Frankétienne, un ultravocal

Lisant Ultravocal, 

Je relèverais deux caractéristiques majeures qui constituent pour moi la spécificité du poème-Frankétienne : l’éclatement non comme esthétique de la fragmentation mais comme force-feu d’artifice en regard du chaos-monde ; le décentrement en regard de toute rhétorique discursive pour que les forces de retournement, de pluralisation et d’érotisation ne cessent d’agir contre toutes les stases et assignations.

Auparavant, il faut rappeler que dans sa présentation quasi-manifeste (p. 11-12), Frankétienne fonde avec ce livre le genre « spirale » sans aucune prétention à figer quelque genre littéraire que ce soit car sa dénomination même l’empêcherait. Il commence d’ailleurs ainsi comme par élimination ou accumulation d’emmêlements: « Narration. Description. Monologue. Rumeur de voix » (p. 11) où tous les moyens seraient bons pour que les voix remuent jusqu’à faire participer le lecteur (« vous lecteur ») au « jeu terrible de l’écriture » – car nous sommes loin d’un jeu sur le mode oulipien (de l’OULIPO) vulgarisé qui ne cherche qu’à produire des effets ludiques.

Quelles en seraient les lignes de force ? Je les résumerais dans une interaction mutuelle de trois domaines convoqués par Frankétienne lui-même : le théâtre qui est une spécialité de l’auteur, le cinéma qu’il connaît parfaitement et qu’il pratique en écriture par le montage en référence à Eisenstein (voir p. 49) mais tout aussi bien en référence aux dessins animés (ibid.) ou au cinéma muet (p. 58), entre autres, et non évoquée explicitement, lodyans (l’audience) ou cette pratique « populaire » haïtienne que je rattache au racontage benjaminien (voir http://strenae.revues.org/961). « Permutation », « translation » et « extrapolation » (p. 11) sont convoquées pour le travail de lecture dans des « plans mobiles » et des « axes variables » (p. 12) parce que l’oeuvre est un travail en cours qui s’anonymise dans et par le travail de chaque lecture qui se fait donc écriture (« le lecteur… est désormais responsable du destin de l’écriture », p. 12) : « l’oeuvre n’appartient à personne » pas plus à l’auteur donc qu’au lecteur. Aussi il ne s’agirait pas de s’approprier une oeuvre par la lecture mais de la laisser se continuer dans nos réénonciations en augmentant leur force propre pour que sa créativité, sa force de transformation ininterrompue, en soit augmentée.

Impossible donc d’établir une maîtrise de l’oeuvre ni de son écriture ni de sa  lecture. Ce qui suit pointe seulement quelques expériences à vivre et à développer.

1. Eclater partout à la fois 

Cette formulation de Frankétienne constitue l’incipit du livre (p. 13) : elle lance donc tout le mouvement, la force vocale de son écriture. L’activité d’éclatement porte sa temporalité vectorisée par la simultanéité et sa spatialité orientée par l’ubiquité. Les « lignes de désordre » (p. 37) visent exactement la même chose que la poésie: « c’est le point d’éclatement que cherche le poème » (p. 58), cette explosante fixe dont parlait André Breton (« La beauté convulsive sera érotique-voilée, explosante-fixe, magique-circonstancielle ou ne sera pas », L’Amour fou, 1937).

2. La parole décentrée

Cette expression qui apparaît p. 55 me semble receler cette force du « mystère » qui « est dans l’allure » (p. 58) où « l’indéchiffrable » (p. 69) l’emporte vers une « utopie » (p. 68) où « l’ambiguité » (p. 63) ne cesse de travailler tous les discours même et surtout le plus assurés. Le décentrement vocal est d’abord la confusion possible puis le renversement souhaitable où tragique et grotesque s’échangent les visions (p. 47) mais également victime et bourreaux (p. 70) pour que les points de vue travaillent leur spécificité et que la voix trouve ses résonances. Cela va jusqu’à des formules où le tragique, l’érotique et le cocasse le disputent: « la mort : notre inséparable queue » (p. 47).

—————————————————————————————————————————————

Sur le livre et l’auteur : informations et liens

Le site de l’éditeur : http://www.hoebeke.fr/ouvrages/135/

Dans les décombres de Vilasaq (Ville à Sac: Port-au-Prince mise à sac par Duvalier), où la réalité du monde extérieur se réduit aux fragments de journaux trouvés au fil des caniveaux, se joue le dernier acte de l’affrontement titanesque entre Vatel le révolté, le naisseur de conscience, et Mac Abre, le coupeur de jambes, le collectionneur de cris de suppliciés, l’homme de pouvoir jusqu’au cri puissant, inextinguible,  » ultravocal « , du poète qui déclarera la guerre  » à la peur et à la mort « . Prodigieuse gigantomachie où se retrouvent littéralement incarnés, réinventés au feu brûlant du vaudou, les grands mythes de l’humanité, Ultravocal est la matrice de toute l’oeuvre de Frankétienne, dans laquelle s’exprime avec une rare intensité  » l’esthétique du chaos « , lorsque grondent encore les forces premières du mal, et que prend forme en nous la lave en fusion des grandes mythologies. Tout simplement, un chef-d’oeuvre. – Présentation de l’éditeur –
(date de publication : 1er mai 2004)

Un entretien avec Delphine Perras dans l’Express  du 16/07/2010 : http://www.lexpress.fr/culture/livre/franketienne-je-suis-un-survivant-de-la-misere-des-duvalier-de-l-alcool_905765.html

Voir plusieurs émissions sur France Culture à cette adresse :

https://www.franceculture.fr/oeuvre-ultravocal-de-frankétienne.html

Un article de Anne Douaire (ancienne élève de l’ENS de Fontenay-St Cloud, a passé l’agrégation de Lettres modernes en 1998, monitrice à Paris IV (Centre International d’Études Francophones), elle prépare une thèse sur le tragique dans la littérature antillaise francophone) sur Ultravocal est disponible à cette adresse: http://pierre.campion2.free.fr/douaire.htm

Un article dans la revue TRANS : Marie-Édith Lenoble, « Frankétienne, maître du Chaos », TRANS- [En ligne], 6 | 2008, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 06 mars 2014. URL : http://trans.revues.org/257

Un travail (« Frankétienne : la volubilité d’un oiseau écouté au phénakistiscope ») que j’ai réalisé pour une journée d’études à l’Université de Cergy-Pontoise, publié dans Triages n° 20 (Saint-Benoît-du-Sault : 2008, p. 140-145) est en ligne ici : http://ver.hypotheses.org/206

Un disque vient de paraître (informations extraites de http://www.collectif2004images.org/Samedi-15-mars-2014-Chaophonies-Performance-de-Franketienne-Mark-Mulholland-La-Maison-de-la-Poesie-Paris-20h00-sortie_a1035.html:

« Chaophonies » est le fruit de la rencontre artistique entre le poète, peintre, écrivain, dramaturge et comédien haïtien Frankétienne et Mark Mulholland, musicien écossais, sur une création mêlant paroles et musique.Frankétienne y délivre une lecture scénique d’extraits de son recueil de poésie « Rapjazz, Journal d’un Paria » (1999), sur une musique originale, composée et interprétée par Mark Mulholland. La première performance publique de cette œuvre a eu lieu à Jacmel, Haïti, en mars 2013, à l’occasion de la prestigieuse exposition d’art contemporain haïtien, « Haïti, royaume de ce monde » (qui présentait notamment plusieurs peintures de Frankétienne), programmée en Haïti après une tournée internationale de deux ans et un arrêt remarqué à la Biennale de Venise. L’accueil enthousiaste du public a encouragé les deux artistes à travailler sur une version enregistrée de ce projet inédit. L’album sortira dans un premier temps sur toutes les plateformes de téléchargement en ligne le 14 mars 2014, et sera disponible ensuite en version physique.

Fondateur, avec ses compatriotes René Philoctète et Jean-Claude Fignolé, du mouvement « Spirale » dans les années soixante, Frankétienne est depuis plus d’un demi siècle une des figures littéraires les plus importantes des Caraïbes. Avec 40 livres à son actif, dont le premier roman jamais édité en langue créole (Dezafi, 1975), ainsi que de nombreux textes poétiques et d’œuvres théâtrales, il est également à l’origine d’une production picturale abondante et s’est produit dans de multiples films et pièces de théâtre. Contrairement à beaucoup de ses contemporains, qui ont fui Haïti durant le régime dictatorial des Duvaliers,Frankétienne n’a jamais quitté Port-au-Prince, où il a fondé et dirigé une école dans son quartier de Bel Air parallèlement à ses activités littéraires. Oscillant entre le français et le créole il a su développer un style linguistique et artistique expérimental qui lui permettait de critiquer le régime en place d’une façon détournée et d’éviter ainsi les pires des sanctions. « Rapjazz, Journal d’un Paria » est un hymne torturé à Port-au-Prince, sa ville natale « schizophonique », vibrante de son chaos et de ses contradictions, de sa beauté et de sa violence, de ses sons et de ses odeurs, de son peuple.

Mark Mulholland est guitariste, chanteur et compositeur de Glasgow, Ecosse. Il est à l’origine de nombreux albums en solo et en groupe, comme avec The Oul’ Bogwarriors, un collectif d’artistes vivant à Prague au début des années 90, Impure Thoughts, une formation rock, ou Two Dollar Bash, un projet folk/blues/country berlinois avec lequel il a beaucoup tourné en Europe et aux États-Unis. Après avoir longtemps partagé sa vie entre Berlin, Paris et d’autres villes européennes, Mark s’installe en Haïti en 2010, où il travaille dans un centre culturel avec de jeunes musiciens de la capitale et collabore avec de nombreux artistes haïtiens établis, tout en continuant ses projets en Europe.

Peu de temps après son arrivée à Port-au-Prince, Mark rencontre Frankétienne, l’alchimie s’opère, ils décident de collaborer artistiquement. Il en résulte deux créations mêlant textes et musique, dont la deuxième, « Délires d’un prédateur déchu » (2012), a fait l’objet d’un DVD réalisé par le cinéaste haïtien Arnold Antonin, et une collaboration de Frankétienne sur le titre « Les Belles Promesses », de l’album de Mark et son compatriote Craig Ward, « Waiting for the Storm » (2012), encensé par la presse britannique. Le quotidien The Telegraph décrit « Les Belles Promesses » comme « une collaboration audacieuse et remarquable » ou encore le web magazine Six Days from Tomorrow le qualifie d’un « étrange et magnifique drame créole/celte. »

Dans cette nouvelle création, «Chaophonies », les lectures dramatiques et hypnotiques deFrankétienne et ses occasionnelles chansons en créole, se fondent de manière organique dans les compositions inspirées de différents styles musicaux – bal musette, folk celtique, blues, rock, … – magistralement interprétées dans sa version enregistrée par Mark Mulholland et ses invités : le percussionniste haïtien Zikiki, le contrebassiste Hannes d’Hoine et le violoniste Buni Lenski, tous deux Belges, l’accordéoniste français Olaf Hund et la violoncelliste écossaise Nicola Geddes.

« L’album est tout simplement un bijou ! La voix de Frankétienne est d’une grande souplesse, elle est juste et puissante. Et la musique est vraiment extraordinaire, originale, inattendue. » Julien Delmaire, écrivain, slameur et présentateur de l’émission « Tropismes », France Ô

« Les auditeurs les plus légers d’oreille en capteront l’atmosphère chaude et pénétrante, les plus attentifs en retireront tout le suc poétique, et c’est ainsi que ce disque peut vraiment amener les novices au « bleu du fou », et à tout ce que Frankétienne a d’insaisissable, d’intangible », tout ce qui fait sa « fantaisie violente » au coeur de son décor. Elle s’entend à merveille dans ce voyage né d’une belle rencontre. Je lui souhaite bon vent ! » Valérie Marin la Meslée, journaliste, Le Point

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.