Archives par mot-clé : Oueslati Hanane

Avec Hubert Haddad, le fin mot est la rencontre

Je publie ci-dessous un compte rendu d’une de mes doctorantes, Hanane Oueslati, qui va, entre autres, engager sa recherche avec l’oeuvre de Hubert Haddad et qui l’a donc accompagné lors d’une très belle manifestation littéraire à Montauban. Merci à elle et bienvenue sur ce blog.
 
« L’invitation des Lettres d’automne a de quoi enthousiasmer un écrivain, on lui offre de partager sa passion avec les auteurs et les artistes qu’il aime, ceux qui l’ont formé comme ceux qui l’accompagnent […] pendant deux semaines de questionnements, de performances, de spectacles dont le fin mot est la rencontre. » Hubert Haddad
Les Lettres d’automne sont un festival littéraire mais surtout un lieu de révélation, de rêve, de magie et de partage où l’on fête les mots, le langage et le pouvoir absolu de l’imaginaire pour donner vie et voix à l’œuvre littéraire ou artistique. Se déroulant sur deux semaines, chaque année au mois de novembre à Montauban et en Tarn-et-Garonne et créée depuis 1991 par l’association Confluences sous la direction artistique de Maurice Petit, cette manifestation est l’un des principaux festivals littéraires en France. Dans le cadre du thème annuel déterminé cette année et choisi par l’invité principal La condition magique – titre d’un roman[1] d’Hubert Haddad (invité principal de cette 24ème édition des Lettres d’automne) – le festival présente un concept original qui repose sur:
Des rencontres littéraires avec l’écrivain invité ou avec d’autres artistes proches de ce dernier et qu’il souhaite présenter au public : écrivains, peintres, éditeurs, réalisateurs, cinéastes ou musiciens ;
Des spectacles (lectures à voix haute, expositions, concerts) ;
Des débats et tables rondes thématiques (un auteur à votre table : une nouvelle forme de rencontre intimiste et conviviale où le temps d’un déjeuner, des lecteurs partagent la table d’un écrivain…).
Invitée par Hubert Haddad, j’ai pu assister à ce festival durant quatre jours et avais été, chaleureusement, accueillie à cette occasion par les membres de l’association Confluences. Pour être fidèle à l’esprit du festival qui permet au public de côtoyer de près l’écrivain, Maurice Petit, le directeur artistique, a tenu à ce que ma première rencontre avec Hubert Haddad se fasse à la bibliothèque La femme renard où j’ai eu le grand plaisir de passer la première soirée ainsi qu’une bonne partie des autres rencontres en compagnie de l’écrivain et sa fille Héloïse Haddad (réalisatrice et photographe) qui l’accompagnait.
–        La première soirée du mercredi 19 novembre s’est déroulée en deux parties :
Dans la bibliothèque La femme renard où une ambiance conviviale nous attendait (grignotage et apéro!), le public présent a eu le plaisir de rencontrer le peintre et graveur d’origine polonaise – né en 1942 à Paris- Serge Kantorowicz. Lors de cette rencontre vernissage intitulée « Dans la transparence du mystère », Hubert Haddad nous a présenté ce grand amateur de littérature et ses vastes suites picturales qui gravitent autour d’auteurs comme Balzac, Hugo, Kafka, Kantor…  « Amoureux des corps » et grand « alchimiste de la couleur noire », le peintre s’attarde, tout particulièrement, sur les personnages de la Comédie Humaine de Balzac et les paysages de Proust auxquels, il donne, avec une surprenante touche de magie et d’onirisme, corps et vie et explique au public que mêler littérature et peinture permet de prolonger le livre sans pour autant tomber dans l’illustration « si bien qu’à la manière d’une page de livre, chaque toile se lit et se regarde, nous entraînant [à son tour] vers un monde imaginaire. »
Dans la seconde partie de la soirée se déroulant à la Médiathèque de Nègrepelisse et intitulée « Cœur chronique », Eric Sarner – né en Algerie -, interviewé par Maurice Petit, évoque son parcours, sa passion pour le jazz et la boxe, sa démarche d’écrivain à travers son très beau récit de voyage Voyage en Algéries notamment où il relate son retour en Algérie cinquante ans après l’indépendance. « Algéries au pluriel, [dit-il], car tout pays est pluriel » de par ses langues, ses croyances, ses habitudes, ses cultures et ses rêves. Le poète et plasticiennous a, ensuite, parlé de son recueil de poèmes « Cœur Chronique » (Prix Max Jacob), sa dernière publication et nous en a lu quelques extraits. Je garde encore des frissons de ces moments de lecture à voix haute où le poème devient, inopinément, homme, vit, crie et gémit sa hantise de l’oubli, de la mort, transperce le silence, raconte son histoire, se réinvente ange ou démon, invente son langage, poursuit son rêve.
 
–        Jeudi 20 novembre, 11h théâtre Olympe de Gouges : Rencontre avec Hubert Haddad
L’originalité de cette séance a été marquée par la présence d’un public particulier, plus important que d’habitude : des lycéens, lecteurs d’Hubert Haddad. Les interventions de ce jeune public tournaient autour de la puissance de l’impact de la littérature sur nos vies ou encore de la question de l’influence du réel sur la fiction. Hubert  Haddad a évoqué son expérience personnelle de l’exil, son identité multiple,  l’omniprésence de son propre frère Michael dans ses ouvres mais surtout le pouvoir infini de l’imaginaire « qui englobe le monde d’hier et les civilisations d’aujourd’hui et fomente l’avenir dans un songe lucide et inépuisable ». Hubert Haddad a, ainsi, lancé un appel à ces jeunes en quête du sens et de vérité absolue en leur incitant à croire aux ressources inépuisables de l’imagination, du rêve et de l’écriture, ce qui a permis la richesse d’un échange culturel mais surtout humble et humain, l’invitation à un voyage-complice, magnanime et perpétuel, hors de l’espace et du temps, hors surtout des grilles d’une vérité absolue, que permet la littérature en sa qualité multidisciplinaire et universelle.
           19h : Rencontre «  La constellation Haddad », avec Hubert Haddad.
           Modératrice : Catherine Pont-Humbert :
Voyage encore dans l’univers insolite d’Hubert Haddad avec cette rencontre conduite par Catherine Pont-Humbert, écrivain et journaliste, qui nous a donné envie de revisiter l’œuvre littéraire de ce grand écrivain en nous invitant à  relire ses livres pour constater que bien « au-delà des histoires qu’ils racontent, ces livres sont de ceux qui […] se prolongent au-delà de leur lecture ».  Quand la modératrice évoque, d’ailleurs, la clausule ouverte de son roman La condition magique, l’écrivain s’avoue être contre le mot « fin » imposé par toute fiction. C’est que son œuvre littéraire aspire à la survie en bousculant le lecteur, l’appelant à une relecture perpétuelle pour déchiffrer le sens d’un récit foisonnant de signes et de secrets qui se veut, délibérément, onirique, labyrinthique parfois même impénétrable et dont on devient à la fois le prisonnier et le complice. L’écrivain semble ainsi relater dans ses œuvres l’expérience même de l’écriture en ce qu’elle permet de sauver « d’une sorte d’invalidité intellectuelle ». L’expérience de l’écriture pour l’écriture et dans ce sens même, « chacun a le droit d’écrire. L’important [pour Hubert Haddad], c’est l’expérience, l’épreuve de soi-même à travers le langage ». Hubert Haddad a, d’ailleurs, évoqué son expérience d’animateur d’ateliers d’écriture dans les prisons, les hôpitaux, les écoles, avec des enfants ou des jeunes en difficulté ou portant un handicap. L’écrivain a avoué que l’imagination débordante de ces jeunes l’a, en quelque sorte, amené à leur transmettre la motivation et la confiance nécessaires pour dépasser le réel, oublier le sens et se lancer pleinement dans l’expérience de l’écriture et que le résultat l’avait, lui-même, surpris.
–  Les enfants ont-t-ils, justement, constitué pour vous une source de « constellation » à l’instar de Mohammed Dib qui avoue dans L’arbre à dire que le titre de l’œuvre lui a été insufflé par un enfant ?
–  On peut dans le moindre détail de la vie, le moindre geste trouver le plus vif éveil mais sans imagination, il n’y a pas de pensée, de raison, de conscience [m’avait-il répondu].
Vendredi 21 novembre, 18h30, théâtre Olympe de Gouges
Rencontre « Un écrivain, Une heure » : George-Olivier CHATEAUREYNAUD
Modérateur : Alexis Brocas
Au cours de cette première partie de soirée, ce fut au tour d’Alexis Brocas  écrivain et Chef de rubrique au Magazine Littéraire qui collabore, également au Figaro Magazine et à Alternatives internationales  de nous inviter à nous aventurer dans le monde fantastique de George-Olivier CHATEAUREYNAUD, romancier et nouvelliste français. Il est, incontestablement, l’un « des artisans du renouveau de la nouvelle en France » mais surtout ami de très longue date d’Hubert Haddad qui partage, avec le groupe des écrivains de la « nouvelle fiction », « la conviction que cette fiction révèle le réel en dévoilant une autre vérité, bien plus profonde et mystérieuse que la prosaïque évidence ». Durant cette séance, Alexis Brocas s’est, particulièrement, attardé sur sa nouvelle Singe savant tabassé par deux clowns (le Prix Goncourt de la nouvelle en 2005) et son roman L’autre rive (paru chez Grasset en 2007). J’ai été, particulièrement, interpelée par la représentation de la ville  « Écorcheville » dans ce roman (les évènements de L’autre rive ont lieu à Écorcheville, située sur les bords du Styx, fleuve mythique qui sépare le monde des vivants de celui des morts). Travaillant sur l’écriture de l’espace chez les auteurs de langue française, une piste de lecture comparatiste assez intéressante serait envisageable dans la mesure où le concept d’une ville imaginaire est quasiment omniprésent chez ces auteurs.
21h  Théâtre Olympe de Gouges «  La condition magique dans la littérature »
Avec Georges-Olivier châteaureynaud et Hubert Haddad
Lecture et chant : Nathalie Vidal et Maurice Petit
Durant cette deuxième partie de soirée, une traversée de l’imaginaire a été proposée au public à travers la lecture ou le chant de divers extraits de Gérard de Nerval, Baudelaire, Kafka, Borges et tant d’autres, auteurs de prédilection d’Hubert Haddad et de Georges-Olivier Châteaureynaud qui présentent sur scène, dans une ambiance intimiste et conviviale, cette visite guidée dans les arcanes inconnus de l’imaginaire ou ce que Hubert Haddad appelle une « exploration inlassable des terrae incognitae de la sensibilité ».
Samedi 22 novembre
 
Rencontre : Un écrivain, Une heure. 16h, Ancien Collège
Fariba Hachtroudi
Modératrice : Caroline Berthelot
Écrivaine, journaliste et militante des droits de l’homme d’origine iranienne, Fariba Hachtroudi puise dans la force d’une plume acerbe pour dépeindre son Iran natal avec ses affres, ses doutes et ses espoirs et dénoncer l’horreur des lois iniques de la théocratie et de la charia en Iran et ailleurs ce qui lui vaut une fatwa de condamnation à mort en Iran. L’écrivaine a survolé, durant cette rencontre, la majeure partie de son œuvre : Iran les rives de sang, son premier roman paru au Seuil et couronné du grand prix des Droits de l’homme en 2001 notamment, Le 12e imam est une femme, son dernier roman, entre autres, mais aussi Abysses, son recueil de poème. Quand la modératrice, feuilletant ses romans, l’interroge, justement, sur la présence de la poésie dans sa prose, Fariba Hachtroudi a expliqué son refus de « cadrer » un livre en le plaçant dans une catégorie générique bien précise. Pour elle, être écrivain, c’est être aussi et/ou avant tout poète. Ainsi, pour l’écrivaine, la poésie est absolument partout, ce qui explique l’omniprésence des poèmes dans ses romans. J’ai souhaité, quant à moi, partager la grande émotion que je ressens à écouter Fariba réitérer sa décision de revenir en Iran. –  Pourquoi ce désir de retour au pays et ce malgré le danger de mort que vous encourez ? – Cela donnera un sens à ma vie, m’avait-elle répondu, avec tant d’émotion et un regard qui en dit long sur l’amour de cette écrivaine pour son Iran natal. Ainsi se clôt la rencontre avec Fariba Hachtroudi, sur cette note positive qui appelle au refus de l’abandon par-delà toutes les formes d’intimidation et ce peu importe les risques encourus car ce qui donne sens à la vie c’est bien « [l’]état permanent d’acquiescement au mouvement, au renouveau [et] à la révolte » auquel invite constamment l’art et la littérature, comme le résume si bien Hubert Haddad.
21h, Théâtre Olympe de Gouges : Lecture spectacle
Le peintre d’éventail (Prix Louis Guilloux, Grand prix SGDL 2013,  Prix France ô 2014)
Texte : Hubert Haddad
Adaptation : Maurice Petit
Lecture : Jacques Merle et Maurice Petit
Musique : Arvo PÄRT- Musiciens : Nirina Betoto (violon) et Emilie Véronèse (piano)
Mise en espace : Le théâtrophone – Décor : Toiles d’Odile Cariteau
La salle affiche presque complet, les lumières s’estompent peu à peu, nous sommes partis pour un rêve éveillé. Un spectacle magnifique et magnifié par l’adaptation, le décor et la mise en espace. Un voyage hors de soi et du temps. Direction : le sublime Japon d’Hubert Haddad. Le noir se fait, le silence se déploie. Sur la piste, l’ombre alterne avec la lumière. Éclairé, le fond de la scène est décoré par les toiles d’Odile Cartiteau, artiste plasticienne qui présente, à travers la peinture, une lecture des deux romans «  Le peintre d’éventail » et « Les Haïkus du peintre d’éventail » en ce qu’ils « capte[ent] parfaitement l’esprit du Japon dans sa recherche de la beauté, de l’esthétique et dans sa connivence avec la nature qui va jusqu’à une acceptation totale des plus grandes violences déployées par celle-ci ». Très belle touche de magie improvisée par un léger courant d’air, les toiles ondulaient légèrement tout au long du spectacle. – Ce n’était pas du tout prévu !, assure Maurice Petit.Le spectacle aurait ainsi imposé sa condition magique ! Autre détail : la poéticité de l’éclairage et la richesse de sa symbolique de par l’opposition des tons  lumière « froide » (le bleu) / lumière « tiède » ou « chaude » (orange, rouge)[1], le violet était également présent pour symboliser, à notre sens, le passage du Yang au Yin et donc de l’actif au passif – qui prédominait durant le spectacle et mettaient d’autant plus en valeur les toiles d’Odile Cariteau. Aussi, l’’écriture minimaliste de Pärt (l’utilisation de notes récurrentes) qui donne une impression de simplicité, projette-t-elle le spectateur dans le décor zen et dépouillé du jardin japonais (lieu de l’intrigue). Ainsi, tout en étant baigné dans une ambiance très sobre, épurée et poétique, ce beau spectacle aura, subtilement, mêlé lecture à voix haute, musique et peinture dans un dépouillement extrême : les notes qui bercent la lecture, résonnent comme un bruit sec d’éventail, sur une musique d’Arvo PÄRT, un magnifique duo pour violon (Nirina Betoto) et piano (Emilie Véronèse) – les deux musiciennes sont placées à l’extrémité gauche de la scène –, Maurice Petit (placé au milieu de la scène) et Jacques Merle ( placé à l’extrémité droite de la scène) lisent, de leur côté, de manière à faire percevoir concrètement la situation d’énonciation sans pour autant théâtraliser la parole ( les deux lecteurs se servent, plutôt, de la puissance de la voix et des ressources expressives du visage) mais nous saisissions très vite que ce dépouillement n’était là que pour donner davantage de force au spectacle dans la mesure où il permettait une montée en force des duaux littérature/musique, littérature/peinture. Cette conclusion tient sans doute au fait qu’il s’agit là d’un spectacle qui épouse en résonance la nature même de la littérature en sa qualité multidisciplinaire.
J’en oublie certainement… Ma participation au festival Les Lettres d’automne 2014 a été riche en partages et en belles rencontres. Rencontres avec les mots, avec les autres, avec un lieu, ses habitants, sa culture du tiroir, ses traditions culinaires et son Histoire. Rencontre avec des personnalités qui ont marqué l’Histoire de ce lieu, la Montalbanaise Olympe de Gouges tout spécialement. Rencontre avec d’autres écrivains : Alain Absire, Eric Faye, Serge Pey… Rencontre avec des livres. Surtout des livres « de toutes les couleurs, de toutes les tailles, du plus minuscule au plus majuscule ». Rencontre avec des théories que l’on salue au passage, les théories relationnelles du langage notamment : « Tout est relation dans le langage » affirme Hubert Haddad pour faire un clin d’œil à son ami le poète Serge Ritman. Rencontre avec Héloïse Haddad (réalisatrice) et son film Je t’aime, déception (à voir absolument !). Rencontre avec des libraires, des illustrateurs, des éditeurs, des acteurs, des cinéastes, des peintres, des musiciens, des marionnettistes, de formation et d’horizon différents mais tous en quête d’une harmonie étroite et symbiotique entre l’homme et l’art. Hugs l’a écrit dans son exil : « la vie n’est qu’une occasion de rencontre.» Hubert Haddad n’a cessé de le rappeler tout au long de ces quatre jours.
La condition magique, c’est, tout compte fait, cela, c’est la rencontre !


[1] Rappelons que dans la Chine ancienne et au Japon le rouge-orangé s’associe au yang.

[1] La condition magique est le titre d’un roman d’Hubert Haddad (Le grand Prix de la SGDL), récemment réédité par Zulma mais surtout           « le thème transversal choisi par l’auteur pour cette 24ème édition des Lettres d’automne ».
[2] Rappelons que dans la Chine ancienne et au Japon le rouge-orangé s’associe au yang.