Littérature et mondialisation : au pluriel !

Emmanuel Fraisse, Littérature et mondialisation, Paris, Honoré Champion, « essais », 2012, 208 p., 22 €.

 

Ce court essai d’Emmanuel Fraisse, professeur de littérature française, de didactique de la littérature et de la culture, vice-président délégué aux relations internationales et européennes à la Sorbonne nouvelle, incisif et très bien documenté, tente d’articuler deux notions qui sont plus que difficiles à stabiliser. Le professeur de littérature française  semble d’ailleurs avoir hésité à les mettre au pluriel : « quelles littératures et quelles mondialisations ? », est-on en droit de lui demander. Dès l’avant-propos, Emmanuel Fraisse, depuis toujours soucieux des relations entre école, littérature et culture, répond à notre question en situant clairement cet ouvrage dans le champ de l’histoire culturelle dorénavant attentive aux « histoires connectées » (voir la Revue d’Histoire moderne et contemporaine n° 5, 2007). Aussi cherche-t-il à pointer quelques interactions vives entre littérature(s) et mondialisation(s). Pour cela, il associe une démarche à la fois sectorielle et historique, thématique et problématique. Il commence par une approche socio-historique du rapport langue-littérature dans l’occident continental depuis le latin romain puis chrétien en passant par le français de l’âge classique jusqu’au reflux du français en regard du marché mondial des langues et des cultures. Il relève ensuite les principaux problèmes institutionnels et sociologiques que pose la littérature du dernier siècle jusqu’à nos jours entre littérature-monde et monde de la littérature notamment avec le Nobel. Il conclut par deux problèmes spécifiques qui viendraient selon l’auteur concrétiser les rapports souvent conflictuels entre le local et le global jusque dans les œuvres voire les itinéraires d’écrivains : ce serait le cas avec les auteurs choisissant une autre langue que leur langue de naissance et avec les auteurs africains d’expression française. Dans ces situations souvent singulières se joueraient les délocalisations et relocalisations des langues et cultures dominantes aussi bien que dominées, dans le monde d’aujourd’hui. Autant de phénomènes difficilement maîtrisables en termes de politiques culturelles qui, toutefois, peuvent infléchir durablement certaines tendances lourdes où s’entremêlent identités et altérités, particulier et universel, intimité et espace public, création et réception.

On pourrait regretter que cet ouvrage ne mentionne pas, par exemple, le manifeste pour une littérature-monde (Le Monde des livres, 15 mars 2007, et l’ouvrage publié sous la direction de Michel Le Bris et Jean Rouaud, Pour une littérature-monde, Gallimard, 2007) ou le Parlement international des écrivains fondé en 1993 et dont les travaux d’un des animateurs, Édouard Glissant et sa Poétique de la Relation ou son Traité du Tout-Monde (Gallimard, 1990, 1997), ne sont pas évoqués. Mais, sur un sujet aussi ambitieux, l’objectif ne peut être l’exhaustivité factuelle alors même que l’ambition ici est de problématiser de multiples faits littéraires hétérogènes. Aussi, dans un ouvrage dense et concis, on ne peut que reconnaître la clarté didactique de la présentation et le choix pertinent des exemples retenus : avec quelques textes de référence dans une histoire longue, avec quelques recensions chiffrées très éclairantes sur les traductions dans le monde alors que les opinions à l’emporte-pièce suffisent souvent, et enfin avec la poétique d’une anthologie (celle de Senghor préfacée par Sartre en 1948), ce sont des clés qui sont proposées aux étudiants pour appréhender la littérature dans le monde d’aujourd’hui. Non seulement cela permet de « sortir » des « siècles » et du « national », mais également cela ouvre une démarche attentive aux situations linguistiques et culturelles qui traversent tant la création que la réception des oeuvres dès qu’on les historicise. Prenant appui sur les travaux d’Arjun Appadurai et de Benedict Anderson, entre autres, Emmanuel Fraisse montre le travail à faire, chaque fois spécifiquement, en situation d’enseignement comme en travail de recherche, pour accompagner des continuités, tout autant que des discontinuités, qui organisent l’acclimatation linguistique et culturelle des œuvres dans des situations toujours inédites.

 

Voir le descriptif de l’enseignement d’Emmanuel Fraisse à la source de cet essai :

http://www.univ-paris3.fr/d0r23-litterature-et-mondialisation-28651.kjsp?RH=1239286043187


Une réflexion sur « Littérature et mondialisation : au pluriel ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.