 1955 ou la revue Arguments (1956-1962), que Franck situe la contribution de Critique au « renouvellement de la pensée française » dans le « cadre sociodiscursif commun » (p. 148) d’une « concentration autour de thématiques récurrentes, elles-mêmes sous-tendues par une rhétorique propre » (p. 149) : « affirmation d’un projet éditorial volontairement nuancé et diversifié, à l’intersection de militantismes orthodoxes, souvent dogmatiques, et des désengagements politiques propres à l’immédiat après-guerre » (ibid.). Aussi revient-il sur l’historicisation française du fameux Dasein heideggérien et je ne peux que considérer cette mise en perspective précise dans ces années comme importante pour qui aurait oublié la « singularité du champ intellectuel français » (p. 136) fasciné par Heidegger quand Weil, Koyré, Kojève, Niel et d’autres ouvrent une « critique marxiste de l’existentialisme » (Pierre Bonnel cité p. 144) mais aussi quand Blanchot (Franck relève un passage de « Le règne animal de l’esprit » en y observant « l’utilisation d’une rhétorique dialectique » (p. 140) : type de remarque bienvenue qu’on aurait aimée plus fréquente car la poétique d’une revue est souvent le fil le plus sûr pour tirer sa politique)  et Bataille (« De l’existentialisme au primat de l’économie ») se ressourcent aux œuvres de Hegel et Marx, par des relectures très fines mises en perspective par Thomas Franck ici et ailleurs (voir ses articles cités p. 127, n. 2).

En conclusion, voilà un ouvrage incontournable pour tous les amateurs de revue et de Georges Bataille d’autant que l’édition impeccable réalisée par Florian Balduc vient compléter agréablement la collection d’essais de l’éditeur. On se dit, in fine, que les revues ont la vie longue si les lecteurs, un tant soit peu, les relisent afin de repenser ces interventions qui forcément prises dans l’époque recèlent néanmoins d’hapax qui mériteraient des reprises permettant le renouvellement de visions souvent ankylosées. L’histoire des revues n’aurait-elle pas plus à voir avec le présent du passé qu’avec le passé du présent ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.