Manifeste pour la recherche doctorale

Ce qui suit est travail en cours. 

 

  1. La recherche n’aurait pas d’objet, seulement des sujets : ainsi, elle les intensifierait, augmenterait leurs rapports (de transformation mutuelle) pour que la critique vive et que les sujets se découvrent.
  2. La recherche en sciences humaines (peut-être dans les autres sciences ?) ne pourrait se faire sans tenir voix – comme on dit : « tenir tête » -, sans un effort de voix passant par autant d’essais de voix que nécessaire, impliquant des passages, des réénonciations. L’enjeu serait en fin de compte de faire vivre une voix de voix.
  3. Tout chercheur, novice ou vétéran, serait toujours au commencement d’apprendre car la recherche aurait pour problème (au sens d’Emile Benveniste), l’inconnaissable.
  4. La recherche aurait toujours besoin d’un atelier fait de coopérations même conflictuelles. On soutient forcément seul mais on ne cherche jamais seul, toujours dans l’interaction lecture/écriture ; solitaire/solidaire ; savant/populaire (la vulgarisation dit bien son nom quand il s’agirait d’observer là encore des rapports de sujets et non de transmettre des objets même appelés savoirs).
  5. Un directeur de recherche apprendrait autant qu’un.e doctorant.e s’il s’engageait autant que lui.elle non pour se substituer voire prendre les reines mais pour tenir compagnie, entretenir de nouveaux problèmes, rendre vifs des points de voix.
  6. La recherche s’organiserait en cercles résonnants qui permettraient de défendre la pluralité critique (interne et externe, défaisant d’ailleurs cette dichotomie) : du laboratoire aux réunions informelles, des colloques aux cafés, des doctorants aux amis de la recherche et de la dispute, des professeurs aux masterants…
  7. La recherche prendrait souvent des chemins de traverse pour augmenter sa puissance  (cf. Michel de Certeau) : lectures perdues et écritures inutiles ; reformulations constantes des problèmes, hypothèses, arguments, formules, titres, phrasés jusqu’à épuisement prosodique et problématique…
  8. On ne pourrait chercher sans essayer son écriture, son énonciation, ses lectures, ses cultures dans des essais de dire/vivre qui auraient à faire avec l’art, voire de l’art – du moins qui chercheraient des arts de faire.
  9. Devenir chercheur ce serait découvrir qu’on l’était sans le savoir ; ce serait découvrir que chaque jour de nombreux chercheurs s’ignorent – ainsi se découvrirait une des politiques de la recherche : enquêter sur les maîtres ignorants (cf. Jacques Rancière).
  10. Il n’y aurait pas vraiment de recherche en dehors de la vie, du continu de la vie (Henri Meschonnic), ou alors il faudrait vraiment tout recommencer. D’ailleurs la recherche deviendrait vraiment recherche quand elle se fait recommencement de tout par tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.