Guy Perrocheau : un élan virtuose de reprises de voix

Pour commander le livre : http://www.laboutiquedetarabuste.com/fr/collections/doute-b-a-t/autres-auteurs/guy-perrocheau-d-un-phrase-monde/5

Revue Europe n° 1103, mars 2021, p. 318-319.

Guy Perrocheau, D’un Phrasé monde, Tarabuste, 2020.

Ce livre au titre puissant, rimbaldien pour tout dire, fait tout du long une reprise de voix pour tenir le poème à hauteur d’un phrasé monde. Le poème comme un monde possible, ou tel monde comme poème possible, par son phrasé même. Mais inutile de tergiverser car ce livre est d’abord une écoute plurielle et ample de ce que la moindre reprise de voix peut susciter – je commence par la dernière page du livre : « un jour longtemps peut-être toujours/ des départs n’auront compté pour rien/ la joie parlera toute seule/ auréolée des lointains complices/ dans le raccordement/ des souvenirs inventés/ parlera toute seule/ d’un souffle » – j’ai souligné. Cette manière de « reprendre en nous les parcours/ d’un phrasé monde » prend appui sur une expérience largement partagée mais assez peu observée d’autant que ces « image écho reflet/ n’offrant plus de nous/ portrait reconnaissable », on aurait l’habitude d’abandonner voire d’en rire si ce n’est de s’en moquer – d’aucuns parleront même de bégaiement quand celle de « départs » au pluriel me semble bien plus juste y compris pour des poètes comme Ghérasim Luca. Peut-être est-elle, cette reprise, anthropologiquement décisive (« pourtant c’est de la vie qui brûle ») car la réénonciation serait le moteur de toute énonciation, de toute invention de langage comme de forme de vie (« qu’est-ce qui me rend ici/ vivant davantage »), nouveau monde par les « voix qui nous/ arrivent », et nouvelle voix par « des choses vues » dont elle ne fait « pas le décompte/ […]/ mais la traversée ». Alors, l’enjeu d’un tel livre est considérable : plus qu’un essai logique, c’est un essai expérientiel dans un continu éthique-politique, puisque « la forge des mots prend tous les mondes d’un/ seul phrasé qui flambe on se met à vivre/ une autre vie ». Évidemment, c’est la force du « changer la vie » de Rimbaud qui, ici tout du long, est engagée dans une relecture/réécriture qui défait bien des clichés, en en faisant non un mot d’ordre, voire un slogan communicationnel, mais un « bel allant fugitif » qui risque tout par « cela qui se fait tout seul », l’utopie du poème, l’inconnu de son « phrasé monde ». 

Ce long poème qu’est D’un phrasé monde nous met alors dans un « j’attends l’effraction » pour « reprendre le tout/ jamais fait de ce malmonde/ arrivée départ ». Il prend sa force de relance et de reprise dans un (re)bondir : « hop là cette parlerie panique […]/ hop là/ ces élancements ces flèches ces cris » et ailleurs : « ouste les jamais les toujours ». De tels (re)bondissements n’ont de cesse de mener la danse sur « une note unique en nous/ mêlée joie après/ joie/ à des hasards de tendresse/ qui ne prennent jamais date/ et sont comme un flux d’or intarissable/ où les rêves font saillie/ dans tous les sens/ comme à rebondir par les noms/ d’un combien de fois silence/ s’ébrouant encore/ et encore » – vous avez bien écouté ces rebonds d’/or/… qui résonnent de Combien de noms, ce livre d’Henri Meschonnic publié à l’Improviste comme Prosesquisse de Guy Perrocheau quatre ans plus tard, une page avant que Tout entier visage du même Meschonnic n’engage « les variantes d’une marche à côté ». Les reprises deviennent des côtoiements qui font relation de « voix à voix » pour « commencer à dire » (écho du « on commence à dire » de Meschonnic dans Voyageurs de la voix), « chacun à l’infini de chacun ». 

Ces « voix à voix », qui relancent sans cesse D’un phrasé monde, répondent « d’une faim plus que faim/ d’un va-savoir-quoi/ assoiffé d’écoute » pour « vivre à la voix ». Car l’emportement « des départs n’importe où » engage autant de « déplacements dégagements » (ici ça rime à Michaux), autant de « divagations » (rime à Mallarmé) « pour ces choses dans la voix » (rime à Aristote) qui font une « matière d’ébriété dans la sourdine/ générale du moment » : époustouflante définition-valeur des poèmes qui font la vie, au sens rimbaldien, que cette « matière d’ébriété » ! Car, je ne l’ai pas encore dit, les six rebonds de ce livre, après une page d’adresse pour lancer ces « poussées de sève », dont les titres rebondissent de l’enfance à la vie, de la voix au voyage, font comme six réénonciations des six épigraphes toutes prises aux Illuminations de Rimbaud ; lesquelles orientent alors tout le livre « où s’enchevêtrent des voix » vers « une illumination sans cesse ». Bref, voilà le livre d’un lecteur qui ne cesse de faire répons à « l’appel » de chaque lecture, jusqu’à écrire tout ce qui s’en suit dans une prosodie de voix continuées : « tu voudrais/ que je n’en sois pas transformé/ même à des siècles de distance/ on s’y rafraichit les mains/ d’une eau douce souterraine/ et caressante en nous/ par le bougé des mots dans leur/ bref emmêlement de syntaxe/ prorogée sans trêve » (je ne retiens que ce mouvement continué de /dr/ à /tr/ en passant par /fr/, /br/ et /pr/, de « transformé » à « trêve », sans compter de « distance » à « douce », etc.). 

Comme toute épopée de voix, celle-ci élargit tous les possibles jusqu’à emmêler le cosmique et l’intime, l’obscur et la lumière, « sur les genoux d’une petite enfance/ j’en prends le cours beaucoup/ d’oiseaux naissent/ sans éveiller de soupçons ». Parce que l’élan est bien celui des enfants ou des oiseaux : leur phrasé, « à la va-vite à l’avenant pour/ une préparation d’aile/ un élan virtuose », fait tout pour que « le monde/ arrêté repart » – encore Meschonnic ici (titre de la seconde séquence de Je n’ai pas tout entendu) mais (re)prosé avec « du colibri partout », « de plus en plus/ de colibri » – j’aime ouvrir ce mot (co-libri :avec les livres !) sans compter cet oiseau de tous les records, mais Guy Perrocheau ne s’arrête jamais sur quelque pas gagné : « ouste les anges de flamme et de glace ». Je viens de citer le début du poème suivant pour montrer le continu d’une page à l’autre, l’élan ininterrompu du phrasé qui, comme les enfants éperdus courent « en avant » sans jamais manquer de souffle. Avec un tel livre, « tant d’oiseaux sont à venir/ qui ne se croient de compte/ à rendre à personne ». Un poème immensément livre par son phrasé même : l’utopie d’un monde dans lequel « on se sent forts/ pour la vie ». Après un tel livre, « je m’élargis comme un arbre/ à la démesure d’un ciel et je saute/ d’une généalogie dans la suivante ». Oui, il n’y a plus qu’à relire toujours « d’un souffle » en gardant l’oreille sur ces « vacillements dans l’étrange » que je n’ai certainement pas assez observés ici tellement « l’obscur s’y fait/ théâtre de l’intime ». Oui ! impossible de conclure une telle lecture puisque, avec tout ce livre-fugue, on ne peut que poursuivre sa fabuleuse voix (« enfui » donne « envie ») : « à quel cheval enfui/ prend-il jamais/ l’envie de rentrer »… 

                                                           Serge Martin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.