Archives par mot-clé : dire

Faut voir : un livre, une expérience pour (s’)essayer dire

IMG_4923

Comment finir un semestre de lecture et de réflexion autour de la littérature et son enseignement avec des étudiants de master 1 en didactique du FLE et des langues du monde ? Par un moment festif ! Ce qui fut fait le 17 décembre 2014 au 46, rue Saint Jacques…

Cela a commencé par un livre que j’avais mis au programme dans le dernier moment d’une programmation qui partait de la notion d’histoires : de renard, d’amour, d’oeil et enfin de paroles… Parmi les histoires de paroles, j’avais immédiatement convoqué Nathalie Sarraute et son Usage de la parole (voir le billet http://ver.hypotheses.org/1286) mais, comme l’orientation première de cette programmation était de relier des textes entre eux par-dessus les genres et les époques, je venais de recevoir de la toute jeune maison d’édition Moires sise dans le bordelais un livre au titre plus qu’engageant : Faut voir avec l’indication générique « théâtre »…

Ce sont vingt-neuf textes aux titres tout aussi engageant que le premier, « Faut voir », qui donne son titre au livre, que Didier Delahais a écrit (http://www.leseditionsmoires.fr/delahais-faut-voir.html) : textes qui ne peuvent attendre rien d’autre que des paroles vives au régime de l’adresse d’un « je » qui cherche un « tu »… ou de 29 « je » qui en cherchent autant ? Disons qu’un personnage apparaît dans et par sa voix adressée et que ces apparitions parfois de l’ordre d’une esquisse, de traits relationnels dans l’air souvent lourd des communications banales alors même que s’y jouent la tragédie ou la comédie de la vie, que ces apparitions donc le démultiplient dans ce qui devient progressivement une chambre d’échos, de résonances vives.

Ces monologues – dont Emile Benveniste rappelait que la structure fondamentale était dialogique – demandaient donc d’être joués sans apprêt, sans mise en scène qui les aurait cadenassés de sens alors même qu’ils demandent seulement de trouver voix, c’est-à-dire de laisser la vie pointer son nez (ses pieds-de-nez) au risque des silences, des trouées d’air dans la communication, des incompréhensions mêmes quand ce qui les porte c’est la relation de voix, de vie. Aussi, les étudiants se sont-ils mis au hasard des rencontres à les jouer avec leur mémoire, leur corps, leur voix dans l’espace le plus simple qui soit : celui d’un face à face où l’essai devenait se dire. S’essayer à dire, à entendre ce que le dire devenait avec ces textes qui brûlaient de s’essayer dire. Car voilà : ce n’est pas du théâtre à mettre en scène, c’est du langage qui brûle de se dire, de nous dire.

Se dire commence pas trouver sa ponctuation qui n’est pas seulement la fixation des signes mais avant tout la recherche d’un rythme où prosodie, syntaxe et sémantique agissent de concert pour trouver ce « je-tu » qu’engage chaque monologue (si l’on dit que ce texte est sans ponctuation, le lisant, on a vite fait de comprendre qu’il est entièrement ponctuation, tellement tout se joue dans et par ses accentuations qui résultent d’un dire entièrement relation) : « d’abord ça ressemble à rien tu te dis tiens c’est quoi ce truc et pis finalement ça prend de l’ampleur ça te t’as l’impression que ça y est arrivé là où tu t’es dedans quoi » – je choisis ce passage du premier texte, sachant bien qu’après « faut voir », rien n’est joué d’avance,  rien n’est sûr et certain, toute parole n’est qu’essai d’entendre dire, de s’entendre dire. Voilà pourquoi au bout de très peu de temps, ce texte de Didier Delahais est venu comme constituer ce moment décisif du parcours d’un semestre passé avec le Roman de Renard, quelques fables de La Fontaine et un long poème de James Sacré, avec la traduction d’Henri Meschonnic du Cantique des cantiques, « la mort de Marie » de Ronsard, « Défense de savoir » de Paul Eluard et le premier livre de Bernard Vargaftig mais aussi avec l’acte I du Phèdre de Racine et un texte de Jean-Luc Parant… ce texte de Didier Delahais non comme un point final mais comme un opérateur de recommencement, un Faut voir !

Parce que toute la didactique de la littérature est dans le dernier monologue qui affirme sans désemparer : « on a eu raison »… « de faire comme ça on a bien fait y fallait faire quelque chose on allait pas rester comme ça à s’regarder sans bouger sans essayer au moins quelque chose parce que sinon ça aurait pu durer encore longtemps si on avait pas fait ça on serait encore là à attendre de voir si quelqu’un de mieux placé ou quelqu’un de plus enfin qui sait mieux que nous quelqu’un qu’on aurait tous écouté parce qu’il aurait eu l’air de s’y connaître de bien savoir comment s’y prendre avec ce genre de  à cause de je sais pas moi de ses bagages ou des choses qu’il aurait faites dans le passé qui lui auraient donné une importance » – j’arrête mais jusqu’au bout le texte qui clôt le livre de Didier Delahais offre une véritable didactique de la littérature pour tous les jours : « on a eu raison » de ne pas attendre de savoir mais de s’essayer à « voir » ce que les oeuvres nous font, ce qu’elles inventent de nous dans et par notre dire devenu une expérience de paroles vives parce qu’avec les oeuvres, on est tous des débutants, on redevient tous des recommencements de nos paroles, de nos vies.

Les étudiants devaient construire leur propre parcours anthologique, des points de vue poétique et didactique, dans et par ce corpus d’histoires ; aussi je me suis rendu compte qu’avec Faut voir et cet essai de se dire le 17 décembre, avec tous les moments qui l’ont entouré, ils allaient porter un tel parcours à hauteur d’un (se) dire – ce qui est à proprement parler l’enjeu décisif de toute expérience littéraire – pour de futurs enseignants et formateurs d’enseignants du (des?) français dans le monde.

Autrement dit (par Violaine Bigot, collègue linguiste présente ce soir-là) :

« Ce genre de chose est pas facile à croire. Et d’ailleurs pas facile à dire non plus. Alors non, j’veux pas dire mais ce que j’ai entendu ce soir, c’était tout à fait inédit. J’suis pas sûre d’avoir tout compris bien sûr. Mais ça sonnait tellement juste, qu’on avait envie d’y croire. Avec ces gens, dans cet endroit-là ! J’aurais jamais cru que… Et en même temps je me disais : ah non mais c’est bien sûr ! C’est exactement ça. Mais quand même. Pour y croire ! Fallait le voir ! »

 

Didactique du dire : enjeux d’une recherche

 

Parler-lire-écrire : cette trilogie didactique  bien connue constitue le socle des activités (finalités ?) d’un apprentissage linguistique et culturel dans l’enseignement fondamental. Cependant, cela fait de nombreuses années que le continu de ce socle est interrogé dans des versions qui trop souvent masquent le problème décisif : qu’est-ce qui tient ensemble cette trilogie, c’est-à-dire lui donne valeur poétique et opérationnalité didactique ? En effet, les dichotomies qui associent/dissocient leurs termes éliminent le problème ou l’instrumentalisent au lieu de l’entretenir comme exigence décisive d’une didactique d’un parler-lire-écrire : je pense aux résolutions par le trait d’union synthématique qui relève plus de l’incantation que de l’articulation conceptuelle : lecture-écriture ;  oral-écrit ; ou encore au renversement qui ne pointe qu’un continuum et non un continu à travailler : parlé dans l’écrit, écrit dans le parlé…

Le Corps furieux © Denis Arlot (sur le site de Jean-Michel Rabeux : http://www.rabeux.fr/des-mots-pour-le-dire)

Hypothèse de recherche : poser le dire comme problème continu du parler-lire-écrire permettrait de fonder une didactique sur la parole parlée, lue, écrite, elle-même intégrant une pluralité de paroles réénoncées, dans et par des dictions qui travailleraient leur écoute et des écoutes qui travailleraient leur diction dans des performances et réflexions conjointes. Il s’agirait de penser-pratiquer une didactique comme parcours (au pluriel) du dire.

On comprend alors que les arts du langage puissent constituer le levier ou le ferment d’un tel dispositif. Mais ce dernier demande une orientation inhabituelle qui va du dit au dire, du sens au fonctionnement discursif, du récit au racontage et en fin de compte de l’apprenant (vs l’enseignant) au sujet d’un (se) dire où le pronominal est la problématisation toujours à l’œuvre des relations (trans-subjectivations) dans et par le langage comme dire actif.

Je conclus l’hypothèse de cette recherche par la piste d’ores et déjà explorée par plusieurs thèses et recherches en cours : se dire, s’entre-dire, traduire (tra-dire), ce serait au fond concevoir et pratiquer des réénonciations ou énonciations continuées, sachant qu’il n’y a pas meilleurs (re)commencements qu’un faire œuvre avec les œuvres. Aussi, changer la didactique revient à changer (les conceptions, représentations et pratiques de) la littérature et inversement : l’oralité devient alors une politique du langage comme anthropologie relationnelle et didactique expérientielle ; l’oralité comme dire des œuvres demande une poétique des œuvres à l’œuvre dès que « ça nous dit » et une didactique des littératures, des langues et des cultures, comme relation de relations, qui « donne (de la) voix ».

La recherche en cours associera des enquêtes et des comptes rendus d’expériences (performatives et réflexives) du dire à des théorisations d’une gestualité du dire en théorie du langage et en didactique des langues et des cultures.

Moments et publications viendront accompagner cette recherche elle-même en synergie avec d’autres recherches et chercheurs : séminaire doctoral (ED 268) « Gestes et voix : une anthropologie poétique des arts du langage » et séminaire du Musée du quai Branly, « Histoires de gestes » ; réseau « Pratiques d’écriture créative à l’Université » (Violaine Houdart-Mérot et Anne-Marie Petitjean, Université de Cergy-Pontoise) ; axe de THALIM (Paris 3) sur poésie et performance ; Gisèle Pierra (DIPRALANG, Université Paul Valery, Montpellier) ; la recherche GRAFELIT (FNS 100013_129797/1), « La lecture littéraire au fil des niveaux scolaires » et, entre autres, Claire Ragno Paquier et Christophe Ronveaux de l’Université de Genève (« Textes en voix. Prosodie, discours et enseignement des littératures ») ; Camille Vorger, école de français langue étrangère, Université de Lausanne ; Patrick Fontana et ses lectures de bouche avec des personnes en apprentissage du «Français Langue Etrangère», à l’Atelier Formation de Base de l’association Emmaüs à Paris ; etc.

Billet sur le même thème :

http://ver.hypotheses.org/775

Bibliographie de travaux personnels récents pour une didactique du dire :

GAIOTTI Florence et MARTIN Serge (dir.), Strenae n° 5 (« Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du Narrateur de Walter Benjamin »), automne 2013. Revue en ligne : http://strenae.revues.org/953

Le Français aujourd’hui n° 169 (« Enseigner la poésie avec les poèmes »), Paris : Armand Colin, juin 2010.

MARTIN Serge (dir.), Penser le langage Penser l’enseignement Avec Henri Meschonnic, coll. « Résonance générale : les essais pour la poétique », Mont-de-Laval : L’Atelier du grand tétras, 2010.

MARTIN Serge, « La voix comme sujet-relation. De la transmission des modèles de langue aux relations de voix », Modernités n° 37 (« Sens de la langue, sens du langage. Poésie, grammaire, traduction »), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, mai 2011, p. 127-138.

MARTIN Serge, « Les gestes parlés de James Sacré au Maroc : un brouillon continué » pour le colloque « Écrivains et intellectuels français face au monde arabe » dans Catherine Mayaux (dir.), Écrivains et intellectuels français face au monde arabe, Paris, Honoré Champion, 2011, p. 73-85.

MARTIN Serge, « Deleuze, Meschonnic, Régy : la réécriture continuée », Elseneur n° 26 (« Récrits »), Caen, Presses universitaires de Caen, 2011, p. 151-162.

MARTIN Serge, « Non sa place mais son mouvement. Ferdinand de Saussure – Henri Meschonnic (les années 70) : une anthropologie historique du langage continuée », dans Sandrine Bedouret-Larraburu, Gisèle Prignitz (dir.), En quoi Saussure peut-il nous aider à penser la littérature, Pau, Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2012, p. 127-136.

MARTIN Serge, Le Racontage. Poétique et didactique de la voix en littérature de jeunesse de la maternelle à l’Université, Paris, L’Harmattan (à paraître).

Début de bibliographie pour une didactique du dire :

AUSTIN J.L., 1970, Quand dire, c’est faire, Paris, Le Seuil.

BALLY C., 1952, Le langage et la vie, Genève, Droz.

BENVENISTE E., 1958, « De la subjectivité dans le langage », dans Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, t. I, p. 258-266.

BORNAND S., LEGUY C., 2013,  Anthropologie des pratiques langagières, Paris, Armand Colin, « U ».

BLANCHET A., 1991, Dire et faire dire, Paris, Armand Colin.

CHISS J.-L., 2013, L’écrit, la lecture et l’écriture. Théories et didactiques, Paris, L’Harmattan.

DUCROT O., 1984, Le dire et le dit, Paris, éditions de Minuit.

MESCHONNIC H., 2006, La Rime et la vie (1989), Paris, Gallimard, « folio/essai ».

PIERRA G., 2006, Le corps, la voix, le texte : arts du langage en langue étrangère, Collection Espaces Littéraires, Paris, L’Harmattan

RONVEAUX C., 2002, Des arts du dire aux compétences d’interaction : étude historique de l’enseignement de l’oral en Belgique, axiomatique pour une didactique de la parole et prospective pour la classe de français. Thèse de doctorat. Université catholique de Louvain (Belgique).