Les ateliers du dire : une thèse pour changer de cap en didactique des LANGUES et des littératures

Ci-dessous, ma contribution à la soutenance de thèse d’Olivier Mouginot : http://www.univ-paris3.fr/soutenance-de-these-de-m-olivier-mouginot-521319.kjsp

Voir son carnet de recherche : https://atelit.hypotheses.org/olivier-mouginot

Le directeur de la thèse d’Olivier Mouginot, Serge Martin (S. M.), prend la parole en commençant par remercier ses collègues qui ont accepté de lire et d’évaluer la recherche doctorale d’Olivier Mouginot. Il tient à partager avec eux le plaisir de voir Olivier Mouginot soutenir au moment où il prend sa retraite et ainsi de constater que le relai de la recherche est bel et bien assuré. Son directeur en est convaincu pour au moins trois raisons : 

– Tout d’abord, cette thèse approfondit décisivement une proposition qu’il avait faite lors d’une journée d’études, le 23 septembre 2009, autour de l’œuvre d’Henri Meschonnic, journée ouverte par Jean-Louis Chiss (« Les langues, l’enseignement et la théorie du langage ») qui préside cette thèse : « Quand dire c’est écouter : l’oralité pour transformer la didactique de l’oral et de l’écrit » (Penser le langage, penser l’enseignement avec Henri Meschonnic », L’Atelier du grand tétras, 2010).

– Ensuite cette thèse poursuit le combat que son directeur n’a cessé de mener, dans ses enseignements comme dans ses publications, contre tous les discontinuismes tant théoriques que méthodologiques en enseignement-apprentissage des langues, qui laissent le plus souvent l’élève et le professeur sans aucun accompagnement pour augmenter voire intensifier ce qui fait le sens du langage, et donc du vivre-langage, dès qu’enseignement-apprentissage. 

– Enfin, pour son directeur, cette thèse concrétise avec ampleur le défi que font les arts du langage, et plus particulièrement les littératures comme expériences vives, aux didactiques des langues et des littératures, des lectures et des écritures, à la didactique du français pour tout résumer : défi de l’inconnu de la relation vocale qui est le défi de tout passage de sujet par lequel la voix fait relation, l’apprentissage fait sujet et l’enseignement fait langage et donc société. 

S. M. a donc l’impression de « passer la main », du moins de n’avoir plus qu’à accompagner ce qui est devenu pour lui une aventure continuée par d’autres et ici par un chercheur par lequel il se redécouvre. Il va donc continuer à participer au mieux à ce à quoi Olivier Mouginot invite à la fin de sa thèse : « vers des ateliers des savoirs et enjeux de langage ». Si « l’avenir est au sens du langage », comme disait Henri Meschonnic cité p. 521, alors, pour S. M., l’avenir est à ce que cette thèse ouvre fermement. 

S. M. rappelle que la thèse d’Olivier Mouginot a été rédigée dans le prolongement d’un mémoire de M2 à distance ici à la Sorbonne nouvelle, rédigé sous sa direction et soutenu en juin 2014 : L’atelier d’écriture créative en didactique du FLEalors qu’Olivier Mouginot était en poste à Khartoum au Soudan et y animait, entre autres, au sein de l’Alliance française le club francophone de lecture. Olivier Mouginot a eu un parcours antérieur qui le portait vers le théâtre, à la fois du côté de l’écriture et de la dramaturgie. S’il a rompu avec ce milieu professionnel, il semble qu’il a poursuivi ce qui, de la théâtralité, fait la force d’une œuvre de langage comme d’une pensée du langage dès que la pratique enseignante s’ouvre aux dynamiques des lectures et des écritures que de telles œuvres engagent jusque dans la réflexivité des apprenants, qu’il s’agisse des passages de langues, de cultures et, au-delà, des trans-subjectivations jamais maîtrisables totalement ainsi que le signalait Gilles Sioufi lors du colloque organisé l’an dernier sur les humanités et la mondialisation à Paris 3. S. M. le cite : « Savoir est bien ; savoir-faire est utile mais rien ne vaut l’expérience.Faire, simplement[1]. » Olivier Mouginot ne pouvait partir de cette citation dans sa recherche mais, pour S. M., il en a tenu exactement l’orientation depuis qu’il a déposé son projet de thèse au cours de l’été 2014 en rejoignant entre temps un poste de responsable d’Alliance française sans compter des charges de formateur à Enugu au Nigéria. Pour S. M., le faireproposé par Gilles Sioufi est réénoncé très clairement, dans la thèse, avec lesateliers dudirequ’on ne peut réduire à une dimension parmi d’autres d’une didactique de(s) langue(s), ni rapporter à ses marges comme il est de coutume. Le sous-titre de la thèse pose d’ailleurs les « enjeux » de ce « dire » comme « faire langage », enjeux qui ne peuvent s’arrêter à une performativité mais qui ouvrent fortement à une oralité dont la gestualité est décisive pour qu’un corps-langage advienne dès qu’enseignement-apprentissage des langues et cultures. L’enjeu est bien, pour S. M., de permettre et d’accompagner au mieux un maximum d’expériences vocales et donc de considérer le dire comme levier décisif d’une didactique des lectures, des écritures et des littératures comme le précise la parenthèse du titre de la thèse. 

Ceci dit, S. M. tient à remarquer que la notion d’« atelier », associée à celle du « dire » par la thèse, pose un différend en regard de celles plus courantes de « cours », de « leçon », de « séquence », etc. Il lui semble qu’elle répond très précisément à ce que le même Gilles Sioufi signalait, il y a un an, en vue de reconfigurer d’un point de vue épistémologique toute la didactique des langues. Voici la conclusion de Sioufi que cite S. M. : « Quand on enseigne une langue étrangère, on sait qu’ »enseigner » cette langue, c’est essentiellement se faire un passeur vers celle-ci. Ce que fait un individu avec une langue étrangère échappe la plupart du temps à celui qui lui a transmise ou « enseignée ». Il pourrait en être de même pour ce qui est d’ »enseigner les humanités » : il s’agirait avant tout d’en donner un accès – un accès comme il pourrait y en avoir d’autres. » Et c’est bien précisément à l’articulation des langues et des « humanités », plus précisément prises sous l’angle des littératures, que cette reconfiguration est proposée par Olivier Mouginot à l’aide du dispositif des ateliers du dire dans un esprit très inspiré de la philosophie de l’éducation de John Dewey. Pour S. M., il semble alors qu’avec cette thèse la didactique devienne une pensée heuristique se défaisant de tout modèle dont les histoires récentes ont montré combien l’applicationnisme contredit bien vite les meilleures intentions, non par un défaut de transmission mais bien par la déshistoricisation qui est au principe de la modélisation, quand l’historicité demande la participation, le « faire » dont parlait Sioufi. Une telle heuristique didactique demande à tous ses acteurs de travailler à l’écoute de ce que permet le dire dans tous ses possibles dès qu’enseignement-apprentissage : c’est ce que montre la thèse selon son directeur. Autrement dit, pour S. M., toute cette thèse est traversée par l’exigence décisive pour tous les acteurs de l’enseignement d’une attention aux historicités, à leurs rapports, en vue de positions toujours à penser, à rejouer, à engager.  

On comprend alors, selon S. M., pourquoi la recherche d’Olivier Mouginot est d’abord conçue comme une enquête qui met l’écoute au principe de son fonctionnement. Si l’on peut lui reprocher de déroger aux règles établies ici ou là, dans telle ou telle discipline, s’agissant d’observer et de recueillir les données empiriques des ateliers du dire, c’est tout simplement parce que la thèse construit la critique en acte des méthodes d’enquête et invente, surtout d’un point de vue énonciatif, ses modalités propres tout en les ajustant assez finement avec les huit expériences considérées, en engageant à chaque pas l’observateur dans sa propre enquête tant théorique que pratique : ces entretiens impliquent chaque fois Olivier Mouginot dans une relation de recherche à inventer. Pour S. M., c’est toute la force critique d’une thèse que de monter en méthode en même temps qu’elle monte en écriture, car écrire est, pour Olivier Mouginot, la recherche de formules voire l’invention de notions qui correspondent au plus juste à la recherche en cours dans ce que S. M. aimerait appeler des rapports de voix tels que ceux qu’on souhaiterait plus fréquents en didactique des langues comme en études littéraires. S. M. souligne le fait qu’il n’y a aucun hasard à ce que cette thèse se soit écrite tout au long en gardant en ligne de mire le questionnement puissant d’un Samuel Becket : « Comment essayer dire ? », citation issue de Cap au pire (1983, Minuit, 1991, p. 10)S. M. se contente d’un exemple de trouvaille : « les ateliers du dire avec les œuvres littéraires cherchent à faire reconnaîtrela puissance du faire langage » (p. 257). Pour S. M., cette reconnaissance à l’œuvre dans les ateliers du dire sur lesquels enquête Olivier Mouginot, c’est exactement ce qu’on peut appeler une poétique de la lecture avec les œuvres littéraires. Aussi est-on, selon lui, dans un tout autre paradigme que celui de l’herméneutique ou celui de la rhétorique de bien des dispositifs scolaires ou d’animation. Olivier Mouginot enjoint à considérer un paradigme, certainement très ancien dans les modes d’éducation ou de transmission, celui qui s’attache plus aux rapports d’énonciations qu’à celui d’énoncés, plus à l’activité qu’à son objet, plus au continu qu’au discontinu des savoirs et des enjeux du langage. Ce paradigme est, pour S. M. et donc Olivier Mouginot, celui de la résonance comme relation de voix.   

Aussi, S. M. conclut-t-il en évoquant les fortes pages où l’étude littéraire atteint le maximum d’écoute parce que justement toute la thèse ne sépare pas l’attention aux œuvres de l’attention aux lectures, par l’attention au dire qui traverse les unes et les autres, dans et par la voix continuée. Il pense aux pages qu’Olivier Mouginot consacre au livre de poèmes d’Henri Meschonnic, Nous le passage, qu’il organise en déclinant la pluralité vocale à l’œuvre : « voix-éveil », « voix-écoute », « voix-silence », « voix-corps », « voix-dire », « voix-voyage » et « voix-avenir » (p. 416-422). Pour S. M., ces appositions avec le trait d’union synthématique proposent une conceptualisation du continu vocal par son débordement. C’est à ce point qu’il situe la force de cette thèse : non pas définirune didactique voire même une poétique ou une trans-linguistique pour l’arrêter à quelques attendus méthodologiques ou doxiques, mais engager une poétique expérientielle comme attention au « faire » qui la déborde sans cesse, parce que l’attention portée aux expériences ouvre, exactement comme tous les discours de la pratique, à une incursion vers des possibles, vers des essais qui explorent tout l’inconnu des rapports aux savoirs et à la vie. Il semble qu’en fin de compte, pour S. M., cette démarche constitue l’avenir d’une didactique des langues et des cultures et au-delà d’un enseignement des humanités ici et là. S. M. ne peux que souhaiter l’implication forte d’Olivier Mouginot dans les recherches en didactique des langues et des cultures, là où leur articulation devient la plus forte possible avec les études littéraires et les sciences de l’éducation à hauteur des enjeux de la nouvelle mondialisation, afin de tenir ferme quant aux enjeux de langage, à l’écoute des voix, de toutes les voix, même des « petites voix ». S. M. fait référence ici à deux romans de la rentrée littéraire : celui d’Alain Mabanckou, Les Cigognes sont immortelles, et celui de David Diop, Frère d’âme ; l’un et l’autre se terminant avec de telles « petites voix ». S. M. cite le dernier : « C’est la petite voix qui me l’a dit de très, très loin ». Aussi dorénavant, S. M. peut dire comme l’écrivait un autre écrivain d’Afrique, Cheikh Hamidou Kane dans L’Aventure ambigüe : « Je suis deux voix simultanées, l’une s’éloigne et l’autre croît ».


[1]Gilles Sioufi, « Les humanités et les langues », Emmanuel Fraisse (dir.), Les études françaises et les humanités dans la mondialisation, L’Harmattan, 2018, p. 47-48.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.