Archives par mot-clé : Calaferte Louis

Dijon : colloque « autour de LOUIS CALAFERTE »

Louis Calaferte, Turin, 1928 – Dijon, 1994

Il y a déjà vingt ans que Louis Calaferte nous a quittés et nombreux parmi ceux qui l’ont connu sont encore de ce monde. Famille, amis, éditeurs, écrivains et critiques sont là autour de nous et ce qui nous unit à cet auteur n’est pas seulement une œuvre pour toujours livrée à la recherche mais une présence réclamant notre mémoire à travers des expériences et des souvenirs souvent passionnés. Vingt ans durant lesquels, « Homme et Vivant », ce magicien des lettres, pour qui l’écriture est une attitude existentielle et non un métier ou une posture, continue d’insuffler un surcroît de vie à ceux qui prennent la peine de le lire. Vingt ans durant lesquels, il n’a cessé de nous aider à fustiger les dominantes de notre époque faites de bruit, de vitesse, de violence et de vulgarité. En refusant le langage de la tribu, il était au plus près de la poésie, c’est-à-dire le plus opposé à la terreur du monde.

Djamel Meskache

PROGRAMMATION

Mercredi 15 octobre 2014

17 heures — Vernissage de l’exposition : « 1979-1994 : les années bourguignonnes »
Exposition conçue par GUY DELORME et MAXIME SLAMA – Bibliothèque Universitaire de Dijon (2 Boulevard Gabriel – Dijon)

20 heures —Théâtre : « Mo » de Louis Calaferte Jeudi 16 octobre 2014

Colloque sur 2 jours, les 16 et 17 octobre 2014 – Salle de l’Académie (5, rue de l’École de Droit – Dijon)

Jeudi 16 octobre 2014

9h : Accueil des participants

9h45 : Ouverture du colloque par DJAMEL MESKACHE

Colloque Ie et IIe session

Modérateur : DJAMEL MESKACHE
10h : DOMINIQUE CARLAT (U. Lyon 2) « Prose-poésie : limites non frontières chez Louis Calaferte »

10h30 : BRIGITTE DENKER-BERCOFF (U. de Bourgogne) « Jeux dangereux ; je de poète »

10h30 : discussion

10h45 : pause

Modérateur : MICHEL COLLOT
11h : PASCAL COMMÈRE (écrivain) « Une expérience poétique de Louis Calaferte : l’exemple d’ Ouroboros »

11h30 : HERVÉ BISMUTH (U.de Bourgogne) « La notion de baroque »
12h : discussion

Modérateur : JACQUES POIRIER
14h30 : GUILLAUME BRIDET (U. de Bourgogne) « Utopie de La Mécanique des femmes ? »
16h : SÉBASTIEN HUBIER (U. de Reims) « “Je voudrais que tes yeux soient des choses qui me touchent la peau” : Calaferte et la tradition européenne du roman érotique »

16h15 : Discussion
16h30 : MICHEL COLLOT (U. Paris 3) « Lyrismes de Louis Calaferte »
17 h. discussion]

18 heures — Vernissage de l’exposition : « L’évangile métropolitain »

Un projet éditorial des ÉDITIONS TARABUSTE et une lecture d’Ouroboros par DENIS GUIPONT (Compagnie du Grand Théâtre). La Nef (1, Place du Théâtre – Dijon)

Vendredi 17 octobre 2014

9 heures — Colloque IIIe session : « Autour de Louis Calaferte »

Modérateur : GUILLAUME BRIDET

10 h. : SERGE MARTIN (U. Paris 3) « “Sussurer des bricoles, palabruler sous les lunes…” : Calaferte en poète du racontage »

10 h. 30 : CHRISTIAN PETR (U. Avignon) « Quand les bergères deviendront reines : sur Le Roi Victor »

11 h. : ANDRÉ NOT (U. d’Aix-Marseille) « Les notions de terreur et de sacré »

11h.30 : discussion

12 h30 — Vernissage de l’exposition : « Louis Calaferte, 1928-1994 – Regain : objets, collages et autres dessins »
Exposition conçue par TATIANA LEVY et DJAMEL MESKACHE

Conseil régional de Bourgogne (17 bd. de La Trémouille – Dijon) 

Colloque IVe session : « Autour de Louis Calaferte »

Modératrice : BRIGITTE DENKER-BERCOFF

14h30 : BRUNO CURATOLO (U. de Franche-Comté) « Faune et flore dans Les Sables du temps »
15h : FABRICE HUMBERT : « Calaferte : renaître »
15h30 : JACQUES POIRIER (U. de Bourgogne) « Les Carnets de Louis Calaferte : portrait de l’auteur en “anarchiste chrétien” » 16h : discussion

16h45 : Conclusion du colloque par DJAMEL MESKACHE]

Samedi 18 octobre 2014

Excursion à Blaisy-Bas « Sur les pas de Louis Calaferte »

10 heures — Visite de SCarabee, Centre de ressource et de recherche 12 heures — Repas à « l’Orée des charmes »

Biographie de Louis Calaferte

« C’est avec moi-même que j’ai envie de m’entretenir », Le jardin fermé (Carnets XVI – 1994) Louis Calaferte

Louis Calaferte, écrivain français, est né le 14 juillet 1928 à Turin, où son père, Ugo, immigré italien, contremaître maçon à Lyon, a souhaité qu’il voit le jour. Sa mère, Marguerite, française, fait des travaux de couture à domicile puis, faisant face à l’adversité, crée une petite entreprise de confection, tabliers et vêtements d’enfants, qu’elle ira vendre sur les marchés forains, afin de subvenir aux besoins de la fa- mille et d’assurer les soins, fort coûteux, nécessaires à son mari, atteint de tuberculose.
Louis Calaferte a 12 ans au décès de son père. La France est occupée – époque troublée, dont il livrera le récit quelques mois avant sa mort (C’est la guerre, Gallimard, 1993). À peine un an plus tard, son cer- tificat d’études obtenu, il est garçon de courses dans une entreprise textile, puis manoeuvre dans une usine de piles électriques. Les conditions de travail y sont très dures, cependant il découvre l’art drama- tique et la lecture, par l’intermédiaire de retransmissions radiophoniques hebdomadaires et de fascicules de « La Petite Illustration » prêtés par un contremaître, féru de théâtre.

Sa décision est prise : Il sera écrivain. Il n’a plus désormais qu’un désir : Écrire pour le théâtre – et jouer la comédie.
Il quitte l’usine, entre transitoirement comme apprenti dessinateur dans un cabinet de soieries et en janvier 1947, abandonne Lyon pour tenter sa chance à Paris. Il ne connaît personne, n’a aucune ressource et survit malgré de grandes difficultés matérielles (Débuts à Paris, in Km 500, Tarabuste, 2005), faisant le sordide apprentissage de la misère dans une effrayante solitude morale. Il commence néanmoins d’écrire pièces et nouvelles.
Le comédien Guy Rapp, auquel il se présente pour une audition, prend connaissance d’une de ses nouvelles, « Le Déserteur », décèle ses dons de dialoguiste, et lui propose d’écrire une pièce en trois actes qu’il mettra en scène si elle est réussie. La pièce écrite en quelques semaines sera présentée à Chartres et à Angers (1949) où elle est bien accueillie par la presse. À Paris, ce texte mélodramatique (détruit plus tard par l’auteur), auquel est adjointe une pièce en un acte, Babel, n’a aucun succès. Le réalisme des mots et le thème de Babel, qui traite à rebours de la violence du régime nazi, sont à l’époque absolument irre- cevables, mais la qualité des dialogues est néanmoins saluée par la critique.
En 1951, Louis Calaferte achève son premier livre dont il soumet le manuscrit à Joseph Kessel, qui s’enthousiasme, le fait dactylographier, l’aide à en retravailler la construction et le présente lui-même à René Julliard (Requiem des innocents, Julliard, 1952). Parution bientôt suivie d’un second ouvrage (Partage des vivants, Julliard, 1953) qui obtient la Bourse del Duca, véritable consécration pour ce très jeune écri- vain. Le livre, retenu pour le Prix Fémina, déclenchera une véritable bataille entre membres du jury. Après treize tours de scrutin, le prix ne lui est pas attribué. Les journalistes, déçus, lui décernent, à cette seule occasion, le « Prix Homina ».
Cette gloire naissante, assortie de la vie mondaine et parisienne des milieux littéraires, n’est pas celle que Louis Calaferte ambitionne. En 1956, il s’installe à Mornant, village des Monts du Lyonnais, avec Guillemette, rencontrée six ans plus tôt à Paris. Dans cette retraite – il y demeurera jusqu’en 1969 – tout en menant parallèlement, pour assurer son existence, une activité de producteuranimateur radiopho- nique (R.T.F. station de Lyon), il consacre quatre années à l’écriture de Septentrion, une fresque largement autobiographique, qui retrace son expérience passée tout en esquissant les perspectives de ses options intellectuelles et spirituelles. La brutale disparition de René Julliard, prêt à défendre le livre, et la perspective certaine de son interdiction à la vente pour pornographie, entraînent sa publication sur seule souscription (Septentrion, Cercle du Livre précieux, Tchou, 1963). L’ouvrage ne reparaîtra que 21 ans plus tard, à l’instigation de Gérard Bourgadier, alors directeur des éditions Denoël.
Cinq années de silence, sans pour autant cesser d’écrire (No man’s land, Lettres Nouvelles, Julliard, 1963). Louis Calaferte peint et crée des « objets poétiques ». En 1968, il signe un contrat avec les éditions Denoël et publie consécutivement deux nouveaux volumes (Satori et Rosa mystica). Dès lors, son travail sera partagé, dans un juste équilibre, entre écriture et expression plastique.
Si, par ailleurs, Louis Calaferte s’est essayé très jeune au théâtre – sa première pièce est jouée quand il n’a que vingt ans – il amorce dans le même temps, son oeuvre théâtrale (Clotilde du Nord, Théâtre de la Comédie, Paris, 1955 ; Mégaphonie, Les Mandibules, Mo, Stock, coll. Théâtre Ouvert, dirigée par Lucien Attoun, 1976). Le public le découvre en 1972, avec Chez les Titch, mise en scène par Jean-Pierre Miquel et interprétée par les comédiens français au Petit-Odéon. Puis, en 1976, avec Les Miettes qui obtient le Prix Ibsen. Sylvie Favre, comédienne, et Victor Viala, à la mise en scène, travaillent ensemble sur les pièces intimistes et baroques (Un Riche, Trois Pauvres ; L’Aquarium ; …). La somme poétique inspirée que représente Opéra Bleu (Théâtre du Lucernaire, Paris, 1993) sera l’ultime création faite du vivant de l’auteur.
Dans le courant de l’année 1979, Louis Calaferte acquiert une petite maison en Bourgogne, dans le village de Blaisy-Bas. Il y passera les dernières années de sa vie et rédigera en ce lieu privilégié la dernière partie de son œuvre littéraire (Ébauche d’un autoportrait ; Memento mori ; L’incarnation ; La Mécanique des Femmes ; Le sang violet de l’améthyste ; Maître Faust, …). Courts récits, poésie (publication en grande partie posthume, Tarabuste), seize tomes de Carnets (1956-1994, Denoël et Gallimard), Théâtre complet en six volumes (publication également posthume, Hesse), essais, entretiens, Louis Calaferte est l’auteur de plus d’une centaine d’ouvrages, d’une vingtaine de pièces régulièrement jouées en France et à l’étranger (Le Serment d’Hippocrate, 2014, Avignon, Théâtre régional des Pays de la Loire) qui, accompagnés d’une importante – et poétique – oeuvre graphique, constituent un ensemble cohérent, une étonnante autobiographie intérieure aux facettes multiples.
Couronné deux fois par l’Académie Française (Prix Delmas pour Ébauche d’un autoportrait, 1982 et Prix de la Nouvelle pour Promenade dans un parc, 1987). Prix Michel Dard en 1983, sous l’égide de la Fondation de France, il reçoit en 1984 le Grand Prix de la Ville de Paris pour l’ensemble de son œuvre dramatique, et en 1992 le Prix National des Lettres.
Louis Calaferte est mort à Dijon, le 2 mai 1994 et repose dans le cimetière de Blaisy-Bas.

Biographie établie dans le cadre de SCARABEE, Centre de ressources Louis Calaferte, 28 rue d’Avau, 21540, Blaisy-Bas. Association.scarabee@orange.fr