Intempestivité de la lecture, avec Henri Meschonnic et Shungo Morita

Intervention pour la thèse de doctorat en littérature française et comparée de Shungo Morita le 5 décembre à l’Université Sorbonne nouvelle, « Meschonnic, lecteur. La poétique de l’écoute dans les critiques littéraires de Henri Meschonnic (1957-2009) », par Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle), directeur.

 

Shungo et Kasumi Morita au château de Caen (photo: SM) 

Shungo Morita écrit p. 49 de sa thèse : « ‘je ne sais plus’ est une phrase poétique chez Meschonnic ». Cela étonne et pourtant cela définit précisément un nouveau moment Meschonnic ouvert par cette thèse. Claude Cahun, la nièce de Marcel Swhob, grand spécialiste de Villon et de l’argot, élève de Saussure, dont on connaît les merveilleuses Vies imaginaires, à l’invitation de la revue Commune en 1933 répondait à la question « Pourquoi écrivez-vous ? » : « C’est contre tous ceux qui savent lire qu’il faut écrire, car j’estime qu’un progrès n’est jamais obtenu que par opposition. » La thèse qui est soumise au jury ce jour nous propose une enquête précieuse sur un écrivain, poète, traducteur et essayiste qui faisait très précisément preuve de cette intempestivité lectorale que suggérait Claude Cahun, intempestivité nécessaire pour devenir un écrivain. Dans ce mouvement critique, la thèse est aussi un essai puissant vers une poétique de la lecture que la forme monographique de la thèse ne doit pas masquer. C’est en effet une thèse avec plus que sur Meschonnic, car dans ce dernier cas, il aurait été question d’un savoir lire, d’un académisme de la pensée. Aussi, devrait-elle peut-être s’intituler Critique de la lecture comme Meschonnic a titré Critique du rythme, du moins appelle-t-elle certainement dans ses prolongements un livre à venir qui tiendra cette ambition. Mais je veux d’abord revenir sur son histoire, sur la relation de recherche que Shungo Morita m’a engagé à vivre.

Quand en 2015 j’ai reçu du Japon le mail d’un étudiant qui désirait déposer un projet de thèse sur l’œuvre de Henri Meschonnic, ce fut pour moi une grande surprise. Je savais que celui-ci avait séjourné au Japon en 1996 pour un colloque qui interrogeait deux notions en les renversant : La Modernité après le post-moderne dont témoigne l’ouvrage collectif co-dirigé avec Shiguehiko Hasumi paru chez Maisonneuve & Larose. La communication de Meschonnic avait pour titre : « Le rôle de la théorie du langage pour une poétique et une politique de la relation entre la France et le Japon ». Je ne savais pas que cinq plus tard, en 2020, une thèse viendrait comme répondre merveilleusement à cet appel d’un peu plus de vingt ans : cette « poétique de la relation entre la France et le Japon » passe bien par la thèse que voilà, écrite par un chercheur japonais qui montre quelle théorie de la lecture est à l’œuvre si l’on veut donner tout son rôle à la théorie du langage dès que poétique.

La thèse de Shungo Morita n’engage pas seulement les rapports déjà féconds entre la France et le Japon. Elle demande d’envisager également l’état de la lecture de l’œuvre de Meschonnic (1930-2009) plus de dix ans après qu’il nous a laissé sa vie et son œuvre ? Il me semble qu’on peut déceler quatre attitudes principales dont les deux premières empêchent toute lecture quand les secondes s’essaient à continuer l’œuvre, sa et ses lectures.  

La première attitude relève bien évidemment de l’effacement comme, quand fréquemment, on entend d’abord la référence à Antoine Berman dont la théorie de la traduction serait « productive » quand celle de Meschonnic, son directeur de thèse, serait « négative » (voir le n° 14 de TTR de 2001) ; mais l’effacement peut être aussi tout simplement celui du silence délibéré voire de la page définitivement tournée selon les habitudes essentialistes qui défont les relations intellectuelles et artistiques qui sont toujours des histoires de réciprocité – je le dis franchement, peut-on lire Deguy sans lire Meschonnic et inversement, ces deux collègues de Paris VIII qui ont participé ensemble pendant dix ans aux Cahiers du Chemin de Georges Lambrichs ? La censure révise l’histoire.

La deuxième attitude, qui censure les lectures possibles, relève de la réduction de l’œuvre à une entrée, un livre voire un chapitre si ce n’est un extrait (Pour la Poétique dans les études littéraires, Célébration de la poésie dans le milieu poétique, Poétique du traduire pour les traductologues, etc.), ou à un genre (le poète contre le théoricien voire l’inverse, le traducteur pour d’autres en méconnaissant ses poèmes, etc.), alors que l’œuvre est un continu de pensée et d’écriture dans laquelle il est nécessaire de s’immerger au risque de paniquer ainsi que le fait à vrai dire toute grande œuvre à toute vraie lecture. Les académismes enferment la et les lectures dans des schématismes.

La troisième attitude engage vraiment la lecture. Elle relève d’une réénonciation par des chercheurs qui ont pu être proches de l’œuvre en cours de réalisation comme de leur auteur, et qui ont cherché à poursuivre le travail soit avec des notions différentes soit dans d’autres champs ; ce sont souvent des lectures qui montrent que l’œuvre est d’abord un levier critique pour toute recherche ou écriture, un embrayeur de leurs propres recherches situées. Je pense bien évidemment à Gérard Dessons et Arnaud Bernadet avec la manière et le phrasé, à Olivier Kahler pour l’inconnaissable, ou encore au poète et traducteur Jacques Ancet pour « la voix de l’inconnu ». Je pense également à deux participants du séminaire que Meschonnic a longtemps animé à Vincennes-Paris-VIII : Jean-Louis Chiss en linguistique et didactique dont on connaît les recherches sur les idéologies linguistiques et les cultures du langage et Guy Perrocheau et son phrasé monde, titre de son dernier recueil de poèmes paru cette année chez Tarabuste. Je me situe bien évidemment aux côtés de ces amis chercheurs et poètes avec la notion de voix-relation et celle de résonance-réénonciation ou voix continuée.

La quatrième attitude relève de lectures intégrales nouvelles de l’œuvre. Certaines se sont contentées jusque là de paraphraser l’œuvre dans quelques articles ou ouvrages qui ont vite fait voir derrière la fascination première une acriticité voire l’annexion de l’œuvre dans des cadres conceptuels traditionnels – je pense aux ouvrages généreux d’Eyriès et de Léopizzi. Mais d’autres lectures sont en cours. Dans d’autres aires linguistiques, il faut citer la traduction en anglais américain de Éthique et politique du traduire par Pier-pascale Boulanger, le collectif de traduction Henri MeschonnicReader dirigé par Marko Pajevic en Grande Bretagne ou l’ouvrage à paraître, en Allemagne, de Vera Viehöver, Une introduction à la théorie du langage. J’ajoute la thèse de Rafael Costa Mendes, Brésil, en cours ici à la Sorbonne nouvelle concernant les transferts culturels impliquant Meschonnic et Haroldo de Campos.

Avec les importantes réénonciations de l’œuvre, de nouvelles lectures peuvent ainsi la requalifier, c’est-à-dire la considérer comme une œuvre vive à situer au cœur de recherches en cours et d’enjeux éthiques et politiques du contemporain. C’est à ce point que j’aimerais situer la requalification de l’œuvre de Meschonnic entreprise par Morita. Au lieu de la réduire à une notion, le rythme, sans aucunement la prendre par les habituelles entrées que sont la traduction ou le poème, et en faisant fi des conflits toujours vifs que l’œuvre a suscités du vivant de son auteur sans pour autant les ignorer, Morita met à jour un levier critique que l’œuvre semblait quelque peu masquer et qui en constitue, pour le moins, une part plus qu’importante dans l’œuvre-vie de son auteur. C’est à proprement parler un faire inventif que Meschonnic n’a nullement caché tant en ce qui concerne la référence juive à la Mikra, Lecture en lieu et place d’Écriture, que la mobilisation constante d’historicités fortes pour relire et Humboldt, Saussure, Benveniste, etc., et toute la poésie, la littérature, et toute la pratique traductive de Shakespeare à Kafka en repartant évidemment de la Bible, et même l’enseignement avec ce souci premier de lire, faire lire, prendre voix avec les textes.

C’est bien de voix dont il est question dès que lecture chez Meschonnic. La relation lectorale s’y fait relation de voix, c’est-à-dire d’écoute. Avec Meschonnic, s’apprend très vite que quand on lit, si l’œil écoute, l’oreille voit et donc la voix voit-écoute ce que l’œil ne peut voir-écouter. Et quand on essaie de penser ce que fait telle lecture, et ce que fait la lecture en général, alors le travail est celui d’une « écoute de l’écoute » selon la formule même de Meschonnic de 1973, dans « Une parole écriture », Pour la poétique III, donnant la plus forte définition-valeur de la poétique que Morita met ici en exergue à toute sa recherche, nous engageant ainsi à tout relire de Meschonnic à partir de ses études dites littéraires. D’où ce formularisme qui, comme chez Péguy, met tout un auteur dans un extrait que personne n’avait à ce jour aperçu et qui nous fait tout relire autrement. On connaît ces shiffters de la reprise de lecture que sont, entre autres, « le poème, énonciateur » de Mallarmé, ou « le je-ici-maintenant » de Benveniste, l’un et l’autre constituant les assises d’une théorie du sujet du poème qui va bien au-delà du seul genre poétique. Peut-être Morita aurait-il d’ailleurs dû tenir plus serrée ensemble cette écriture-Meschonnic avec, ce qu’il nous montre merveilleusement, la lecture-Meschonnic.

C’est dans l’atelier-lecture de Meschonnic qu’avec Morita nous pénétrons pour y découvrir un alliage très puissant de la plus grande attention à l’œuvre singulière et le souci permanent d’une théorie d’ensemble, une lecture toujours empirique et un changer lire que chaque lecture relance sous peine de ne plus être une lecture, tant dans les études spécialisées concernant tel auteur, telle œuvre, qu’en ce qui concerne les problématiques neuves que les lectures nouvelles engagent en regard des habitudes de lecture et des académismes herméneutiques. Morita organise son enquête au plus près d’une sélection fort pertinente de lecture tout au long d’un parcours de plus de 50 années de lectures recueillies dans plus de 800 articles ou contributions, 57 auteurs étudiés relevés par la bibliographie, allant d’un article à un ensemble considérables d’études formant corpus critique comme celui concernant Hugo. Il le fait non chronologiquement mais selon trois reprises à nouveaux frais de chaque lecture et de la théorie d’ensemble par trois notions concourantes : la prophétie, le silence et l’utopie. Ses développements opèrent un lien très fort entre une archive précise de ces notions dans l’œuvre et leur articulation dans le continu d’une anthropologie poétique comme « écoute de l’écoute ». Il faut insister sur le travail méticuleux à chaque page de la thèse réalisé par Morita pour établir dans un esprit philologique l’archive des conceptualisations de Meschonnic non seulement en rappelant au cas par cas les publications et dates mais aussi les contextes et situations, les enjeux et débats, les notions et conceptualisations spécifiques.

A ma connaissance, c’est le premier travail d’ampleur qui répond parfaitement à l’appel lancé lors du colloque tenu à l’IMEC en mars 2012, intitulé « Paroles rencontres Ouvrir les archives Henri Meschonnic », colloque conclu par Jean-Louis Chiss avec le titre suivant « Langage et histoire : Meschonnic politique ». Car, oui, Meschonnic est politique quand Morita tout au long de sa thèse, c’en serait comme le filigrane à peine visible mais portant l’ensemble, insiste sur la notion de « petite vie » – c’est le chapitre 7, qui ouvre la troisième partie, qui la prend explicitement en charge. Mais auparavant, par exemple, p. 138, Morita cite la reprise de cette notion baudelairienne articulée à celle de modernité pour en faire, dans les termes de Meschonnic, « une invention du sujet qui reste une invention pour chaque sujet », ce qui définirait la lecture qui fait lecture. Il me semble en effet que le levier de la lectio difficilior, en tant que « point le plus faible de la chaîne qui tient l’art, la littérature, la société ensemble » (n. 3, p. 265) pour un sujet qui invente sa modernité, c’est exactement cette notion, « la petite vie », quand la lectio facilior se contenterait d’assujettir au contemporain, de mettre le sujet au goût du jour. L’intempestif de la « petite vie » c’est de tenir voix jusque dans la plus grande solitude en restant solidaire de toutes les « petites vies », des sans voix des œuvres et des hommes, des lectures et des lecteurs qui comptent sans savoir, et qui nous offrent un savoir sans compter. Tout ce que Meschonnic a tenté jusque dans les études littéraires et que Morita établit précisément comme « contre-pouvoir » (p. 278).

Je ne peux alors que remercier Shungo Morita d’avoir répondu, sans que ni lui ni moi ne le sachions, à cette exigence d’ouverture des archives Meschonnic, de reprise de lecture et donc de requalification d’un Meschonnic, lecteur, si important pour les années considérées, soixante à  et d’avoir pendant les cinq années de sa thèse participé activement à de nombreuses manifestations scientifiques à la Sorbonne nouvelle où ses collègues doctorants ont toujours apprécié la finesse argumentative et la pertinence philologique de ses interventions concernant bien des sujets qu’il savait toujours articuler à sa propre recherche et à celles des autres, et ailleurs jusqu’à Hildesheim, en Allemagne, en octobre 2019 lors d’un colloque « Le concept de rythme de Meschonnic » – je sais qu’il y a aussi à Tokyo un atelier de traduction dans lequel lui et son épouse Kasumi sont très actifs.

Ainsi s’achève une direction de recherche et je ne peux que citer alors un poème d’Henri Meschonnic que Morita donne p. 280, pour en faire l’allégorie de la pratique et de la théorie de la lecture de Meschonnic mais aussi de celles de Morita et en fin de compte de ma lecture de sa thèse dans un continu dont ce poème extrait du recueil De monde en mondepeut rendre compte. Je le lis comme un bonheur partagé avec Henri Meschonnic et avec Shungo Morita : « l’infini c’est facile / il suffit que chaque instant se reconnaisse / une petite vie / et nous allons ainsi /plus nous allons petits / de merveille en merveille ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.