Petit atlas pour marcher avec Ghérasim Luca aujourd’hui

Le texte qui suit faisait partie d’une communication à la journée d’études du 28 mars 2014 organisée par le Centre d’études des avant-gardes, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle « Poésie & performance : enjeux théoriques, historiques et critiques » dont les responsables étaient Olivier Penot-Lacassagne, Gaëlle Théval. Ils viennent de publier l’ouvrage résultant de cette journée (voir ici : http://www.encd.fr/fr/books/posie-performance/555/) mais j’ai dû réduire ma contribution à sa première partie. Voici donc la seconde partie de cette communication.

L’activité-Luca dans la poésie en France offre une constellation d’hétérogénéités[1] assez paradoxale. D’un strict point de vue historiographique, on situe Ghérasim Luca dans les années cinquante du XXe siècle parmi « les noms » qui « reviennent le plus souvent au sommaire » des catalogues du Soleil noir : « Jean-Pierre Duprey, bien sûr, mais aussi Stanislas Rodanski, Alain Jouffrroy, Ghérasim Luca, Joyce Mansour, Gérard Legrand[2] » ainsi que Jean-Michel Goutier le signale. Non qu’il faille conclure à une déposition du surréalisme quand des relectures en cours modifient de manière décisive les partages souvent dualistes entre avant-gardes et traditions[3], mais pour le moins s’agirait-il d’observer le statut spécifique de Luca traversant en égaré, toujours en chemin, toutes les assignations… Il n’est donc pas question dans ce qui suit de faire la liste d’héritiers ou de suiveurs, mais je voudrais m’essayer à mesurer la force d’une œuvre au travers d’expériences très hétérogènes, voire hétérodoxes, qui continuent l’œuvre – jusqu’à la trahir, l’enfouir, l’ignorer mais aussi jusqu’à la redécouvrir, la revivre, être porté par elle.

Echappement

Le 21 mars 2014 à Marseille est publié Nous avons marché  de Yannick Torlini aux éditions Al Dante[4]. En trois temps, après avoir tenu registre d’une longue marche qui pose le rythme d’un « nous avons marché et marché et marché toujours » pendant 50 pages, il accompagne d’un « manuel d’exil » un jeune homme de 25 ans, Tarik, pour dessiner une cartographie de l’errance fondée sur un principe d’égarement cher à Luca[5], puis il relance avec 44 séquences une épopée de l’échappement : « échapper, s’échapper ». L’écriture de Torlini est la performance d’un égarement qui fait son chemin dans et par un ressassement du cheminement.

Deux-Sèvres

Le 15 mars 2014 à Niort, la librairie des Halles propose une rencontre intitulée : « Comment rencontrer la poésie de Ghérasim Luca ? Par la bouche et les oreilles ! ». Sur le site de la compagnie théâtrale invitée par la librairie, on peut lire ces quelques précisions concernant la rencontre : « Venez entendre dire et/ou vous amuser à dire vous-même (selon votre envie) les textes incroyablement vivants de Ghérasim Luca. Accompagné par Stéphane Keruel (Cie Le Chant de la Carpe), cette expérience vous entraînera dans une langue qui tangue, où les sonorités s’exaltent, où des secrets endormis dans les mots surgissent[6]… » Cette compagnie implantée dans une communauté de communes rurales dans le Marais poitevin avait déjà mis en scène des textes de Ghérasim Luca en 2005[7]. Il est significatif que la proposition ne s’arrête pas à l’offre d’un spectacle et implique le « spectateur » à devenir « acteur » ou plutôt « diseur » dans un amusement[8] partagé.

Chorus

En janvier 2014, Patrick Beurard-Valdoye publie Gadjo-Migrandt, sixième volume du « Cycle des exils » : ce gros livre de 380 pages au format carré comprend neuf parties[9]. Au cœur de ces Ennéades, l’auteur écrirait, dans sa quatrième partie, une des plus amples, comme une vie de Ghérasim Luca (« nous avons feuilleté livre rare après livre votre vie poétique s’écoulant sous les yeux défilés de brèches / votre chorus d’une ample lucidité », p. 163), composé de 31 chapitres, au titre étonnant, « non-Dombovita[10] », qui me semble reprendre avec ce nom de rivière traversant Bucarest, les « fleurs non-oedipiennes » (p. 106) du « dé Ghérasim Luca défi » (ibid.). Texte redoutablement complexe dans son montage d’hétérogénéités textuelles, référentielles, savantes et joueuses, qui situe Luca au cœur d’un dispositif d’errance européenne à la fois historique, géographique et artistique que Beurard-Valdoye construit depuis de longues années dans son « Cycle des exils ». Son cycle de vies croisées, emmêlées comme autant de fils tissant un poème « tournoyade » qui se situe, écrit Beurard-Valdoye s’adressant à Luca, « dans vos chorus si lucides à bouts de mots bégayée » (p. 100). Cette vie de Luca répond à l’écriture de Luca : « la poésie ce mode de déplacement véloce » (p. 125) ; « le dit du poème d’est l’exil dans l’écriture » (ibid.). Et peut-être cette vie de Luca pointe-t-elle la spécificité des récitals de Luca : « sommes-nous assez fantômes ? » (p. 140) dans une Europe qui « baigne continûment dans un lait brun » (p. 122) où « le rêve est un visa pour s’asseoir sans chaise » (p. 155) : rêve politique et poétique qui tiendrait certainement dans et par la performance du poème comme un « s’asseoir sans chaise[11] » partout, pour tous.

Babel

Un CD, daté de mars 2013, accompagné d’un petit livret et d’une affiche comportant de très beaux portraits couleur s’intitule « Luca Babel. Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca[12] » sous la houlette de Patrick Fontana. Lequel organise depuis cinq ans des « lectures de bouches » sous forme d’ateliers de lecture de poésie à voix haute enregistrées avec des personnes en apprentissage du français langue étrangère  à l’Atelier de Formation de Base de l’association Emmaüs à Paris. Patrick Fontana[13] rappelle que cela fait vingt ans qu’il voue une prédilection aux textes de Luca dans son travail dont a pu témoigner la pièce radiophonique « L’amour noir » réalisée pour France Culture en 2008 par Marguerite Gateau[14].

Contrebasse

L’émission de Laurent Goumarre, au FIPA à Biarritz le 27 janvier 2012, proposait en session Xabi Ayet, accompagné de sa contrebasse, qui disait « le rêve en action[15] » de Ghérasim Luca. L’émission précisait que ses invités étaient « liés par une certaine idée du contre-courant[16] ».

Chanson

Arthur H publie en 2011 un CD de 12 titres sous le titre Baba Love chez Polydor, qui propose « Prendre corps » en 7e position. Cette plage d’une durée de 8’08 emprunte ses paroles à Ghérasim Luca, c’est-à-dire aux deux « Prendre corps » de « La fin du monde[17] ». Luca se voit remercié dans les dédicaces ainsi : « à Ghérasim Luca et ses disciples fiévreux ». Luca serait ainsi devenu avec Arthur H un prophète ou quelque Messie de la poésie-chanson mettant en fièvre ses disciples pas seulement le samedi soir : de deux choses l’une, soit la trans-subjectivation avec Luca engage toute reprise dans une transe-substantiation, c’est-à-dire dans la conversion d’un corps(-langage) en un autre par les moyens d’une transe langagière, soit la discipline-Luca est une fièvre indisciplinaire…

Roman

Sereine Berlotier publie en 2006 un roman, son premier, Nu précipité dans le vide[18], qui invente une relation tout contre la nuit du 9 février 1994 pendant laquelle Luca disparaît dans la Seine. Luca semble avec ce roman disparaître dans son écriture au rythme d’une marche partagée en apatride : « Comme s’il fallait la chaleur d’une récitation à cet instant-là, il se tient debout dans le texte d’un autre, à hauteur de ce qui déchire. Sillon dans le froid, hésitation. Et c’est marcher une fois encore, récitant le poème d’un frère, c’est parcourir une dernière fois la pièce dont on connaîtrait chaque grain, chaque faille, chaque éclat dans la pierre nue, c’est marcher en caressant les murs d’une pièce pauvre, malgré la pluie qui tombe et le vent qui souffle, et s’imaginer de retour chez soi ».

***

Ces sept vignettes que j’aurais pu multiplier soixante-dix-sept fois, m’ont permis de dessiner une petite constellation que j’appellerais la comète Luca dans le ciel de la poésie française : d’une part, cette constellation tient ensemble des pratiques poétiques hétérogènes qui vont de l’animation culturelle et sociale, comprenant tous les publics, à l’écriture savante et inédite destinée à des publics avertis ou engagés, en passant par les médias les plus divers permettant parfois des porosités assez nombreuses entre les dites pratiques ; d’autre part, elle fait résonner entre elles des voix qui toutes partent de l’œuvre dans sa complexité prolixe et dans ses ressourcements infinis comme des « ressouvenirs en avant[19] » qui engagent autant de reprises de voix. On ne peut qu’être heureusement surpris par cette force performative des réénonciations que l’œuvre dans sa pluralité offre ici et là, hier et aujourd’hui. Une longue marche ou plutôt autant d’errants si ce n’est d’erreurs[20], en regard des plans trop alignés du culturel, du social, de la poésie : telle se constituerait la performance-Luca toujours en cours.

_______________________________________________________

[1] Concernant cette notion, je renvoie à Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet, L’œil de l’Histoire 3, Paris, Minuit, 2011, p. 161 et suivantes.

[2] Entretien avec Jean-Michel Goutier par Jérôme Duwa, « Des Cahiers à l’enseigne du Soleil Noir », La Revue des revues n° 51, Paris, Ent’revues, Printemps 2014, p. 17-18.

[3] Voir, par exemple, le très bel essai de Patrice Beray, Pour Chorus seul. À Jean-Pierre Duprey et Claude Tarnaud, Les Hauts-Fonds, 2013.

[4] Yannick Torlini, Nous avons marché, Marseille, Al Dante, 2014. Le même auteur a publié Ghérasim Luca, le poète de la voix : ontologie et érotisme, Paris, L’Harmattan, « Approche littéraire », 2011.

[5] Ghérasim Luca écrit, dans une présentation pour les éditions Brunidor : Originaire de Bucarest, il se choisit durant son adolescence un nom et un égarement » (cité par Dominique Carlat, Ghérasim Luca l’intempestif, paris, José Corti, 1998, p. 19).

[6] Source : http://www.lechantdelacarpe.fr/2014/02/28/atelier-rencontre-gherasim-luca/ (consulté le 13 mars 2014).

[7] « Le fantôme de la vieille paroisse », textes de Ghérasim Luca, montage et mise en
scène Stéphane Keruel, jeu Blandine Clémot et Stéphane Keruel. Source : http://www.lechantdelacarpe.fr/qui-somme-nous/ (consulté le 13 mars 2014).

[8] On n’oublie pas, avec le Dictionnaire historique de la langue française (Paris, Le Robert, 1998) que ce verbe, « (s’)amuser », dérivé de « muser » (« rester le museau en l’air »), avait le sens de « faire durer une chose sans arriver au fait, afin de faire perdre de vue le but de l’entreprise » en 1664 !

[9] Patrick Beurard-Valdoye, GadjoMigrandt, Paris, Flammarion, poésie », 2014. Neuf parties de « LIL 1 » à « LIL 9 » avec pour conclure par « La Clef du foyer »

[10] L’écriture en roumain est la suivante : Dâmbovița. Voir l’article en ligne sur cette rivière de Bucarest : http://en.wikipedia.org/wiki/Dâmbovița_River (consulté le 13 mars 2014)

[11] Cette magnifique locution fait l’excipit de « Auto-détermination » dans Héros-limite, op. cit., p. 45-46.

[12] Plus d’informations à cette adresse : http://www.khiasma.net/magazine/luca-babel/ (consulté le 19 juin 2015). Voir une recension de Jacques Fournier : http://www.biblioblog.sqy.fr/ici-e-la/luca-babel-parcours-dans-loeuvre-de-gherasim-luca-1913-1994-de-patrick-fontana/ (consulté le 19 juin 2015)

[13] Voir son site : http://fofana.free.fr/INTEGRATIONS/atelier.htm (consulté le 13 mars 2014).

[14] http://www.franceculture.fr/emission-l-atelier-fiction-l’amour-noir-de-gherasim-luca-2012-02-22 (consulté le 13 mars 2014).

[15] Ghérasim Luca, « Le rêve en action » dans Héros-limite, op. cit., p. 48-50.

[16] Source : http://www.franceculture.fr/emission-le-rendez-vous-emission-du-vendredi-27-janvier-a-biarritz-en-direct-du-fipa-jean-xavier-de- (consulté le 13 avril 2014). La session a été enregistrée et peut être vue à cette adresse : http://www.youtube.com/watch?v=gQeCG9ZYot0&list=UUeoDqeXTrF32plrgfJfOhtw (consulté le 13 avril 2014). Une version de 7’23’’ existe sur son site myspace : https://myspace.com/kantubass/music/song/le-r-ve-en-action-…-par-amoh-ii-61254372-66868769 (consulté le 13 avril 2014).

[17] Ghérasim Luca, « La fin du monde » dans Paralipomènes (1986), Paris, Poésie/Gallimard, 2001, p. 287-298. On peut visionner un concert d’Arthur H et le voir réciter « prendre corps » à partir de la 11e minute à cette adresse : https://www.youtube.com/w atch?v=rmlEwJaTeUk (visionné le 19 juin 2015).

[18] Sereine Berlotier, Nu précipité dans le vide, Paris, Fayard, 2006. La citation qui suit est l’excipit du livre, p. 178.

[19] Soren Kierkegaard, La Reprise. Ou bien… ou bien. La Reprise. Stades sur le chemin de la vie. La maladie à la mort, Paris, Robert Laffont, 1994, « Bouquins », p. 694.

[20] Dans la troisième partie de « La fin du monde » , « son corps léger » (Héros-limite, op. cit), je lis que « là où je suis c’est une erreur » (p. 302) et « c’est une erreur / glissant entre mes lèvres / son corps léger » (p. 304).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.