Archives par mot-clé : Jablonka Ivan

Ivan Jablonka : la recherche en sciences sociales ? de la littérature ?

113719_couverture_hres_0

Partant de « la grande séparation » (titre de la première partie de son ouvrage) entre écrivains et historiens, issue de la naissance des sciences sociales au cours du 19e siècle, Ivan Jablonka souligne néanmoins « le retour du refoulé littéraire » (p. 101) dans l’écriture de l’Histoire depuis déjà longtemps…  puisqu’on ne peut que constater des paradoxes terribles comme celui d’un Braudel (1902-1985), « le représentant le plus populaire de l’école des Annales » (dixit Wikipedia!),  « le plus romancier des historiens du XXe siècle », transformé « en emblème de l’histoire-science » (p. 102) ! Mais là encore le linguistic turn a fait quelques ravages en mettant l’écriture de l’histoire au rang de fiction… Certes, aujourd’hui « il est mort », le tournant, mais il n’empêche que les anathèmes restent : « ceux qui veulent écrire les sciences sociales sont soupçonnés soit de regretter les belles-lettres sans méthode, soit d’être les fourriers du relativisme panfictionnel » (p. 109). Reste que beaucoup « travaillent aux frontières » (ibid.) sans toutefois qu’on sache vraiment ce qui alors « fonde l’histoire en tant que science sociale » (p. 117). C’est ce que tente la seconde partie de l’ouvrage avec « le raisonnement historique ». Cette partie réexamine à nouveaux frais ce que c’est que l’histoire puis ce qu’ont fait les écrivains de l’histoire-science pour enfin dégager « les opérations de véridiction » avec « la distance », « l’enquête », « la comparaison », « la preuve », « la réfutation », « l’énoncé de vérité », autant de notions qui permettent de passer aux « fictions de méthode », lesquelles sont absolument indispensables pour que s’exerce pleinement le raisonnement historique que ces notions ont pu délimiter. Elles permettent de préciser d’ailleurs ce qui, dans et par l’écriture, maintient le raisonnement historique : l’ « estrangement » qui défamiliarise, la plausibilité où « le probable l’emporte sur le possible » (p. 202), la fiction cognitive où les personnages conceptuels et les essais de théorie permettent de « penser les faits » tout en s’en écartant (p. 206), la narrativisation et la dramatisation où se jouent vraiment l’histoire pour l’auditeur-spectateur-lecteur contemporain. Autant donc de fictions de méthode pour produire des connaissances dans et par le raisonnement historique qui « a besoin d’imagination archivistique, d’originalité conceptuelle, d’audace explicative, d’inventivité narrative » (p. 210). Au passage, il faut noter l’excellente proposition concernant les fictions en général qui en tant que telles ne sont ni vraies ni fausses mais « dans un rapport inaccompli avec le vrai » (p. 211): ce qui change et la littérature et l’histoire… puisqu’en effet des fictions romanesques « sont des fictions de méthode, c’est-à-dire des problématisations historiques » (p. 212) et alors « l’histoire est une forme de littérature qui, à l’aide d’une méthode, active la fiction pour produire de la connaissance » (ibid.).

Ces renversements de perspective constituent tout l’intérêt du livre de Jablonka qui en arrive, dans sa troisième partie, à poser frontalement le rapport « littérature et sciences sociales ». Il s’agira en fin de compte de poser le problème suivant: « faire vivre un raisonnement dans un texte » (p. 219). Et il faudrait entendre ce verbe « vivre » dans le sens que lui donnait John Dewey avec l’expression « vivre une expérience » (voir le billet: http://arlap.hypotheses.org/2891). Aussi Jablonka abandonne les vieilles lunes du « dialogue » entre littérature et histoire ou le « couple histoire/littérature » pour leur préférer « la question: quelle écriture pour quelle connaissance? Quel est le texte du savoir? » (p. 220) – je trouve qu’il s’attache trop à la notion de texte et qu’il faudrait lui préférer celle d’écriture, de parole en confondant ces deux dernières dans la notion d’oeuvre voire de poème… mais c’est une autre affaire! Jablonka explore alors une « zone d’extraterritorialité », observe le « post-réalisme » d’une grande partie de la littérature du siècle dernier (« l’objectivisme, le témoignage et le roman non-fictionnel » (p. 226). Il réinterroge les notions de fiction et de factuel ; il est significatif que sur la première il conclut sur la notion essentielle de voix contre les conceptions trop rhétoriciennes de la fictionnalité, de même qu’il doute d’une « conception factualiste, marquée au coin du scientisme » (p. 238). De ce dualisme (fiction/factuel), il propose de sortir par le tiers que serait « l’enquête », « récit animé par un raisonnement » (p. 240), en ajoutant l’orientation éthique d’y faire entendre les sans-voix – ce qui défait, me semble-t-il la trilogie construite… car si « l’enquête permet de circonscrire nos lacunes avec des hypothèses étayées », si « elle précise l’énigme » (p. 242), alors elle défait la dichotomie première non par un dépassement mais par une transformation radicale toujours inaccomplie. Et les tentatives de redéfinir la littérature après me paraissent un peu vaines au risque d’ailleurs de retomber dans les vieilles dichotomies. Donc, oui, « l’histoire est une possibilité d’expérimentation littéraire » (p. 249) exactement comme n’importe quel genre d’écrit qui devient écriture, c’est-à-dire expérience de connaissance, « démarche » comme aventure d’une voix, « récit d’une quête, angoisse d’un problème, qualification d’une souffrance, volonté de comprendre ce que les hommes font en vérité » (p. 250). Et donc « la littérature, c’est la recherche » (p. 251) ? oui ! comme recherche de la relation, de la situation, de la voix, de la connaissance. Le danger devient alors toujours celui du figement d’une méthode de la recherche. Jablonka l’évite en associant « épistémologie et esthétique » (p. 253) – il faudrait préférer le couple problème-poème… Il est en effet gênant de parler des « règles libératrices » qui maintiennent, comme la richesse des six « styles » recensés, l’illusion d’une maîtrise méthodologique ou rhétorique de l’écriture du raisonnement ou du raisonnement de l’écriture – aboutissant in fine  à ce constat assez faible du « à chacun son style » (je paraphrase, p. 276) ! Jablonka préfère d’ailleurs parler de prospection plutôt que de prescription (p. 276), alors sa recension d’expériences qui ne relèvent pas de trouvailles de style mais d’inventions d’écriture, c’est-à-dire de modes de voir, penser, transformer son monde dans et par l’écriture située, expériencée, adressée, offre de merveilleuses citations-notions (et donc conceptualisations à neuf) prises à Philippe Artières et ses « entre-lieux », à Patrick Boucheron qui évoque les « plis » pour « froisser la frise du temps » (p. 277) ! Aussi, Jablonka en arrive-t-il à parler de « texte-recherche » (chapitre 11). C’est bien pourquoi je proposerais de parler de poème de la recherche dès qu’il y a « texte-recherche » et il ouvre derechef à ce qui en constitue la dynamique, « la situation du chercheur », en proposant le « je » de méthode qui se construit à partir des trois « moi », témoin, de recherche, et le contre-moi (p. 286-288), tout en rappelant la distinction fondamentale entre « je » et « moi » (p. 289). Le « je » devient alors un opérateur de situation, de raisonnement et de cheminement (p. 291-292) quand le moi a déblayé le contexte pour en faire une situation de recherche (belle page sur Lévi-Strauss, entre autres, p. 294, et ailleurs sur Perec). Et c’est ainsi que l’atelier du chercheur, son écriture, se fait accueillant (forte critique de Jauss, p. 299), modeste, dans et par son « récit du raisonnement historique » (p. 297) – mais je préfère le racontage parce que la voix dans sa pluralité et son accueil des autres voix s’y implique quand le récit rappelle toujours son vieux schéma… Jablonka conclut sur ce « mode réflexif » qu’il appelle de ses voeux au coeur des comptes rendus de l’activité de recherche et, au-delà, c’est à une « post-disciplinarité » qui transformerait et les science sociales et la littérature qu’il convoque les travaux d’écriture à venir, déjà en train de se faire. cela pourra-t-il se contenter de « concilier, dan sun texte, différentes expériences de savoir et d’écriture » (p. 307)? J’en doute, c’est comme écrivait Michaux, « le grand combat » qu’il faut souhaiter, non pour que les morts s’accumulent mais pur que l’énergie vocale augmente la force de nos recherches. Oui à un « néo-cicéronisme » si la vis verba est entendue comme « la force dans le langage » (Henri Meschonnic), la relation dans et par le langage. Non s’il s’agit seulement « d’habiter la langue en produisant des énoncés de vérité dans et par un texte » (p. 318): formulation qui répète deux clichés à la fois (« habiter » et « énoncés » soumettent aux super-sujets : « la langue » et « le sens » quand ces derniers sont des représentations et non des « vérités ») : le vrai est la situation que la voix fait au discours, au monde. Sinon on ne cherche plus, on n’écrit plus, on est écrit et on est trouvé !

Pour poursuivre (j’y reviendrai) :

http://www.unidivers.fr/ivan-jablonka-olivier-rolin-seuil-litterature/