Archives par mot-clé : didactique de la littérature

Faut voir : un livre, une expérience pour (s’)essayer dire

IMG_4923

Comment finir un semestre de lecture et de réflexion autour de la littérature et son enseignement avec des étudiants de master 1 en didactique du FLE et des langues du monde ? Par un moment festif ! Ce qui fut fait le 17 décembre 2014 au 46, rue Saint Jacques…

Cela a commencé par un livre que j’avais mis au programme dans le dernier moment d’une programmation qui partait de la notion d’histoires : de renard, d’amour, d’oeil et enfin de paroles… Parmi les histoires de paroles, j’avais immédiatement convoqué Nathalie Sarraute et son Usage de la parole (voir le billet http://ver.hypotheses.org/1286) mais, comme l’orientation première de cette programmation était de relier des textes entre eux par-dessus les genres et les époques, je venais de recevoir de la toute jeune maison d’édition Moires sise dans le bordelais un livre au titre plus qu’engageant : Faut voir avec l’indication générique « théâtre »…

Ce sont vingt-neuf textes aux titres tout aussi engageant que le premier, « Faut voir », qui donne son titre au livre, que Didier Delahais a écrit (http://www.leseditionsmoires.fr/delahais-faut-voir.html) : textes qui ne peuvent attendre rien d’autre que des paroles vives au régime de l’adresse d’un « je » qui cherche un « tu »… ou de 29 « je » qui en cherchent autant ? Disons qu’un personnage apparaît dans et par sa voix adressée et que ces apparitions parfois de l’ordre d’une esquisse, de traits relationnels dans l’air souvent lourd des communications banales alors même que s’y jouent la tragédie ou la comédie de la vie, que ces apparitions donc le démultiplient dans ce qui devient progressivement une chambre d’échos, de résonances vives.

Ces monologues – dont Emile Benveniste rappelait que la structure fondamentale était dialogique – demandaient donc d’être joués sans apprêt, sans mise en scène qui les aurait cadenassés de sens alors même qu’ils demandent seulement de trouver voix, c’est-à-dire de laisser la vie pointer son nez (ses pieds-de-nez) au risque des silences, des trouées d’air dans la communication, des incompréhensions mêmes quand ce qui les porte c’est la relation de voix, de vie. Aussi, les étudiants se sont-ils mis au hasard des rencontres à les jouer avec leur mémoire, leur corps, leur voix dans l’espace le plus simple qui soit : celui d’un face à face où l’essai devenait se dire. S’essayer à dire, à entendre ce que le dire devenait avec ces textes qui brûlaient de s’essayer dire. Car voilà : ce n’est pas du théâtre à mettre en scène, c’est du langage qui brûle de se dire, de nous dire.

Se dire commence pas trouver sa ponctuation qui n’est pas seulement la fixation des signes mais avant tout la recherche d’un rythme où prosodie, syntaxe et sémantique agissent de concert pour trouver ce « je-tu » qu’engage chaque monologue (si l’on dit que ce texte est sans ponctuation, le lisant, on a vite fait de comprendre qu’il est entièrement ponctuation, tellement tout se joue dans et par ses accentuations qui résultent d’un dire entièrement relation) : « d’abord ça ressemble à rien tu te dis tiens c’est quoi ce truc et pis finalement ça prend de l’ampleur ça te t’as l’impression que ça y est arrivé là où tu t’es dedans quoi » – je choisis ce passage du premier texte, sachant bien qu’après « faut voir », rien n’est joué d’avance,  rien n’est sûr et certain, toute parole n’est qu’essai d’entendre dire, de s’entendre dire. Voilà pourquoi au bout de très peu de temps, ce texte de Didier Delahais est venu comme constituer ce moment décisif du parcours d’un semestre passé avec le Roman de Renard, quelques fables de La Fontaine et un long poème de James Sacré, avec la traduction d’Henri Meschonnic du Cantique des cantiques, « la mort de Marie » de Ronsard, « Défense de savoir » de Paul Eluard et le premier livre de Bernard Vargaftig mais aussi avec l’acte I du Phèdre de Racine et un texte de Jean-Luc Parant… ce texte de Didier Delahais non comme un point final mais comme un opérateur de recommencement, un Faut voir !

Parce que toute la didactique de la littérature est dans le dernier monologue qui affirme sans désemparer : « on a eu raison »… « de faire comme ça on a bien fait y fallait faire quelque chose on allait pas rester comme ça à s’regarder sans bouger sans essayer au moins quelque chose parce que sinon ça aurait pu durer encore longtemps si on avait pas fait ça on serait encore là à attendre de voir si quelqu’un de mieux placé ou quelqu’un de plus enfin qui sait mieux que nous quelqu’un qu’on aurait tous écouté parce qu’il aurait eu l’air de s’y connaître de bien savoir comment s’y prendre avec ce genre de  à cause de je sais pas moi de ses bagages ou des choses qu’il aurait faites dans le passé qui lui auraient donné une importance » – j’arrête mais jusqu’au bout le texte qui clôt le livre de Didier Delahais offre une véritable didactique de la littérature pour tous les jours : « on a eu raison » de ne pas attendre de savoir mais de s’essayer à « voir » ce que les oeuvres nous font, ce qu’elles inventent de nous dans et par notre dire devenu une expérience de paroles vives parce qu’avec les oeuvres, on est tous des débutants, on redevient tous des recommencements de nos paroles, de nos vies.

Les étudiants devaient construire leur propre parcours anthologique, des points de vue poétique et didactique, dans et par ce corpus d’histoires ; aussi je me suis rendu compte qu’avec Faut voir et cet essai de se dire le 17 décembre, avec tous les moments qui l’ont entouré, ils allaient porter un tel parcours à hauteur d’un (se) dire – ce qui est à proprement parler l’enjeu décisif de toute expérience littéraire – pour de futurs enseignants et formateurs d’enseignants du (des?) français dans le monde.

Autrement dit (par Violaine Bigot, collègue linguiste présente ce soir-là) :

« Ce genre de chose est pas facile à croire. Et d’ailleurs pas facile à dire non plus. Alors non, j’veux pas dire mais ce que j’ai entendu ce soir, c’était tout à fait inédit. J’suis pas sûre d’avoir tout compris bien sûr. Mais ça sonnait tellement juste, qu’on avait envie d’y croire. Avec ces gens, dans cet endroit-là ! J’aurais jamais cru que… Et en même temps je me disais : ah non mais c’est bien sûr ! C’est exactement ça. Mais quand même. Pour y croire ! Fallait le voir ! »

 

Paroles possibles, pratiques des littératures en didactique des langues et des cultures : bilan d’une journée d’études

http://www.centaures.com/galerie/medium_07%20-%20Les%20mains%20(Jean-Luc%20Parant).jpg

Journée d’étude « Paroles possibles – Pratiques des littératures en didactique des langues et des cultures » organisée le mercredi 15 octobre 2014 par Olivier Lumbroso et Serge Martin pour le groupe Littératures sans frontières : approches poétiques, anthropologiques et didactiques (LAPAD) du DILTEC (EA 2288), Université Paris 3 Sorbonne nouvelle.

La Journée d’étude a eu lieu à la Maison de la recherche, salle Claude Simon, devant un public intéressé et questionneur, venu d’horizons divers. Il s’est agi de confronter expériences d’enseignants et de chercheurs littéraires impliqués dans le département de didactique du FLE et des langues du monde, afin de déterminer les axes communs de recherche future qu’il faudra articuler aux objectifs du DILTEC, susceptibles de nourrir un projet ANR ou européen. Choix avait donc été fait d’inscrire fortement cette orientation expérientielle : ce qui n’a nullement empêché que les questions épistémologiques en didactique de la littérature dans le contexte FLE-didactique des langues ne soient abordées. Aussi, des contextes politiques les plus massifs, mondialisations et crise des études littéraires mais également histoire des didactiques et des manuels, aux mises en œuvre les plus concrètes, « classe-monde-carrefour » et corpus-méthodes qui « font communauté », ce sont bien des aspects de la didactique des langues qui, par les œuvres littéraires, sont apparus des leviers de recherches et de pratiques renouvelées pour que les enjeux de la didactique des langues et des cultures s’ancrent dans les paroles possibles des apprenants comme des formateurs, des politiques comme des chercheurs. Si certaines dichotomies semblent peu opérantes, par exemple entre défense des Lettres et effacement dans des cultural studies ou entre prévalence d’une linguistique appliquée et importance d’une culturologie lettrée, restent que des tensions mieux pensées peuvent dynamiser des propositions didactiques et de recherche trop souvent aseptisées. Repenser les pratiques avec les classiques peut facilement demander d’ouvrir les répertoires contemporains, jusqu’aux proverbes et contes de formation dans les traditions orales africaines, et surtout les méthodologies réénonciatives (jeu théâtral, écritures créatives, trajet interprétatif…) ; plus largement, ce sont les historicités des pratiques comme des recherches qui sont à raviver sans cesse dans des mises en perspective vives et riches (ouvrir un manuel djiboutien, c’est immédiatement observer passages et dérives dans nos propres manières de « faire manuel ») pour que la « force discursive » trouve toujours échos et résonances au cœur des processus d’apprentissage.

La journée a donc mêlé des communications et des échanges en table ronde ou en solo pour que s’aperçoivent dans des paroles impliquées les possibles de nos recherches et de nos enseignements. Tous les participants ont su trouver dans leur expérience quelques saillances pour qu’apparaissent les spécificités d’une culture commune d’enseignants-chercheurs du DILTEC. Dominique Rabaté, le grand témoin, a montré tout l’intérêt qu’il portait à notre réflexion et a suggéré l’heuristique d’une didactique de la littérature qui ne fait pas reposer sur « le texte » savoirs et savoir-faire pour préférer une pragmatique des vitesses faisant jouer modes de lecture intensive ou extensive et corpus restreint ou élargi, une modulation des formats, types et trajectoires de lecture que l’ère numérique a largement enrichie.

Resterait que si l’écoute et la créativité des paroles possibles semblent bel et bien la finalité décisive des expériences et recherches avec les œuvres littéraires en didactique des langues, l’attention à l’impossible doit rester l’aiguillon de nos préoccupations car il nous faut toujours travailler à transformer ces expériences en connaissances, voire à métamorphoser une parcelle d’utopie en réalité possible, grâce aux virtualités des fictions qui libèrent les audaces de l’imaginaire, de l’écriture, des voix et des corps. Au-delà du principe de plaisir, pratiquer les littératures, en tous lieux et en tous sens, apparaît comme un besoin vital de la condition humaine qui n’appelle aucune autre justification d’utilité que celui-ci.

Tous les participants, communicants, grand témoin et auditeurs, ont donc apporté à cette journée tout ce que ses organisateurs attendaient : qu’ils en soient vivement remerciés. Les interventions, filmées par l’ENEAD de la Sorbonne Nouvelle, seront prochainement disponibles sur le site de l’université.

 

Olivier Lumbroso et Serge Martin

On peut lire ma communication à cette journée ici: http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2014/11/poetique-de-la-relation-et-didactique.html

La journée est maintenant visible en ligne à cette adresse: http://epresence.univ-paris3.fr/7/Watch/56344.aspx