Culture du langage : une question d’attention (avec Jean-Louis Chiss)

Jean-Louis Chiss, La Culture du langage et les idéologies linguistiques, Lambert-Luca, 2018.

Les travaux des chercheurs prennent plus souvent la forme de l’article que du livre et c’est bien dommage car l’article, s’il peut être plus vite lu, ne rend pas compte d’un parcours de recherche et insiste forcément plus sur les résultats – bien souvent maigres – que sur la démarche : les méthodes d’évaluation de la recherche qui sont modélisées par un certain scientisme n’y sont pas pour rien ! Avec Jean-Louis Chiss, le lecteur est souvent mis au défi de lire ses articles qui lui semblent ardus puisque toute sa recherche vise d’abord la démarche, même si c’est souvent le meilleur moyen d’être assuré de résultat consistant. Aussi leur édition en livre dans des versions souvent refondues donne enfin toute leur valeur à la recherche de l’auteur et permet aux lecteurs d’en saisir la force épistémologique par la tenue des notions mises en jeu dans un continu de pensée trop souvent difficile à concevoir à la dimension d’un article. Cet ouvrage me semble très important pour justement percevoir l’importance et la spécificité de la démarche de Chiss : regroupant en trois moments dix-neuf articles publiés de 1975 à 2013, soit sur presque 40 ans de recherche, il oriente décisivement ses travaux qui peuvent paraître par trop épars, à celui qui ne le connaît pas comme collègue. Chiss nomme « l’attention au langage » ce qui tient ensemble crise(s), culture(s) et politique(s) du langage. Cette attention qui vise une théorie du langagedont le concept fondateur est le discours, passerait par trois forces concomitantes que seraient la critique toujours à tenir des représentations du langage ou idéologies linguistiques, la critique de la coupure langue/littérature dans le contexte français et, enfin, la critique des politiques du langage souvent inscientes des linguistes et philosophes, des comparatistes et défenseurs des langues dans des situations toujours à historiciser à rebours des notions essentialisantes et d’un dualisme à l’emporte-pièce qu’il s’agit justement de « mettre en crise » (p. 209).

Cet itinéraire intellectuel, qu’il faut bien évidemment ne pas séparer du précédent ouvrage reprenant dix-huit articles à la teneur plus didactique (L’Écrit, la lecture et l’écritureThéories et didactiques, L’Harmattan, coll. « Enfance & langages », 2012), est à la fois nourri d’un regard rétrospectif constant permettant le travail des historicités contre toutes les illusions du nouveau dans l’actualité, et d’un engagement animé par une responsabilité scientifique, politique et éthique qui agit comme une veille au plus vif des situations envisagées souvent conflictuelles et bien évidemment polémiques très précisément à l’articulation du champ linguistique et du champ didactique, des savoirs dits savantset des savoirs dits disciplinaires, c’est-à-dire de ce qu’on appelle facilement la « crise du français » et la « crise de l’école », et plus spécifiquement la « crise » de l’enseignement des langues et des littératures. Mais c’est justement cette tenue intempestive des historicités qui donne toute sa force à l’itinéraire de Chiss, dont les travaux œuvrent à une théorie du langage sans cesse entièrement rejouée par les défis de l’actuel avec une boussole puissante, celle que constitue la conceptualisation conjointe du discourset de l’historicitéauxquels se joignent continument ceux de sujetet de valeur. Les ressouvenirs en avant de son travail consistent décisivement à repenser la notion de « crise » en en repérant tous les effets discursifs dans des situations forcément complexes mais souvent réduites à des dichotomies pseudo-savantes nourries aux idéologies linguistiques. Ce travail de dépistage et de remontage situationnels est toujours remarquable pour en montrer les tensions à l’œuvre, pour augmenter tant chez les linguistes que chez les didacticiens les moyens d’une culture du langage à la hauteur des problèmes toujours à reformuler spécifiquement. Dans ce travail, il emprunte aussi bien à Foucault qu’à Deleuze mais surtout à Meschonnic et à Hartog ou à Ginsburg en s’inscrivant dans la lignée, reconstruite toujours au plus près des spécificités, de Humboldt, Saussure, Bally, Benveniste. Car, au fond, ce qui intéresse Chiss, ce sont les porosités entre des entités culturelles trop vite essentialisées, alors que certainement se reconstituent constamment les massifs discursifs que sont les disciplines, les épistémologies, les cultures et in fine les représentations avec tout ce qui s’ensuit en termes de politiques culturelles et éducatives mais aussi scientifiques, et conjointement en termes d’éthique du langage avec toutes les implications et les enjeux que l’histoire et les socialités engagent chaque jour pour chacun.e.

L’itinéraire est loin d’offrir une vue achevée quand Chiss avive les problèmes du langage en proposant des pistes de recherche pour ses collègues linguistes ou/et didacticiens, ses étudiants mais aussi pour tous les citoyens. J’aimerais ici en retenir une parmi bien d’autres que le lecteur découvrira au fil de la lecture passionnante de cet essai. Cette piste me tient à cœur d’autant que je la partage avec lui depuis de nombreuses années. Le citant longuement, on y apercevra le doigté d’une tenue d’ensemble très éclairante. Comme il a pu le faire avec son collègue Christian Puech dans deux ouvrages qu’il faut également adosser à cet itinéraire (Fondations de la linguistique. Études d’histoire et d’épistémologie, 1997 ; Le Langage et ses disciplines, XIXe/ XXesiècles, 1999), Chiss interroge les « paradigmes savants » des didactiques de l’enseignement de la littérature. A l’issue d’une réflexion forte sur les apprentissages de la lecture et les conceptions de la littérature dans l’enseignement en France, il montre comment l’accent mis sur « la relation herméneutique », à travers le paradigme des théories de la réception et du « sujet lecteur », certes « désacralise la littérature » et « propose une sortie de l’historicisme au sens de la réduction aux conditions de production, mais sans donner les moyens de conquérir une historicité de l’œuvre ; son entrée dans l’univers scolaire a pour fonction sinon de périmer les méthodes d’analyse (structurales ou non), du moins de les relativiser, la tradition éducative et son éclectisme ne pouvant permettre de jeter le bébé avec l’eau du bain, c’est-à-dire la lecture analytique avec les approches issues du structuralisme linguistique et littéraire. Il lui reste aussi à concilier son individualisme de principe avec la fabrication d’une ‘communauté’ scolaire, à circonscrire un enseignable objectivable et cumulatif qui ne se dissolve pas dans le concert des subjectivités en oubliant les droits du texte comme œuvre de langage » (p. 149). Les deux pistes indiquées in finesont justement ce qui me paraît décisif pour engager des relations et des passages de voix dès qu’enseignement avec les œuvres littéraires. Il me semble toutefois que Chiss donne parfois l’impression de vouloir tenir des inconciliables quand, par exemple dans ce passage, la conciliation proposée fait comme oublier qu’une telle antinomie (individu vs.communauté) relève exactement de celle que Benveniste proposait de lever quand il proposait que « c’est dans une réalité dialectique englobant les deux termes et les définissant par relation mutuelle qu’on découvre le fondement linguistique de la subjectivité » (Problèmes de linguistique générale, I, p. 260). Par quoi, la relation littéraire en didactique pourrait se concevoir comme un passage de sujet au sens d’une activité vocale continuée, d’une trans-subjectivation dans et par l’œuvre, son rythme-sujet comme le dirait Meschonnic, laquelle alors ne peut se réduire à un « texte » ni à ses « droits » qui s’opposeraient à une didactique schizophrène où l’autorité professorale nourrie aux sources savantes résoudrait l’anarchie des subjectivités sollicitées en première lecture – ce que d’aucuns appelle une « communauté interprétative » (Stanley Fish, Quand lire c’est faire, 2007). Les textes littéraires ne sont pas des objets mais, en lecture, des sujets à l’œuvre, plus précisément des rapports de sujets voire des inventions de sujets qu’on ne soupçonnait pas et qui nous arrivent dans des relations de voix. L’enjeu, didactique mais également linguistique et au-delà d’une anthropologie historique du langage à laquelle tient Chiss, serait bien celui de tenir voix sous peine de perdre voix : œuvres sans échos et lecteurs sans résonances ou sciences sans voix et arts sans pensée. Il me semble que c’est nettement la direction que la conclusion de Chiss ouvre avec la notion « d’arts du langage » en vue d’une « théorie d’ensemble » qui ne les laisse pas dans un face à face avec les « sciences du langage » (p. 216) et inversement. Il y aurait alors, de ce point de vue, à critiquer par exemple les travaux d’Yves Citton, de son Avenir des Humanités(2010) à son Écologie de l’attention(2014), que n’évoque pas Chiss et qui sont tout contreune telle direction.

Par ailleurs, si Chiss fait droit au paradigme indiciaire construit par Carlo Ginsburg, il est regrettable qu’il ne fasse pas mention du travail de Jean Starobinski exemplairement situés en 1968 avec sa Relation critique. Mais je ne peux que poursuivre sa conclusion sur la force des œuvres quand il évoque, avec la « radicale historicité » dont parle François Hartog (Régimes d’historicité, 2003), « l’étrangeté dudiscours face à la familiarité desdiscours » (p. 167). Enfin, tout l’ouvrage est tendu, par de nombreux fils à la fois épistémologiques et historiques, vers une reprise de la critique radicale engagée par Henri Meschonnic depuis les années soixante-dix, du cœur du structuralisme universitaire puis plus tard du cœur des « retours » (dénommés « tournants ») du sujet, de l’émotion, de l’éthique, etc. Chiss montre une « reconnaissance affectueuse » à Meschonnic en associant chez lui « l’homme de l’étude » et le « rieur » (p. 199) : ce qui change le climat concernant la lecture des travaux de Meschonnic – il faudrait parler de glaciation chez bon nombre ! Aussi, conclurais-je avec ce magistral ouvrage de Chiss, par cette formule pleine d’échos à l’œuvre de Meschonnic : « Et ce n’est pas fini… » (p. 198). Oui ! grâce à cet itinéraire critique proposé par Chiss, on n’en a pas fini de critiquer toutes les stratégies de pensée et de langage pour augmenter notre attention au langage.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.