Ascolto

Roland Barthes, « Ecoute » (en collaboration avec Roland Havas), 1976 pp. 217-230 in L’obvie et l’obtus. Essais critiques III. Collection Points Essais, éditions du Seuil, 1992

“Ascolto”, avec Roland Havas, Enciclopedia, vol. I, Turin : Einaudi, 1976 ; Œuvres Complètes tome V, pp. 340-52.

Ascolto

Introduction :  trois types d’écoute. Une écoute plurielle ou des écoutes ?

L’entrée « Ascolto » de l’encyclopédie Einaudi aura constitué une part non négligeable dans l’établissement du cadre théorique de notre recherche avec l’écoute. La lecture partagée que nous faisons de Roland Barthes ne peut donc l’ignorer. Continuer la lecture de Ascolto

Blanchot, une ontologie négative de la voix

(Ce qui suit vient d’un atelier de lecture théorique que j’ai organisé avec mes doctorants le 25 janvier 2017 et dont on peut retrouver d’autres moments ici : https://redila.hypotheses.org/1520)

Blanchot, une ontologie négative de la voix

Le négatif est une illusion : c’est seulement l’ombre des problèmes.

                            Gilles Deleuze, Différence et répétition, PUF, 1968, p. 261.

Il m’est arrivé de conclure dans un livre récent par une évocation de Maurice Blanchot. Je me permets d’évoquer ce moment de Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Taulignan, Marie Delarbre éd., 2017, p. 317-319) :

Que serait « la loi secrète du récit », se demande Blanchot en ouvrant son Livre à venir ? A son habitude, la « loi » est une fable dont les valeurs se déploient, comme à rebours, par retrait de tout ce qui s’avance trop. Avec Blanchot, du « roman » nous passons au « récit », et des « sirènes » nous voguons vers Moby Dick, à moins que ce ne soit aussi Aurélia qui disparaisse pour « les trois clochers »… Ces « extases temporelles », que nous fait revivre le grand lecteur et critique en autant de métamorphoses d’une pensée mouvante, évitent « la fascination d’une seule image » et nous mettent au cœur d’une poétique où voix et relation se conjoignent merveilleusement dans ce qu’il appelle « le récit », « ce passage même », « la présence d’un chant seulement encore à venir ». « Et qu’a-t-il touché dans le présent ? », se demande-t-il, avant de répondre ainsi :

Non pas l’événement de la rencontre devenue présente, mais l’ouverture de ce mouvement infini qu’est la rencontre elle-même, laquelle est toujours à l’écart du lieu et du moment où elle s’affirme, car elle est cet écart même, cette distance imaginaire où l’absence se réalise et au terme de laquelle l’événement commence seulement à avoir lieu, d’où, en tout cas, voudrait prendre naissance la parole qui la prononce[1]. Continuer la lecture de Blanchot, une ontologie négative de la voix

Quel espace littéraire pour l’écoute?

Maurice Blanchot, L’Espace littéraire, Gallimard, 1955.

Quel à venir pour l’écoute ? Quel espace littéraire pour l’écoute?

Introduction

Au premier chapitre de L’Espace littéraire, « La solitude essentielle » (pp. 9-25), Blanchot titre un fragment « L’interminable, l’incessant » (pp. 16-17), dans lequel il continue de montrer la solitude de l’écrivain pour affirmer que son activité est interminable. On pourrait y voir l’affirmation d’une activité toujours vive, toujours à renouveler, mais le renouvellement chez Blanchot revêt un caractère aporétique. Du postulat que rien ne se termine, se dessine une « autorité [qui est] ce qui parle encore quand tout a été dit, ce qui ne précède pas la parole, car elle l’empêche plutôt d’être parole commençante, comme elle lui retire le droit et le pouvoir de s’interrompre » (p. 16). Plutôt qu’une autorité qui ne finirait pas d’affirmer pour continuer à l’infini l’œuvre, c’est une affirmation qui « n’affirme rien » parce qu’elle ne peut s’affirmer qu’indéfiniment. La différence est ténue, et pourtant, fondamentale pour notre analyse, car s’y opère un véritable tournant à prendre avec l’écoute comme opérateur critique, et pour l’écoute comme levier théorique à définir. L’Espace littéraire met le poème du côté de l’être, de son essence : « le poème – la littérature – semble lié à une parole qui ne peut s’interrompre, car elle ne parle pas, elle est » (p. 29). Il y a une affirmation forte de l’essence de la littérature dont sa manière d’être est d’être. Elle l’est par la contradiction dans laquelle elle est mise par rapport à une parole : elle ne lui est pas antithétique, puisqu’elle est « parole qui ne peut s’interrompre », mais elle agit contre elle puisqu’elle ne peut s’interrompre parce qu’elle ne parle pas. Il y a une double ontologie du poème défini par son essence, et par l’essence d’une parole. L’Espace littéraire semble d’ors et déjà déjouer toute activité du poème : il ne fait pas, il ne parle pas, il n’a donc pas d’activité. Il y aurait schématiquement ceci : un dualisme de la parole et de l’être, où parler va contre être, et où la parole est un contre-l’œuvre, n’étant pas l’essence de l’œuvre. Continuer la lecture de Quel espace littéraire pour l’écoute?

Petit atlas pour marcher avec Ghérasim Luca aujourd’hui

Le texte qui suit faisait partie d’une communication à la journée d’études du 28 mars 2014 organisée par le Centre d’études des avant-gardes, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle « Poésie & performance : enjeux théoriques, historiques et critiques » dont les responsables étaient Olivier Penot-Lacassagne, Gaëlle Théval. Ils viennent de publier l’ouvrage résultant de cette journée (voir ici : http://www.encd.fr/fr/books/posie-performance/555/) mais j’ai dû réduire ma contribution à sa première partie. Voici donc la seconde partie de cette communication.

Continuer la lecture de Petit atlas pour marcher avec Ghérasim Luca aujourd’hui

Tout ouïe avec Voix et relation

Serge Martin, Voix et relation, une poétique de l’art littéraire où tout se rattache, Marie Delarbre éditions, janvier 2017.

Tout ouïe avec Voix et relation

Le titre de cette proposition reprend deux points, de voix chez Serge Martin, d’écoute chez moi, centraux dans l’essai qu’est Voix et relation. Essai, mieux qu’ouvrage, en cette exigence éthique à laquelle il tient, en cette activité d’un « essayer dire » qui est un « essayer écouter » « avec » les poèmes. D’où ce commencement, qui est recommencement du parcours de Voix et relation, pour ajuster mon écoute à ce passage de la voix dans la relation, de la relation dans la voix et de la voix à la relation et vice versa. Recommencement que fait l’écoute pour faire la recherche, ayant bien entendu l’injonction faite dès les premières pages, que « tout y compris la recherche elle-même, doit se mettre au régime du commencement, du recommencement, de l’état naissant » (p. 9). D’où, donc, cette reprise de deux points de voix autour desquels, entre autres, gravitent la recherche en relation : « tout ouïe » proposition poétique et éthique du deuxième chapitre (« Tout ouïe : le moyen de parler », p. 55) de la première partie (Chercher la voix, chercher la relation, p. 23) ; « avec » préposition – aux airs de proposition – résolument relationnelle, pour engager le lecteur dans une activité « avec » les poèmes – préposition toute bien différente d’un « sur » (les poèmes).  Activité, alors, qui déborde le littéraire, ou reconfigure le littéraire de son propre débordement, en quoi le littéraire n’est pas une détermination générique, ni même une surdétermination, car il faudrait toujours prendre garde à ce que de vouloir voir le littéraire comme condition de ce qui le déborde, on ne veuille pas l’étendre : « il ne s’est jamais agi de délimiter voire d’étendre un « domaine » de la voix et de la relation » (p. 127), précise Serge Martin en seconde partie (« Parcours de la voix-relation »).

Continuer la lecture de Tout ouïe avec Voix et relation

Engagement organique du racontage des « paroles » de Jacques Prévert

                                                       […] cette manière d’être – aussi loin de la philosophie que                       l’oiseau du papier (je louche à l’instant sur mes propres pages)
                                                        Georges Bataille, « De l’âge de pierre à Jacques Prévert » (1947), Œuvres complètes, tome XI, Gallimard, 1988, p. 93.

 

Il faudrait commencer par rappeler des évidences. Se souvenir, par exemple, que c’est Henri Michaux, son exact contemporain (né en 1899 comme Ponge) qui « après des mois d’effort », a pu « arracher » quelques textes à Jacques Prévert à la demande de Jean Paulhan pour la revue Mesures, mais ce dernier hésitant est rappelé à l’ordre par Michaux qui explique au directeur de la NRF que « Prévert écrit comme il parle sans se donner aucun mal, aucune excitation », ajoutant : « Ce ne serait pas son genre[1] ». Ajouter que le même Michaux aurait convaincu René Bertelé de publier Paroles[2]. Il faut donc d’abord rappeler combien Prévert est à considérer dans la Continuer la lecture de Engagement organique du racontage des « paroles » de Jacques Prévert

De l’histoire littéraire à l’expérience des trans-subjectivations (avec Maxime Decout)

Maxime Decout, Qui a peur de l’imitation ?, Paris, Les éditions de Minuit, 2017.

Ce que j’aime dans les essais de Maxime Decout c’est que, s’inscrivant explicitement dans l’histoire littéraire, ils ne cessent d’en saper le bien fondé ! L’épilogue de cet essai qui compte deux parties, la première listant les « malaises dans l’imitation » et la seconde posant cette dernière comme une activité défiant constamment sa propre existence, commence ainsi : « L’histoire littéraire a donc été profondément marquée du sceau de l’imitation et de sa peur ». Mais aussitôt Decout montre in fine combien les « dynamiques complexes » qu’engage l’imitation, défont la « chronologie toujours remaniée » de l’histoire littéraire et surtout rendent très suspectes deux de ses notions clés : l’origine et l’originalité. Au-delà du creusement des paradoxes de l’imitation et de l’extension des débordements qu’elle suscite, paradoxes et débordements qui « rénov[ent] en profondeur notre conception de l’originalité et de la littérature », Decout conclut sur « la convergence de deux statuts » et donc l’inanité du dualisme écriture/lecture ; bref, de quoi défaire bien des habitudes en critique littéraire comme en didactique de la littérature. Et ce livre vaut d’abord pour les anthologies qu’il construit comme celle qui en deux pages accumule des formules fortes de Gide à Valéry en passant par Montaigne, Proust et surtout Flaubert : « Il y a des phrases qui me restent dans la tête et dont je suis obsédé, comme de ces airs qui vous reviennent toujours et qui vous font mal tant on les aime ».
Continuer la lecture de De l’histoire littéraire à l’expérience des trans-subjectivations (avec Maxime Decout)

Pasolini et le pathos ou le poème au plus près

Tout contre le Pasolini de Georges Didi-Huberman

(Le texte qui suit est issu d’une communication à la journée d’études « Sentimentaliser la vie avec Pasolini, expériences poétiques et cinématographiques », Université Sorbonne nouvelle Paris 3, le 8 juin 2017)
Il faudrait vraiment prendre au sérieux Pier Paolo Pasolini (PPP) ! dans nos institutions culturelles et universitaires, partout ! Il faudrait prendre au sérieux de la vie son avertissement sur l’unification de la bourgeoisie et du peuple « pour la volonté de la civilisation de consommation ». C’est dans « la jeunesse malheureuse » (Lettres luthériennes, 1976, trad. par Anne Rocchi Pullberg au Seuil, 2000). Cet avertissement vient après une longue explication sur la faute des pères et des fils que PPP fait remonter au théâtre tragique grec. Voilà ce qu’il Continuer la lecture de Pasolini et le pathos ou le poème au plus près

Recensions de « Voix et relation » (éd. Marie Delarbre)

Première note critique sur Voix et relation (éd. Marie Delarbre) dans une revue brésilienne !!! c’est ici : http://revistas.usp.br/nonplus/article/view/130972
Merci à Maria Cabral et à Bruno Anselmi Matangrano

Deuxième note critique sur le site Poézibao par Yann Miralles : http://poezibao.typepad.com/poezibao/2017/05/note-de-lecture-serge-martin-voix-et-relation-par-yann-miralles.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+typepad%2FKEpI+%28Poezibao%29

Troisième note critique sur le site Mediapart par Patrice Beray :

Mediapart-La nature dans la voix: Serge Martin, Sophie Loizeau | Mediapart ou https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/050617/la-nature-dans-la-voix-serge-martin-sophie-loizeau?onglet=full

Quatrième recension par Mathieu Depeursinge sur le site « Poésie romande » :

http://www.poesieromande.ch/wordpress/?p=2508

Cinquième et assez longue recension par Sandrine Bedouret-Larraburu dans Europe n° 1067, mars 2018, p. 340-34 :

 

Par ailleurs, une séance de séminaire (https://redila.hypotheses.org/1394) a eu lieu à Censier le 8 juin 2017 et quatre doctorants y faisaient part de leur lecture. On peut lire :

(Sens du langage 3) : Enoncer/réénoncer – vers des points de voix

J’aimerais partir de la reprise par Henri Meschonnic (Célébration de la poésie, Verdier, 2001, p. 250) de la formule de Mallarmé, « le poème, énonciateur » (Œuvres complètes, La pléiade, 1945, p. 365), pour tenter de penser les discours par ce que l’on pourrait appeler des points de voix qui offrent autant de leviers nécessaires à l’attention aux énonciations (et peut-être encore plus aux réénonciations) dès que les œuvres font œuvre – en situation d’enseignement ou d’expérience artistique. J’évoquerai à ce propos une proposition ancienne (« Faire œuvre avec les œuvres » (Le Français aujourd’hui n° 149, 2005, p. 67-73 – article en ligne sur cairn et repris dans Poétique de la voix en littérature jeunesse, L’Harmattan, 2015) pour non seulement la renouveler au plus près d’une didactique des réénonciations ou voix continuées mais également pour penser une démocratie des voix dans les études littéraires comme en didactique des littératures, dans les expériences artistiques comme en situations de transmission-reprise. J’aimerais évoquer, avant de me lancer dans cette exploration, les remarques récentes de la romancière Léonora Miano (L’impératif transgressif, L’arche, 2016) pour « décoloniser » la recherche et la création et y augmenter l’écoute des « sans-voix », du moins des minorisés, marginalisés ou intempestifs… sans compter l’écoute de ce qui n’a pas encore de voix dans nos vies, ou de ce qu’on ne sait pas qui fait voix. Peut-être que c’est dans ces insatisfactions que réside l’envie de chercher des points de voix. La recherche que j’aimerais partager ici commencera par un document peu connu d’Henri Meschonnic, passera rapidement sur la situation de la voix chez les linguistes et les littéraires, se ressourcera à Benveniste pour examiner de près quelques travaux en anthropologie et en praxématique, pour ne pas conclure par une lecture d’un « roman » de Bernard Noël qu’un poème d’André Breton complétera en vue de dessiner une constellation de points de voix qui résonneront avec la critique de la notion de point de vue à peine engagée ici.

 1. Henri Meschonnic et le point de vue : vers une pensée du point de voix Continuer la lecture de (Sens du langage 3) : Enoncer/réénoncer – vers des points de voix

(Sens du langage) – 2. Relier/relater : des résonances de voix

Marc Desgrandchamps, Musée d’art moderne de la ville de Paris, été 2011 (photo : SM)

Ce qui suit est un écho de la séance du séminaire « Sens du langage » (séance 3 du 9 février  2017 animée par Serge Martin)

Si les essais de voix permettent d’engager la recherche permanente de la relation vocale, on ne peut que les associer à une orientation que j’appellerais politique et éthique, qui pourrait aussi constituer le cœur même d’une poétique vocale ; cette orientation c’est la résonance qui est à la fois l’activité même de la voix et de tout ce qui s’en suit : écoute, réénonciation et donc essais car « l’énonciation d’un texte qui dure implique une réénonciation infinie » (H. Meschonnic, Modernité modernité, Gallimard, 1993, p. 114).

Comme le note Alain Rey dans son Dictionnaire historique de la langue française, résonance a pris la place de résonnement par emprunt au latin resonantia, écho. On ne peut que se réjouir de cette ambivalence résonance/résonnement qui demanderait d’associer pour le moins, comme le faisait Francis Ponge, raison et réson. Rey précise plus loin qu’il y a une valeur d’amplification qu’elle soit sonore ou autre – allant jusqu’à « ce qui fait vibrer l’esprit ou le cœur » en parlant de caisse de résonance au sens dit figuré. Je pense que non seulement, on peut conserver la valeur d’échos mais lui donner aussitôt celle de variations qui ne fait pas de la résonance seulement la prolongation d’une origine mais une activité continuée si ce n’est continue. Continuer la lecture de (Sens du langage) – 2. Relier/relater : des résonances de voix

Une poétique anthropologique avec la littérature contemporaine de langue française