Un essai décisif avec l’oeuvre de Jean-Loup Trassard : vers une critique de la phénoménologie littéraire

Florent Hélesbeux, Jean-Loup Trassard ou le paysage empêché, Paris, Classiques Garnier, 2017, 670 p.

Reprenant sa thèse rédigée sous la direction de Didier Alexandre et soutenue en février 2016 (« Le Surplomb impossible, le paysage empêché. L’œuvre de Jean-Loup Trassard lue à la lumière de Merleau-Ponty »), Florent Hélesbeux propose une monographie décisive sur l’œuvre de Trassard. Cette reprise de thèse constitue aussi une intervention forte concernant un pan considérable de la réflexion sur la littérature, depuis au moins le Nouveau Roman, puisqu’à la fois son auteur situe Trassard en regard de nombreuses œuvres (de Giono à Bergougnioux en passant par Ramuz, Gracq, Michon et Millet et bien d’autres, y compris quelques œuvres cinématographiques – je renvoie à l’index fort pratique en fin d’ouvrage) et interroge vivement les habitudes critiques arrimées à une certaine doxaphénoménologique dans les études littéraires et en particulier aux motifs de l’horizonet du paysage. Mais en fin de compte, cette monographie fait ce que devrait engager toute lecture au plus vif des œuvres : une critique où la lecture de l’œuvre en question met tout en mouvement, tant du point de vue des études littéraires et donc des rapports que l’œuvre reconfigure spécifiquement – si ce n’était pas le cas, alors on ne parlerait pas d’œuvre ! – que du point de vue des moyens critiques, disciplinaires ou pas, que l’œuvre exige – et ici c’est exemplairement la phénoménologie de la perception qui est revisitée de fond en comble dans son rapport aux études littéraires et au-delà dans son rapport aux enjeux politiques et éthiques. Tout l’essai tend en effet vers ce que l’auteur appelle le « crépuscule du néolithique » (513), c’est-à-dire la transformation du monde paysan, la destruction même des paysans (à ne pas confondre avec les agriculteurs et autres entrepreneurs[1]), de leur monde, dont l’œuvre de Trassard formulerait à bien des égards un constat précis et terrible mais surtout constituerait l’écriture au présent de ces présences du passé dans les corps, les gestes, les objets, les éléments et bien évidemment le langage, les paroles des paysans et artisans mayennais et l’écriture même : « Le remembrement est bien le fond, même tu, sur lequel l’œuvre de Trassard est écrite » (555).

Par ailleurs, il faut signaler que cet ouvrage n’est pas une monographie comme on en voit tellement : Hélesbeux invente une présentation de sa recherche qui académiquement ne ressemble à aucune autre depuis son organisation générale jusqu’aux détails de son exposition. Si j’acquiesce avec enthousiasme à ce qui fait la force de cette monographie critique, sa forme-sens faite de sept longs chapitres, aux titres à double détente, eux-mêmes constitués de développements qui s’enchaînent au long cours d’une plongée précise dans l’œuvre et non moins convaincante dans la discussion concernant ses enjeux et son intempestivité, je dois signaler l’absence regrettable de la numérotation des chapitres alors même que l’auteur y fait référence. Mais c’est aussi parce que cet essai inventif cherche une écriture-lecture du continu jusqu’à faire sienne l’activité de l’écriture de Trassard : un bocage continué où « les haies de Trassard qui, sur son territoire, barrent constamment l’horizon, comme des garde-fous » (42) permettraient à Hélesbeux, et nous avec lui, de « lutter contre la tentation si puissante d’aller trop vite à l’horizon, d’envoyer trop vite la nature se faire paysage, au lointain – et représentation » (Ibid.). Prenons le temps de parcourir ce bocage continué qu’est cet essai – en ce sens également la critique d’Hélesbeux ne relève pas du commentaire interprétatif auquel les études littéraires habituent trop mais d’une pensée en mouvement-écriture que l’œuvre justement permet seule d’énoncer.

La critique que construit cet ouvrage est d’abord la tenue conjointe, sans cesse rejouée, d’une attention à l’œuvre de Trassard et d’une réflexion philosophique à partir de et donc avec son écriture. Hélesbeux propose trois moments dans l’œuvre de Trassard : de 1961 à 1987, le premier moment de l’œuvre avec six ouvrages, puis le second moment jusqu’en 2000 et enfin les années suivantes comme troisième moment inachevé à ce jour. Toutefois ces trois moments se voient en fin de compte réduits à deux séquences fondatrices : la première prise dans l’erreur sensualiste qu’Hélesbeux caractérise longuement et précisément (y rattachant la plupart des écrivains du « paysage ») quand la seconde, à partir de Tardifs instantanéspour atteindre l’apothéose de Dormance, explore une « écriture de l’intense », celle de la perception à laquelle s’attache décisivement l’essayiste. Aussi l’ouvrage, suivant la chronologie de ces deux moments de l’œuvre, la « tentation sensualiste » précédant « l’écriture de la perception », est par là-même une critique de la réduction sensualiste au paysage-tableau qu’une phénoménologie littéraire ne cesse de répéter au point d’identifier cette réduction à la réduction phénoménologique et d’en faire la vulgate des études littéraires : ce qui constitue un comble pour Hélesbeux puisque « la vision paysage, structurée autour de la ligne d’horizon, n’est pas la structure d’horizon dont parle la phénoménologie ; elle n’est pas la réalité de la perception ; elle en est la dramatisation au lointain, et l’esthétisation » (41). Et cette critique philosophique et littéraire ouvre à une politique et une éthique du proche – il faudrait plutôt parler de voisinque de prochain, distinction que ne fait pas Hélesbeux gardant cette mauvaise habitude française d’un emploi lexical assez chrétien alors même que la perception part d’une orientation fondamentalement matérialiste défaisant toute métaphysique – par l’attention à « la réalité prosaïque et quotidienne » contre une politique des lointains, qui a son intérêt mais qui engage le plus souvent « la contemplation esthétique, monarchique » (ibid.) et j’ajouterais coloniale – aucune référence n’est faite à l’orientalisme qui me semble l’autre pan de la dramatisation et de l’esthétisation paysagère.

On pourrait bien évidemment objecter à cette construction de la temporalité de l’œuvre de Trassard une perspective par trop dualiste alors même qu’elle déplore constamment les habitudes dualistes et c’est certainement à une articulation entre « la troisième partie de l’œuvre de Trassard, dont la caractéristique serait précisément cette prise en compte, cet accueil, de la parole orale – jusque-là si attentivement évitée » (186) et qui, comme l’avoue Hélesbeux,  « échappe pour une large part à [son] étude » (189), et la seconde, celle de « l’écriture intense » ou écriture de la perception, qu’il aurait été nécessaire de travailler. Il faudrait, en effet me semble-t-il, reprendre à nouveaux frais une telle mise en perspective de l’œuvre de Trassard tout contrel’ouvrage magistral d’Hélesbeux : en effet, celui-ci en réitérant le malheureux dualisme très phénoménologique d’un « monde muet » et de la « parole », souligne significativement l’emploi par Trassard de la notion de « bavardage » (189), dans son roman La Déménageriequasiment absent de l’étude. Pour Hélesbeux, cette notion « fait disparaître l’écriture intense », alors même qu’il me semble que Trassard se réapproprie ce terme, « bavardage », si décrié par la doxa heideggérienne française pour en faire exactement ce qu’Hélesbeux mentionne concernant la « mise en chiasme du mouvement et de la perception » (359), contre tout arrêt-paysage ou arrêt-image de la perception : une écriture tout aussi « intense » que j’appellerais alors un racontage (concernant Trassard, voir ma contribution au Cahier Jean-Loup Trassardhttp://www.letempsquilfait.com/Pages/Pages%20livres/Page%20nouv.595.html). Quand Hélesbeux propose pour l’écriture de la perception la notion forte de « sillage » par « en bas », je ne peux qu’évoquer la conceptualisation forte d’un Walter Benjamin dans Le narrateur ou Le raconteur. Je trouve au demeurant regrettable que concernant la destruction des haies, l’essai fasse fond sur Heidegger et son texte sans cesse invoqué, « La question de la technique », alors même que ce dernier essentialise « le paysan » et tout ce qui s’ensuit (« l’arraisonnement ») en des arrêts sur images apocalyptiques, quand tout l’essai d’Hélesbeux avec l’œuvre de Trassard vise, tout au contraire, à des « corps à corps » (304) pleins de réciprocité – concept clé du chiasme de la perception embarquéequi permet de concevoir le mouvement de la perception toute en « exploration, reprise, papillonnement, interrogation » (359) et qui offre autant d’« esquisses » dans et par l’activité d’« exploration » (366) d’une pensée-écriture erratique voire fragile (368) à cent lieues du surplomb autoritaire heideggérien !

J’émettrais alors volontiers l’hypothèse que la notion de « style » est peut-être ce qui empêche, chez Hélesbeux, le continu de sa critique jusqu’à ce « bavardage » chez Trassard, c’est-à-dire l’écoute d’une oralité de l’écriture sourcée à l’écoute des rythmes de l’oralité de ses voisins, et donc jusqu’à ce troisième moment de l’œuvre. In fine Hélesbeux concède toutefois un rôle décisif au patois, que Trassard entend décisivement, cette « langue coupée » écrit-il dans Dormance (150, citée 576), dans la constitution de la honte paysanne qui a permis d’intérioriser le mépris « arrivé du dehors » (576). J’évoquerais alors un moment rare où s’associent Jean-Loup Trassard et le poète James Sacré que malheureusement Hélesbeux ne considère pas. Il laisse un peu seul Trassard en regard du « racisme anti-paysan », ou de « son envers », chez presque tous les écrivains  dont « l’horizon » est bien une sorte d’« éternité » (521) rurale dont la dramatisation assure le ressort de l’écriture si ce n’est la posture esthétique. Sacré, évoquant Des cours d’eau peu considérablesdans la revue Triages(n° 12, 2000, p. 123), dissocie Trassard des Zola ou Giono car, pour lui, il fait « entendre pour de vrai […] un patois qui est, à part entière, [son] écriture et [sa] parole ». Puis Trassard propose à la suite de Sacré « quelques exemples » d’un répertoire de mots « patois » qu’il a constitué depuis l’adolescence en rappelant combien il regrette qu’on n’ait pas fait « comprendre aux élèves la place historique de leur patois à côté du français » (Triages, n° 12, p. 124-127). Ce rapport monolingue aux discours a été construit par l’institution scolaire primaire ; il est, par ailleurs, coextensif du rapport aux œuvres littéraires construit par la suite dans le secondaire lettré, que le style et ses fameux écarts viendraient comme confirmer voire rédimer : la langue est une et ses variantes populaires sont inaudibles, fautives, etc., et seuls les écrivains peuvent chanter voire sauver la langue dans ses richesses – et quand elles sont « populaires », elles sont mortes ou folkloriques ou encore exotiques[2].

Aussi, la notion de « style » oblige-t-elle Hélesbeux à faire cohabiter des incompatibles comme les procédés qu’il sait souvent désaffubler avec la notion de continu (ou d’embarquement perceptif intense) : avec Trassard, ce qu’Hélesbeux appelle procédés,  ce ne sont ni des techniques ni des écarts mais des manières de dire autant que des attitudes inséparables du tout discursif, de son mouvement embarqué. Bref, les forces du dire en écriture ne peuvent s’arrêter à quelques fonctionnements déconnectés d’un rythme-relation qui « embarque » autant l’œuvre que sa lecture, pour reprendre à l’essayiste cette notion décisive. Resterait que « le thème important [celui des « esquisses » qu’il faut multiplier pour percevoir] de l’explorationbien pensé très directement par Trassard en lien avec l’activité d’écrire » (364) peut facilement s’étendre et ainsi tenir ensemble le second et le troisième moments de l’œuvre de Trassard avec ce que j’aime appeler des reprises de voix – voir les beaux développements sur la notion de reprise qu’Hélesbeux emprunte à Renaud Barbaras (363, n. 46). Ce dernier constitue une référence décisive pour ce travail de reprisephénoménologique de « la perception embarquée » – dans l’index Barbaras est le second en nombre de références après Merleau-Ponty, et ce n’est pas sans risquer, du sein même de la phénoménologie, une discussion qu’Hélesbeux ne fait pas surgir dans son essai sur le conflit qu’ouvre le concept d’incarnation chez Merleau-Ponty. Selon Barbaras, ce dernier dissocie in fine être-au-monde et être-du-monde et plus précisément, dans les termes de Barbaras, l’univocité et l’équivocité de l’être (voir, entre autres, l’entretien dans Rue Descartesn° 70, 2000), avec pour conséquence que le paradoxe de l’appartenance se voit rabattu sur le concept de « Chair » et le processus de l’incarnation, au sens de Merleau-Ponty. Mais Barbaras offre-t-il vraiment une sortie du paradoxe avec le concept de vie ? On peut le croire si la vie ne se limite pas à un pur biologisme et s’ouvre à un continu qu’on pourrait dire cosmique – mais alors le sensualisme paradoxalement ferait retour ! A moins que le vivant de la vie ne trouve non sa chair mais son « corps à corps », je préfère l’appeler relation,  dans et par la vie du langage puisque ce dernier est « l’interprétant » de toute expérience comme de la nature et de la société. De ce point de vue, toute l’écriture de Trassard configure une relation d’interprétance, une sémantique (voir Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, II, Gallimard, 1974 : 61) qui effectivement met, au centre de ses rythmes et racontages, la perception embarquée dont l’essai de Florent Hélesbeux permet de suivre les intensités sans jamais arrêter leur volubilité et en préservant leur retenue : deux valeurs éthiques qui sont conjointes au continu d’une écriture et d’une écoute au plus près d’expériences inouïes, celles des hommes des haies, alors même qu’elles constituent peut-être le levier décisif d’une anthropologie historique de l’humanisation dans sa pluralité vive, comme autant de gestes réénoncés : « geste dans geste, comme un gant », écrit Trassard (Dormance, 61, cité 469) ! La geste pratique et théorique du lecteur de Trassard qu’est Hélesbeux est aussi ce geste continué !

Post-scriptum : il faudrait voir comment la notion d’environnement chez John Dewey permettrait de situer la « perception embarquée » au coeur de l’écriture comme expérience où formes de vie et formes de langage s’intensifient mutuellement. Je me promets d’y revenir grâce à cet essai stimulant.

——————————————————————-

[1]Voir, par exemple, Pierre Bitoun et Yves Dupont : Le sacrifice des paysans, une catastrophe sociale et anthropologique, éditions L’Échappée, 2016.

[2]Pour une actualisation de ces problématiques que je ne fais qu’esquisser, voir, entre autres, Hervé Adami et Virginie André (éds.), De l’idéologie monolingue à la doxa plurilingue : regards pluridisciplinaires, Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.