Archives par mot-clé : Maktabi Somayeh

Dominique Rabaté, invité à Paris 3 pour Gestes lyriques

Avec ma collègue Aline Bergé, j’aurai le plaisir de recevoir Dominique Rabaté le 17 février 2014 de 13 à 15 heures (46, rue Saint-Jacques à Paris 5e, 3e étage, salle M) en regroupant les étudiants de trois séminaires qui à un moment ou un autre rencontrent dans leurs recherches la notion de « gestes ». Le livre de Domnique Rabaté est important dans les conceptualisations de cette notion, qu’il s’agisse de penser la théorie et la didactique de la littérature ou de penser les oeuvres littéraires à l’aune des mondialisations, des contextes linguistiques et culturels et des expériences qui s’y construisent.

La rencontre est en ligne à cette adresse:

http://epresence.univ-paris3.fr/7/Watch/437.aspx

 

 

Pour le plaisir de l’écouter avant la rencontre, une conférence récente est disponible que je mets en ligne ci-dessous:

« L’identification » par Dominique Rabaté dans le cadre du séminaire du CRAL (Art et littérature : l’esthétique en questions) lundi 25 mars 2013

Je me permets de renvoyer à une note de lecture concernant cet ouvrage parue récemment dans la revue Europe qu’on peut lire dans ce carnet à cette adresse: http://ver.hypotheses.org/489 (reproduction de la recension dans Europe à cette page: http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2013/09/dominique-rabate-gestes-lyriques.html)

D’autres recensions ont été réalisées ; on peut les retrouver dans les liens suivants:

Présentation de l’éditeur puis recensions de Patrice Beray (Médiapart) et Sophie Erhsam (la Quinzaine littéraire) http://www.jose-corti.fr/titreslesessais/Gestes_lyriques.html

Celle d’Antoine Emaz: http://poezibao.typepad.com/poezibao/2013/05/note-de-lecture-dominique-rabaté-gestes-lyriques-par-antoine-emaz.html

Celle de Charlène Clonts dans Recours au poème : http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/gestes-lyriques-de-dominique-rabaté/charlène-clonts

Il serait intéressant de comparer ces recensions et d’en extraire une anthologie des conceptualisations de la notion de « gestes »… 

Quelques points soulevés pas Dominique Rabaté dès son introduction:

1. « et je danse »

D’entrée de jeu, on peut dire que Rabaté pose le continu au principe du « geste lyrique » : « il serait en même temps diction et action, imagination et effectuation », « une pensée unie avec ce qu’elle décrit, ou même avec ce qu’elle instaure ». Et plus loin, à propos d’un court extrait de « Phrases » de Rimbaud: « la phrase fait ce qu’elle voulait dire » et « la parole se fait danse ».

S’ajoute à ce continu qui pose une performativité du poème comme un dire qui fait ce qu’il dit, une performativité relationnelle et donc un autre continu: « la danse est devenue aussi celle du lecteur. La danse du langage quel qu’en soit le porteur ». Je retrouve donc dans ce préliminaire rimbaldien de Rabaté ce sur quoi je travaille depuis longtemps: la voix comme continu entre un phrasé et un geste est également un rapport du continu relationnel, un passage de voix.

Deux rapides remarques : il me semble superflu ou convenu d’évoquer à propos de ce fragment rimbaldien « l’extraordinaire pouvoir d’auto-réalisation que la poésie s’est fixé comme ambition avec le tournant d ela modernité » (ce super-sujet, « la poésie », n’est en aucun cas dans le continu « du mouvement euphorique du sujet qui l’énonce ») ; aussi faudrait-il interroger ce continu postulé auquel j’ai dit adhérer : « le je final est aussi un peu le mien »; en effet, à condition de concevoir ce passage de sujet comme l’invention d’un sujet par un autre sujet, il faudrait dissocier alors ce nouveau je d’un quelconque moi. Mais nous ouvrons la discussion qui va suivre…

2. « Plasticité du sujet lyrique »

Rabaté reconsidère la définition du « sujet lyrique » qui « dit une expérience (à la fois passée et présente) mais c’est dans le processus du dire qu’il se constitue ». Cette énonciation ne va pas sans une « réénonciation » qui « explique en partie l’effet particulier de participation que suscite le poème » : « le geste qu’accomplit le texte poétique n’est pas seulement celui que décrit, s’il réussit, l’écrivain. Il devient aussi celui du lecteur ou de l’auditeur ». Cette dernière précision n’est pas sans pointer la nécessité d’une écoute que, personnellement, je généraliserais aux acteurs (« écrivain », « lecteur »), à condition justement d’entendre des mouvements de subjectivation qui les font devenir autre (le « je est un autre » de Rimbaud pointerait dans cette direction), c’est-à-dire sujet du poème-relation… Et Rabaté de poursuivre avec cette judicieuse remarque concernant ces récitations (ou re-citations) que nous nous faisons et qui ainsi ajustent « une expérience singulière à une autre ». S’agit-il de la « reproduction du même geste, comme si nous nous remettions dans les traces d’un mouvement qui porte la même dynamique, et parfois le même climat affectif » ? Oui et non, si l’on entend non une « reproduction » mais une « réénonciation » – ce que la modélisation (« parfois ») pointe… Mais Rabaté qui veut certainement convaincre dans un effort didactique louable réitère une confusion du « je » et du « moi » in fine : « à mon tour », « danse fugace dont je suis l’acteur ». Et Rabaté de conclure sur « la force d’un transport » (il souligne) que constituerait cette réénonciation : il me semble qu’une telle réénonciation engage plus un rapport qu’un transport, une relation plus qu’une répétition, une transsubjectivation  comme passage de voix. Le passage n’est pas celui d’un objet mais celui d’un sujet, d’un sujet par un autre sujet.

3. Gestes

Ce que confirme, d’un certain point de vue, Rabaté quand il  précise  que « l’accent est alors plutôt mis sur la capacité dynamique du poème que sur des places subjectives fixes ». Aussi s’expliquerait le passage en 1995 du lyrisme et donc des études génériques au sujet lyrique (voir Figures du sujet lyrique, 1995 que les travaux de Michel Collot, Jean-Michel Maulpoix jusqu’à Elica Brico ont suivi) à l’attention actuelle aux gestes lyriques, c’est-à-dire aux modes de subjectivation et dé-subjectivation pour éviter de une « dosa où le sujet lyrique redevient – dans tant de travaux d’étudiants – un personnage trop consistant, une figure hypostasiée et aussi mécanique que le narrateur genettien dès qu’il s’agit d’un récit en prose ». Rabaté pointe effectivement les dérives pédagogiques de ce retour du sujet en littérature qui a suivi le structuralisme littéraire et son avatar narratologique… Toutefois, si l’on ne peut que le suivre s’agissant d’éviter une « grammaire intentionnelle qui ramènerait » le processus de subjectivation « à la catégorie de l’action » (voir Lorraine Dumesnil et Suzanne Fernandez dans revue Textuel n° intitulé « Participation au monde. Réflexions sur le geste »), Rabaté maintient des catégories articulées au sujet philosophique transplanté en littérature : « dedans »/ »dehors », par exemple. Il prend appui sur les travaux de son collègue Bernard Vouilloux (Le Geste, La Lettre volée, 2001) qui demande de penser « l’énergie qui informe dans l’étendue de son déploiement l’organisation de l’oeuvre ». On comprend alors que Rabaté maintienne la notion de lyrisme alors qu’il passe du genre aux gestes en passant par le sujet (tous « lyriques »): parce que cette catégorie oblige à penser « la force rectrice qui traverse l’oeuvre » (Vouilloux). Mais pourquoi exclure la notion souvent opposée au lyrisme : l’épique, lequel porterait tout autant la force (les références aux mystiques me semblent pointer sous les notions de « désaisissement », de « don »… et ainsi consonner avec d’autres approches, celle de Jacques Ancet, par exemple) et le mouvement de la voix dans l’oeuvre (l’épique entendu comme « rapport d’intimité avec l’inconnu » chez Meschonnic dans Critique du rythme, p. 713)… Sans compter le risque avec le lyrisme de voir toujours confondre je et moi que Rabaté semble vouloir bien déconfondre quand, par exemple, il note entre parenthèses ce danger: « facilement (trop facilement?) qualifier de lyrique » ce « sentiment incoercible » dont parle Vouilloux…

4. La « vie gestuelle »

Notion indispensable que cette « vie gestuelle » si l’on ne veut pas voir les gestes défaire cette force, cette energea, ce processus, (voir Humboldt qui oppose celle-ci à ergon, le produit), que Rabaté nommera toujours lyrique et que nous pourrions simplement appeler poème, voix-relation, lyrique et épique (un peu comme chez James Sacré)… Pour cela Rabaté fort judicieusement place sa réflexion sous les auspices de l’oeuvre de henri Michaux et de trois de ses livres : successivement Façons d’endormi, façons d’éveillé (1969), Déplacements, dégagements (1985) et Emergences-Résurgences (1972). Donc, loin de penser cette « vie gestuelle » en termes d’extériorisation des affects intérieurs, Rabaté veut situer cette activité comme pure performativité. On peut cependant s’étonner d’une vision par trop historiciste qui limiterait une telle attention au « poète moderne », du moins à « la rupture que dessine Baudelaire » qui sépare de manière « consubstantielle vers et poésie »… Penser le rythme comme le fait Michaux demande certes de se défaire du point de vue métrique mais le vers ne s’arrête pas à ce dernier point de vue. Par ailleurs, Rabaté en durcissant la notion de « lyrisme moderne » ou de « discours lyrique », autant de super-sujets abstraits et hypostasiés, infirme le mouvement de sa réflexion, voire celui de Michaux lui-même qui, comme cite Rabaté, cherche « des gestes-mouvements (…) représentatifs de mouvements réels ».

5. De la performativité

Il s’agit donc bien de réfléchir à la notion de performativité puisque « la poésie est le nom de cette performativité à laquelle nous aspirons tous », écrit Rabaté. Mais il y a performativité et performativité. Il me semble que Rabaté fasse plus référence à la notion construite par Austin (Quand dire c’est faire) qui vise les « conditions de félicité » ou « conditions sociales de réussite » de tel acte de langage, sans tenir compte de celle que lui oppose Benveniste, lequel distingue les notions d’acte et de modalité discursive : « Il ne faut pas prendre l’implication extra-linguistique comme équivalent de l’accomplissement linguistique: ces espèces relèvent de deux catégories entièrement différentes » (Problèmes de linguistique générale, 1, p. 275). Publié dans Les Etudes philosophiques en 1963, cet article sur « la philosophie analytique du langage » oppose au pragmatisme philosophique une anthropologie du langage qui permettrait de penser l’activité spécifique d’un poème sans le réduire à une instanciation individuelle si ce n’est individualiste quand la poésie ancienne l’aurait forcément collectivisée… Certes, on peut l’affirmer avec Rabaté, « la poésie est peut-être le régime de discours où le niveau d’intensité de cette performativité diffuse de la parole (…) est le plus élevé », à condition de ne pas réduire le poème à un acte performatif et donc à un acte qui dépend de ses conditions sociales d’exécution où sens et référence se recouvrent. Ce qui éviterait pour le moins les conséquences d’une désillusion post-moderne (« à l’ère du soupçon ») qui réduit la politique du poème à au « scepticisme » ou à « l’ironie »…

6. Verbes

Aussi la tonalité finale est-elle celle d’un « encore », d’un « préserver »… ces verbes que Rabaté veut décliner dans des « dramaturgies, des scénarios possibles que les textes accentuent à leur manière » signalent une quête du sujet ou des sujets en préservant toujours « la dynamique énonciative des poèmes ». Il marque un refus intéressant des typologies ou d’un quelconque répertoire pour leur préférer cette « mobilité ». Toutefois, on sent des hésitations puisque Rabaté conserve quoiqu’il en dise la notion de « posture » (ou « rôles » et « places subjectives ») empruntée à Maingueneau tout comme il imprime des inflexions ontologiques à sa réflexion : « Et ce sont aussi ces gestes qui jouent, en amont, un rôle moteur pour alimenter l’énergie lyrique qui en découle, ce par quoi le texte se tient au niveau de l’injonction qui lui préside » (je souligne ces antécédents ou ces sorties de l’activité langagière).

On ne peut que continuer une telle réflexion quand elle pose l’entraînement par les gestes, et donc le « trajet » (notion empruntée à Jean Starobinski : « trajet de lecture » dans La Relation critique) qu’ouvre le poème. Toutefois, on peut s’étonner de ce retour ontologique que Rabaté opère par sa formule paradoxale finale : « chercher à atteindre par le langage quelque chose qui est peut-être absolument hors du langage, mais dont la traction continue de mobiliser le besoin et le désir de dire ». Aussi faudra-t-il discuter ce qu’il fait de la formule d’un Ghérasim Luca : « Comment s’en sortir sans sortir » (cité p. 237)… En attendant, on peut lire tout le livre de Rabaté, et aller voir quelques-uns des travaux autour de Luca dans ce carnet (voir dans les catégories).

En attendant cette rencontre, j’ai demandé à quelques étudiants de réaliser une lecture de l’introduction du livre de Rabaté en lien avec la lecture que nous poursuivons des livres de James Sacré. Voici une première contribution :

Nous avons choisi de relever les « ajustements » et les divergences entre les textes de Dominique Rabaté[1] et de James Sacré[2] [3]. De prime abord, tandis que le livre de Dominique Rabaté par un « geste » réflexif et poétique tente de Parler [du] poème, celui de James Sacré lui parvient par le même « geste » mais poussé à son paroxysme à Parler avec le poème. Ceci se justifie aisément : le premier est théoricien de la poésie, le deuxième poète.

Mais chez tous deux un « ajustement »[4] s’opère sur les notions de « geste » et de « sujet » du geste (nommé « sujet lyrique »[5] par Rabaté). Ainsi, prenant l’exemple d’un extrait de « Phrases »[6], un poème de Rimbaud, Rabaté nous parle d’une « cadence »[7], telle « la parole qui se fait danse »[8]. On peut y voire un « geste » d’écho par rapport aux vingt-quatre « cadences » qui découpent le livre de James Sacré[9]. Pour ce qui est de « la parole qui se fait danse », et « des chaînes d’or »[10], comment ne pas le rapprocher de la « cadence 1 » de Sacré[11] où le poète « s’imagine voir briller les mots dans un poème », « comme une bague dorée dans la main levée d’une femme», comme si elle dansait. On retrouve également la notion d’ « ajustement » et de « traces » à la fois dans le lexique de Rabaté[12] et de Sacré[13].

En outre, la notion de « cadence » est reprise maintes fois par Rabaté à travers le lexique du « mouvement », de « dynamique(s) », d’ « action », de « mécanisme ». Ainsi, « Le geste d’écrire. Les gestes d’écrire »[14] du poète, tels des « langage-corps » contaminent-ils le « lecteur » et l’ « auditeur » du poème, qui par une « participation active »[15], entrent dans cette « danse » du corps, de la « main » et de l’esprit, dans cette « fusion entre le geste physique et le mouvement mental »[16]. C’est dans ce sens, nous semble-t-il, que Rabaté parle de la « relative transparence du sujet lyrique » et de sa « plasticité ». Non pas qu’il lui dénigre son identité, mais il lui en transpose une sans cesse renouvelée et renouvelable à chaque « geste » de lecture ou d’audition car « c’est en re-citant le poème que le lecteur refait le même parcours mental et quasi-gestuel, phonétique et rythmique »[17]. C’est ainsi que le lecteur/auditeur s’approchera le plus de la « pro-jection »[18] (et non pas du « projet ») et de l’« expérience de désubjectivation »[19] du poète dans son « geste » qui l’engage aussi bien au niveau technique, corporel, spirituel que sentimental. Rabaté parle à ce propos de « sentiment incoercible »[20] du « sujet lyrique » dans ses gestes lyriques. Nous pourrions finalement synthétiser la notion de gestes lyriques dans un élan poétique, par « l’activité du verbe, et la répartition particulière et toujours dynamique des rôles et des places subjectives [du poète, du lecteur ou de l’auditeur]».[21]

Plus discutable reste la notion d’ambition attribuée au poème par deux occurrences chez Rabaté[22], sauf si « l’ambition du dire poétique »[23] réside dans la lutte contre « l’ère du soupçon »[24], celle où lecteurs et auditeurs, voire les poètes eux-mêmes, ont perdu foi en « la croyance que les mots peuvent changer le monde »[25], et donc en la « performativité »[26] poétique d’une « vie gestuelle »[27] où « quelque chose se dit et advient par ce dire »[28].

Somayeh Maktabi

[1] Dominique Rabaté (2013). Gestes lyriques. Paris : José Corti. Introduction : pp. 9 à 26

[2] James Sacré (2013). Parler avec le poème. Genève : La Baconnière. P. 13

[3] James Sacré (1996). Viens, dis quelqu’un. Marseille : André Dimanche

[4] James Sacré (2013). Op. Cit. P. 13 et Rabaté (2013) Op. Cit. P. 12

[5] Rabaté (2013) Op. Cit. P. 10

[6] Idem P. 9

[7] Rabaté (2013) P. 8

[8] Idem

[9] James Sacré (1996). Op. Cit.

[10] Rimbaud cité P. 9 de Rabaté (2013)

[11] James Sacré (1996). P. 11

[12] Rabaté (2013) P. 12

[13] James Sacré (2013). P. 13

[14] James Sacré (2013). P. 13

[15] Rabaté (2013) P. 11

[16] Idem P. 20

[17] Rabaté (2013) P. 11

[18] Idem P. 15

[19] Idem

[20] Idem P. 17

[21] Idem P. 24

[22] Idem P. 10 et 17

[23] Idem P. 23

[24] Idem

[25] Idem

[26] Idem

[27] Idem P. 17

[28] Idem P. 23

 

Une géolinguistique ?

Pourquoi parler de géolinguistique ? Parce que cette (sous-)discipline existe : elle se consacre effectivement à faire la géographie des langues (des dialectes, etc.) et donc cherche à délimiter des aires linguistiques. Il faudrait bien sûr avoir une définition des locuteurs assez stable et, de plus, considérer toutes les langues des locuteurs sans compter la difficulté à établir les usages linguistiques principaux, seconds, contextuels…

Bref, une science (ou des essais de repérage) souvent instrumentalisée par les géopolitiques…

Pour tenter d’apercevoir les réalisations et les problèmes, quelques références suivent et les interventions de quelques étudiants que je remercie.

———————-

Un article qui articule géolinguistique et francophonie (la bibliographie est assez intéressante) :

Auteurs : Paula Bouffard et Philippe Caignon
Titre : Localisation et variation linguistique. Vers une géolinguistique de l’espace virtuel francophone
Revue : , Volume 51, numéro 4, décembre 2006, p. 806-823
URI : http://id.erudit.org/iderudit/014344ar
DOI : 10.7202/014344ar

http://www.erudit.org/revue/Meta/2006/v51/n4/014344ar.html

Voici sa conclusion dont on pourrait discuter les attendus, le cadre épistémologique en regard de ce que nous tentons de construire du point de vue d’une géopoétique:

Dans le cadre du présent article, nous avons cherché à mesurer l’influence de la localisation sur la diversité linguistique en examinant les sites de l’entreprise Mercedes-Benz localisés vers le français en Europe et en Amérique du Nord. L’étude de ces sites nous a permis de constater que la localisation du site canadien-français contribue au maintien de la langue française sur la Toile par sa rectitude et au renforcement de la culture canadienne française par l’emploi d’une innovation linguistique. Elle nous a aussi permis de remarquer que la localisation des sites franco-européens tend plutôt vers l’uniformisation planétaire, comme en témoignent l’anglicisation lexicale observée dans tous les sites étudiés, l’anglicisation typographique relevée dans les sites belge et français ainsi que l’anglicisation sémantique présente dans le site suisse.

Le recours à l’anglais, surtout en ce qui à trait aux notions liées au canal, comme Homego globale-mail, peut relever d’un effet de mode, car les termes anglais sont connotés d’une certaine « modernité » (Cerquiglini 2002 : 21). Cependant, même si on admettait cet effet de mode, il ne suffit pas à expliquer le nombre élevé d’emprunts dans le domaine du commerce de l’automobile. La présence de formes partiellement anglaises, telles que crédit Facility et Include dans le service gratuit, suggère que l’explication apparaîtrait plutôt dans le cadre d’une étude portant sur le contrôle de la qualité des produits localisés.
On aperçoit qu’ici la géolinguistique est très proche d’une géopolitique voire d’une géoéconomie… c’est-à-dire prise dans des rapports de pouvoir ici transcrits presque quantitativement du point de vue lexical. Mais il faudrait enquêter plus précisément que ne le permettent ces rapides notes…

Quelques informations sur la revue Géolinguistique :

http://www.entrevues.org/revues/geolinguistique/

Un article déjà ancien mais qui fait la synthèse sur ce sujet :

Un ouvrage qui correspond bien à ce domaine:

Jean-Claude Bouvier, Espaces du langage, Géolinguistique, toponymie, cultures de l’oral et de l’écrit, Presses de l’Université de Provence, 2003.

Recherche de Somayeh Maktabi :

Le CNRTL (Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales) définit la géolinguistique comme l’« Étude des variations dans l’utilisation de la langue par des individus ou des groupes sociaux. Syn. : géographie linguistique » (Ling. 1972)[1]

Il s’agirait donc, pour paraphraser cette définition, d’une discipline scientifique qui tendrait vers une meilleure compréhension des phénomènes de variations linguistiques d’une même langue dans une cartographie mondiale de cette dernière, selon une approche synchronique. Or, le phénomène de variation sous-entend celui de la « norme »[2] unique dans une langue vers laquelle il faudrait converger. Prenons le cas du français dans le monde francophone. Apparaissent alors les notions de « langue haute » et de « langue basse » dans une même langue, s’agissant du parler citadin, du parler provincial, du parler créole, ou bien encore du parler académique ou du parler des poètes, qui engendrent parfois un sentiment d’ « insécurité linguistique »[3] [4]chez le locuteur, natif ou non-natif et le force à pratiquer l’ « hypercorrection »[5]. Or, la notion de norme s’oppose à la celle de géopoétique, considérée comme la multiplicité des voix qui définissent une nouvelle cartographie langagière et poétique du monde et des mondes, et réciproquement. En cela, la géolinguistique se rapprocherait pour nous davantage de la géopolitique, car sa cartographie comporterait des zones de tensions dans des contextes globaux et locaux, et ce y compris au sein du monde francophone, dont l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) est le garant institutionnel. Elle concernerait également les notions de langue parlées et de sociolinguistique. Une revue intitulée Géolinguistique qui « publie des articles consacrés à la variabilité linguistique dans l’espace, en particulier dans les langues à tradition orale. Ses contributions peuvent porter sur tous les aspects de la langue (lexique, phonétique, morphosyntaxe, prosodie…) ainsi que la microtoponymie. » [6]. De nos jours, la géolinguistique a tendance à dépasser ces problématiques anciennes, méthodologiques et épistémologiques, pour s’intéresser à des faits plus pratiques, comme l’établissement de nouveaux Atlas :[7] l’ALE (Atlas Lingarum Europae), ALiR (Atlas Linguistique Roman).

 


[1] Site du CNRTL consulté le lundi 27 janvier 2014 au lien http://www.cnrtl.fr/definition/g%C3%A9olinguistique

[2] William Labov (1976). Sociolinguistique. Paris : Editions de Minuit.

[3] Ibid.

[4] Notion reprise par le français Francard dans une acception linguistique intéressante : « l’insécurité linguistique [est] la prise de conscience, par les locuteurs, d’une distance entre leur idiolecte (ou leur sociolecte) et une langue qu’ils reconnaissent comme légitime parce qu’elle est celle de la classe dominante, ou celle d’autres communautés où l’on parle un français « pur », non abâtardi par les interférences avec un autre idiome, ou encore celle de locuteurs fictifs détenteurs de LA norme véhiculée par l’institution scolaire. » Francard et al., (1993) Actes du colloque L’insécurité linguistique dans les communautés francophones périphériques qui s’est tenu à Louvain en novembre 1993, consulté le lundi 27 janvier 2014 au lien http://www.sociolinguistique.fr/cours-4-4.html

[5] Labov (1976)

[6] Site de l’ATILF (Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française) consulté le lundi 27 janvier 2014 au lien https://apps.atilf.fr/revues/index.php?r=revue/view&id=124

[7] Jean-Philippe DALBERA. Géolinguistique : un nouveau souffle ? In: Revue belge de philologie et d’histoire. Tome 80 fasc. 3, 2002. Langues et littératures modernes – Moderne taal en litterkunde. pp. 831-849. Site de Persée consulté le lundi 27 janvier 2014 au lien http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rbph_0035-0818_2002_num_80_3_4643

 __________________________________________

On peut ajouter, certes avec retard mais on aura peut-être un accès aux communications rapidement, cette annonce de colloque :

Dessiner les frontières

le 31 janvier 2014

Colloque international

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3Organisateurs : Michelle Auzanneau et Luca Greco
EA 1483 – Recherche sur le Français Contemporain (RFC) – Fédération CLESTHIAAdresses électroniques : mch.auzanneau@gmail.com / luca.greco@univ-paris3.fr

Présentation :

La notion de frontière, si elle n’est pas nouvelle, prend dans les sociétés contemporaines des significations particulières. L’espace des lieux a laissé place à l’espace des flux (Zygmunt Bauman, 2004) et la mobilité géographique, sociale et relationnelle se conçoit en relationCes réalités suscitent, chez les chercheur-e-s en sciences humaines et sociales  à la fois un regain d’intérêt pour la notion de frontière et un renouveau de sa conception et de son étude. Elles/Ils s’intéressent ainsi à des zones de contact dans lesquelles une multitude d’espaces, de pratiques, d’identités, de cultures cohabitent mais aussi à la façon dont ces contacts produisent un espace en soi que les acteurs sociaux identifient, interprètent et délimitent en produisant, par leurs pratiques sociales et par leurs activités (Bruxelles, Greco, Mondada 2009, Greco, Champsiaux, Nectoux 2010). des lignes de partage et de distinction.

Différents domaines scientifiques développent notamment cette étude en termes d’espaces tiers (Soja 1996), d’identités métisses (Anzaldua, 1987, Besnier 2003, Rampton, 2005), de mobilités (Juillard, 1995, Coupland, 2011, Augé 2009), et de production discursive (Nicolaï, 2000) .

Notre journée d’étude se propose d’interroger la notion de frontière grâce à  une perspective interdisciplinaire croisant la sociolinguistique urbaine, l’anthropologie culturelle, la géographie humaine. Notre objectif est de réfléchir à la façon dont les frontières peuvent être repérées, conçues, mais aussi produites par les pratiques quotidiennes des acteurs au sein de sociétés diverses.  Les conférenciers développeront ainsi ce questionnement à partir de terrains, problématiques et contextes différents dans lesquels s’inscrivent les activités observées. Leurs travaux portent en particulier sur les espaces, les pratiques plurilingues, le genre et les mobilités. Cette diversité des travaux  permettra, grâce à la confrontation et au partage de plusieurs points de vue, approches et outils méthodologiques, d’envisager les frontières sous leurs aspects multiples et dynamiques.