Les Indo-Européens : une question vive

Jean-Paul Demoule, Mais où sont les Indo-Européens ? Le mythe d’origine de l’Occident, 2014, Paris, Le Seuil, éd. revue et augmentée, 2017.

« Un spectre hante l’Europe : le spectre des Indo-Européens » (p. 11) : ainsi commence le maître ouvrage de Jean-Paul Demoule, professeur de protohistoire européenne à l’Université Paris I (Panthéon-Sorbonne) et ancien président de l’Institut national des recherches archéologiques préventives de 2001 à 2008. Ce livre est au confluent de plusieurs disciplines : l’histoire ou plutôt la protohistoire qui s’intéresse au passage du néolithique à l’Antiquité ; la linguistique et certaines de ses spécialités, de la grammaire comparée à la sociolinguistique et à l’ethnolinguistique, en passant par l’anthropologie linguistique ; l’archéologie ; l’anthropologie culturelle dont la mythologie comparée et l’anthropologie biologique  mais aussi l’histoire des idées et idéologies qui ont souvent porté ces disciplines et nourri des politiques voire des conflits et génocides, et qui nourrissent encore bien des positions (savantes ou non) d’aujourd’hui.

Une obsession idéologique que ce « modèle indo-européen canonique, arborescent, centrifuge et invasionniste » qui, depuis le XVIIIesiècle et surtout les états-nations du XIXesiècle couplés avec le scientisme de l’époque sans parler de certaines idéologies racialistes toujours en vogue, a tenté de « rendre compte des indéniables apparentements entre des langues et des mythes, sinon des gènes, d’une partie de l’Eurasie », en se contentant de rechercher « un mythe d’origine alternatif à la Bible des Juifs, porté au XIXe siècle par l’image de la colonisation européenne du monde, égaré de diverses manières dans les tourmentes du XXe siècle ». Modèle qui aujourd’hui semble ne plus du tout être à la hauteur de « la grande richesse d’informations linguistiques, littéraires, culturelles, archéologiques et anthropologiques que nous ont laissés les sociétés anciennes de l’Eurasie » (p. 661). Ceci dit, si l’obsession idéologique semble avoir traversé ce « modèle », il n’en reste pas moins qu’il répond à un développement considérable des observations de tous ordres concernant la protohistoire. L’ouvrage de Demoule est un passionnant parcours de ces recherches qu’il arrive chemin faisant à démêler de cette obsession indo-européenne afin, non d’offrir « lasolution », mais pour le moins de maintenir une critique du cœur des recherche en évitant de céder « aux pièges de la médiatisation facile » et de « nouer des cercles vicieux interdisciplinaires » (p. 663). Car il faut le dire, nombre de disciplines sont prises dans les idéologies de l’indo-européen : de nombreux termes (« souche » !) et notions (« ethnies » et « cultures », alors qu’on sait que ces notions demandent d’observer de constants réaménagements) utilisés aujourd’hui couramment viennent de ce modèle généalogique quand le jeu des historicités (souvent longues) et l’attention aux « phénomènes de diffusions, de mélanges, d’acculturations, de convergences, et même de conquêtes » (p. 664) permettraient d’ouvrir des recherches moins ankylosées et surtout moins dépendantes de l’argument originiste et puriste : « On ne construit pas plus l’arbre généalogique de toutes les langues qu’on ne le ferait pour celui de toutes les haches du monde, de toutes les poteries du monde ou de toutes les maisons du monde » (p. 658).

J’aimerais signaler que, tout au long de cet ouvrage, on peut trouver de belles références et données concernant le plurilinguisme des sociétés traditionnelles pour lesquelles « la multiplicité est la règle » (p. 515) à aujourd’hui : il faut rappeler combien en France, sur ces questions, le regard est toujours faussé par les idéologies monolingues de nombre de « républicains » et « patriotes » quand ce ne sont pas des idéologues d’extrême-droite. Mais au-delà, ce sont souvent aussi l’inattention à la vie du langage et des langues qui mine nos institutions d’enseignement, de la maternelle à l’université. 

Au cœur de cet ouvrage, la place d’un « héros français », celle de Georges Dumézil dont le chapitre 16 permet d’éclairer la place et les thèses mais aussi les usages, entre autres, par la « Nouvelle Droite ». On devra dès lors réfléchir à deux fois avant de citer ses travaux. Cela demanderait aussi d’éclairer certains aspects de l’œuvre d’Émile Benveniste qui a pu, « du moins avant la dernière guerre », croire aux Indo-Européens, mais dont les « études sémantiques » peuvent être lues « avec profit », « même si l’idée d’un Peuple originel restait sans doute en toile de fond dans son esprit » (p. 602-603). 

Pour conclure, trop vite, sur un ouvrage d’une grande richesse, je dirais qu’il participe à ce que d’aucuns aimeraient engager : une décolonisation (voir les travaux, entre autres, de Françoise Vergès – j’y reviendrai). Elle doit commencer par « le mythe d’origine de l’Occident » : les Indo-Européens ! 

On pourra poursuivre la réflexion, en visitant le site de Jean-Paul Demoule : https://www.jeanpauldemoule.com

Un article plus ancien qui résume les usages idéologiques de la notion : http://www.anti-rev.org/textes/Demoule99a/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.