Archives par mot-clé : discours

(Sens du langage 3) : Enoncer/réénoncer – vers des points de voix

J’aimerais partir de la reprise par Henri Meschonnic (Célébration de la poésie, Verdier, 2001, p. 250) de la formule de Mallarmé, « le poème, énonciateur » (Œuvres complètes, La pléiade, 1945, p. 365), pour tenter de penser les discours par ce que l’on pourrait appeler des points de voix qui offrent autant de leviers nécessaires à l’attention aux énonciations (et peut-être encore plus aux réénonciations) dès que les œuvres font œuvre – en situation d’enseignement ou d’expérience artistique. J’évoquerai à ce propos une proposition ancienne (« Faire œuvre avec les œuvres » (Le Français aujourd’hui n° 149, 2005, p. 67-73 – article en ligne sur cairn et repris dans Poétique de la voix en littérature jeunesse, L’Harmattan, 2015) pour non seulement la renouveler au plus près d’une didactique des réénonciations ou voix continuées mais également pour penser une démocratie des voix dans les études littéraires comme en didactique des littératures, dans les expériences artistiques comme en situations de transmission-reprise. J’aimerais évoquer, avant de me lancer dans cette exploration, les remarques récentes de la romancière Léonora Miano (L’impératif transgressif, L’arche, 2016) pour « décoloniser » la recherche et la création et y augmenter l’écoute des « sans-voix », du moins des minorisés, marginalisés ou intempestifs… sans compter l’écoute de ce qui n’a pas encore de voix dans nos vies, ou de ce qu’on ne sait pas qui fait voix. Peut-être que c’est dans ces insatisfactions que réside l’envie de chercher des points de voix. La recherche que j’aimerais partager ici commencera par un document peu connu d’Henri Meschonnic, passera rapidement sur la situation de la voix chez les linguistes et les littéraires, se ressourcera à Benveniste pour examiner de près quelques travaux en anthropologie et en praxématique, pour ne pas conclure par une lecture d’un « roman » de Bernard Noël qu’un poème d’André Breton complétera en vue de dessiner une constellation de points de voix qui résonneront avec la critique de la notion de point de vue à peine engagée ici.

 1. Henri Meschonnic et le point de vue : vers une pensée du point de voix

L’importance dans le dispositif conceptuel de Meschonnic concernant le poème, la société, le langage de la formule prise à Mallarmé, « le poème, énonciateur », n’est pas mince. Il s’agit tout d’abord, sauf erreur, d’une écoute qui n’avait pas été faite jusqu’à Meschonnic. D’autre part, la définition-valeur paraphrastique (j’associe les deux modalités grâce à la virgule qui défait les habitudes en montrant la réversibilité active de la définition et de la valeur) du poème par « l’énonciateur » engage évidemment une pensée du sujet du poème qui rompt fortement avec les habitudes tant linguistico-littéraires que psychanalytiques. Qu’un mode discursif constitue une forme-sujet spécifique et à nul autre envisageable comme mode de subjectivation intense et surtout incomparable à d’autres. Tout commence par une considération du discours comme opération de trans-subjectivation dans et par le langage : « Le discours suppose le sujet, inscrit prosodiquement, rythmiquement dans le langage, son oralité, sa physique. » (Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Verdier, 1999 : 74). Ce « dans et par » oriente l’écoute vers toute la physique du langage et d’abord vers une critique de la notion de « point de vue », du moins sa reprise critique.

Je me contente d’un extrait d’un entretien donné par Meschonnic à une collègue du Français aujourd’hui il y a déjà une bonne quinzaine d’années, c’est-à-dire au moment où la didactique de la littéraire continuait de digérer un post-structuralisme mais où commençait à s’apercevoir le « tournant subjectif » que la notion de « point de vue » venait comme assurer. Meschonnic commence d’ailleurs par répondre à ce « subjectivisme » qui réduisait (réduirait) la notion à un vague opérateur acritique :

[…] La recherche du point de vue ne se borne pas à l’éventail des lectures. Elle implique une mise en question des concepts mêmes du langage, c’est-à-dire des notions avec lesquelles à chaque instant on traite de ce qu’est un texte : la notion de prose, la notion de poésie, la notion de vers, la notion de roman. Il y a une double historicité, l’historicité des notions et leur effet sur la prise qu’elles peuvent avoir sur le texte, et puis l’historicité des textes. Et le texte est quelque chose qui sans doute justement, impose de mettre en question les concepts avec lesquels on lit : le premier par exemple étant celui de comprendre. […] On ne peut pas aborder la question du point de vue sans mettre en question d’abord ce que c’est que le point de vue. Et le privilège depuis Bakhtine donné au roman me semble caractéristique de cette fausse situation de la notion de point de vue. […] Dire « je » est aussi dialogique d’une certaine façon, que ce qu’on peut constater dans un roman de Dostoïevski avec une pluralité de personnages et une pluralité de voix. » (Henri Meschonnic, « La notion de point de vue », entretien avec Anne-Marie Hubat dans Le Français aujourd’hui n° 98 (« Le point de vue »), juin 1992, p. 20-27).

Meschonnic ne se contente pas d’une critique du subjectivisme (« l’éventail des lectures »), il engage une critique générale car dès qu’on touche à une notion, celles qui lui sont engrenées bougent également dans le mouvement de conceptualisation : ce serait le cas avec le texte et la lecture mais aussi avec le point de vue d’autant que la réception française de Bakhtine en a fait une doxa qui bloque bien des conceptualisations puisque la dichotomie roman/poésie se voit renforcée par celle d’une polyphonie vocale (arrimée d’abord aux personnages) du côté du roman et d’un monologisme lyrique pour ce qui concerne la poésie. Meschonnic montre à partir de Benveniste qu’il n’en est rien : dès que le je-tu s’engage, la pluralité vocale s’élargit et cette dernière ne peut se réduire à des assignations narratives dans lesquelles le point de vue varierait à partir de rôles, postures et autres catégorisations non relationnelles. La force (trans)énonciative d’une écriture ne se mesure donc pas à son genre et encore moins à ses registres (monologue vs. dialogue) mais à son inventivité vocale qui peut tenir sur le fil d’un je dont l’épaisseur dialogique peut vite dépasser l’altérité prévisible de n’importe quelle panoplie de caractères ou de poses stéréotypées. C’est qu’alors, il ne s’agirait plus à proprement parler de variations de points de vue mais bien plutôt de variations de points de voix, c’est-à-dire aussi bien de changement de voix au sens où la voix fait relation, que de changement interne à toute voix comme je-tu se reconfigurant au fil d’une relation prosodique-rythmique qui intensifie les rapports de langage, de corps, de gestes, de mondes sans cesse se rejouant à neuf. Le plus petit je-tu peut augmenter la force vocale-relationnelle d’une écriture quand les grandes orgues identitaires et autres voix de son maître ne font qu’agrandir l’ombre d’une vocalité relationnelle réduite, voire d’un grand nombre de sans voix.

Mais quel est l’état de l’attention à la voix dans les études linguistiques et littéraires les plus visibles. La situation n’est pas brillante, alors même que les déclarations d’amour de la voix ne manquent pas ! Je me contente de jeter un œil dans un ouvrage au titre prometteur : Les Plis de la voix (Martine de Gaudemar (éd.), Limoges, Lambert-Lucas, 2013). J’y observe deux linguistes et un littéraire.

2. Des linguistes et la voix : entre instrumentalisme expressif et narratif (voix congédiée ?)

La contribution d’Anne Lacheret et Dominique Legallois, « Expressivité vocale et grammaire : comment le symbolique construit le prosodique » (Les Plis de la voix, op. cit., p. 45-54) semble poser d’entrée et paradoxalement l’importance de la voix et sa non prise en compte par la linguistique. Je retiens le paragraphe d’introduction et le paragraphe conclusif :

Phénomène langagier majeur, l’expressivité vocale, mobilisée pour la transmission des émotions, des attitudes et intentions communicatives du sujet parlant, est restée en marge des préoccupations dominantes en linguistique, malgré une série de travaux pionniers et décisifs pour la suite. Quand elle est abordée aujourd’hui, c’est essentiellement dans sa dimension matérielle et physiologique, à l’interface de la phonétique, de la psycholinguistique, la neurolinguistique, voire des sciences de l’ingénieur dans une perspective de modélisation et de simulation. Le volet fonctionnel et symbolique, quant à lui, reste massivement à l’écart des analyses contemporaines.

A contre-pied de cette démarche générale, nos travaux interrogent sous l’angle sémiotique la notion d’expressivité vocale vue comme la manifestation d’un rapport affectif et émotionnel du sujet à un contenu, via les modalités prosodiques et sémantiques.

On en peut qu’observer comme les linguistes vont vite en substituant à la voix le syntagme d’expressivité vocale. Cette modification n’est pas anodine : elle réitère le cliché habituel concernant la voix comme expression d’un affect antérieur à l’activité même. Mais les auteurs précisent aussitôt leur pensée qui se rattache aux catégorisations philosophiques traditionnelles concernant le sujet, et ici le sujet du langage rabattu sur le sujet philosophique, puisqu’à l’expressivité se joint l’intentionnalité. Certes, les auteurs concèdent que d’autres disciplines, plus modernes, viennent contribuer à la connaissance de la voix mais on remarquera que le discontinuisme l’emporte avec les catégories de dimension, d’interface, de perspective et enfin de volet qui vient comme concrétiser une fermeture de la pensée sur le discontinu quand la voix est justement un problème pour une telle approche puisqu’elle exige une pensée du continu ; ce que tente de racheter le paragraphe final qui néanmoins réitère avec l’angle sémiotique une conception expressiviste de la voix agglutinée à la dichotomie forme/fond ou plutôt expression/contenu qu’un médium double également (modalités prosodiques et sémantiques) viendrait comme transporter dans une phénoménologie (manifestation) bien fidèle à la politique du signe. On pourra dire que notre échantillon linguistique était bien maigre, aussi j’aimerais confirmer ne serait-ce qu’avec un titre, combien l’orientation est toujours a-vocale au sens relationnelle d’une anthropologie poétique du langage, puisque si je me contente d’observer le titre d’un gros œuvre d’Alain Rabatel (« French structuralist narratologist, Lyon » (A Bibliography of Literary Theory, Criticism and Philology : http://www.unizar.es/departamentos/filologia_inglesa/garciala/bibliography.html by José Ángel García Landa (University of Zaragoza, Spain) : cette dénomination est là pour attester par l’étranger combien nos linguistes sont pris dans le structuralisme signiste), Homo narrans: Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit. Tome 1: Les points de vue et la logique de la narration. Tome 2: Dialogisme et Polyphonie dans le récit (Limoges : Lambert-Lucas, 2009), force est de constater que les problématisations que la voix convoque (de l’énonciation à la polyphonie en passant par l’interaction et le dialogisme) se soumettent non seulement à une narratologie qui la réduit à « la logique de la narration » et plus simplement au récit, alors qu’on peut penser que le récitatif est certainement plus décisif pour l’écouter, pour même penser le récit autrement que dans les catégories logiques, mais qu’elles se soumettent aussi à toute la perspective du point de vue qui ne peut que nous éloigner du point de voix puisque sont réitérées de manière acritique les notions qui font la doxa de ce scientisme qui est par ses absolutismes sourd à la voix. On pourrait croire alors que les littéraires vont sauver la mise, engager l’écoute. Il n’en sera rien et celui-là même qui devrait répondre de la voix n’entend que ce qui l’évite.

3. Des littéraires et la voix : voix étranglée et auteur absent !

Dans le même ensemble, un seul littéraire et poète en l’occurrence, Jean-Michel Maulpoix, est convoqué pour témoigner de sa pratique et de sa réflexion vocales sous le titre très métaphorique de « Filets de voix », qui pointe à la fois une (fausse ?) modestie de la poésie (ou du poète ?) :

J’évoquerai des voix écrites. Des voix au fil de la plume. Des fils de voix qui sont des filets d’encre. Leur paradoxe est d’être silencieuses, ou de parler toutes seules. Elles ne s’adressent pas à quelqu’un en particulier, mais s’impriment sur le papier, pour chacun, pour quiconque…

Ces voix ont en commun de ne pas parler : elles chantent, elles récitent, elles lisent pour elles seules, elles prient, elles se font poème… […]

Il serait donc bien hasardeux et imprudent de n’entendre dans la poésie moderne qu’un inexorable étranglement. Sa pureté et sa fragilité sont valorisées par certains. Elle demeure cette instance à laquelle se réfère la poésie pour parler d’elle-même, de son origine, de son sens et de sa trajectoire. Pour Jean Tardieu :

Qu’il laisse un nom ou devienne anonyme, qu’il s’éteigne dans un soupir, de toute façon le poète disparaît, trahi par son propre murmure, et rien ne reste après lui qu’une voix – sans personne. (1954, 2003 : 489)

Tel est le poète : une voix qui demeure après que quelqu’un s’en est allé.

(Jean-Michel Maulpoix dans Martine de Gaudemar (éd.), Les Plis de la voix, Lambert-Lucas, 2013, p. 57-66).

Maulpoix aime filer la métaphore d’autant qu’il met la voix dans le filet d’un dualisme fondateur qui oppose la voix de l’oral à la voix de l’écrit, du moins une parole silencieuse à une parole qui ne parle pas : ce qui me semble le comble du poème alors même que ce qui pourrait lui donner et valeur et définition c’est justement sa force de parole et même plus, sa force dialogique. Mais Maulpoix est bien conscient de cette position toute culturelle qui assigne la poésie à « l’étranglement » relève de « certains » qui en font peut-être un fonds de commerce si ce n’est d’écriture. Mais sa conscience qui en appelle à Jean Tardieu semble se fourvoyer en tirant ce dernier à contre-voix car je ne pense pas que Tardieu ne réitère le vieux dualisme de la parole vive et de l’écrit mort quand il évoque qu’après la mort, d’un poète il reste « une voix ». Certes il précise « sans personne » mais cette anonymisation n’est pas forcément une dépersonnalisation et encore moins une « voix qui demeure » car cette « voix sans personne » qui donne son titre à l’ouvrage de 1954 vise « une voix anonyme, parlant simplement, sans déclamation », comme le précise Tardieu lui-même ; bref, une voix qui continue au plus près des paroles de quiconque voudra l’écouter, la continuer. Tardieu ne me semble absolument pas pris dans les rets d’une déréliction vocale comme l’est Maulpoix puisque, s’il tente certes de détrôner la voix poétique maîtresse d’un chant au-dessus des paroles ordinaires, il n’en cherche pas moins à tenir voix jusqu’à son passage anonyme dans toutes les voix qui continuent « son propre murmure ». Ce fil rouge du passage des voix n’est pas le fil blanc d’une absence trop pleine de présence solipsiste ou, autrement dit, d’essences extraites des circonstances qui font les « voix – sans personne », ces sujets qui adviennent par un autre sujet. Où il nous faut alors repenser les processus de subjectivation au cœur du langage et donc revenir à Benveniste et observer à partir de lui quelques travaux récents attentifs aux voix tant du côté des linguistes que des anthropologues.

4. Emile Benveniste : l’énonciation linguistique par l’anthropologie historique du langage

Recommencer donc avec Benveniste, ne serait-ce qu’en traversant le fameux article « L’appareil formel de l’énonciation » paru dans la revue Langages n° 17 en 1970 (p. 12-18 – repris dans Problèmes de linguistique générale 2, Gallimard, 1974, p. 79-88). Cela commencerait par une conception dynamique de la langue : « L’énonciation est cette mise en fonctionnement de la langue par un acte individuel d’utilisation » (p. 80). En précisant aussitôt combien ce dynamisme linguistique est d’abord un processus de subjectivation : « L’acte individuel d’appropriation de la langue introduit celui qui parle dans sa parole » (p. 82). Avec toutes les conséquences d’une telle conception dont la référenciation est souvent oubliée comme si le monde était un donné, alors que pour Benveniste « la référence est partie intégrante de l’énonciation. » (p. 82). Mais ce sont toutes catégories habituellement essentialisées qui se retrouvent au cœur de cette subjectivation : « [La temporalité] est produite en réalité dans et par l’énonciation » et ne peut être réduite à « un cadre inné de la pensée » (p. 83). L’orientation décisivement anthropologique de cette théorie de l’énonciation que d’aucuns réduisent depuis toujours à quelques marques sans changer l’innéisme du « cadre » de leur pensée, conduit Benveniste vers une proposition avec laquelle je n’ai cessé de travailler et qui constitue le départ de toute ma recherche ici (je souligne) d’autant que Benveniste souligne bien le fait que le « partenaire » demande de défaire les dichotomies habituelles qui relèvent tant d’une ontologie mondaine que d’une pensée de la société : « L’énonciation est l’accentuation de la relation discursive au partenaire, que celui-ci soit réel ou imaginé, individuel ou collectif » (p. 85). J’ai donc souligné ce qui, de la théorie de l’énonciation de Benveniste, constitue une orientation décisive pour une théorie de la relation dans et par le langage, et plus précisément dans et par les œuvres de langage, les arts du langage qui ne peuvent alors se réduire aux œuvres puisque c’est ce principe relation qui fait œuvre au cœur même du langage comme relation discursive, c’est-à-dire relation trans-subjective ou subjectivations engrenées, continuées. Mais on aurait tort de limiter l’apport de Benveniste à cet article de la fin de la recherche de Benveniste quand dès 1962, dans « Les niveaux de l’analyse linguistique » (repris dans PLG1, 1966, 119-131), il proposait au fondement de toute linguistique une approche relationnelle décisive qui permettait de contester toute orientation dualiste et essentialiste : « Forme et sens doivent se définir l’un par l’autre et ils doivent ensemble s’articuler dans toute l’étendue de la langue » (126). Et il ajoutait combien une telle orientation visait le continu des « unités signifiantes » : « Tout est là : la dissociation nous livre la constitution formelle ; l’intégration nous livre des unités signifiantes » (126). Et c’est in fine qu’il livre une formule latinisée qui assure de la primauté de la force discursive dans les affaires de langue et de langage : « C’est dans le discours, actualisé en phrases, que la langue se forme et se configure. Là commence le langage. On pourrait dire, calquant une formule classique : nihil est in lingua quod non prius fuerit in oratione » (131). Depuis lors, on peut adopter la notion de discours selon Benveniste pour la déconfondre de la notion rhétorique ou communicationnelle et la rapporter à cette force anthropologique qui fonde le primat des paroles et donc de la voix sur la langue.

La notion de point de voix tient ainsi, après la proposition de Meschonnic qui concernait le dialogisme constitutif de tout je discursif et donc je-tu, un principe décisif avec la valeur d’accentuation de la relation discursive. Nous pourrions donc proposer ceci à ce point de nos relectures : un point de voix est constitué par une accentuation relationnelle dans et par un je-tu discursif qui engage l’intensification du processus de trans-subjectivation relationnelle dans et par le continu du corps, du langage, de la société que l’accentuation met en branle vers un inaccompli discursif comme recommencement de tout.

On ne peut pas dire que Benveniste ait été oublié même si la situation semble, par bien des côtés, le plus souvent gelée par les séparations disciplinaires (l’anthropologie linguistique n’étant qu’un volet sous-disciplinaire) et le scientisme voire le technicisme ambiant. En effet, tant du côté des linguistes que des anthropologues, des efforts semblent opérer. Je me contente d’en relever trois pour avancer dans la prise en compte de ce que je vais tenter de concevoir comme des points de voix.

5. Cécile Canut: positionnements, traversées et tensions (culturelles plus que vocales ?)

Aucun hasard à ce qu’une socio-linguiste, par ailleurs attentive aux pratiques langagières plurilingues africaines, écrive les linéaments d’une reprise de la pensée-Benveniste en demandant un changement de paradigme aux études linguistiques sous la forme d’un appel « Pour une nouvelle approche des pratiques langagières » (Cahiers d’études africaines [En ligne], 163-164 | 2001, mis en ligne le 31 mai 2005, consulté le 14 mars 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/101). Je me contente de reproduire un passage qui pose deux tensions décisives pour que l’écoute des discours à l’œuvre augmente décisivement dans les recherches linguistiques. Cela commence par une attention décisive à l’épilinguistique, c’est-à-dire en fait aux pratiques réflexives mêmes insues les plus répandues – et cette attention repose donc un continu décisif entre les réflexivités quand trop souvent leurs tensions se voient réduites à un dualisme simplificateur du type populaire/savant. Cela se poursuit par le jeu des forces qui animent ces réflexivités, elles-mêmes engrenées aux forces individuantes voire trans-subjectivantes, en demandant que les études inversent les orientations habituelles qui se soumettent trop souvent, si ce n’est naturellement, à l’homogénéisation, centralisation, réduisant les hétérogénéités discursives à des variations marginales.

Dans toute élaboration imaginaire relatée par les discours épilinguistiques (Canut 2000), on repère une tension perpétuelle entre homogénéisation et hétérogénéisation. Si les différenciations et les hiérarchisations issues des idéologies diverses entraînent un désir d’unité et de clôture chez les sujets, et donc un renforcement du pôle homogénéisation en situation de forte prescription, d’une part ce désir n’occulte jamais la pluralité et la diversité inhérentes aux pratiques langagières et, d’autre part, elles n’impliquent nullement qu’on les reproduise au sein de l’étude du langage. Au contraire. Une grande partie de cette réflexion, née depuis l’observation des terrains plurilingues, notamment africains, donnant lieu à l’analyse des mixtes, des mélanges, des positionnements multiples dans les usages et dans les discours, nous amène à concevoir le rapport des locuteurs au langage non plus en termes d’identité intrinsèque – et donc de propriété – mais en termes de traversées plurielles, lesquelles inscrivent le sujet parlant dans le champ de la polyphonie et de l’intersubjectivité. Alors que les linguistes structuralistes prennent l’homogène – nommé par eux le « noyau dur » – comme point de départ, comme centre, en l’accentuant par le rejet à la périphérie des variations, à l’inverse, nous prenons l’hétérogénéité et la diversité linguistiques comme point de départ, comme principe même de l’acte de parole, pour observer ensuite les diverses tendances à l’homogénéisation, à la fois dans les discours (sous l’effet de l’interdiscursivité sociale et idéologique[1]) et dans les pratiques langagières (sous l’effet des besoins de communication des groupes[2] et des politiques linguistiques[3]).

[1] Les revendications des Corses, des Catalans ou des Basques en matière de langue ne font que reprendre les stratégies de leurs « adversaires » : le repli sur l’unité, l’homogène, aboutissant de fait au nationalisme. [2] À certains points de la communication, des groupes ou des sociétés peuvent avoir besoin d’une relative homogénéisation des parlers (commerce, enseignement, écriture) afin d’établir des modes de production communs. Hors de toute politique institutionnelle, ils restent toutefois rares. [3] Pour des raisons strictement politiques de constitution ou de renforcement des Nations, la standardisation des langues et la normalisation « par le haut » donne lieu dans de nombreux États à une homogénéisation à outrance, voire à une chasse à la variation et au plurilinguisme. Ainsi, en France, l’homogénéisation linguistique totale du pays, entamée au xvie siècle par l’élite et les politiques, s’est exercée à la fois sur le plurilinguisme (éviction de toutes les langues ou parlers autres que le français) mais aussi sur les usages (imposition d’un bon usage, la langue de l’élite, face auquel le seul espace possible est celui de la faute).

Toutefois, la critique engagée par Cécile Canut qui me semble tout à fait pertinente ne peut s’arrêter en si bon chemin (lequel pose le « principe » d’une pluralité au cœur même de tout discours et donc d’un dialogisme relationnel dès que discours) ; elle demande d’engager ce principe de pluralité à tous les niveaux comme principe d’un continu : entre les arts et les pratiques, entre le langage et la société, entre l’individu et le collectif. Un anthropologue a récemment mis les pieds dans le plat des pratiques interlocutives de nombre de l’anthropologie savante. Mais a-t-il pour autant engagé une anthropologie vocale attentive à la pluralité des points de voix ?

6Éric Chauvier : apparier les locuteurs mêmes dissonants (et les voix ?)

Le sous-titre du livre d’Eric Chauvier peut certes tenir d’une métaphore, resterait qu’il est pris encore dans une phénoménologie a-vocale : Anthropologie de l’ordinaire Une conversion du regard (Toulouse, Anacharsis, 2011). Toutefois, il faut reconnaître à Chauvier une exigence de conversion radicale, en regard des habitudes concomitantes au colonialisme, dans les rapports interlocutifs que les anthropologues engagent sur leur terrain :

Il existe une habitude chez les anthropologues, qui consiste à soutenir, avant même de débuter leurs analyses des pratiques des observés, qu’un respect s’impose à leur endroit, que notre civilisation n’est ni meilleure ni pire que leur culture mais qu’elle est différente (Malinowski) ; que nous sommes tous entrés dans l’histoire (Evans-Pritchard) ; que leur culture est aussi savante que celles des plus sages de nos civilisations antiques (Griaule) ; qu’un sain protectionnisme s’impose à l’endroit des cultures menacées ou perverties (Lévi-Strauss). Mais ce respect préalable pour les observés cadre finalement assez peu avec les textes où les observés sont réduits à l’état végétatif de fantômes, comme si leur culture n’était vouée qu’à être nommée par les mots de l’observateur. Les observés deviennent des êtres-témoins, des êtres structurant des structures, signifiant des concepts, échantillonnant leurs propres cultures, des êtres implicites, des êtres de l’implicite.

Retirer à l’observé le droit à l’interlocution recoupe certaines analyses faites par Michel Foucault relativement au principe constitutif de la sciences occidentale : « Des blocs historiques ont été ensevelis, masqués dans des cohérences fonctionnelles, catégorielles ou dans des systématisations formelles » (Il faut défendre la société, Hautes études/Gallimard, 1997, p. 11). Selon Foucault, le savoir scientifique ne s’est pas imposé par une démarche positive d’intégration de la parole des observés (ce qu’il nomme « les discours locaux »), mais par une entreprise programmatique de déligitimation de ce qui entravait son avènement. C’est ainsi que se caractérise la pensée de la désinterlocution : elle exclut des formes spontanées de savoirs, qui, par leur excentration, par leur dissonance, menacent un modèle d’interprétation fixé a priori. (p. 48-49)

Chauvier pose, après Foucault, une relation forte entre les processus de désinterlocution et de déligitimation où discours et institutions se voient donc pris dans un continu éthique, politique et, faut-il le rajouter, poétique – au sens d’une attention à ce que font les discours quant aux subjectivations ou désubjectivations. Mais on peut s’interroger sur la dénomination, « ordinaire », que Chauvier va alors donner à ce nouveau paradigme anthropologique qui fait de l’attention aux discours et donc aux conditions de l’écoute par l’anthropologue de ses partenaires. Il semble que Chauvier se rattache plus au paradigme communicationnel ou performatif de la linguistique discursive qu’au paradigme anthropologique d’un Benveniste – ce qui n’est pas sans soulever un véritable paradoxe puisque « l’ajustement » (et non l’accentuation relationnelle) est rapporté à celui des « consciences » et des « pratiques » dans un dualisme traditionnel qui réitère le discontinuisme anthropologique que Chauvier veut pourtant critiquer :

Dans l’anthropologie de l’ordinaire, l’appariement des consciences n’est qu’un premier stade. Un appariement de pratiques est également postulé, en concevant que le non-spécialiste et l’anthropologue sont engagés dans des processus de communication exigeant une activité d’ajustement particulièrement élaborée. (p. 77)

Resterait le fait que Chauvier ouvre de belles perspectives à une anthropologie relationnelle puisque pour lui, « la reconnaissance immédiate et imprescriptible des témoins en tant que porteurs de savoirs légitimes constitue le fondement même de l’enquête » (p. 79). La référence à son collègue Alban Bensa (« Entretien », Vacarme n° 44, 2008) qui « rappelle la responsabilité du chercheur dans ce processus de re-qualification de la voix des observés » (p. 80), montre à l’envi que Chauvier n’est pas loin de penser une anthropologie vocale. Par ailleurs, il passe d’un paradigme sujet-objet dans la démarche anthropologique, voire au-delà dans toutes les sciences humaines et sociales, à un rapport de sujets : « Pour faire simple, il s’agit de savoir si l’on peut appréhender le monde social comme un objet distant de soi – ce qui est le plus simple – ou par le vécu insondable où l’anthropologue est partie prenante » (p. 109). Mais quand l’anthropologue de l’ordinaire propose d’examiner « la communication humaine comme une somme de pratiques de classification plus ou moins partageables » (p. 114), il opère une réduction de la relation discursive à un « contenu » (des classes et catégories) qui ignore bien vite tout ce que la voix porte et reconfigure, y compris en termes de classes et catégories… Certes, « cette démarche ne consisterait plus à confirmer un appareil théorique, mais, au contraire, à en douter méthodiquement en restituant les dissonances de l’enquête – les périphrases, les anomalies, l’inquiétante étrangeté de la communication humaine » (p. 118), aussi Chauvier toucherait-il presque la notion de point de voix avec celle de « dissonance » d’autant que l’ouvrage semble s’orienter progressivement vers une attention à la littérarité de l’écriture anthropologique puisque « l’anthropologie de l’ordinaire présentée dans ce livre propose une alternative à cette voie en réhabilitant l’activité d’écriture et, plus encore, la raison littéraire inhérente aux processus de transcription de l’enquête » (p. 139). On ne peut qu’acquiescer quand Chauvier rappelle que « l’écrivain et l’anthropologue sont comparables en ce qu’ils inventent des voix littéraires ». Mais aussitôt il précise que « ce rapprochement concerne l’invention d’une voix en tant qu’elle porte un rapport spécifique à une vérité culturelle » et ajoute : « C’est admettre que, a contrario, les écrivains ne sont pas seulement des pourvoyeurs de fictions ; ils disent aussi quelque chose de la vérité en inventant des voix et en portant une épistémologie » (p. 143-144). Certes la pratique anthropologique comme écoute vocale semble devoir être partagée entre écrivains et anthropologues de métier (voir le très bon livre dirigé par Alban Bensa : http://www.editions-anacharsis.com/Terrains-d-ecrivains) ! Certes l’écriture anthropologique devient littéraire puisque pour Chauvier, « l’anthropologie de l’ordinaire s’approprie finalement la tâche de la littérature telle que la définit Nathalie Sarraute : créer cette ‘substance anonyme dont serait composée l’humanité entière’ (L’ère du soupçon, Gallimard, 1956, p. 85) Penser l’ordinaire revient à identifier et à caractériser un enracinement et une généalogie de la théorie à partir de la praxis communicationnelle initiée par l’enquêteur. Ce choix engage une anthropologie inductive, permettant de partir des détails et anomalies des moments ordinaires pour gagner, par un jeu d’appariement de consciences, les rives d’une théorie interprétative » (p. 154). Reste que Chauvier arrime sa conversion anthropologique au seul tournant pragmatique (« penser l’ordinaire ») sans jamais vraiment la poursuivre jusqu’à une poétique vocale que Sarraute désigne très clairement avec la notion d’anonyme. Notion que Chauvier confond avec celle d’ordinaire. Ce sans nom de la relation ne peut se confondre avec le sans qualité de la pratique sociale que seule la démarche savante, certes attentive à son interlocuteur, rendrait à sa vérité (sa requalification) ; ce sans nom est l’aventure d’un inconnu du rapport de voix – oui qui engage « l’humanité entière », comme dit Sarraute. On voit par là qu’après Maulpoix, le littéraire, Chauvier, l’anthropologue, qui s’en tient in fine « aux rives d’une théorie interprétative », se prend les pieds dans le tapis de la vieille philosophie herméneutique qui ne peut s’empêcher de ramener l’écoute, l’attention, la relation au bercail des absolutismes de la vérité, de la conscience, de l’ontologie qui nient les unes et les autres le primus relationis que Benveniste rappelait en son temps. Des linguistes des plus attentifs peuvent peut-être nous montrer le chemin vocal d’autant qu’il est semé d’embuches ainsi que nous l’avons déjà aperçu.

7. Jacques Bres : du point de vue à la voix (pas encore le point de voix)

Je propose donc de traverser un article important dans notre recherche puisqu’il associe « point de vue » et « voix ». E, 2009, Jacques Bres et Aleksandra Nowakowska titre « Voix, point de vue… ou comment pêcher le dialogisme à la métaphore… », leur article paru dans les Cahiers de praxématique n° 49 à Montpellier aux Pulm (p. 103-132), dont je retiens deux courts passages et la conclusion :

[…] Le terme de voix, et ce dans une acception non métaphorique, nous semble tout à fait pertinent pour décrire le dialogisme au niveau de l’instance du locuteur.

[…] Sans faire de voix un terme conceptuel – il n’explique rien –, on le conservera dans l’analyse pour ce qu’il dit dont les discours sont appréhendés par les sujets : comme faisant entendre, aussi métaphoriquement cela soit-il, une/plusieurs voix qui signe(nt) la matérialité des discours.

[…] Conclusion

Notre propos était de questionner la notion de voix dans le champ des études de l’hétérogénéité énonciative : d’abord à sa source, les travaux de Bakhtine ; puis dans les approches de la polyphonie et du dialogisme. Il apparaît que dans les textes bakhtiniens le terme de voix (golos) et ceux qui lui sont associés sont le lieu d’un bourgeonnement où s’entrecroisent les sens physiologico-corporel, discursif et narratologique : rien d’étrange à cela chez un théoricien pour qui le dialogisme est un principe qui, au-delà des discours, irrigue l’homme tout entier, notamment dans sa dimension corporelle. L’approche polyphonique, dans le cadre pragmatico-énonciatif, a questionné le terme de voix : pour le remplacer, partiellement (O. Ducrot, L. Perrin) ou totalement (la ScaPoLine[1]), par celui de point de vue, qui, moins incarné, permet de nommer ce qui relèverait d’une instance subjective – l’énonciateur – et ne serait pas lié à la matérialité des mots. Un tel travail notionnel n’avait pas été fait par l’approche dialogique : nous l’avons entrepris, dans le cadre de l’approche praxématique. En critique de la notion de point de vue qui ne nous a semblé opératoire que pour autant qu’on faisait l’économie de la notion de discours, nous avons tâché de montrer la pertinence du terme de voix : pertinence littérale pour le plan locutoire (que ne prend pas en compte l’approche polyphonique), pertinence métaphorique pour le plan énonciatif : parler de voix, fussent-elles celles de locuteurs-énonciateurs désincarnés comme celles de la sagesse ou de la providence, c’est renvoyer à la dimension corporelle – réelle ou fantasmée – du discours, à sa fondamentale oralité.

[1] Groupe de recherche scandinave réuni autour de H. Nølke.

Rattacher la notion de voix à celle de dialogisme est décisif mais pourquoi limiter cela « au niveau de l’instance du locuteur » quand l’instanciation vocale est, ainsi que le signalait déjà Benveniste, concernant le « partenaire » de la relation discursive, aussi bien « réel(le) ou imaginé(e), individuel(le) ou collecti(ve) » ! On comprend que la conceptualisation s’arrête quand bien même les auteurs reconnaissent à la vocalité une matérialité décisive alors même que l’emploi métaphorique tire souvent la notion vers le mystérieux voire le religieux ! Mais ce n’est pas une raison d’arrêter la conceptualisation en si bon chemin à condition de la sortir de la vulgate bakhtinienne même si les auteurs y voient – ce qui est plutôt bon signe – le croisement de trois approches. Toutefois on ne saurait confondre l’approche physiologico-corporelle et l’approche discursive, laquelle peut et doit effectivement être pensée dans le continu d’une approche non pas seulement narrative mais, pour le moins, relationnelle au sens que Benjamin donne à la notion de raconteur. En effet, le corps dans et par le langage n’est pas le corps des physiologistes mais si matérialité il doit y avoir, c’est celle du langage plein de corps ou du corps plein de langage. Peut-être même qu’on pourrait situer la notion de point de voix à cette articulation forte qui bien évidemment est plus « incarnée » que celle de point de vue, comme le précisent les auteurs. Ceci dit, je ne considère pas le principe dialogique de la vocalité comme une « dimension » car ce serait revenir à un discontinuisme voire à des dualismes qui empêchent de penser ce que justement les auteurs proposent fort justement d’appeler l’oralité, c’est-à-dire cette activité forcément vocale qui engagent le dialogisme de tout discours dès que l’insistance relationnelle y œuvre. Alors, nos auteurs feraient bien d’avancer la notion de point de voix non pour remplacer celle de point de vue qui garde sa pertinence dans les limites d’une phénoménologie avocale ou comme notion à toujours critiquer à partir de la pluralité qu’elle engage. Malheureusement ils restent à la porte d’une anthropologie de la voix. On peut alors relancer celle-ci à partir de la pratique avec les œuvres littéraires en situation scolaire et j’aimerais rappeler une ancienne proposition qui peut-être va me permettre de la configurer avec la notion de points de voix.

8. Serge Martin : l’œuvre comme activité vocale continuée (de point de voix en point de voix)

Je retiendrais d’un article datant déjà un passage pour relancer la conceptualisation de la notion à partir des pratiques de voix continuées que permettent les œuvres dans le cadre de mise en voix en classe – non seulement au sens d’oralisation mais surtout au sens de voix continuées, reprises, rejouées, relancées. Tout l’article propose, à partir des programmes pour l’école primaire qu’il tente de sortir de l’ornière herméneutique-explicative, une didactique du continu des œuvres.

« Faire œuvre avec les œuvres », Le français aujourd’hui, 2/2005 (n° 149), p. 67-73. URL : http://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2005-2-page-67.htm

Les nouveaux programmes de 2002 permettent de penser la relation aux œuvres dans une nouvelle configuration de la relation pédagogique elle-même. Les œuvres traditionnellement sont toujours prises dans les ciseaux de l’herméneutique et de l’esthétique, du sens et de la forme, du dire et du choisir. Or, ce qui compte c’est de faire vivre les œuvres en privilégiant leur activité, leur force qui est à même de nous faire sujet d’un faire et non d’un répéter ou d’un reproduire, sujet d’une émancipation et non d’une soumission. Plutôt que de chercher à reconnaitre le thème d’un « ça parle de » et le propos d’un « ça dit », plutôt que chercher à répéter les procédés d’un « comment c’est dit » et les critères d’un classement correspondant à telle ou telle tradition, les reformulations des œuvres ont pour ambition de faire écouter, faire voir ce que l’œuvre nous fait et d’en poursuivre l’activité. Plus qu’un produit (culturel, de mémoire, idéel ou formel…), une œuvre est un processus qui ne s’arrête à quelques limites qu’on lui aurait fixées : pas plus ouverte que fermée, elle est infinie si elle est œuvre, c’est-à-dire en activité. C’est sa définition même qui fait sa valeur et l’inverse. Son critère c’est la disparition des critères. Elle est pure relation parce qu’elle exige qu’on devienne sujet de sa lecture, sujet de l’œuvre. C’est la condition d’égalité que seules les œuvres offrent ; et d’abord les œuvres langagières, des comptines aux grands auteurs en passant par toutes ces œuvres qui un jour vous ont fait tout autre ou encore ce que vous ne saviez pas que vous étiez. Cela s’appelle faire la poétique des œuvres.

Une telle poétique des œuvres demanderaient d’apercevoir les points de voix, ces poèmes continués, qu’opèrent les activités avec les œuvres non par l’explication-interprétation mais par la reprise de voix, les essais de voix, les résonances de voix que l’œuvre enclenche dans et par l’écoute en actes des lecteurs-acteurs-écriveurs-penseurs d’une œuvre continuée, rejouée, relancée. Il est évidemment essentiel qu’en situation scolaire, des comptes rendus risqués s’essaient à écouter ces moments, ces échos, ces résonances non pour les homogénéiser mais pour tenter d’écouter ce qui de l’œuvre mise en œuvre se poursuit, se transforme, et surtout transforme tant les rapports au langage qu’à la société que les rapports des voix entre elles. On peut alors appeler points de voix ces transformations, ces mouvements vocaux de résonance trouvée, de reprise située, de rythme continué. Mais là encore il suffirait de se mettre dans le sillage de quelque tentative vocale pour aussitôt apercevoir les enjeux et les manières que les points de voix font à la théorie du langage comme à la pratique des arts. Je me contente pour terminer cette réflexion de deux rapides relectures avec Bernard Noël et avec André Breton.

9. Bernard Noël : des points de voix avec Anna Magnani

Un petit livre de Bernard Noël (La Langue d’Anna, P.O.L, 1998) vient forcément nous aider à penser la notion de point de voix. Je me contente d’en lire de brefs passages. Le long monologue d’Anna, sous-titré « roman »[2], est un roman de la voix d’une personne qui va mourir, entre « tombeau », autobiographie fictive et récit de vie empruntée. Il y a un paradoxe de sa lecture puisque tout lecteur à peine averti entend bien la voix d’Anna Magnani (1908-1973) quand il lit ce monologue, ne serait-ce que parce qu’il entre dans l’intimité fictive des grands cinéastes italiens qu’a connus l’actrice : Rossellini, Visconti, Fellini, Pasolini, mais l’incipit l’avertit aussitôt :

…… Je ne suis pas celle que vous croyez. Je ne sais pas pour autant qui je suis, et si je le savais serais-je vraiment celle-là ? Je ne manque pas pourtant d’identité : elle me déborde, elle me jette hors de moi. (p. 7)

C’est effectivement cette sortie de toute identification même énonciative qui est l’enjeu de ce monologue. C’est peut-être même ce mouvement violent de débordement de l’identité et des identifications, qui fait l’intérêt de cette épopée d’une voix qu’on la lise comme une « vie exemplaire » ou une « expérience de la pensée ». Irruption que ces points de suspension inaugurent, d’une exigence de relation, d’une violente demande exigeant la relation. Cette épopée cherche la voie pour qu’à tout instant il n’y ait « plus de séparation » mais « la limpidité de l’air et cette souplesse angélique » qui « porte » les personnes de la relation –ce passage vient à l’issue d’une anecdote évoquée par Anna au sujet de Pasolini :

 Je le vois qui se penche, qui me sourit d’en bas, qui se relève, qui tout à coup lance la pierre contre une vitre où brille un éclat de soleil, qui prend ma main, qui m’entraîne en criant : Viens vite, on va nous prendre pour les voyous que nous ne sommes plus ! Je n’oublierai jamais notre course jusqu’au bout du souffle, ni la douceur de la terre à cet instant, ni l’étendue infinie du présent sous nos pas accordés. Je sais alors que Pier Paolo est à jamais un gamin qui ne pourra pas vieillir. Je serre sa main très fort, je voudrais que nous courions plus vite que son destin. (p. 71)

Ce « bout du souffle » est la visée du « monologue » de la voix puisque jusqu’au salut « avant de sortir » (p. 102), jusqu’à ce « je retiens mon souffle » (p. 100), c’est une course éperdue à la vie, à la voix comme moyen de tenir jusqu’au bout, de sorte que ne s’arrête pas la relation, son « étendue infinie ».

Un court extrait nous permettra d’observer comment l’écriture de Noël construit cette étendue qui est, à proprement parler, celle d’un « je » dans une énonciation débordante, quasi infinie. Ce « je » constitue une place disponible non en vue d’une identité mais d’un mouvement constant de désidentification. À la condition de ne pas arrêter l’énonciation à telle « marque », au pronom par exemple, et de bien suivre son mouvement d’expansion généralisée à tout ce qui fait la voix, son passage et même la voix dans la voix dont parle Jacques Ancet dans son commentaire du livre de Noël[3]. Lisons le « monologue » d’Anna :

Je ne sais pas écrire. J’ai essayé sans conviction parce que ma langue n’est pas faite pour le papier. Je suis trop directe en ce sens que j’ai besoin de la réplique pour faire avancer ma parole. J’ai toujours beaucoup de bruits en moi, des cris, un brouhaha, une rumeur, et tout cela, qui monte spontanément vers ma bouche, ne saurait descendre vers ma main. Je n’apprends pas un rôle, je le retrouve parmi les voix enfouies dans ce bruit, et j’en fais monter le ton afin de l’identifier puis de le tirer de là comme on tire d’un écheveau embrouillé le fil choisi. Je ne sais pas le texte : je sens chaque soir le filet de sa voix particulière devenir la sonorité de la mienne, et c’est un plaisir sans pareil que cette copulation vocale dont les mouvements sont aussi bien des pulsions de sens que des flux de vie. Je ne fais pas battre les cœurs avec du talent : je le fais en m’abandonnant si bien à l’Autre qu’il apparaît en moi. Je deviens sa présence réelle –non ! ce n’est pas assez, je ne suis pas, sur la scène, celle que vous croyez : je suis sa victime ! Je ne lui offre pas que ma voix : je lui offre toute la masse viandeuse avec mes nerfs, mes impulsions, mes circuits d’air et de sang pour qu’il la métamorphose et fasse paraître à la vue de tous un insupportable : Ceci est mon corps ! Je veux ce silence et je veux que le sacrifice y soit visible assez pour que l’apparition triomphante de l’Autre ne dissimule pas que mon corps, sous lui, agonise de plaisir par l’effet de la possession à laquelle il se livre. (p. 31-32)

Nous pourrions penser à une méprise s’agissant des premières propositions de ce passage alors que nous ne cessons de contester cette séparation qui mettrait l’oralité seulement dans le parlé quand elle est le mouvement même de la parole dans l’écrit, du sujet dans toute parole, de la relation dans tout discours. De la même façon, nous pourrions contester dans le texte de Noël cette mythologie d’une langue antérieure à tout langage, d’un discours premier du corps : ces « premiers mots »[4] qui permettraient que « l’écriture s’abandonne ainsi complètement à sa matière –la matière du verbe afin d’accueillir l’empreinte silencieuse des corps et, par elle, devenir l’équivalent du voile où s’imprima la Face et sa douleur… »[5], alors qu’il n’y a que du discours c’est-à-dire une naissance à chaque parole du langage et donc de l’homme et du tout du langage et donc de ce qui fait l’homme avec tout ce qui fait le langage, ce tout étant l’homme même comme relation. Mais ces réserves faites, le mouvement même du monologue est ce que Noël signalait pour Les Premiers Mots : « l’écriture m’a jetée dans le « Tu » » (Ibid.), c’est-à-dire dans la relation.

La première caractéristique de ce monologue est son dialogisme. Rappelons que Benveniste postule que le monologue « doit être posé, malgré l’apparence, comme une variété du dialogue, structure fondamentale »[6]. L’évidence même de ce monologue en fait une longue explication, du moins une longue réponse à un interlocuteur fictif : le lecteur-auditeur-spectateur. Ce mouvement dialogique est au principe même du passage d’une phrase à l’autre ou, si l’on préfère, de cette longue phrase qui fait passer un sujet. La seconde phrase vient, par exemple, à la fois signaler que le constat fait dans la première résulte d’une expérience ratée et fournit une explication (« ma langue n’est pas faite pour le papier ») que la troisième phrase reformule en explicitant la caractéristique de cette « langue » infirme : sa spontanéité et surtout son besoin d’altérité. Le sujet qui passe (« la langue » est bien identifiée à un « je ») n’a pas d’éléments isolables dont une opération additive viendrait achever le portrait. Chaque partie (arguments nouveaux et donc éléments du portrait biographique) est prise dans le continu thématique qu’une « communion phatique »[7] construit en permanence. Plus qu’une progression thématique ou qu’une organisation argumentative, le monologue fait l’effort continu d’une écoute : objection, questionnement, doute sont au principe ce qui advient, ne cesse d’advenir. Un récit fait entièrement énonciation.

L’opposition entre « monter » et « descendre », entre cette profération vocale et l’écriture, si elle remet en selle le cliché déjà évoqué, montre toutefois que l’une comme l’autre constituent plus des forces que des techniques, des mouvements corporels agissant dans l’inconnu que des gestes codés transmettant du connu. C’est que la pluralité interne est au principe de la voix : elle est constituée à la fois d’un fond anonyme puisant sa force d’une mémoire du corps et de multiples « voix particulière[s] ».  Ce monologue qui est un puissant intégrateur de « toutes les voix » n’a aucune extériorité à postuler : il n’y a pas à chercher « l’Autre » dans un ailleurs, voir un à côté, mais à le « retrouve[r] », à le « tire[r] » de cette voix même. C’est justement parce qu’énoncer y est entièrement « copulation » un peu à la manière dont Humboldt voyait le principe fondamental du langage. Cet abandon à l’énonciation est un mouvement double : abandon à l’altérité même du mouvement de la parole et apparition de cette altérité au cœur même de la voix la plus subjective. Ce qui n’est possible que par l’activité même de l’énonciation conçue comme passage de formes de vie dans des formes de langage[8] et l’inverse : plus précisément, ici, passage d’un corps dans le langage et l’inverse. Le « Ceci est mon corps ! » est certes le rappel du sacrifice christique, et de ce point de vue, on pourrait croire qu’il fait justement disparaître le corps, la vie, le langage pour lui préférer l’esprit, la vraie vie, le silence hors langage. Toutefois, nous y entendons aussi sa contestation même : plus une incorporation du sacrifice qu’une transsubstantiation. La jouissance revendiquée (« mon corps, sous lui, agonise de plaisir ») d’une telle copulation fait de la voix, non un au-delà du langage ou un en deçà de la parole, mais le témoin même du passage de la voix dans la voix, de la relation dans l’énonciation, du corps dans le langage et du langage dans le corps. Ensemble de transformations qui ne cesse de suggérer que le monologue d’Anna est exemplairement un poème de l’énonciation comme relation. Et le cri alors n’est pas hors langage : il est le langage même de la relation, de cette force qui ne cesse de demander l’écoute parce qu’elle est justement au principe même de sa vie qui va, qui ne peut qu’aller vers : « Je crie Allo ! Allo ! comment vas-tu ? » (p. 64).

[2]. B. Noël, La Langue d’Anna, P.O.L, 1998. [3]. J. Ancet, « Passage de la voix », Europe, n° 834, octobre 1998, repris dans J. Ancet, Bernard Noël ou l’éclaircie, Bordeaux, Opales, 2002. [4]. Titre de son second roman. B. Noël, Les Premiers Mots, Flammarion, 1973. [5]. Réponse de Noël à Ancet dans J. Ancet, Bernard Noël ou l’éclaircie, op. cit., p. 33. [6]. É. Benveniste, « L’appareil formel de l’énonciation », Problèmes de linguistique générale, 2, op. cit., p. 85. [7]. Nous empruntons ici à Bronislaw Malinowski (The meaning of meaning, 1923) cité par Benveniste (ibid., p. 87). [8]. L. Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus (1918) suivi de Investigations philosophique (1945), trad. Pierre Klossowski (1961), Paris, Gallimard,  « Tel », 1986, p. 210 (§ 241).

10. André Breton : le point de voix c’est toujours pour la première fois!

Bernard Noël aurait montré décisivement combien les points de voix constituent des passages de sujet ou plutôt la force relationnelle de tout discours, de tout « je-tu » même au bord de l’effondrement ! Il ne me resterait qu’à en souligner une valeur modale décisive : celle du commencement ou, comme l’a suggéré fortement André Breton en 1934 dans L’Air de l’eau (repris dans Clair de terre, Paris, Gallimard,  « Poésie », 1966, p. 180-181) le caractère toujours inaugural de tout point de voix qui pourrait même faire fi de la vue tellement la voix engage la relation presque aveuglément et où les catégories ontologiques de la présence et de l’absence se voient comme doublées par celle d’une relation inouïe dont la valeur est de se contituer « toujours » comme « première fois », comme commencement non pas absolu mais vif, au plus vivant de la relation, de la relation de voix comme « accentuation discursive de la relation au partenaire », d’un « je t’aime » (j’aurais pu tout aussi bien évoquer le fameux « Passionnément » de Ghérasim Luca ! et combien d’autres…) :

Toujours pour la première fois

C’est à peine si je te connais de vue

[…]

 

Il y a

Qu’à me pencher sur le précipice

De la fusion sans espoir de ta présence et de ton absence

J’ai trouvé le secret

De t’aimer

Toujours pour la première fois

Benveniste au plus près

Nous commencerons par une autre lecture des « problèmes » de Benveniste en discutant au plus près certaines thèses d’Antoine Culioli. Puis, dans un prochain billet, nous rappellerons l’importance de la théorie relationnelle de Francis Jacques, son éthique relationnelle d’une très haute tenue n’aboutissant pas toutefois à une poétique de la relation. Nos lectures de poèmes d’Eugène Savitzkaya continueront notre recherche d’un sujet de l’énonciation qui se transforme en un sujet relationnel. Notre conclusion prendra appui sur la lecture d’un récit de Bernard Noël nous permettant d’esquisser un roman du poème de la personne amoureuse dans et par la relation dans le langage.

Notre travail consacré à l’énonciation du sujet amoureux voudrait faire porter l’attention sur le processus de subjectivation plus que sur le sujet lui-même. Un linguiste dont nous pouvons louer la discrétion et constater l’importance dans les études en cours, part de ce constat quand il rend compte de l’apport de Benveniste. Mais confirme-t-il, chemin faisant, son accord à poursuivre les « problèmes du théoricien de l’énonciation ? c’est ce que nous allons essayer de voir en continuant notre double enquête : celle qui s’attache à suivre obliquement la modernité des « problèmes » de Benveniste sur cette question de l’énonciation et celle qui vise une pensée de l’énonciation s’intégrant dans une poétique de la relation comme poétique du sujet du langage.

Culioli tout contre Benveniste

Participant au Colloque international du CNRS, « Émile Benveniste aujourd’hui », Culioli[1], après bien des modalisations, propose de rendre compte de la contribution de Benveniste « à l’avènement de la linguistique théorique , telle qu’elle existe » puis du « rôle de Benveniste dans la transformation de la linguistique, qui de classificatoire, va devenir théorie des procès et des actes […] à l’œuvre dans l’activité du langage ». Ce qui le conduit à constater « combien cette démarche est à la fois novatrice et encore mal dégagée de modes de raisonnement anciens, en contradiction donc avec elle-même, d’où l’impression d’être suspendu à mi-parcours dans un embarras de concepts mal ajustés » (p. 116). Nous aimerions montrer l’intérêt de ces réflexions de Culioli mais également leurs limites.

Culioli note qu’il y a « constance du projet » d’une interaction entre « la théorie des langues » et « la théorie du langage » (PLG I, « Avant-propos »). Ce qui montre, selon Culioli, que « le problème de la généralisation et de l’invariance derrière les variations » et « le problème fondamental de la théorie des observables » (p. 117) sont donc posés par Benveniste, en précisant bien que la recherche passe par une théorie conjointe de l’observation et de la généralisation et pas seulement de la seconde, dans la continuation des remarques de Saussure concernant le fait linguistique comme objet construit et formalisable. On peut s’étonner que Culioli affirme que « théorie du langage » soit un « syntagme qui n’apparaît pas chez Benveniste » (p. 119) alors qu’il l’a justement cité deux pages auparavant !

Si Culioli pardonne à Benveniste ses « généralités » (p. 118) en vue de constituer « une linguistique scientifique, théorique et formelle » (p. 119), « car pareille critique ne tiendrait pas compte du simplisme épistémologique des milieux linguistiques de l’époque » (p. 119), il ne lui pardonne pas ses « chassés-croisés » terminologiques entre « langue » et « langage » tout en formulant l’hypothèse explicative : « il semble que chez Benveniste deux attitudes entrent en conflit » (p. 120). La première attitude vise à éviter toute atomisation classificatoire pendant que la seconde réduit le dynamisme envisagée en conservant « une conception strictement hiérarchique de la structure » et donc en tendant « à poser une relation toute constituée », ou du moins « sans règles constitutives » explicites et donc fondatrices de la relation (p. 120).

S’agissant du « domaine crucial » de la subjectivité, Benveniste aurait « des termes en trop, mais un concept en moins, même si, […] il est patent que le problème est perçu » (p. 121). Si Culioli dit avoir trouvé le concept, celui d’« énonciateur » que Benveniste utilise au demeurant[2], ce qu’il ne fait justement pas c’est d’historiciser les propositions de Benveniste, c’est-à-dire de distinguer les énonciateurs des textes, voire du texte, de Benveniste ! Ce qui permettrait peut-être d’apercevoir ce qui se maintient sous la valse des « étiquettes » ou ce qui bouge et… se trouve. Par exemple, l’emploi des termes « ego » et « être » (PLG I, p. 259) que pointe Culioli sont évidemment à situer dans le contexte de publication, celui du Journal de Psychologie en juillet-septembre 1958 ; aussi, s’agirait-il certainement de l’être de langage et non de l’être philosophique. Gérard Dessons fait à ce propos la remarque décisive suivante :

Dans la formule –ambiguë, on l’a vu, en ce qu’elle intègre dans la question du sujet la notion métaphysique d’ego –: « Est ‘ego’ qui dit ‘ego’ », ce qui compte, c’est le soulignement du procès de parole, indiquant que le sujet est dans le dire[3].

De même, l’étonnement de Culioli face aux « balancements dichotomiques sans assise théorique » (p. 122) de Benveniste est-il étonnant, si l’on peut se permettre ce jeu de miroir, puisque Benveniste ne pose assurément pas « deux cases, l’énonciatif et le non-énonciatif » (p. 122), même dans le passage relevé par Culioli :

Ainsi l’énonciation est directement responsable de certaines classes de signes qu’elle promeut littéralement à l’existence. Car ils ne pourraient prendre naissance ni trouver emploi dans l’usage cognitif de la langue. (PLG II, 84 et Culioli, op. cit, p. 122)

D’une part il faudrait contextualiser en apercevant que Benveniste situe bien cette distinction « dans la langue » et non en discours, ce qui, de fait, constitue une critique des théories non énonciatives (« la description grammaticale »). D’autre part, ce n’est pas parce que certaines classes de signes ne sont pas promues « littéralement à l’existence » par l’énonciation qu’elles ne relèvent pas d’une prise en charge énonciative, ce que suggère la conclusion du même article quand Benveniste signale, entre autres, qu’« il y aurait à considérer les changements lexicaux que l’énonciation détermine, la phraséologie qui est la marque fréquente, peut-être nécessaire, de l’ »oralité ». Il faudrait aussi […] » (PLG II, 85).

S’agissant du fait que Benveniste « appréhende mal le jeu des contraires, les fantasmes de l’altérité, ou la dénégation » (p. 122), Culioli reproche au linguiste de l’énonciation de ne pas comprendre la négation aussi bien que Rimbaud (« Je est un autre ») et que Freud (la Verneinung). Enfin la critique décisive concerne le fait que pour Benveniste « il n’y a pas de pensée sans langage » et qu’il « ramène l’activité de représentation à un acte de locution » (p. 122).

On pourrait d’abord noter que Culioli ne prend pas vraiment en compte la visée anthropologique de Benveniste, visée qui certainement opère un élargissement dont « le prix », « c’est le brouillage de plus en plus évident des repères, des limites de « l’interne » et de « l’externe », du sens de la notion de « système » au profit d’une conceptualisation certes embryonnaire mais bien présente de la totalité du champ culturel », ainsi que Jean-Louis Chiss et Christian Puech[4] le suggèrent dans « ce double mouvement » d’enracinement et d’errance de la pensée sémiologique de Benveniste. Mais, cette visée anthropologique (« horizon de pensée », « horizon de projection de la linguistique[5] ») est à la fois la reprise de questions et la recherche de nouveaux objets : le « discours » est certainement l’objet que promeuvent les réflexions de Benveniste à partir de la vieille question « des mots et des choses », des idées ou concepts… Il la reprend en posant « que la configuration du langage détermine tous les systèmes sémiotiques » (PLG, I, « Avant-propos »).

L’analyse de la négation (voir PLG II, 84-85) est un test de cette reprise. Benveniste dissocie « l’opération logique » de « l’assertion » (opération énonciative puisque « la manifestation la plus commune de la présence du locuteur dans l’énonciation »). Cela lui permet de distinguer une forme (« ne…pas ») d’autres (les « particules assertives » oui et non, « substitut[s] d’une proposition ») et en même temps de penser qu’une configuration l’emporte sur l’autre. En l’occurrence, la configuration « énonciative » intègre et permet également de comprendre la configuration « logique ». Dans ces conditions, on peut essayer de reprendre autrement les problèmes du rapport de la pensée et du langage et, entre autres, envisager de ne plus séparer « activité de représentation » et « acte de locution »…

Formalisation ou problématisation ?

La déconfusion réalisée par Benveniste entre la notion de « personne » linguistique et celle de « sujet » philosophique fait partie également de cette reprise et permet de mieux « appréhender […] les fantasmes de l’altérité » même s’agissant de Rimbaud (voir PLG I, 230). Il faudrait d’abord bien apprécier le fait fondamental que Benveniste se place, quand il parle de subjectivation, non sur le plan de l’énoncé, mais sur celui de l’énonciation. Il distingue donc fortement ce qui ressortit du plan de la représentation de ce qui est exemplaire du fonctionnement du langage. Ainsi n’y a-t-il plus à faire confiance aux mots mais à observer les fonctions subjectives que seul le langage peut leur conférer : « je est un autre » est bien, de ce point de vue, « l’expression typique de ce qui est proprement l’ »aliénation » mentale, où le moi est dépossédé de son identité constitutive ». Il s’agit donc en l’occurrence d’une représentation et non d’une fonction. C’est pourquoi, ainsi que Dessons le signale à propos de Ricœur, on peut dire tout aussi bien à propos de Culioli que « ne pas voir pourquoi l’assimilation de la « troisième personne » au fonctionnement du discours ne peut pas tenir, au plan linguistique, rend incompréhensible la question de la subjectivation au plan poétique, où je, forcément, déborde les marques de la langue, et se réalise dans le tout du langage, prosodie et rythme compris[6] ».

Le processus de la dénégation demande, selon Benveniste (voir PLG I, 84), de considérer que le discours du sujet psychologique ne peut « abolir la propriété fondamentale du langage qui est d’impliquer que quelque chose correspond à ce qui est énoncé, quelque chose et non par « rien » ». Aussi, on ne voit pas pourquoi Culioli reproche à Benveniste de « ramen[er] l’activité de représentation à un acte de locution », car c’est bien parce que l’activité langagière permet de déduire la fonction référentielle, dans les termes de Jakobson « l’orientation vers le contexte »[7], et non l’inverse, que « la négation est d’abord admission », comme dit Benveniste.

C’est pourquoi on ne voit pas vraiment en quoi Benveniste aurait « des difficultés dès qu’il traite d’une relation rétive à se laisser ramener à un jeu de cases » (p. 122) et on préfère, ainsi que Culioli le dit in fine en citant René Char, « les routes qui ne promettent pas le pays de leur destination ». Car Benveniste est certainement celui qui a permis, et qui continue à permettre, que les problèmes ne s’achèvent jamais en formalisations. La trilogie employée par Culioli incidemment n’est pas anodine et mériterait d’être interrogée : science, théorie et formalisation sont-il syntagmatiquement en position d’équivalence paraphrastique (la science c’est la théorie…), d’emboîtement hiérarchisé (la science comprend au moins une théorie qui présuppose au moins une formalisation), de complémentation logique (une science et une théorie s’accomplissent avec une formalisation…) ? Les autres travaux de Culioli suggèrent une précellence de la formalisation, alors que pour Benveniste c’est la théorie qui, d’une certaine façon, empêche la possible dérive scientiste de la visée scientifique mais également la possible dérive formaliste de la visée formelle. La théorie cherche à apercevoir les « problèmes » et surtout à les maintenir ouverts contre vents scientistes et marées formalistes.

Ce qui nous ramène finalement à la « clarté » que d’aucuns voient dans l’œuvre, si ce n’est l’écriture, de Benveniste : Roger-Pol Droit évoquait sa « rigoureuse clarté[8] » ; Roland Barthes jugeait l’essai sur les système des prépositions en latin, « fascinant de clarté[9] » et il poursuivait la métaphore de l’éclaircissement à propos du recueil entier (PLG, II) :

Il y a une beauté, une expérience de l’intellect, qui donne à l’œuvre de certains savants une sorte de clarté inépuisable, dont sont faites aussi les grandes œuvres littéraires. Tout est clair dans le livre de Benveniste, tout peut y être reconnu immédiatement pour vrai ; et cependant aussi tout en lui ne fait que commencer[10].

Les remarques de Culioli indiqueraient tout le contraire : à propos des signes diacritiques employés par Benveniste, « on reste avec un surplus morphologique sans signification claire » (p. 116). Mais pour confirmer le mythe de la clarté puisque « la qualité même du style gêne l’analyse, où le vernis des mots (ainsi que l’allusion qui se veut peu appuyée) cache, à l’occasion, la rapidité expéditive d’une réflexion qui reste courte ou n’est pas conduite à son terme » (p. 116). Le confirmer en postulant que le discours « critique », c’est-à-dire scientifique pour Culioli, ne peut pas vraiment mettre la main sur les textes de Benveniste puisque, « on le sait, chaque article est comme une œuvre d’art, régie par sa propre nécessité, lisse et enclose sur elle-même » (p. 116). Et Culioli de postuler pour lui-même, à l’opposé de ce que fait Benveniste, une « méthode modeste [vs. ambitieuse], sans brillant [vs.brillante] » car « c’est la seule voie qui soit aussi objective que possible et qui force le conférencier à s’effacer lui-même » (p. 116) : modestie toute rhétorique qui oublie de penser sa « voix », son énonciation même, et pose une discontinuité du discours à la pensée, de la voix aux idées, de l’énonciation à la relation, puisque chez Benveniste la clarté du style cacherait la confusion des idées alors que chez Culioli l’absence de style (effacement de toute subjectivité ?) répondrait d’une réelle « objectivité ». On entr’aperçoit là une théorie de la littérature qui engage une théorie du langage et une théorie de la critique conforme aux théories traditionnelles : autotélisme de l’œuvre d’art et séparabilité du contenu et de la forme accompagnent toujours une « critique » sans sujet ! Culioli, dans ses remarques sur Benveniste, est tout contre Benveniste, c’est-à-dire que, voulant se l’approprier, il se retrouve à son opposé.



[1]. A. Culioli, « Théorie du langage et théorie des langues », dans « Émile Benveniste aujourd’hui », Actes du colloque international du CNRS, La Société pour l’Information grammaticale, 1984 [repris dans A. Culioli, Pour une linguistique de l’énonciation, Formalisations et repérage, Tome 2, Ophrys, 1999, p. 115-123, auquel il est fait ici référence]

[2]. Par exemple en PLG II,  84 et plusieurs fois dans « L’appareil formel de l’énonciation » (PLG II, 79-88).

[3]. G. Dessons, Émile Benveniste, Bertrand-Lacoste, 1993, p. 110. Cet ouvrage a été repris avec quelques modifications chez In’Press, 2006.

[4]. J.-L. Chiss et C. Puech, Le Langage et ses disciplines, XIXe-XXe siècles, Duculot, 1999, p. 83.

[5]. Ibid., p. 117.

[6]. G. Dessons, « Paul Ricœur, l’amour du texte », Europe, n° 849-850, janvier-février 2000, p. 288.

[7]. R. Jakobson, Essais de linguistique générale, Minuit, 1963,  p. 214.

[8]. Roger-Pol Droit, « L’héritier de Saussure », Le Monde, 9 octobre 1976.

[9]. R. Barthes, Le Bruissement de la langue, Essais critiques IV, Seuil, 1984, p. 192.

[10]. Ibid., p. 193.