Mallarmé et quatre poètes après 1945 : la thèse de Laurent Mourey

Membre du jury et rapporteur de la thèse de Laurent Mourey (soutenue le 29 mars 2019 à l’Université de Strasbourg) , je rends compte ci-dessous de ma lecture de ce travail de recherche important pour les études concernant Mallarmé et sa réception et pour la poétique de la lecture et de la voix continuée. Titre de la thèse : “Tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change” Présence et réception de Mallarmé dans la poésie française après 1945 – autour de Bonnefoy, Deguy, Maulpoix, Meschonnic.

Membres du jury:
Mme FINCK Michèle, directrice, Professeur, université de Strasbourg
M. MARCHAL Bertrand   Professeur, université Sorbonne – Paris IV, rapporteur
M. MARTIN Serge, Professeur émérite, université Sorbonne Nouvelle – Paris III, rapporteur
M. RABATE Dominique, Professeur, université Paris Diderot – Paris VII, président
M. WERLY Patrick, Maître de conférence HDR, université de Strasbourg.

Manet, Portrait de Stéphane Mallarmé, 1876 
Huile sur toile, 27,5 x 36 cm. Paris, musée d’Orsay

On connaît de Paul Celan, dans son discours de Brême en 1958, cette définition du poème comme « bouteille à la mer », « vers la terre du cœur » – traduction de Henri Meschonnic dans sa Critique du rythme, p. 455. Cette reprise forte de la pensée de Mandelstam sur « l’interlocuteur providentiel », complétée par la formule du même que Meschonnic signale, « Il n’y a pas de poésie sans dialogue », s’accompagne d’une puissante suggestion : « Les poèmes sont aussi de cette manière en chemin : ils vont vers quelque chose ». 

Toute la thèse de Laurent Mourey est une recherche par reprises, à la fois problématiques et chronologiques, de l’heuristique de Celan pour lequel les poèmes « vont vers quelque chose ». Peut-être faudrait-il immédiatement ajouter qu’à la force problématique de l’adverbe directionnel se joint celle de son inverse, « depuis », car ce sont les passages, les orientations voire les aimantations qui animent la considération des œuvres plus que leurs définitions, descriptions ou inscriptions. Aller versou depuis« quelque chose » (par exemple : « un lieu [Mallarmé] depuis lequel penser la poésie », p. 24 – voir aussi p. 39, 42, 47, etc. ; « Contester Valéry est ainsi une manière d’aller vers Mallarmé », p. 16, etc.), c’est en effet ce qu’opèrerait l’œuvre de Stéphane Mallarmé avec les œuvres de quatre poètes majeurs de ces dernières décennies : Yves Bonnefoy (1923-2016), Michel Deguy (né en 1930), Jean-Michel Maulpoix (né en 1952) et Henri Meschonnic (1932-2009) déjà cité. Il faut aussitôt préciser que, pour Mourey, ce « quelque chose » relève d’expériences dans et par le langage, et donc de sujets ou plutôt de subjectivations pour lesquelles tout se tient, dans le continu des œuvres-vies et des lectures-écritures, comme autant d’« indéchirables », pour reprendre à Paul Claudel dans ses Mémoires improvisés. En ajoutant que s’y conjoignent deux activités, critique et poétique, jusqu’à celles mêmes de celui qui écrit cette thèse, car l’observateur qui nous entraîne dans ses 977 pages est lui-même embarqué avec les sujets de son enquête. Cette thèse implique en effet un enseignant-chercheur en études littéraires et un praticien-théoricien de la « chose » poétique. En précisant, ce qui est un défi tenu, et par le professeur et par le poète, dans la pensée-écriture du chercheur, que Mourey ne choisit pas la lectio faciliorqu’aurait pu constituer un corpus très homogène autour de Meschonnic avec lequel les affinités électives semblent certainement les plus fortes, corpus qui aurait pu se limiter à des œuvres, que la thèse considère incidemment mais décisivement, comme celles de Jacques Ancet, Bernard Noël et Bernard Vargaftig voire de Ghérasim Luca. 

Passant donc par une lectio difficilior, la thèse ne cesse de tenir avec Bonnefoy, Deguy, Maulpoix et Meschonnic, ce que Mourey appelle « une présence et une réception comme un problème unifié et ramifié », c’est-à-dire le « problème de Mallarmé » (p. 464) chez ces quatre auteurs – dont on peut noter la hiérarchie statistique des occurrences (1386 pour Bonnefoy, 1238 pour Meschonnic, 943 pour Deguy et 532 pour Maulpoix), qui semble grossièrement correspondre à leur intérêt respectif pour Mallarmé, qui en cumule 4676, en regard de leurs parcours. Outre le fait qu’elle permet une mise en perspective judicieuse de la situation de la poésie française des quarante années d’après 1945 voire jusqu’à aujourd’hui et au-delà de tout le XXesiècle – même si l’on peut regretter l’absence, par exemple, d’un Jean-Marie Gleize ou d’un Emmanuel Hocquard en cinquième comparse, mais alors Mourey aurait certainement dépassé les limites d’un volume déjà bien fort –, la thèse engage un renouvellement des études mallarméennes sur des points décisifs qui permettront d’ouvrir certainement des recherches fructueuses puisque, comme l’écrit Mourey, « la critique des lectures passées est une recherche de la lecture présente » (p. 209). 

En fin de compte la thèse de Mourey tenterait avec excellence de montrer combien « une œuvre est modelée par ses lecteurs, lesquels continuent son écriture, voire continuent de l’écrire, et, par conséquent, l’”influencent” » (p. 383). On pourra dire après cette thèse que Mourey est devenu un « passeur » de Mallarmé plus qu’un « agrégateur » de son œuvre, pour reprendre ses propres distinctions (p. 280), puisque la conception sans cesse retravaillée du sens tout au long de la thèse en fait plus une « direction » qui « passe par la signification, mais en débordant celle-ci » (p. 291). Mourey propose bel et bien une magistrale poétique relationnelle depuiset versMallarmé, poétique à l’écoute des « répondances » (p. 864), c’est-à-dire des pratiques critiques et poétiques qui répondent Mallarmé et non àMallarmé – en dissociant comme le fait Mourey cette valeur transitive, ici de répondre, de l’habituelle intransitivité de l’art, de la poésie, de la critique, qui efface la relation (voir, entre autres, p. 889).

***

La thèse se présente dans un fort volume comportant quatre parties toutes sur-titrées par une citation de Mallarmé afin de montrer la progression de l’ensemble : des « premiers jalons pour l’étude de la présence et de la réception de Mallarmé » à une « épistémologie de l’écriture avec Mallarmé, dans les conceptions de la poésie et du poème après 1945 – à partir des décennies soixante-dix et quatre-vingts » en passant par des « études comparées des réceptions de Mallarmé, des années avant 1945 aux années après » et par un « Mallarmé dans l’expérience du monde après 1945 – à partir des décennies cinquante et soixante ». Il faut souligner la pertinence d’une telle organisation savamment orchestrée en quatorze chapitres déroulant les nœuds problématiques et chronologiques des « trajets mallarméens » (p. 379) qui participent aux quatre œuvres critiques et poétiques convoquées, et qui structurent leur « dialogue » en offrant de « véritables paysages » (ibid.) que la thèse construit « de poème à poème » (comme dans les p. 800-803 où « deux poétiques [celles de Bonnefoy et Meschonnic à partir de « jour » et « nuit » dans Crise de vers] sont rendues manifestes, par le récitatif du jour et de la nuit ») au plus près des moments et des lieux des œuvres critiques et poétiques, voire de leurs entours puisque bien d’autres se voient associées à ces constellations mallarméennes. Dans ces situations qui vont au-delà de contextualisations, il faut noter, pour le moins, la prise en compte des réceptions de Thibaudet, Valéry, Eliot, Rilke, Ponge et Michaux mais aussi de Claudel, Gide, Ungaretti, Gourmont, Bremond, Breton, Roud et Jouve sans oublier Blanchot et Heidegger, plus près de nous, de Barthes et Foucault, Deleuze, Derrida et Badiou, de Jaccottet, Du Bouchet, Dupin, Luca, Esteban, Stétié, Vigée, du groupe Tel Quel, de Noël et Vargaftig, Ancet et Doumet et même de Boulez. On peut ajouter de fréquentes mentions d’œuvres littéraires ou critiques qui montrent chez Mourey une ouverture d’esprit et une grande culture : si Nerval, Hugo, Baudelaire, Rimbaud sont fréquemment convoqués voire étudiés avec pertinence par un lecteur savant concernant le XIXesiècle littéraire, il est plus étonnant de voir citer avec pertinence John Dewey ou Georges Didi-Huberman mais aussi, entre autres, Jean Sénac (p. 708). 

Le découpage chronologique autour de 1945 est particulièrement pertinent, il semble l’être moins pour les deux dernières parties d’ailleurs organisées par décennies mais dont l’ossature conceptuelle est bien plus problématique que chronologique puisqu’il semblerait que, de la troisième à la quatrième, on assiste à un approfondissement critique en passant de questions d’abord ontologiques (l’être, le monde ; apparaître/disparaître ; etc.) à des questions de plus en plus orientées vers une anthropologie poétique (épistémologie de l’écriture, théorisation du sujet, poétique de la langue et artisticité poétique). Ceci dit, la progression de Mourey est au fond spiralaire car, dès la première partie, il s’agit bien de lancer une enquête en vue de maintenir l’inquiétude du poème-Mallarmé et de ses passages de voix. Plus qu’un tableau synoptique de ses réceptions, la thèse offrirait donc une sorte de rosace de résonances au cœur de laquelle Mallarmé, dans et par les œuvres qui le continuent en le discutant ou le réinventant, est bien « tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change », ainsi que le surtitre de la thèse, en le citant, en lance le défi. Défi qui semble tenu de bout en bout.

Ces quatre parties sont précédées par une introduction d’une quarantaine de pages situant clairement la thèse dans les études littéraires quant à la réception et à la présence de Mallarmé dans le second XXesiècle. Elles sont suivies par une conclusion générale d’une quinzaine de pages denses résumant les acquis de cette recherche en les ressaisissant par les notions d’expérience(Dewey), d’inflexible(Vargaftig) et enfin d’état naissant(Ancet). On peut noter que la modestie de l’auteur ne peut masquer le fait qu’il s’agit bien en fait d’une reprise à nouveaux frais de l’ensemble de la réception de Mallarmé au moyen des opérateurs certainement les plus pertinents aujourd’hui, s’agissant de « l’un des mystères sacrés ou périlleux du Langage » (dernier mot de la thèse donné par Mourey à Mallarmé). 

Un index et une bibliographie fort conséquente s’en suivent. On peut être étonné par cet ordre de présentation quand l’usage demanderait de finir sur l’index. Très fourni, ce dernier demanderait une rapide refonte pour retirer, par exemple, les huit pages référençant Nietzsche ou Schlegel qui ne devraient pas figurer à l’entrée de Hugo Friedrich, lequel n’en mérite que huit au lieu de seize. La bibliographie est particulièrement bien organisée en offrant pour les cinq auteurs les sources des œuvres et des études sur les œuvres avant de proposer un corpus élargi sur la réception de Mallarmé avant puis après 1945 et enfin la liste des autres études ou œuvres lues. Les études mallarméennes étant si vastes, on ne peut faire grief de l’absence de telle ou telle, d’autant qu’il apparaît que les études retenues sont tout à fait pertinentes en regard de l’orientation problématique de la thèse. Cette bibliographie fort bien constituée permet de relever un défaut dans le référencement des citations, au long du corps de thèse, en notes de bas de page qui trop souvent ne font apparaître que la mention op. cit. (opere citato), quand souvent on aimerait pour le moins une reprise du titre voire de la date étant donné le palimpseste des citations qu’induit la problématique des « rencontres » ou « dialogues », qui oblige assez souvent à observer jusque dans le détail des œuvres une « relation triangulaire », « voire quadrangulaire » (p. 231) si ce n’est plus. En outre, on peut regretter l’absence de l’utilisation du gras dans la titraille, lequel n’intervient que pour des titres de niveau 4 ! Mais derrière ce défaut dans la présentation typographique, ne peut-on lire le souci de Mourey de tenir un continu de la pensée dans laquelle son lecteur se voit pris jusqu’à en être habité, ayant perdu tout repère surplombant pour se laisser porter par une force de pensée qui arrive à faire levier de citations qui, chaque fois, deviennent « aussi l’œuvre de celui qui les prélève » (p. 380). 

La thèse remarquablement bien rédigée offre une langue agréable et ferme toute engagée dans une réflexion rigoureuse au plus près des œuvres considérées avec un souci philologique constant et une attention précise à la lettre – on notera quelques sicqui mentionnent judicieusement la reprise fautive (supprimant le pluriel de Mallarmé) par certains de « l’absente de tous bouquets ». Si de rares coquilles, oublis ou doublons apparaissent, la lecture est toujours agréable à l’exception peut-être d’une inattention aux demi-cadratins souvent confondus avec les tirets. Oserait-on observer qu’on ne peut accomplir son vœu mallarméiste sans soigner, jusqu’à ces vétilles, l’édition de ses phrases – il en serait de même pour l’absence parfois intempestive de virgules ou pour telle notation erronée (« ovidien » pour « cicéronien », p. 457 alors que l’expression vis verborumest bien attribuée p. 639) ! 

***

L’excellence de cette thèse repose sur le fait que, de la première ligne à la dernière, elle  maintient son objet comme un problème, le reprenant sans cesse, ne lâchant jamais l’exigence de son heuristique dans un mouvement d’approfondissement des conceptualisations et d’élargissement des attentions et observations : quel est l’enjeu de la transmission et de la réception d’une œuvre comme celle de Mallarmé ? Étant entendu qu’un tel enjeu est considérable puisqu’il ne cesse de reposer les questions plus générales mais rendues d’autant plus concrètes, situées et donc historicisées, de la lecture, de l’écriture, de la critique littéraire et de la création poétique ainsi que de leurs rapports réciproques dans une perspective non seulement transmissive, sous l’angle des filiations et influences éventuelles, mais au fond relationnelle ou, comme le disait Mallarmé lui-même à Verlaine : « là où il n’y a eu que des rencontres » (cité p. 199). Avec une grande dextérité de pensée et une éthique exceptionnelle s’agissant de la critique, constamment dissociée de la polémique, la thèse enchaîne dans des situations toujours vives les accords et les discords(p. 332) ou « points de désaccord » (p. 200) qui ont fait ou font encore ces « rencontres » : « disputer donne à penser », est-il noté dans une incise (p. 362), car il s’agit bien de « penser » une critique deMallarmé. Deux plans croisés organisent ces rencontres : le premier rassemble ce qui relève du « différend » (p. 821) ou « des perspectives opposées » (p. 817) voire d’une « reprise […] radicalement divergente » (p. 827) concernant Mallarmé, son œuvre et sa réception, et le second construit ce que Mourey appelle des « dialogues » quand ces expériences entrent en résonance pour qu’un déjà làrencontre un à faire(p. 362), un Mallarmé « continué » (p. 242). On peut alors suivre, au gré d’une attention toujours précise aux œuvres, des « lignes de faille » (p. 906) depuisou versMallarmé et son suggérer(vs.nommer), entre essentialisations-définitions et historicités-activités, ontologie philosophique et point de vue littéraire ou poésie comme expérience, signifiés-concepts et signifiants-expériences, figure-langue et voix-récitatif, sacré-religieux et divin-inconnu, comparaison-comparution et rythme-oralité, etc.

La thèse cherche donc, d’une part, à regrouper les œuvres autour de « lieux de questionnement » (p. 243) et, d’autre part, à montrer les nœuds relationnels qui les organisent. « Apollinaire, Baudelaire et Mallarmé se croisent en Meschonnic » (p. 686) est-il écrit, par exemple, concernant « l’obscur » qui, plus que « par rapport à une supposée clarté de la langue », « repose sur un rapport du sujet à la langue » (ibid.) que Mourey spécifie pour chacun, restant attentif aux valeurs notionnelles ainsi qu’aux prosodies personnelles, en signalant un parcours de lecteur et de poète cheminant avecMallarmé même si, le plus souvent, ce fut d’abord tout contre. Ailleurs : « Passer par Ricœur et Cohen permet de dégager un lien entre Mallarmé et Meschonnic » (p. 832) où Mourey travaille à des « dissociations » et à des « recroisements » pour reprendre les termes de Gourmont et Péguy. On retiendra, pour la force de la pensée qui résulte d’une telle recherche et qui en décrit la méthode créative, une formule de Mourey concernant la quête du « simple » chez Bonnefoy, notion qui constitue pour celui-ci « un soubassement épistémologique fécond pour la lecture de Mallarmé » selon Mourey : « C’est le propre d’une œuvre que de se construire sur les questions qui l’animent. Et les réponses rencontrées sont le chantier de questions qui demeurent ouvertes. » (p. 467) 

Enfin,  c’est l’immense intérêt de cette thèse, Mourey n’hésite pas à cerner « le caractère irréconciliable des réceptions » (p. 784) et donc les conflits que la thèse elle-même risque d’ouvrir pour le plus grand bien de la critique, de la poétique et de Mallarmé car, avec Mourey, les postérités de Mallarmé « posent la question de savoir si, par elles, Mallarmé est continué ou seulement répété » (p. 496). Toutefois, les 151 occurrences du mot « dialogue » dans la thèse demanderaient quelques précisions. Certes, Mourey oriente bien la notion « dans une éthique privilégiant le dialogue et, ainsi, une écriture théorique qui soit plus un effort pour aller versqu’un travail sur » (p. 32). Il n’empêche que la notion, qui vient d’abord de Bonnefoy et de son « Baudelaire parlant à Mallarmé », oriente d’avantage les confrontations ou les débats vers des croisements ou des rencontres mêmes asymptotiques, plus que vers des confrontations voire des ruptures, scissions et même conflits tragiques. La thèse construit, à son corps défendant par sa propre narrativité, malgré tout ce qu’on a pu relever comme précieuses et judicieuses prises quant à l’héritage-Mallarmé qui est chaque fois un présent-Mallarmé, une inclusion des voix sur un mode symphonique quand il semblerait bien qu’à vrai dire, Mallarmé a été et est encore une guerre (« une guerre de rythme », p. 335 ; et Mandelstam cité p. 918 : « En poésie, c’est toujours la guerre »), c’est-à-dire une cacophonie. Pour en attester anecdotiquement, on pourrait se contenter de la formule « l’extrême-contemporain » que Mourey attribue à Deguy (p. 13) alors que ce dernier l’a empruntée, pour un numéro de sa revue et pour le titre de sa collection chez Belin, à Michel Chaillou qui en a développé depuis lors une toute autre valeur (voir son Éloge du démodé, 2012, p. 74 : « pour me moquer de cette précipitation générale à mes yeux assez simplette ») un peu comme Meschonnic a montré, dans Modernité modernité, l’ambivalence de « moderne » chez Rimbaud (rappelé par Mourey p. 34).

***

En conclusion, s’il fallait résumer l’apport de la thèse de Mourey aux études mallarméennes et aux études littéraires, on retiendrait qu’il a fermement orienté le problème-Mallarmé vers ce que Meschonnic a appelé une « clarté de Mallarmé » et au-delà vers tout ce que Mallarmé permet comme « écrivain magnifique » : « à présent, des lueurs » au sujet des « mystères sacrés ou périlleux du Langage » (OCII, 967-968 cité p. 789) ou, comme le précise Mourey, non l’occulte (p. 117) ou l’hermétisme (p. 716), mais bien l’expérience poétique comme théorie du langage « du point de vue littéraire », à l’œuvre dans et par l’activité spécifique au poème, alors « poème critique ». Mais une seule formule de Mourey suffirait à sortir du « Mallarmé des sixties » (cité p. 449), c’est en quoi et par quoi son Mallarmé, à proprement parler une « crise » de/versMallarmé (pour cette barre oblique, voir la note 1, p. 859) dans son intempestive pluralité, est une enquête tenace et rigoureuse mais aussi jubilatoire à l’écoute de tout « lieu de la voix, dont l’espace de pensée est le poème » (p. 793) depuiset versl’auteur de Crise de vers. Un Mallarmédont l’oralité devient constitutive par la prosodie, le phrasé, les paronomases et les rimes de partout, et en fin de compte par ce que Mourey rassemble sous la dénomination de « récitatif » : « l’air ou chant sous le texte » opérant « le poème-énonciateur ». On oserait dire qu’en fin de compte, avec Mourey dorénavant, Mallarmé ne peut plus ne pas avoir voix, tout comme le premier lecteur ou critique venu est mis en demeure de lui répondre en voixsans autre subterfuge : « un Mallarmé de la vie » (p. 913) qui ne cesse de (vous) faire la vie– du langage, de la poésie.

On ne peut donc que confirmer l’excellence d’une telle thèse pour les études mallarméennes et, plus généralement, pour la poétique des œuvres littéraires des XIXeet XXesiècles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.