Le bref avec Laurent Mourey : une épopée de voix

Laurent Mourey, Cet Oubli maintenant, Paris, éditions du Cygne, 2020.

Recension parue dans Europe n° 1093, mai 2020, p. 282-283 :

Le livre de Laurent Mourey est court mais il relève d’une brièveté qui devient une épopée de voix par la force d’un phrasé sans cesse au commencement d’une écoute : « la voix ce cri qui n’est que / naître ». Soixante-deux septains en tout, soit quatre-cent-trente-quatre vers, qu’il faut certainement lire comme autant de

sizains non réguliers ou plutôt « vers de prose » s’(in)achevant tous sur un bi-syllabe. Organisés en treize morceaux ou essais de dire, avec une ouverture de dix septains puis dix morceaux de quatre septains et un onzième de trois avant le finale qui en compte neuf : régularités et accidents dont il faut plus chercher le rythme que la métrique. Aucun formalisme mais une forme langage qui intensifie une forme vie comme autant de passage de voix amoureuse. Et si « le silence continue / la voix », on peut écrire que cette voix continue… le silence – il faut lire le rejet comme une lecture à double détente –, tellement plein d’un dire où se pluralisent des « ébauches de tant venir / et de surtout ne pas / en finir ». On pourrait alors penser à soixante-deux tentatives où le concret de la notation se fait vision, langage au plus près d’un maintenant. Les corps amoureux comme relation dans et par le poème s’y inventent au plus près des mouvements prosodiques : « tu t’entortilles t’ouvres ça / n’en finit pas ce frémissement n’est-il / rien que ta voix » – voyez ici l’enchaînement des /t/, /r/ et /f/.

Ces essais sont souvent des lectures réénoncées, relancées au plus vif d’un écrire spécifique : on pense bien sûr à Bernard Vargaftig (« où rien ne se répète »), à Henri Meschonnic (« le temps de maintenant »), à Jacques Ancet, à d’autres et bien évidemment à Stéphane Mallarmé : « le possible silence est mon terrain vague ». Mais de Montaigne en exergue à Racine réénoncé, ces reprises d’un lire dans un écrire engagent toutes les reprises de voix dans une autre voix – dans tous les sens – et ne cessent de « prendre la vie à la voix et répondre / cette soudaineté de tout / instant », comme l’écrit in fineLaurent Mourey. Une geste donc où tous les gestes de dire font l’amour : « ces mains seules reliées cet oubli ces échos par où / je vole ». Mais c’est d’abord par un « je-tu » renversant que le poème de Mourey emporte : véritable « langage / sous moi » ou, comme écrivait Mallarmé, « chant sous le texte », le poème est un passage par l’autre, sujet par un autre sujet, dont la dynamique est bien « cet oubli maintenant / [qui] porte ce langage » : « mon écoute gravée en toi ». Ces métamorphoses, dans et par l’amour, du corps en écriture et de l’écoute en « bouches qui récitent sans déclamer », ouvrent à « une politique orale / contre le sonore ses bruits / qui croient effacer le langage la pensée ». L’enjeu de ces essais de voix, répondant de « ces bouts d’infini », est bien celui d’une politique et d’une éthique amoureuses qui n’auraient d’autre définition que leur valeur de « vie à nu », « deux enfants nous renaissant » : l’inconnu du poème, « cette soudaineté fragile », « cet oubli maintenant ».

En une formule bien à lui, Mourey vient de donner le poème qui fait « le silence en bouche / à bouche ».

 

 

                                               Serge Martin


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.