Pourquoi et comment des réénonciations ?

On pourrait d’abord considérer le fait que pour parler de réénonciation, il faille passer par des énonciations. J’entends ces dernières à partir des travaux de Benveniste et je me permets de rappeler les billets suivants qui tentent de les reprendre avec les poèmes :

1. http://ver.hypotheses.org/106 : L’énonciation entre bathmologie et inscription (sur Roland Barthes, Kerbrat-Orecchionni et Maingueneau)

2. http://ver.hypotheses.org/108 : Benveniste au plus près

3. http://ver.hypotheses.org/111 : L’anthropologie relationnelle: une ontologie? (sur les travaux de Francis Jacques)

4. http://ver.hypotheses.org/113 : Un “je” comme un “cochon farci” : Eugène Savitzkaya

5. http://ver.hypotheses.org/134 : La recherche du continu relationnel ou le poème de la personne (avec Bernard Noël)

Commençons donc par cette hypothèse : il y a bel et bien un sujet de l’énonciation qui devient sujet par un autre sujet. C’est le je-tu (ou le principe dialogique de toute énonciation) qui fonde le rapport énonciatif avec le primat du je pour deux raisons, si l’on en croit Benveniste, puisque c’est le départ et l’arrivée de toute énonciation (je  appelle un tu qui alors peut devenir je). Toute énonciation ouvre alors la possibilité d’une subjectivation (Benveniste parle d’« inscription du parlant dans son discours », PLG, II, p. 99, et plus loin de « personne ») qui engage forcément une inter-subjectivation puisque, dans la lignée de Mauss, Benveniste considère l’individu parlant comme un « tout social » (c’est l’individu qui « fait » société et donc toute individuation est une sociation) : « la considération pragmatique qui pose la personne dans la société en tant que participant et qui déploie un réseau complexe de relations spatio-temporelles qui déterminent les modes d’énonciation » (ibid.).

Pourquoi alors introduire la notion de réénonciation ? Pourquoi celle d’énonciation ne permet pas de rendre compte de certains faits et, entre autres, des arts du langage mais également de toute recherche qui s’en tient à toujours interroger sa théorie du langage ?

Je peux commencer par cette proposition de Meschonnic : « Le sujet est un universel linguistique ahistorique : il y a toujours eu sujet, partout où il y a eu langage […]. Mais il n’y a de sujet de l’écriture que quand il y a transformation du sujet de l’écriture en sujet de réénonciation[1]. » Ce « sujet de l’écriture » peut s’entendre pour toute écriture, c’est-à-dire pour toute intensification des rapports d’énonciation ou autrement dit pour toute oralité, activité redoublée de la relation dans et par le langage. Ce « sujet de l’écriture » est donc, pour les arts du langage et pour la recherche dans et par le langage, la possibilité d’une réénonciation ou énonciation continuée. C’est alors qu’un sujet inédit apparaît et qui emporte le sujet de l’énonciation bien au-delà de la situation d’énonciation : ce sujet de la réénonciation, je l’appelle la voix-relation ou la voix continuée. Meschonnic l’appelle « le poème ». Plus que réactualisations qui laisseraient un tel sujet dans une stase réitérée, je parlerais donc de réénonciations qui augmentent l’oralité dans chaque situation d’énonciation, et donc qui permettent des subjectivations renouvelées, relancées, redynamisées, rejouées dans et par cette transsubjectivation continuée qu’est toute réénonciation.

Si l’on veut poursuivre, il faudrait alors considérer toute énonciation à l’aune des réénonciations non comme des appropriations, actualisations, contextualisations – toutes formules qui assignent la voix, le passage de voix à du propre si ce n’est du connu, et qui éliminent l’altérité (l’invu, l’inconnu) et la pluralité (tous les points de voix) dans les processus de subjectivation – mais comme des trans-subjectivations : des passages (cf. le beau titre de Henri Meschonnic: Nous le passage, Verdier, 1990), des résonances où tout recommence, reprend, rejoue (merci à Olivier Mouginot – http://atelit.hypotheses.org – pour sa proposition : le replay contre la langue de bois…).

Avec les réénonciations, on est toujours des débutants et le langage fait le plein de voix.

On aperçoit alors que la notion dans ses conceptualisations les plus variées ouvre une critique de l’énonciation d’une part mais également de tout ce qui va avec en participant de ce qu’on peut appeler des “désénonciations” : intertextualité, récriture, représentation… La liste est ouverte car la critique est de toute réénonciation.

 


[1] H. MESCHONNIC, Critique du rythme. Anthropologie historique du langage, Lagrasse, Verdier, 1982, p. 72.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.