Paroles possibles, pratiques des littératures en didactique des langues et des cultures : bilan d’une journée d’études

http://www.centaures.com/galerie/medium_07%20-%20Les%20mains%20(Jean-Luc%20Parant).jpg

Journée d’étude « Paroles possibles – Pratiques des littératures en didactique des langues et des cultures » organisée le mercredi 15 octobre 2014 par Olivier Lumbroso et Serge Martin pour le groupe Littératures sans frontières : approches poétiques, anthropologiques et didactiques (LAPAD) du DILTEC (EA 2288), Université Paris 3 Sorbonne nouvelle.

La Journée d’étude a eu lieu à la Maison de la recherche, salle Claude Simon, devant un public intéressé et questionneur, venu d’horizons divers. Il s’est agi de confronter expériences d’enseignants et de chercheurs littéraires impliqués dans le département de didactique du FLE et des langues du monde, afin de déterminer les axes communs de recherche future qu’il faudra articuler aux objectifs du DILTEC, susceptibles de nourrir un projet ANR ou européen. Choix avait donc été fait d’inscrire fortement cette orientation expérientielle : ce qui n’a nullement empêché que les questions épistémologiques en didactique de la littérature dans le contexte FLE-didactique des langues ne soient abordées. Aussi, des contextes politiques les plus massifs, mondialisations et crise des études littéraires mais également histoire des didactiques et des manuels, aux mises en œuvre les plus concrètes, « classe-monde-carrefour » et corpus-méthodes qui « font communauté », ce sont bien des aspects de la didactique des langues qui, par les œuvres littéraires, sont apparus des leviers de recherches et de pratiques renouvelées pour que les enjeux de la didactique des langues et des cultures s’ancrent dans les paroles possibles des apprenants comme des formateurs, des politiques comme des chercheurs. Si certaines dichotomies semblent peu opérantes, par exemple entre défense des Lettres et effacement dans des cultural studies ou entre prévalence d’une linguistique appliquée et importance d’une culturologie lettrée, restent que des tensions mieux pensées peuvent dynamiser des propositions didactiques et de recherche trop souvent aseptisées. Repenser les pratiques avec les classiques peut facilement demander d’ouvrir les répertoires contemporains, jusqu’aux proverbes et contes de formation dans les traditions orales africaines, et surtout les méthodologies réénonciatives (jeu théâtral, écritures créatives, trajet interprétatif…) ; plus largement, ce sont les historicités des pratiques comme des recherches qui sont à raviver sans cesse dans des mises en perspective vives et riches (ouvrir un manuel djiboutien, c’est immédiatement observer passages et dérives dans nos propres manières de « faire manuel ») pour que la « force discursive » trouve toujours échos et résonances au cœur des processus d’apprentissage.

La journée a donc mêlé des communications et des échanges en table ronde ou en solo pour que s’aperçoivent dans des paroles impliquées les possibles de nos recherches et de nos enseignements. Tous les participants ont su trouver dans leur expérience quelques saillances pour qu’apparaissent les spécificités d’une culture commune d’enseignants-chercheurs du DILTEC. Dominique Rabaté, le grand témoin, a montré tout l’intérêt qu’il portait à notre réflexion et a suggéré l’heuristique d’une didactique de la littérature qui ne fait pas reposer sur « le texte » savoirs et savoir-faire pour préférer une pragmatique des vitesses faisant jouer modes de lecture intensive ou extensive et corpus restreint ou élargi, une modulation des formats, types et trajectoires de lecture que l’ère numérique a largement enrichie.

Resterait que si l’écoute et la créativité des paroles possibles semblent bel et bien la finalité décisive des expériences et recherches avec les œuvres littéraires en didactique des langues, l’attention à l’impossible doit rester l’aiguillon de nos préoccupations car il nous faut toujours travailler à transformer ces expériences en connaissances, voire à métamorphoser une parcelle d’utopie en réalité possible, grâce aux virtualités des fictions qui libèrent les audaces de l’imaginaire, de l’écriture, des voix et des corps. Au-delà du principe de plaisir, pratiquer les littératures, en tous lieux et en tous sens, apparaît comme un besoin vital de la condition humaine qui n’appelle aucune autre justification d’utilité que celui-ci.

Tous les participants, communicants, grand témoin et auditeurs, ont donc apporté à cette journée tout ce que ses organisateurs attendaient : qu’ils en soient vivement remerciés. Les interventions, filmées par l’ENEAD de la Sorbonne Nouvelle, seront prochainement disponibles sur le site de l’université.

 

Olivier Lumbroso et Serge Martin

On peut lire ma communication à cette journée ici: http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2014/11/poetique-de-la-relation-et-didactique.html

La journée est maintenant visible en ligne à cette adresse: http://epresence.univ-paris3.fr/7/Watch/56344.aspx


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.