Faire littérature ?

Le point de vue pragmatique dans les études littéraires n’est pas entièrement neuf mais on a plaisir à découvrir un ouvrage qui pose si fortement, presque comme s’il s’agissait d’un manifeste, cet objectif d’un Faire littérature. Cela nous change bien évidemment des vieux débats ontologiques sur ce qu’est la littérature pour nous obliger à aller y voir : qui en fait ? qu’en font-ils ? que leur fait-elle ? etc.

Il y a deux ans, j’avais embarqué quelques.e.s un.e.s de mes doctorant.e.s dans un colloque qui voulait réfléchir sur l’extension du domaine de la littérature et nous y avons essayé un faire atelier de littérature(s) dont on trouvera la publication en ligne ici :  https://journals.openedition.org/elfe/1642

Aussi ce qui me gêne dans cet ouvrage qui observe les faire littérature dans divers domaines autres que ceux habituels des arts littéraires, c’est l’absence de l’école, de la maternelle à l’université, comme terrain  d’observation. Toutefois, on peut comprendre que d’autres ont déjà observé, essayé ces faire littérature à l’école et cet ouvrage viendrait ouvrir le champ même si je ne peux concevoir une pensée de ces activités sans qu’on interroge les rapports entre l’enseignement et la recherche. Toutefois, le point le plus conflictuel serait celui des références théoriques et en particulier celles qui relèvent de la pragmatique. En effet, ce sont Gérard Genette et Nelson Goodman (on connaît son fameux déplacement de “la question ontologique (“Qu’est-ce que l’art ?”) vers celle de la fonction (“Quand y a-t-il de l’art ?”)” – cité p. 8) qui sont immédiatement référencés et pas du tout John Dewey (voir le colloque que nous avons organisé autour de L’Art comme expérience: https://redila.hypotheses.org/1417 et l’appel : http://www.thalim.cnrs.fr/colloques-et-journees-d-etude/article/vivre-une-experience-l-oeuvre-de-john-dewey-pour-penser-enseigner-les-langues et l’atelier qui a précédé: https://redila.hypotheses.org/671) qui, me semble-t-il, permet de concevoir autrement que les premiers une prise en compte de l’expérience articulée au faire littérature sans sortir du langage. Genette et Goodman, quoiqu’ils disent éviter toute métaphysique, n’en restent pas moins pris par un rapport sujet-objet, qui substantialise ce dernier, sous l’angle d’une esthétique quand faire littérature (comme faire art) demande de penser un rapport sujet-sujet, des trans-subjectivations, elles-mêmes inventant un sujet de l’art, de la littérature qu’on ne se connaissait pas avant l’expérience. Je renvoie à mon travail critique concernant la relation esthétique chez Genette et Goodman dans L’Amour en fragments Poétique de la relation critique (Arras, Artois Presses Université, 2004, p. 233). D’autre part, la référence assez révérencieuse au travail de Jérôme Meizoz ne permet pas, non plus, de penser les expériences autrement qu’en réitérant des dualistes apoétiques comme quand est rappelé cette remarque de Meizoz quand on “redécouvre la voix derrière la lettre et le corps derrière le livre” (p. 8). Ce double “derrière” porte son poids de signisme (le signe absence des choses)… ou de stylistique de l’écart ?

Sans entrer dans les détails, cet essai reste pris dans le discontinuisme qu’imposent tantôt un sociologisme (“instituer un objet comme littérature”, p. 12) tantôt une esthétique (“un effet de bien écrire”, ibid.) des faire littérature.

Mais disons que la discussion reste ouverte car, même si peu de poétique des lectures-écritures apparaît dans les études de cas, le souci de ces faire littérature est un beau défi à toutes les recherches en cours. Une recension plus précise est ici : https://journals.openedition.org/lectures/35236


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.