Jean-Louis Chiss AVEC Henri Meschonnic

http://www.lambert-lucas.com/livre/le-francais-et-les-langues-histoire-linguistique-didactique/

Jean-Louis Chiss avec Henri Meschonnic : un maximum de sens du langage

Je me suis toujours senti concerné, dans mes identités professionnelles de linguiste, d’historien de la linguistique et de didacticien, par cette idée qu’il fallait enseigner quelque chose qui n’existe pas et qui a pourtant force de nécessité – une utopie en quelque sorte – à savoir la théorie du langage.

(Chiss, 2018 : 65)

Le temps est une phrase

que nous écrivons chacun par un bout.  

(Meschonnic, 1972 : 22)

J’aimerais essayer de noter quelques-uns des linéaments d’une biographie intellectuelle à partir du séminaire d’Henri Meschonnic que Jean-Louis Chiss a suivi pendant ses premières années de chercheur et d’enseignant et qu’une amitié indéfectible a poursuivi, afin de participer pour le moins à une conceptualisation de la notion de continu qui constitue, semble-t-il, la charpente de la vie intellectuelle de Jean-Louis Chiss[1] : le continu du didactique et de la théorie du langage comme soubassement épistémologique d’une poétique des langues et des textes, et le continu qui concerne la recherche et l’enseignement. Au fil de cette tentative, je tenterai aussi quelques remarques sur la manière d’écrire-penser de Jean-Louis Chiss autour de son phrasé assez complexe qu’on situerait volontiers dans la tradition talmudique où les gloses se tiennent par une oralité puissante. En fin de compte, ma reconnaissance affectueuse aimerait faire résonner la voix de Jean-Louis Chiss dont toute la tenue et l’exigence visent, dans des historicités vives, le maximum de « sens du langage » (Sprachsinn de W. von Humboldt – voir Meschonnic, 1995 et Trabant, 1995).

            Se situer en regard de Jean-Louis Chiss, c’est d’abord souligner combien l’ensemble de son œuvre est à considérer comme relationnelle, au sens où il n’a cessé d’approfondir et d’élargir des cercles d’amitié intellectuelle exigeante et inventive. On en a pour preuve dans la liste de ses publications, les duos qu’il a su entretenir au long cours, voire trio, avec Jacques Filliolet et Dominique Maingueneau pour leur célèbre manuel paru chez Hachette (1977 et 1978). Je pense d’abord à ceux qui font en linguistique presque l’équivalent des célèbres Lagarde et Michard où l’inséparabilité se lit dans le projet au long cours : Chiss et David autour de la revue Le Français aujourd’hui dont le premier a précédé le second au poste de rédacteur en chef, et pour combien d’autres contributions communes (entre autres : 2012). Je pense également à Chiss et Puech pour ces maîtres ouvrages en histoire de la linguistique parus aux éditions Duculot dont les titres disent l’importance où les recherches s’associent très étroitement : Fondations de la linguistique (1987) et Le Langage et ses disciplines (1999). J’aimerais évoquer un autre duo tout aussi important et peut-être moins visible, concomitant du duo avec Gérard Dessons (Chiss et Dessons, 200 et 2005), celui qu’il a entretenu avec Henri Meschonnic : duo qui a constitué dans ma formation et mes amitiés intellectuelles l’indispensable force d’orientation. 

Même si l’on sait plus longue la participation de Chiss au séminaire de poétique animé par Meschonnic à Paris VIII-Vincennes[2], on peut se contenter dans un premier temps de l’article, « Séminaire de poétique », paru dans la revue Littérature, en mai 1979 (48-68). Cet article est signé par plusieurs participants au séminaire[3] et Chiss y offre deux contributions – ce qui n’est pas sans préjuger d’une sorte de co-direction adjointe, du moins d’un statut de primus inter pares, me semble-t-il, puisqu’il fait, tout de suite après Meschonnic, l’« historique » du séminaire (titre de la première partie) en résumant les thématiques et problématiques des séances couvrant cinq années universitaires de 1973 à 1978 (p. 48-50) ; puis par un compte rendu d’expérience personnelle de jeune chercheur, il répond à l’interrogation collective autour de « la stratégie du séminaire dans ses enjeux et son fonctionnement » (titre de la seconde partie avant la courte conclusion collective). Chiss y propose une « mise en perspective avec son caractère forcément partiel et partial », où l’on reconnaît bien dans cette dernière précision le préliminaire à toute rétrospective comme « recherche des historicités » (Chiss, Puech, 1999 : 208). Il y pointe alors l’articulation nécessaire des discours tant didactiques ou pédagogiques que théoriques – c’est-à-dire ici visant « une théorie du langage[4] » (Benveniste, 1966 : « Avant-propos »). En effet, ce qui le motive profondément, dans ces années-là, après son agrégation de Lettres et son inscription en thèse en sciences du langage, c’est bien de penser ensemble littérature et théorie du langage en regard du marxisme et d’une histoire de la linguistique. D’ores et déjà sont inscrits dans ses préoccupations ce qui motivera toute l’orientation de ses recherches et d’abord de sa thèse qu’il soutiendra en 1989 sous la direction de Jean-Claude Chevalier (Chiss, 1989): la nécessité d’une réflexion épistémologique et historique pour penser les rapports entre les recherches linguistiques et l’enseignement dans et par les réciprocités qu’une pensée didactique peut mettre en œuvre, d’autant qu’il est en poste de formateur d’enseignants. Mais j’insisterai pour dire comme Chevalier à propos de Meschonnic (1975) ce qu’ici j’appliquerai à Chiss revenant des séminaires avec Meschonnic qui, selon Chevalier, « pense qu’il n’y a pas de réflexion théorique en linguistique sans histoire des théories. Et installe l’histoire comme choix décisif dans le vivre contemporain : histoire et faire s’impliquent » (Chevalier, 2010).

Aussi, aucun hasard à voir le nom de Chiss dans le collectif issu du même séminaire, celui de l’année universitaire 1983-1984 : Critique de la théorie critique Langage et histoire. Chiss y propose deux contributions concernant les rapports de la théorie du langage et de la théorie de l’histoire chez Horkheimer (Meschonnic, 1985a : 73-78 et 105-120 – reprises dans Chiss, 2018 : 173-183). Dans une première et assez courte mais dense contribution, il s’attache à « la problématique du précurseur », « Horkheimer face à Vico » en examinant les « terrains » successifs de « la théorie de la religion », « de l’anthropologie générale » et « de la théorie de la culture », achevant cette rapide mise en perspective de la « modernité de Vico » par cette interrogation, propre à Horkheimer dont il rappelle que « c’est la philologie qui fournit le cadre méthodologique et les principes », qu’on pourrait dire continuée dans tous les travaux épistémologiques et historique de Chiss : « comment rompre avec les Lumières et se présenter comme leur continuateur ? »

Dans une seconde et plus longue contribution, il engage une réflexion décisive sur le syntagme récurrent de « langue de bois » charriant des séries dichotomiques qui organisent les représentations du langage et des discours. Chiss, comme souvent il sait faire, prend pour point de départ des articles contemporains du Monde et étend sa réflexion à l’histoire linguistique, laquelle réitère les mêmes dualismes – il s’agit en l’occurrence de l’ouvrage de Marina Yaguello (1984) –, « qui naturalisent, primitivisent, formalisent la littérature et la poétique » alors que, pour Chiss, « on ne peut faire la théorie de la littérature en dehors de la théorie du langage ». Cette manière d’associer la presse et les ouvrages théoriques, dont on devrait apercevoir la vertu pédagogique, montre le continu des interventions et des constructions intellectuelles, des moments de la recherche et de la vulgarisation, des attitudes distantes et des engagements. S’en suit tout le programme de recherche que Chiss va déployer ultérieurement et qui peut alors se concentrer dans cette formulation : « En faisant de la langue l’image ou le lieu du pouvoir, on verrouille tout autant la pensée du rapport entre politique et poétique qu’en en faisant l’image ou le lieu du consensus ». C’est à propos de cette dernière notion que la mise en perspective critique de la contribution explore alors les travaux de Jürgen Habermas sous trois angles : « consensus langagier », « consensus politique » et « consensus épistémologique ». Ce qui est remarquable, c’est que Chiss va réussir à associer étroitement une première réflexion toute d’actualité, mêlant articles et ouvrages, à une œuvre au long cours dont on sait l’importance sur la scène française, celle d’Habermas, qui se revendique de la théorie critique dans le prolongement d’Horkheimer. Aussi, tout l’effort de Chiss se concentre-t-il alors sur la nécessité, pour toute question relevant de la théorie du langage, de la « situer dans l’historicité de ses enjeux théoriques et politiques ». Ainsi, montre-t-il comment Habermas, « sous les auspices de l’herméneutique », « linéarise en un continuum narratif les théories dont la psychanalyse et la sémiotique », en évitant justement de les situer et donc en les déshistoricisant. 

Qui d’autre que Chiss pouvait introduire une journée d’études tentant de penser l’enseignement avec Henri Meschonnic[5]. Sa contribution inaugurale est très resserrée, comme assez souvent dans ses contributions, et les lecteurs doivent parfois s’y reprendre à deux fois. Mais cette densité du propos est avec Chiss une façon de tenir ensemble les problèmes et surtout d’en faire apparaître les transversalités contre tous les régionalismes ou scientismes-technicismes de la pensée, qu’elle soit linguistique ou didactique, anthropologique ou poétique. Ceux-là font souvent disparaître les problèmes sous les questions qui sont des prétextes à réponses attendues ou des cadrages qui ignorent les porosités de l’approche conceptuelle avec les idéologies et les cultures, quand les problèmes ouvrent vers l’inconnu épistémologique des objets de recherche. De ce point de vue, Chiss est un débusqueur – je souligne : « De fait, tout débat sur l’enseignement et sur la langue traite des objets allégués et toujours d’autre chose : de la culture ²légitime² et de la culture ²populaire², des identités et des différences, de l’histoire et des mémoires » (Chiss, 2018 : 83). Mais en débusquant les problèmes sous les « crises », Chiss fait surtout œuvre de dissociation quand, in fine, il déplie très spécifiquement le titre du livre de Meschonnic, Dans le Bois de la langue (2008), pour déconfondre les « terminologies et métalangages » répondant aux « technicités indispensables » aux recherches, en sciences du langage comme en didactique, des dichotomies bien souvent naturalisées et réitérées dont « la liste est ouverte » : « les séparations entre oral et écrit, langue et littérature, poème et ordinaire du langage… » Et Chiss de réénoncer le titre fort de Meschonnic en en poursuivant toute la saveur et en l’associant à un autre texte de Meschonnic évoqué dans l’introduction de sa contribution (2000) : « c’est le travail de la théorie du langage qu’il y a ²urgence² à enseigner. Ne nous perdons pas dans le bois de la langue ! » (Chiss, 2018 : 84) Chez l’un et l’autre, j’aime cette tenue du savant et du populaire, du sérieux de la recherche et du rire de l’amitié : ce sont les bonheurs de l’étude ou ce que Meschonnic évoque à la toute fin de Langage, histoire, une même théorie : « la ²fontaine de vie², ici et maintenant[6] » qu’il oppose « au bonheur éternel, à la béatitude dans le monde à venir » (Meschonnic, 2012 : 731). Et Chiss de signaler, parmi les « admirations qui ont permis la fabrique de [l]a pensée » de Meschonnic, « la trilogie fondatrice où il faut l’inscrire, Humboldt-Saussure-Benveniste » (Chiss, 2018 : 83). 

Mais d’aucuns pourraient arguer que Chiss, à la différence de Meschonnic qui m’est cher en tant que poéticien et dont l’œuvre de poète et traducteur ne cesse d’engager des lectures de poèmes[7], ne fait guère allusion au poème ! D’une part, il faudrait s’entendre sur cette notion et la considérer dans son ampleur et rappeler la notion d’« arts du langage » à laquelle Chiss fait référence, in fine, dans son chapitre 19 et dernier de La Culture du langage et les idéologies linguistiques en demandant, en regard des « sciences du langages », de « ne pas poser un antagonisme seulement polémique, mais [de] concevoir la possibilité d’une théorie d’ensemble, d’une anthropologie historique du langage » (Chiss, 2018 : 216) puisque, selon lui, « le discours et le style, la voix et le corps, le silence et la conversation, la littérature à l’évidence, sans doute ce qu’on nomme les ²arts du langage², […] entrent dans les tâches de la constitution de la théorie du langage » (Chiss, 2018 : 215). On peut noter que le syntagme, « anthropologie historique du langage » constitue le sous-titre du maître-ouvrage de Meschonnic, Critique du rythme (1982)Sa reprise par Chiss signale, avec la notion qu’il ne cesse de conceptualiser de « culture(s) du langage », que l’orientation fondamentale suivie par l’un et l’autre est bien la même quant au poème à partir de situations spécifiques : l’un fait le test de l’attention au langage par le poème quand l’autre le fait par la culture du langage, et plus précisément par « les idéologies linguistiques ». D’autre part, le lecteur attentif de Chiss est sans cesse sollicité par la culture littéraire si ce n’est poétique souvent mobilisée : il suffirait de signaler qu’il a coordonné en 1990 le n° 92 du Français aujourd’hui (« Convergences sur Baudelaire ») et de relever maintes fois telle référence ou allusion littéraire forte comme celle à Romain Gary (Chiss, 2018 : 64). Là encore, la sollicitation culturelle, qu’il faudrait dire expérientielle, des œuvres littéraires, se réalise sans que la nostalgie d’un traditionalisme, auquel la scène française nous a trop habitué, ne vienne disculper voire mépriser le travail de la transmission qui « n’est pas qu’une courroie » et qui, « comme la critique ou la traduction », « possède sa force et son originalité propre » (Chiss, 2018 : 26). Cette « pensée des médiations » à laquelle s’est attelé constamment Chiss est une fois de plus associée par lui à cette remarque de Meschonnic dans Les États de la poétique et plus précisément dans un entretien qu’il avait confié à Jean Verrier, son collègue de Vincennes-Saint-Denis, pour Le Français aujourd’hui : « L’enseignement, plus que jamais, est le lieu où l’utopie se travaille » (Meschonnic, 1985 : 264 ; cité par Chiss, 2018 : 26). Peut-être que voilà le poème-Chiss : cette « culture du langage ».

J’aurais dû commencer par rappeler comment Jean-Louis Chiss m’a fait participer à un de ces cercles intellectuels dont il a été et est souvent encore un animateur de premier plan. Les conditions montreront que cela n’a rien à voir avec une quelconque allégeance aux pouvoirs mais que l’amitié intellectuelle y est l’exigence d’une réciprocité mue par l’attention au langage et aux historicités. C’est en effet, alors que j’étais un jeune instituteur et que mon épouse se préparant à la formation des enseignants participait à ses cours à l’École normale de Versailles-Cergy, que ce dernier vint dans ma classe de CM1-CM2 et qu’il conclut notre première rencontre par la commande d’un article pour un numéro du Français aujourd’hui consacré à la classe de 6(1989). Un peu abasourdi par sa demande, je m’engageai dans une écriture qui eut besoin de ses remarques bienveillantes mais fermes pour être publié : c’était mon premier article et il fut suivi par l’invitation à participer au comité de rédaction de la revue qu’il dirigeait. A posteriori, je vois combien Chiss avait eu de tact pour déceler dans mon expérience de terrain assez confuse les linéaments d’une recherche possible qui allait ensuite m’animer. Et c’est lui qui m’a donné le coup de pouce décisif. Il avait deviné que je lisais beaucoup de littérature et de théorie littéraire sans du tout m’avoir interrogé ou cherché à vérifier quoi que ce fut. Il avait certainement perçu que j’avais déjà lu, dès publication, les livres de Meschonnic et bien d’autres qui nous étaient alors communs. Je me suis vite interrogé sur ce que j’appellerais un coup de force. A quoi tenait-il ? La raison en est simple mais relève d’un itinéraire intellectuel dont la teneur est bien la suivante : celle qui est reformulée dans la quatrième de couverture de cette somme intellectuelle qu’est La Culture du langage et les idéologies linguistiques : « Ses deux champs d’investigation – histoire et épistémologie des sciences du langage, enseignement et apprentissage du français et des langues – entretiennent, dans son approche, une solidarité principielle » (Chiss, 2018). C’est très exactement cette « solidarité principielle » qui, sans cesse remise sur le chantier par Chiss, fait la teneur de son « approche », car elle exige un entretien permanent sous peine de voir se figer les deux champs de recherche solidaires dans des face à face stériles ou dans des inter- voire transdisciplinarités qui là encore ne font que réitérer des places ou des habitudes. Que bien d’autres associent pour les besoins de tel ou tel objet de recherche ces deux champs, il en est beaucoup et de multiples exemples ! Mais je connais bien peu de chercheurs dont c’est, depuis leurs débuts et constamment dans des situations très diverses, le souci permanent d’en entretenir une « solidarité principielle ». Chiss est en effet un des rares chercheurs à tenir comme levier critique ce continu-là qui lui permet d’engager sur de nombreuses questions un travail des historicités où éthique et politique se tiennent par un « sens du langage » à son maximum d’exigence théorique et pratique. Avec lui, nos historicités ne cessent de travailler le continu du poétique, de l’éthique et du politique, dans le sens que Meschonnic a signalé : « et j’appelle historicité pas seulement la situation historique, mais l’activité d’une invention qui continue d’être active sur la pensée, donc sur la vie » (Meschonnic, 2012 : 79 – cité par Chiss, 2018 : 188).

On continue avec Jean-Louis Chiss !

Post-scriptum de Serge Ritman avec Claire vers Jean-Louis

il y a ta main qui me pense on disait 

la fontaine de vie au paradis pas quatre 

cinq fleuves pour un monde inconnu

une théorie de tout nos dire et te dire

comme coulent tes doigts dans le sens 

du langage je la goûte sous la paume 

ta voix c’est le rythme des phrases sans 

bords et mon petit doigt m’a dit j’aime 

ce passage avec la distance juste et 

toute ta chaleur au bout des doigts

ta main me tient tout près des gestes

à l’écoute comme on dit à distance 

tu me penses me syntaxe et m’énonces

donc je te suis dans ta main tout oui

Bibliographie :

BENVENISTE Émile, 1966, Problèmes de linguistique générale, t. I, Paris, Gallimard.

CHEVALIER Jean-Claude, 2010, « Une œuvre essentielle pour les linguistes », Modèles linguistiques, 3, 23-27  [En ligne, paru initialement dans La Quinzaine littéraire, 1er décembre 1975].

CHISS Jean-Louis, 1989, « Théories du langage et pédagogies de la langue et des discours. Aspects historiques et épistémologiques de la constitution d’une didactique du français », 512 f., thèse soutenue à Paris VIII-Vincennes sous la direction de Jean-Claude Chevalier.

CHISS Jean-Louis, 2010, « Les langues, l’enseignement et la théorie du langage » dans S. Martin (dir.), Penser le langage, Penser l’enseignement avec Henri Meschonnic, Mont-de-Laval, L’Atelier du grand tétras, p. 17-22 [Repris dans Chiss, 2018 : 81-84].

CHISS Jean-Louis, 2018, La Culture du langage et les idéologies linguistiques, Limoges, Lambert Lucas.

CHISS Jean-Louis et DAVID Jacques, 2012, Didactique du français et étude de la langue, Paris, Armand Colin. 

CHISS Jean-Louis et DESSONS Gérard (éds), 2000, La Force dans le langage. Rythme, discours, traduction. Autour de l’œuvre d’Henri Meschonnic, Paris, Honoré Champion.

CHISS Jean-Louis et DESSONS Gérard (éds), 2005, Langages n° 159, Linguistique et poétique du discours. A partir de Saussure.

CHISS Jean-Louis et PUECH Christian, 1987, Fondations de la linguistique, études d’histoire et d’épistémologie, Bruxelles, De Boeck.

CHISS Jean-Louis et PUECH Christian, 1999, Le Langage et ses disciplines XIXe-XXe siècles, Paris, Duculot.

CHISS Jean-Louis, FILLIOLET Jacques et MAINGUENEAU Dominique, 1977 et 1978, Initiation à la problématique structurale I et II, Paris, Hachette. Dernière mise à jour : Introduction à la linguistique française, Paris, Hachette, 2012.

Le Français aujourd’hui n° 85 (« La sixième »), mars 1989. 

Littérature n° 34 (« Vincennes »), mai 1979 [en ligne].

MESCHONNIC Henri, 1972, Dédicaces proverbes, Paris, Gallimard.

MESCHONNIC Henri, 1975, Le Signe et le poème, Paris, Gallimard.

MESCHONNIC Henri, 1982, Critique du rythme Anthropologie historique du langage, Lagrasse, Verdier.

MESCHONNIC Henri (dir.), 1985a, Critique de la théorie critique Langage et histoire, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes.

MESCHONNIC Henri, 1985b, Les États de la poétique, Paris, PUF.

MESCHONNIC Henri (dir.), 1995, La Pensée dans la langue. Humboldt et après, Saint-Denis, PUV.

MESCHONNIC Henri, 2000, « Plan d’urgence pour enseigner la théorie du langage », Le Français aujourd’hui n° 130, p. 100-107.

MESCHONNIC Henri, 2008, Dans le Bois de la langue, Paris, Laurence Teper.

MESCHONNIC Henri, 2012, Langage, histoire, une même théorie, Lagrasse, Verdier.

TRABANT Jürgen, 1995, Humboldt ou le sens du langage, Bruxelles, Mardaga.

YAGUELLO Marina, 1984, Les Fous du langage, Paris, Seuil.


[1] Chiss rappelle souvent son « double enracinement d’historien des idées linguistiques et de didacticien du français » ou, autrement dit, « d’une part, l’histoire et l’épistémologie des sciences du langage, d’autre part la didactique des langues » (Chiss, 2018 : 87 et 211).

[2] Concernant le séminaire, on peut relever dans le fonds « Henri Meschonnic » (aux cotes 368MCN/105/4 – 368MCN/106/7- IMEC), une recension par Chiss des Mimologiques de Gérard Genette, titrée « Les Plaisirs innocents du tourisme linguistique » pour La Nouvelle Critique (5 p. dactylographiées soulignées par H. M.), ainsi qu’un projet de déclaration « pour le SNES » : « Un enseignement du français à caractère scientifique ? Pourquoi ? Comment ? » (4 p.). De courtes indications mentionnent les exposés de Chiss les 07/11/1977, 21/11/1977, les 20/03/1978, 05/06/1978 et le 14/12/1978, ainsi qu’un exposé sur « la littérature de témoignage » réalisé le 23 avril 1979 (deux feuillets de notes par H. M.), lequel sera repris dans l’article « Raconter et témoigner : le vécu à la croisée du théorique et du politique », Pratiques n° 45, p. 13-31 – repris dans le chapitre 9 de Chiss, 2018.

[3] Outre Henri Meschonnic et Jean-Louis Chiss, les signataires sont Jean-Michel Baudrier, Morim de Carvalho, Diogenes Cespedes, Jean-Patrice Courtois, Michel de Fornel, Marie-Christine Hamon, Annie Lambert, Ève Malleret et Olivier-René Veillon. 

[4] Chiss précise que cette notion vient « sous la plume de Saussure » et qu’elle « est récurrente dans l’œuvre d’Henri Meschonnic » (2018 : 214). Il cite d’ailleurs la définition que ce dernier en donne : « Il s’agit de la réflexion indéfiniment en cours sur le statut, les conceptions et les pratiques du langage, de la langue, des langues, en distinguant entre la langue et le discours, dans toutes les pratiques sociales et dans toutes les représentations de la société » (H. Meschonnic, 2000 : 100).

[5] Journée d’études organisée à l’IUFM de Caen le 23 septembre 2009 avec le soutien du LASLAR (Université de Caen) et de l’IMEC. 

[6] Chiss le cite à la même page pour la blague conclusive suivante : « Heureusement qu’il y a l’humour juif. Et le yiddish. Et Cholem Aleikheim. Voilà un bonheur juif. Le bonheur juif, une blague » (Chiss, 2018 : 199).

[7] Impossible de faire la liste des œuvres et auteurs auxquels Meschonnic répond poétiquement dans son œuvre d’essayiste comme de poète et traducteur. Je renvoie à la thèse en cours de Shungo Morita (soutenance en 2020) : « Henri Meschonnic, lecteur des poètes : une écriture à l’écoute » (Sorbonne nouvelle – Paris 3)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.