Mathieu Depeursinge : une thèse sur les conditions de la lecture en démocratie, qui va compter !

Rapport sur la thèse de Mathieu DEPEURSINGE, L’éducation poétique par l’illisible Enquête sur les conditions de la lecture en démocratie, présentée le 5 décembre 2018 à la Faculté des Lettres de Lausanne pour l’obtention du grade de Docteur ès lettres sous la direction des Professeurs Antonio Rodriguez (dir.) et Noël Cordonnier (co-dir.)

La thèse de Mathieu Depeursinge (MD) est un document de 531 pages qui comprend quatre parties suivies d’une bibliographie conséquente. La thèse est fort bien rédigée et se lit comme une enquête au long cours. Un index nominumaurait été le bienvenu. Quelques remarques concernant la bibliographie dont l’organisation en corpus primaire et secondaire est tout à fait judicieuse. Toutefois, après les œuvres littéraires, les œuvres critiques s’y voient réparties entre « critique de la poésie », « didactique » et « approches générales », lesquelles comprennent « philosophie », « sciences sociales et sciences de l’éducation », « histoire, sociologie de l’art » » et « linguistique, sémantique, sémiologie ». On peut s’étonner d’un tel classement où, par exemple, sont dissociées « didactique » et « sciences de l’éducation », mais également où tel ouvrage de Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, ou encore tous les ouvrages du Comité invisible se voient affectés en « philosophie » quand La Philosophie du langage de Auroux et alii l’est en « linguistique ». On peut aussitôt ajouter qu’un domaine important lié au mot « enquête » qui thématise dès le titre la méthode de la thèse ne soit référencé explicitement dans la thèse : si John Dewey est présent, l’ethno-méthodologie (Harold Garfinkel) est absente ou un épistémologue de l’enquête comme Bruno Latour.

Ceci dit, la liberté d’allure de l’écriture de MD s’associe à une rigueur réflexive puissante. Cette liberté et cette rigueur donnent à la thèse un ton vif qui la transforme en un essai à hauteur des enjeux soulevés et reformulés à l’entrée de la conclusion : ouvrir « une brèche dans la carapace solide de l’impensé scolaire » afin de repenser à nouveaux frais l’égalité dès que lecture et donc travailler à une démocratie de lecteurs. On souhaiterait que toutes les thèses en études littéraires aient une telle rigueur et une telle allure ! Un art de la formule voire de l’humour participent à une pensée en actes de langage ou à ce qu’on pourrait appeler un poème de la pensée et au rire de la théorie. Bonheur du lecteur de la thèse quand il lit une formule qu’il croit empruntée à John Dewey mais qui apparaît in finecomme résultante de toute la thèse : « l’esthétique, en vérité, a ‘toujours déjà’ commencé » (p. 508) même s’il semble que ce soit l’artistique, les arts du langage, qui sont de fait toujours en cours alors même qu’ils sont déniés à la majorité des locuteurs et donc lecteurs dont les actes se voient stigmatisés comme non-artistiques ; ou encore quand la thèse pose la nécessité d’un pari, « non sur la hiérarchie, mais sur la relation » (p. 509), ce même lecteur de la thèse aperçoit tout ce qui fait son combat intellectuel depuis longtemps en ce qui concerne non le « soin », car la thérapie n’est pas si éloignée que cela de la pédagogie, mais ce qu’il préfère appeler l’« attention » à ce que la relation ainsi engagée ouvre peut-être encore plus qu’à ce que la thèse nomme « l’inconditionné de l’acte », à l’inaccompli des énonciations, à l’impossible, l’inattendu démocratique – et alors il s’agirait d’un rapport fort entre le sens du langage et l’éthique relationnelle dans leur force conjointe poétique et politique. C’est qu’en effet, contrairement aux apparences entretenues par les propagandes des vainqueurs, l’histoire est peut-être plus la résultante de ce que Walter Benjamin appelait « la tradition des vaincus », ou de ce qu’inventent les tactiques souvent invues, au sens de Michel de Certeau. 

En fin de compte cette thèse serait une tentative forte pour faire exploser les continuités historiques et en particulier didactiques dont celle conduisant par autant de médiations que d’instrumentalisations du non-lecteur au lecteur expert. Il y a dans cette thèse le souffle des rêves du passé, de Jacotot et de combien d’autres (peut-être aurait-il fallu explorer d’autres théories que celle de Rancière comme celle de Dewey, déjà cité, mais aussi celles des promoteurs actuels de la classe inversée voire du learning center), pour que les libertés de lire ne restent plus souterraines, vaines et hors-jeu démocratique. Aussi, la thèse résonne-t-elle par bien des aspects avec des travaux d’historiens comme ceux de Michèle Riot-Sarcey, à la différence près que les libertés de dire et de lire y associent la comptine (dont on devrait apercevoir l’illisibilité) et la chanson au texte poétique, par quoi la notion d’avant-garde serait réductrice parce qu’elle n’engagerait pas un continu discursif possible dans et par des reprises de voix.

La thèse construit une hypothèse de recherche à partir d’expériences conduites dans le cadre de « l’école de transition », donc essentiellement avec des adolescents en rupture scolaire, et en quelques autres lieux avec des lettrés, dont la cinquième partie offre un compte rendu précis. Une des formulations de l’hypothèse peut être prise à la p. 230 : « une lecture non-élitaire des œuvres d’avant-garde n’est-elle pas possible ou, pour le dire autrement, ces œuvres ne sont-elles pas en réalité et contrairement à l’impensé le plus tenace, entre toutes, les plus démocratiques ? » L’hypothèse est déployée dans une enquête prolongée, initiée dans la première partie autour du concept de l’illisible avant de proposer, dans la deuxième partie, une perspective didactique non scolaire autour du paradigme de l’appropriation puis, dans la troisième partie, à l’aide d’une conceptualisation de la notion d’acte avec des modes et des valeurs qui en feraient le levier d’une démocratie en situations de lecture. 

Cette thèse engage une critique forte de la situation de la lecture, pas seulement scolaire, dans nos sociétés ultra-scolarisées et mondialisées. En effet, elle montre que les possibles de l’expérience de lecture ne sont pas vraiment considérées et sont le plus souvent enfermées dans le cadre d’une progression naturalisée qui va du lecteur ordinaire à l’expert, quels que soient les aménagements didactiques voire les meilleures intentions, entre autres, des promoteurs du « sujet lecteur » et de la « lecture littéraire » jusque dans les programmes d’enseignement. Par ailleurs, la thèse vise à sortir du paradigme herméneutique, dans lequel s’associent la compréhension à l’interprétation, paradigme auquel participerait même un Stanley Fish dont MD démonte le subterfuge dans son essai Quand lire, c’est faire, puisque justement il s’agirait non de constituer des « communautés interprétatives » mais de tenter de penser les conditions de possibilités d’un acte, celui de la lecture, en dehors de l’école et de ses communautés dont celles des ignorants qu’elle crée, pour trouver ailleurs les conditions d’expériences libres, de communautés se faisant et défaisant au cœur de ces expériences libres. L’enjeu devient donc celui d’une didactique non scolaire et non arc-bouté à une transmission régie sur une modélisation. Il semblerait qu’il s’agisse alors d’une « didactique négative » (p. 294) comme on a pu parler de théologie négative, au point alors qu’elle contesterait la dualité dans/hors institutions scolaires, d’autant que nos sociétés ont érigé des modèles généralisés du faire et donc du lire, scolarisant toutes les activités humaines dans les processus de production et de consommation – la généralisation de l’emploi de la notion de compétence l’attesterait. 

La critique prenant appui sur Jacques Rancière, son Maître ignorant, est d’une grande pertinence et constitue certainement le levier d’une reconfiguration décisive de toute la didactique, et pas seulement le souhait d’un complément extra-scolaire : « Une didactique non méthodique est possible », écrit MD p. 285. Ce qui n’est pas sans évoquer les remarques d’un Montaigne qui évoquait une analytique de la pensée « sans science et sans art » (Essais, III, 2) ou celles d’un Adorno qui définissait l’essai comme « méthodiquement non méthodique ». Aussi, et ce serait ma première suggestion après lecture de la thèse, il semblerait nécessaire d’associer étroitement les notions d’appropriation et d’essai et, personnellement, je les verrais bien ajointées dans la formule d’un Henri Michaux, auquel MD est par ailleurs très attaché, avec son « essayer dire » et son « rater mieux » dans Cap au pire(1982), deux expressions qui engagent une didactique des réénonciations où le « jeu » demande d’ouvrir un maximum de résonances voire de dissonances – si l’on entend ces dernières comme des résonances négatives…

Reprenons une dernière fois. On ne peut que constater l’ampleur de la réflexion de MD : partant d’un problème partagé avec quelques élèves en grand difficulté – et pas seulement observé chez ces élèves –, ce jeune professeur de Lettres met au défi l’institution scolaire et les études littéraires, voire la philosophie politique, dans leurs attendus routinisés concernant la lecture, la littérature, la culture et leur enseignement autant que leur conceptualisation, à l’ère de la mondialisation-médiatisation, au travers de notions, soit assez peu interrogées comme l’illisible– contrairement à l’intraduisibleen traductologie ou en littérature comparée, soit sans cesse rejouées ces dernières décennies comme celles de compréhensionen lecture ou de pactede lecture. On peut regretter que le point n’ait pas été fait à partir d’autres travaux concernant la notion. Je pense, par exemple, au numéro de La Licorneen 2006 et, plus récemment, à un collectif dirigé par Bénédicte Gorrillot et Alain Lescart en 2014 (éd. Septentrion), L’Illisibilité en question. Il est vrai que ce collectif semblait aboutir à la conclusion suivante, si l’on en croit le compte rendu publié sur Fabula : « une poésie non lisible ou difficilement lisible, n’est pas pour autant illisible » ! Sans compter le fait qu’il s’achève sur la solution d’un accompagnement « théorique voire pédagogique » de l’œuvre dite illisible – ce qui est en contradiction flagrante avec toute la réflexion de MD. On comprend alors peut-être pourquoi MD évite un tel ouvrage d’autant que cette conclusion prend sa source dans les propos de Christian Prigent, lequel s’entend dire par Nathalie Quintane que « tout théoricien pose les questions qu’il arrange / qu’ils arrangent en fonction des réponses qu’il a élaborées » (p. 188) !

Cette longue recherche vise l’intrication et non la distinction traditionnelle entre poétique et didactique (p. 478). La méthode est celle de l’enquête : enquête théorique sans cesse nourrie à l’enquête expérientielle dont rend compte la cinquième partie – on aurait aimé pouvoir consulter l’ensemble des retranscriptions des expériences dans une annexe ou par leur mise en ligne, par exemple. MD fait ressortir la pertinence d’une hypothèse où se jouent ensemble le poème et la vie, au cœur des « ébranlements tectoniques du monde » (p. 86) et au ras d’échanges autour d’un « poème » extrait de La Vie modernede Christian Prigent (P.O.L, 2012, p. 41) – on ne comprend pas pourquoi MD commence la thèse avec un autre poème extrait de Dum Pendet filius(P.O.L, 1997, p. 51) correctement référencé en note de bas de page, tout en l’attribuant dans le corps du texte à La Vie moderne ! Étrangement, on ne sait pas ce qui a motivé au fond le choix de tel poème, dont il faut signaler pour le dernier cité qu’il commence comme tous les poèmes du livre par « Ma mère » – ce qui montrerait à l’envi qu’une lecture du livre change la lecture du poème et Jacotot, lui-même, parlait de livre (le Télémaque) et non d’extraits ; aussi les conditions de l’illisibilité restent-elles perturbées par un dispositif, certes « rattrapé par la séquence », comme dit MD p. 496 – mais ce serait le cas dès le départ puisque le modèle du poème-une page est celui de toute la didactisation scolaire ! Par ailleurs, on pourrait interroger ce que MD appelle « littérature d’avant-garde » d’autant qu’il semble naturaliser son illisibilité (« l’illisible a une affinité avec la modernité », p. 91) tout en se dédouanant constamment d’une telle pratique : « des déclarations qui visent à assimiler l’illisible à un genre, ou un corpus non situé ne font pas sens » (ibid.). Pour le moins, cela relève d’un cliché et la catégorie de « l’illisible » se rapporte ainsi qu’il le dit à un « mode de l’échec » (ibid.) plus qu’à une caractéristique textuelle voire générique ! Aussi, peut-on se demander ce qu’il en serait si l’expérience du « poème » avait porté sur un texte de Charles Pennequin qui n’a pas du tout l’historicité d’un Christian Prigent, professeur de son état jusque dans son écriture néo-classique. Je pense, par exemple, à La Ville est un trou  (P.O.L, 2007) ou aux gesticulations dictaphonées de Pennequin qui viennent de paraître. Et qu’en aurait-il été d’un texte de Rabelais ?

Il faudrait enfin observer combien toute la thèse repose sur un pari théorique très difficile à tenir et que je voudrais illustrer par deux passages rapprochés et inauguraux : « Nous ne partons pas du langage, mais de l’acte » (p. 111) et « Ceci nous poussera à installer la problématique dans la question du langage, mais aussi bien à penser la question de la valeur de manière transversale, où elle trouve un sens propre qui ne fasse pas du langage son site exclusif » (p. 113). Je remarque, d’une part, une hésitation prolongée quand MD, par exemple à la page 111, pose une contradiction logique : « les actes de langage ne sont pas le tout de l’acte, mais un ensemble d’actes parmi d’autre dont certains ne sont pas proprement langagiers (et quoique chez un être de langage, ce qui ne manifeste pas de langage soit néanmoins structurellement tissé de langage – la perception elle-même, l’est, même lorsque, en acte, elle n’implique pas de nomination consciente) ». Deux théories du langage aussi opposées ne peuvent se concilier et, en fin de compte, c’est la conception réaliste (le terme de « nomination » en attesterait paradoxalement) qui l’emporte sur la nominaliste, alors même que c’est cette dernière sur laquelle repose tout l’édifice théorique de MD. Il semble, par ailleurs, indéfendable de prendre appui sur la théorie saussurienne de la valeur pour, en fin de compte, ne pas rendre au langage son statut d’« interprétant de la société », comme le proposait Émile Benveniste. Mais, il est vrai que MD tend à réduire le débat à une discussion entre linguistique et ontologie quand Saussure, comme Benveniste et Meschonnic, le situe entre anthropologie historique du langage, dans la tradition de Humboldt, et philosophie du langage dans ses diverses versions ontologiques et/ou métaphysiques. Prendre appui seulement sur le Cours porte préjudice à la pensée de la valeur quand il aurait fallu lire les Écrits de linguistique généralepublié en 2002 chez Gallimard, lesquels posent l’articulation forte des notions de valeur et de discours qui, pour Benveniste et Meschonnic, constituent les leviers de leur recherche avec les notions de rythme, d’oralité et d’historicité pour ce dernier qui posait l’hypothèse forte que tout sujet de la lecture et de l’écriture peut devenir sujet du poème, c’est-à-dire participant d’un mouvement trans-subjectivant, de ce que j’appelle une voix-relation. 

Il me faut conclure en rappelant la force innovante et donc exceptionnelle de la thèse de MD tant pour la théorie que pour la pratique de la lecture : je ne peux que souhaiter qu’elle parvienne, sous une forme certainement allégée, rapidement à publication et que les incompatibles n’y soient plus nécessaires. Cela n’enlèvera en rien sa force pour des reprises vives où l’imperfectif l’emportera sur le perfectif, l’opération sur l’acte, afin que s’entendent dorénavant, dans les philosophies comme dans les didactiques, non des lectures qui viennent mais des lectures qui tiennent… voix !

N.B. : On peut lire un entretien avec Mathieu Depeursinge ici: https://atelit.hypotheses.org/1552 et l’écouter dans un trio ici : https://www.youtube.com/watch?v=ePg15UJllrY.


2 réflexions sur « Mathieu Depeursinge : une thèse sur les conditions de la lecture en démocratie, qui va compter ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.